logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

Les loups du millénaire

Sienna est une louve-garou de dix-neuf ans qui a un secret : elle est vierge. La seule vierge de la meute. Cette année, elle est bien décidée à faire face à la saison des pulsions, qu’on appelle la Haze, sans céder à ses envies primaires, mais lorsqu’elle rencontre Aiden, l’Alpha, elle oublie tout de son self-contrôle.

Âge minimum : 18+

Auteure : Sapir Englard

 

Les loups du millénaire de Sapir Englard est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance, Science Fiction & Fantasy.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Sienna est une louve-garou de dix-neuf ans qui a un secret : elle est vierge. La seule vierge de la meute. Cette année, elle est bien décidée à faire face à la saison des pulsions, qu’on appelle la Haze, sans céder à ses envies primaires, mais lorsqu’elle rencontre Aiden, l’Alpha, elle oublie tout de son self-contrôle.

Âge minimum : 18+

Auteure : Sapir Englard

Avertissement au lecteur

C’est une histoire torride ♨️ et l’épisode 1 commence avec un son torride  !

Vous pourriez avoir envie d’écouter avec vos écouteurs, ou dans un endroit privé .

Tout ce que je voyais, c’était du sexe.

Partout où je me tournais, il y avait des corps qui tremblaient. Des membres qui bougeaient. Des bouches qui gémissaient.

Je courais dans une forêt, haletant, essayant d’échapper aux fantômes charnels qui m’entouraient et qui semblaient me convoquer. Me disant de les rejoindre…

Mais plus je m’enfonçais dans les bois, plus la forêt devenait sombre et vivante.

Certains arbres se balançaient comme des amoureux. D’autres, avec leurs racines noueuses et leurs branches grêles, ressemblaient à des prédateurs. Se rapprochant de moi. Me pourchassant.

Quelque chose dans l’obscurité me poursuivait. Quelque chose d’inhumain.

Et maintenant les bouches ne gémissaient plus. Elles criaient.

Des orgies grotesques partout qui devenaient violentes. Sanglantes. De quoi craindre pour sa vie.

D’une seconde à l’autre, les ténèbres allaient m’attraper.

Le sexe allait m’étrangler.

En sentant une racine s’enrouler autour de ma jambe, j’ai trébuché et je suis tombée dans un trou béant au centre de la forêt. Mais ce n’était pas un trou.

C’était une bouche. Avec des dents pointues et une langue noire, se léchant les lèvres, sur le point de m’avaler tout cru.

J’ai essayé de crier, mais je n’avais pas de voix.

Je suis tombée.

Plus loin.

Plus profond.

Jusqu’à ce que je ne fasse plus qu’une avec la folie violente et sexuelle… complètement consommée.

***

J’ai cligné des yeux. Bon sang, qu’est-ce que je dessinais ?

Assise au bord de la rivière, un carnet de croquis à la main, je regardais, incrédule, mon propre travail. J’avais dessiné une vision des plus dérangeantes… et sexuelles.

Ça ne pouvait signifier qu’une chose : la Haze arrivait.

Mais avant que je n’aie fini d’y penser, le bruit d’un rire proche m’a distraite. Je me suis retournée et j’ai vu un groupe de filles qui l’entouraient.

Aiden Norwood.

Je ne l’avais jamais vu ici auparavant. Pas au bord de la rivière où je vais dessiner et me vider l’esprit. Il n’y a pas beaucoup de gens comme nous qui traînent par ici.

Pourquoi ? Je ne sais pas.

Peut-être que c’est le calme alors qu’on attend toujours de nous qu’on soit sauvage. Peut-être que c’est l’eau alors que chacun d’entre nous brûle d’un feu intérieur. Ou peut-être que c’est juste un endroit que j’ai toujours considéré comme étant le mien.

Un endroit secret où je ne fais pas partie de la meute. Où je suis juste moi, Sienna Mercer, une artiste autodidacte rousse de dix-neuf ans. Une fille apparemment normale.

L’Alpha a marché vers l’eau, ignorant le troupeau de filles qui le suivait. Il avait l’air de vouloir qu’on le laisse tranquille. Ça m’a rendue curieuse. Ça m’a donné envie de le dessiner.

Bien sûr, je savais que c’était un risque de dessiner l’Alpha. Mais comment pouvais-je résister ?

