logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

Requiem City (Français)

Maddie est une pickpocket qui arpente les rues dangereuses et magiques de Requiem City. Lorsqu’elle vole les très riches jumeaux Dobrzycka, ils l’obligent à faire un choix : domination ou destruction

 

Requiem City (Français) de C. Swallow est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance, Science Fiction & Fantasy.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Maddie est une pickpocket qui arpente les rues dangereuses et magiques de Requiem City. Lorsqu’elle vole les très riches jumeaux Dobrzycka, ils l’obligent à faire un choix : domination ou destruction.

Âge requis : 18+

Auteur : C. Swallow

Avertissement : Cette histoire contient des scènes sombres et graphiques, notamment des scènes de BDSM et d’esclavage sexuel. Nous ne considérons pas que les scènes à caractère sexuel contenues dans cette histoire soient réalistes ou idéales.

MADDIE

Je respirais l’air du matin, perchée sur le rebord d’un bâtiment abandonné dans le Quartier des Squelettes de Requiem City, un véritable trou à rats, mais c’était aussi ma maison, la seule que j’avais connue.

À cette hauteur, la puanteur stagnante de la ville était remplacée par l’odeur des aiguilles de pin fraîches qui s’échappaient de la forêt.

La vue sur l’horizon était parfaite, tout droit sortie d’un conte de fées, mais il suffisait d’un regard vers le bas pour me rappeler que la réalité de ma vie était tout sauf un conte de fées.

Certaines personnes s’accrochaient à des légendes stupides du passé sur la magie et les divinités dragons, mais le seul pouvoir auquel je croyais était le mien. Je façonnais mon propre destin, moi et personne d’autre.

Certains fous ont encore passé leur vie à essayer de se convaincre que les dragons existaient, cachés parmi nous.

Mais moi ? Je n’ai jamais eu le temps de faire semblant.

Ma vie a toujours été régie par un mot : agis, agis, agis.

Agir ou mourir.

Tout pour faire un peu de bisbille dans les rues difficiles de Requiem City.

Pourquoi perdre du temps à imaginer de la merde, alors que la réalité est sur le point de vous faire sauter les dents ?

Non, j’ai mis ces pensées de côté alors que j’étais assise sur le rebord, en équilibre précaire, envoyant des morceaux de béton dans la rue en dessous.

Putain de contes de fées.

Les fantasmes sont de courte durée quand il s’agit de Requiem City…

Mon téléphone s’est mis à vibrer. Je le sortis de ma poche avec un sentiment de crainte ; je savais exactement qui c’était.

Dominic
Plus d’attente !
Dominic
Où se trouve-t-il ?
Dominic
Mes $$$ ???
Maddie
Je travaille là-dessus, Dom !
Maddie
Ce que je suis sur le point de voler est mieux que de l’argent liquide !
Dominic
Dominic
Tu m’intrigues, Mads.
Dominic
C’est bien.
Dominic
Sinon, tes amis pourraient devenir de la viande morte.
Maddie
Après ça, on est libre !
Maddie
Promets-moi !
Dominic
Nous verrons. À quel point c’est bon ?
Maddie
Tu vas voir.
Maddie
Les trois frères et sœurs les plus riches de Requiem City sont sur le point de rendre justice aux gens.

***

Je pouvais sentir l’or avant de le voir. L’une des femmes les plus riches de Requiem City était assise là, parmi la racaille, sirotant un espresso, montrant à quel point elle était intrépide.

Adara Dobrzycka de la fortune Dobrzycka.

Cette femme avait des couilles pour être ici dans le Quartier des Squelettes. Elle a probablement pensé qu’elle pourrait s’intégrer grâce à ses cheveux violets vaguement bouclés. Tout chez Adara criait à la punk en herbe.

C’est drôle comme les riches aiment jouer les pauvres. Je suppose que nous étions plutôt branchés, hein ?

Même si Adara essayait d’être cool et nonchalante, je savais que dans son sac se trouvait une montre Robishaw flambant neuve qu’elle venait d’acheter chez 900 Jewelers.

Disons que je la suivais depuis un moment et que cette femme avait bon goût… un goût très cher.

Je n’étais pas comme la plupart des pickpockets. J’étais plus petite, plus méchante, plus intelligente.

Et j’aimais choisir mes marques des jours à l’avance. Adara, par exemple ? Elle était sur mon radar depuis un moment. Mon Dieu ! J’avais envie d’effacer ce sourire suffisant de petite garce riche de son visage.

C’était le seul inconvénient d’être une voleuse. Vous ne pouviez pas rester dans les parages pour les voir s’énerver une fois qu’ils avaient réalisé qu’ils s’étaient fait plumer.

C’est dommage, non ?

Peu importe.

Pour l’instant, je voulais voler la montre de cette salope milliardaire avant qu’elle ne comprenne ce qui l’avait frappée.

Non, j’en avais besoin. Sinon, mes deux meilleurs amis, Darshan et Harry, et moi allions être à jamais les esclaves de Dominic, ce salaud.

Cette montre était notre billet pour la liberté.

J’allais donc donner à Adara Dobrzycka un avant-goût de la vraie ville de Requiem dont elle ne faisait que semblant de faire partie.

J’étais la meilleure amie des rejetés, des drogués, des ratés de tous les coins de rue.

J’étais le sang qui alimentait le marché noir.

J’étais une orpheline de seize ans nommée Madeline, et rien au monde (ni le 5-0, ni les mythes de la « magie », ni même le 1 % de Dobrzycka) ne pouvait m’arrêter.

Heureusement pour moi, Adara ne faisait pas attention aux paysans qui l’entouraient. J’ai utilisé ça à mon avantage.

J’ai serré mon manteau contre moi et j’ai avancé d’un pas vif. J’ai attendu qu’une foule d’hommes d’affaires envahisse le trottoir, je me suis glissée parmi eux, puis, faisant mine de regarder de côté, en positionnant soigneusement mon doigt, j’ai fait glisser la tasse d’Adara.