J’ai commencé à le dessiner. Avec ses 1,80 m, ses cheveux noirs ébouriffés et ses yeux verts dorés qui semblaient changer de couleur chaque fois qu’il tournait la tête, Aiden était la définition même de l’appétit.

Je commençais juste à travailler sur ses yeux quand il a tourné la tête et a reniflé.

Je me suis figée, en plein milieu d’un coup de crayon. S’il me voyait maintenant, s’il voyait ce que je dessinais…

Mais ensuite, à mon soulagement, il regardait l’eau à nouveau, se perdant encore dans une sombre rêverie. Même entouré d’autres personnes, l’Alpha semblait seul. Je l’ai donc dessiné seul.

Je l’ai toujours observé de loin. Je n’avais jamais été aussi près. Mais maintenant, je pouvais voir comment ses biceps dépassaient de sa chemise, comment sa colonne vertébrale se courbait pour s’adapter à sa transformation.

J’imaginais qu’il pouvait se transformer si rapidement. Penché en avant, les yeux fouillant comme ceux d’un animal sauvage, il semblait, dans ce cas, déjà à moitié transformé.

Un homme, oui. Mais plus encore, un loup-garou.

Sa beauté m’a rappelé que la Haze approchait à grands pas. C’est la période de l’année où tous les loups-garous de 16 ans et plus deviennent fous de désir, la saison où tout le monde — et je dis bien tout le mondebaise comme des fous.

Une ou deux fois par an, cette faim imprévisible, ce besoin physique, affectait tous les membres de la meute.

Ceux qui n’avaient pas de partenaire en trouvaient un temporaire pour se défouler.

En d’autres termes, il n’y avait personne dans la meute de plus de seize ans qui était vierge.

En regardant Aiden, je me demandais si les rumeurs qui tournent autour de lui étaient vraies.

Si c’était l’une des raisons pour lesquelles il était ici, ignorant les filles, ruminant au bord de la rivière.

Certains ont dit que cela faisait des mois qu’Aiden n’avait pas pris de femme dans son lit, qu’il prenait ses distances avec tout le monde.

Pourquoi ? Une partenaire secrète ? Non, les commères de la meute l’auraient déjà repérée.

Alors qu’est-ce que c’était ? Qu’allait-il advenir de notre Alpha bien-aimé s’il n’a pas de partenaire quand la Haze frappera ?

Ce ne sont pas tes affaires, me suis-je réprimandée. Qu’est-ce que ça pouvait me faire de savoir avec qui Aiden couchait ?

Il avait dix ans de plus, et comme la plupart des loups-garous, il n’était intéressé que par les personnes de son âge.

Pour Aiden Norwood, l’Alpha de la deuxième plus grande meute des États-Unis, je n’existais pas. En mettant de côté mon béguin d’écolière, je savais que c’était mieux pour moi.

Michelle, ma meilleure amie, était déterminée à me trouver un copain de baise. Elle s’était déjà mise en couple à l’avance, comme c’était courant chez les loups non accouplés avant la Haze.

En essayant de m’arranger un rendez-vous avec trois des amis de son frère, qui semblaient tous parfaitement corrects et qui avaient été francs en disant qu’ils me pensaient apte à passer du bon temps au lit, Michelle ne pouvait pas comprendre pourquoi j’avais refusé chacun d’entre eux.

« Ugh. » Je pouvais presque entendre la voix de Michelle résonner dans ma tête.

« Pourquoi es-tu toujours aussi pointilleuse, ma fille ? »

Parce que la vérité, c’est que j’avais un secret.

À 19 ans, j’étais la seule louve vierge de toute notre meute. J’avais traversé trois saisons, et peu importe à quel point je devenais folle de sexe, je n’avais jamais cédé à mes désirs charnels.

Je sais. Ce n’est pas très digne d’une louve de me soucier des « sentiments » et des « premières fois », mais je chérissais la mienne.

Ce n’est pas que j’étais prude. Dans notre société, ça n’existait pas. Mais, contrairement à la plupart des filles, je refusais de le faire avant d’avoir trouvé mon partenaire.

J’allais le trouver.

Je gardais ma virginité pour lui.

Qui qu’il soit.

Je continuais à dessiner l’Alpha quand j’ai levé les yeux et j’ai vu, à ma grande surprise et à mon effroi soudain, qu’il n’était pas là.

« Pas mal. » J’ai entendu une voix grave à côté de moi. « Mais les yeux auraient besoin d’un peu de travail. »

Je me suis retournée et je l’ai vu debout juste à côté de moi, regardant mon croquis…

Aiden.

Putain.

Norwood.

Avant que je puisse reprendre mon souffle, il a levé les yeux et nos regards se sont croisés. Je me suis crispée, réalisant que j’avais un contact visuel direct, et j’ai immédiatement détourné le regard.

Aucune personne saine d’esprit n’osait regarder l’Alpha dans les yeux.

Ça ne peut vouloir dire que deux choses : Soit tu défiais la dominance de l’Alpha, c’est-à-dire que tu signais ton arrêt de mort. Soit, tu invitais l’Alpha à faire l’amour.

Comme je n’avais l’intention de faire ni l’un ni l’autre, ma seule option était de détourner le regard avant qu’il ne soit trop tard et de prier pour qu’il ne se méprenne pas sur le sens de mon regard.

« Pardonne-moi », j’ai dit doucement, juste pour être sûre. « Tu m’as prise par surprise. »

« Je m’excuse », a-t-il dit. « Je ne voulais pas te faire peur. »

Cette voix. Même en disant les mots les plus polis du monde, ils semblaient chargés de menace. Comme si à tout moment, il pouvait t’arracher la gorge avec ses dents humaines.

« Ne t’inquiète pas », a-t-il dit. « Vraiment. Je ne mords pas… la plupart du temps. »

J’étais si près que je pouvais atteindre et toucher ses muscles ondulants et sa peau dorée. J’ai levé les yeux pour regarder.

Un visage brutal, cassé, qui ne devrait pas être beau, mais qui l’était. Des sourcils épais qui semblaient grossiers au toucher, comme une allusion à sa forme de loup-garou.

Et un nez, même s’il est légèrement tordu — sans doute brisé lors d’une bagarre passée — qui ne pouvait pas interférer avec son arrogante apparence sexy.

L’Alpha a fait un pas en avant comme pour me tester. Je pouvais sentir tous les poils de mon corps se dresser en trépidation. Ou… était-ce de la tentation ?

« La prochaine fois que tu me dessines, » dit Aiden, « viens plus près. »

« Oh… okay, » j’ai bafouillé comme une idiote.

Et puis, aussi vite qu’il était apparu, Aiden Norwood a fait demi-tour et est parti, me laissant seule au bord de la rivière. J’ai soupiré, sentant tous les muscles de mon corps se détendre.

Ce n’était pas tous les jours que l’on voyait l’Alpha hors de la Maison de la meute, le quartier général pour toutes les affaires de la meute. La plupart du temps, on voyait l’Alpha lors de rassemblements ou de bals. Toujours quelque chose de formel.

Ce qui s’était passé ici aujourd’hui était rare.

Je pouvais déjà voir, d’après les regards jaloux des fans d’Aiden qui l’avaient suivi jusqu’ici pour être ignorées, que cela pouvait rapidement devenir incontrôlable.

La moindre interaction avec une femelle, surtout une jeune roturière comme moi, suffirait à rendre n’importe quelle garce excitée et prête à démolir les murs de la meute juste pour le goûter.

Un événement de cette ampleur était sûr de stresser l’Alpha. Et un Alpha stressé voulait dire un Alpha dysfonctionnel, ce qui voulait dire une meute dysfonctionnelle… vous voyez le tableau.

Personne ne voulait ça.

J’ai décidé, avec le peu de lumière qu’il restait de la journée, de finir de dessiner pour me vider l’esprit. Juste moi et la rivière, en paix.

Mais tout ce que je pouvais voir, c’était les yeux d’Aiden Norwood.

Et combien j’avais tort de les dessiner. L’Alpha avait raison. Je peux faire mieux.

Si je pouvais juste être… plus proche. Mais quand serai-je de nouveau aussi proche ?

Je ne savais pas alors ce que je sais maintenant. Que dans quelques heures, la Haze allait commencer.

Que j’étais sur le point de devenir une bête de sexe. Et qu’Aiden Norwood, l’Alpha de la meute de la Côte Est, allait jouer un rôle très important dans mon éveil sexuel…

C’était suffisant pour faire hurler une fille.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

Maman
Chère Sienna. Où es-tu ?
Sienna
Maman, combien de fois dois-je te le dire ?
Sienna
Tu n’as pas besoin de commencer tes messages par « chère ».
Maman
Mais c’est plus spécial comme ça ! Comme une lettre juste pour toi.
Sienna
Maman
Dépêche-toi de rentrer !
Maman
Ta sœur est là.
Maman
Elle a amené Jeremy.
Maman
Tu sais ce que ça veut dire…
Maman
DES POTINS BIEN FRAIS.
Sienna
… cool ?
Sienna
Je serai bientôt de retour
Maman
Super. Je t’aime, maman.
Sienna

Ce n’est pas toi qui décides quand et où la Haze te frappe.

Tu conduis ? Tu ferais mieux de te ranger rapidement ou tu vas causer un carambolage de 50 voitures.

Au travail ? Débauche vite et fuis, sinon ton patron et toi risquez de devenir bien plus que des collègues.

En m’asseyant pour dîner, j’ai prié pour que ça ne me frappe pas pendant que j’étais avec ma famille — le pire endroit possible, dans mon esprit.

Alors que j’aidais à mettre la table et que je servais une assiette de lasagnes maison à Selene, je regardais la porte arrière, au cas où je devais m’échapper de façon impromptue.

Je me suis assise pour manger avec toute la famille, qui était déjà au milieu d’une conversation animée.

« Qu’est-ce qu’il y a, Jeremy ? » dit ma mère, en faisant un signe de tête au partenaire de ma sœur. « Tu n’as presque pas dit un mot depuis que tu es entré. Comment va le travail ? »

« Tu n’as pas à répondre à cette question, maître », dit Selene en lançant à maman un regard amusé.

« Eh bien », dit Jeremy en riant, « si vous demandez des ragots sur nos dirigeants, Melissa, vous savez que je ne peux pas divulguer ce genre d’information. »

« Pas même un signe de tête pour confirmer ou infirmer ? »

« Maman, » dit Selene. « C’est l’avocat en chef de la meute. Son travail est de garder leurs secrets. »

« Mais… » Maman a soupiré. « Je n’ai pas besoin de savoir quoi que ce soit de conséquent. Juste un peu de bavardage. Par exemple… est-ce vrai que notre Alpha et Jocelyn ne sont plus ensemble et qu’elle sort avec son Bêta, Josh ? »

« Maman », Selene et moi avons dit à l’unisson.

Jeremy a souri. « Je plaide le cinquième amendement. »

« Oh, vous n’êtes pas drôle, tous autant que vous êtes. »

Cette femme se comportait plus comme une adolescente que ses deux filles réunies. Mais nous l’aimions encore plus pour ça. La plupart du temps.

« Tu pourrais me demander de parler de mon travail, tu sais », a dit Selene.

« Je l’ai fait, n’est-ce pas ? » a-t-elle demandé en avalant ses lasagnes. « Je suis sûre que je t’en ai parlé. »

Selene a levé les yeux au ciel. Maman avait toujours voulu que Selene poursuive une carrière plus stable. La mode, selon ma mère, n’était pas une profession. C’était un hobby.

« Un jour, quelque chose est à la mode, le lendemain c’est démodé », disait-elle. « C’est vrai pour les vêtements et pour toute l’industrie, Selene ! Pense à long terme. »

Aujourd’hui, Selene a réussi, prouvant que les conseils de sa mère étaient erronés, et elle travaille activement dans l’une des meilleures entreprises de création de mode de la ville.

Mais Selene laissait toujours couler les insultes de maman. À tous les niveaux, elle était comme moi, mais plus jolie, plus intelligente et elle avait plus de succès.

Chaque fois que je le disais à voix haute, ce qui m’arrivait souvent, Selene me bousculait doucement et me disait simplement : « Tu es encore jeune Sienna. Donne-toi le temps. »

Mais lorsqu’il s’agissait de mes rêves, de ma future carrière de plus grand artiste du monde, je n’avais jamais été patiente. Un jour, j’allais ouvrir ma propre galerie.

Un jour, bientôt, je me suis promis. Je me fichais de ce que disait maman. Selene avait prouvé qu’elle n’avait pas raison sur tout.

« Ce n’est pas grave, maman », dit Selene en changeant de sujet. « Les ragots sont plus intéressants de toute façon. En parlant de ça… »

Les yeux de Selene se sont tournés vers moi. Je lui ai fait un signe silencieux de la tête. Ne fais pas ça.

« Une idée de qui pourrait être ton partenaire pour la saison, Sienna ? »

« Ooooh, oui », dit maman en se tournant vers moi. « Qu’est-ce, ou devrais-je dire, qui est au menu cette année ? »

« Une louve ne révèle jamais ses secrets », ai-je dit en jouant les timides.

Pendant une seconde, ma famille a semblé vouloir passer à autre chose.

J’avais un certain don pour ça — pour diriger les conversations, prendre le contrôle, garder l’attention sur quelqu’un d’autre que moi. Bien que je sois la plus jeune, j’ai toujours eu cette capacité d’autorité.

Mais ma mère s’est rattrapée.

« La voilà qui recommence », dit maman en secouant la tête. « Notre petite dominante qui nous oblige toujours à nous soumettre à ses caprices. Allez, Sienna. Dis-nous. Est-ce qu’il y a un garçon ? »

« Certains d’entre nous aiment garder leur vie privée privée, maman, » j’ai dit.

Maman a haussé les épaules. « Il n’y a rien à cacher. Je sais que ton père a certainement hâte de participer à la Haze de cette année, n’est-ce pas, chéri ? »

« Je compte les secondes », dit papa en levant son verre de vin, avec un sourire malicieux.

« Les gars. S’IL VOUS PLAÎT. C’est dégoûtant. »

C’était dégoûtant, bien sûr. Mais ce n’était pas la raison pour laquelle ça me dérangeait autant. Ma mère a toujours été une créature sexuellement libérée. Non, ce que je n’aimais pas c’était le mensonge.

Quand j’ai dit que ma virginité était mon secret, je le pensais. Même ma mère n’en savait rien.

Ce qui était bizarre parce qu’on avait toujours été très ouvertes l’une envers l’autre, sur tout. Elle ne m’a jamais caché la vérité.

Ni sur la façon dont elle a rencontré papa, qui était un humain. Ni comment ils ont eu leur seule et unique fille, Selene. Et certainement pas sur la façon dont ils m’ont trouvée.

Ils ne sont pas vraiment mes parents biologiques.

On m’a découverte dans une voiture abandonnée devant l’hôpital où ma mère travaillait. Pas que ça ait de l’importance, maman l’a toujours dit.

J’étais sur le point de changer de sujet pour parler de tout et de rien, n’importe quoi d’autre que la Haze, et puis c’est arrivé.

Je me suis figée. Une chaleur en fusion, lente et pulsée, s’est allumée en mon cœur, donnant l’impression que mon corps était en feu.

Il m’était impossible de respirer, la sueur couvrait chaque centimètre de ma peau et, avant que je ne puisse résister, la couture de mon jean se pressait contre mon aine.

Je frémis d’un désir soudain et insupportable.

MERDE.

Un souffle imposant a quitté ma bouche avant que je puisse l’arrêter, et lorsque j’ai ouvert les yeux, alors que je ne me souvenais pas les avoir fermés, j’ai vu que tout le monde dans la salle à manger avait eu la même réaction que moi.

Non, non, non.

Pas ici.

Pas avec la famille.

La façon dont ma sœur fixait Jeremy. La façon dont ma mère s’est levée de sa chaise, se penchant vers mon père.

Je ne pouvais pas le supporter. J’ai couru hors de la pièce aussi vite que mes jambes en étaient capables.

La cuisine.

Le couloir.

La porte d’entrée.

Et dans la nuit fraîche, je me suis effondrée sur mes genoux.

La Haze a rampé dans mon corps comme un serpent venimeux. Mes mamelons se sont durcis et mon estomac a frissonné, se resserrant à ce besoin sexuel.

Ma gorge était obstruée et je me battais pour respirer. Même dans la nuit venteuse, mes vêtements me collaient à la peau. Je voulais les enlever.

Je voulais les mains de quelqu’un sur mes seins, sur mon ventre, sur mon sexe…

Oh, mon Dieu. La Haze n’avait jamais été aussi forte.

C’était probablement une accumulation de tous les besoins sexuels et de toutes les frustrations que j’avais réprimées au cours des trois dernières saisons.

J’aurais dû m’y attendre. Bien sûr, ça allait arriver. Où avais-je la tête ? Je n’ai pas réfléchi. Et maintenant, j’en payais le prix.

J’ai regardé derrière moi ma maison, un endroit où j’aurais normalement trouvé sécurité et confort. Mais pas en ce moment. Pas du tout. Mes parents étaient probablement déjà en train de profiter de la Haze.

L’idée de Selene et Jeremy n’était pas beaucoup mieux. Mais ils agissaient plus comme des personnes, moins comme des loups — respectant les limites, la vie privée, les normes sociétales.

Ils arriveraient probablement jusqu’à leur appartement en ville avant de passer à l’acte.

J’ai chassé tout ça de mon esprit et j’ai couru vers le sentier en direction des bois.

J’ai croisé des humains, totalement insouciants, s’occupant de leurs affaires, et quelques loups qui étaient, comme moi, au premier stade de la Haze et essayaient de s’orienter.

C’est plus facile pour eux. Ils n’étaient pas vierges. Ils avaient pas mal couchés au cours des saisons passées. Pas moi. Je devenais folle.

À l’entrée du bois, je me suis déshabillée. Je me fichais que quelqu’un me voie. J’avais besoin de me transformer.

Juste ici.

À cet instant même.

Normalement, j’avais le contrôle total quand je me transformais, mais pas quand la Haze prenait le dessus. Non. Je ne pouvais pas rester dans cette forme humaine plus longtemps.

J’ai fermé les yeux et j’ai ressenti la félicité du changement.

D’habitude, je ressentais chaque parcelle du changement : les membres qui s’étirent, les muscles qui se tendent, le corps qui grandit, la fourrure rouge, assortie à mes cheveux humains, qui jaillissait de ma peau. Me recouvrant entièrement.

Mais pas maintenant. Maintenant, je ne ressentais rien d’autre que la Haze.

Je respirais et ma voix était un grognement. Mes doigts, maintenant des griffes noires comme du charbon. À travers les yeux d’un loup, tout était plus agressif, plus violent.

Surtout maintenant. Quand la Haze ne faisait que commencer.

Maintenant dans ma pleine forme de loup, j’ai couru dans les bois.

Le vent froid soufflait sur ma fourrure, le sol dur était humide sous mes pattes, et les odeurs des bois emplissaient mon nez.

Des hurlements ont résonné dans les bois. Le genre non accouplé. Le genre qui cherchait un partenaire.

Je me suis maudite intérieurement. Dans la Haze, j’avais oublié de penser à ce que ça impliquait.

Aller dans les bois au début de la saison, c’était comme supplier de se faire baiser. Ces bois étaient comme un bar d’université. Fait de soif et de pulsions stupides.

D’une seconde à l’autre, un loup allait renifler mon odeur et reconnaître que je n’avais pas d’attache. Ils me traqueraient jusqu’à ce que je cède. Plus d’un, j’en étais sûre.

Un jeu, un défi, pour savoir qui gagnerait la louve sans partenaire en premier.

Même si mon corps me suppliait de fléchir, je ne céderais pas si facilement. Ces loups pouvaient s’accoupler autant qu’ils le voulaient. Je ne les jugeais pas. Mais j’attendais.

J’attendais ce moment, cet instant, ce soudain et indescriptible regard de reconnaissance lorsque deux loups se regardent dans les yeux et savent qu’ils sont liés pour la vie.

J’avais hâte que ça m’arrive.

Mais ici, dans les bois, au début de la Haze ? C’était pour le moins peu probable.

Je suis devenue hyper consciente des loups mâles, de leurs mouvements, de leurs odeurs.

J’ai couru effrontément, libérant des phéromones dans l’air, les attirant plus près. Et bientôt, je savais qu’ils allaient me coincer.

Cinq d’entre eux. Tous des loups mâles affamés.

Mon corps a aimé ça. Oh, il a toujours aimé ça.

Pendant une seconde, je me suis demandé si ce serait finalement cette année.

Est-ce que je finirais par céder ? Vais-je céder à ces cinq mâles, les prendre tous en même temps ? Vais-je enfin perdre ma virginité, ici et maintenant, au milieu de la forêt ?

Alors que la Haze prenait le dessus et que tous mes désirs d’attendre mon partenaire commençaient à fondre, je me suis demandé ce qui m’en empêchait. Honnêtement ? Je le voulais.

Vraiment ?

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.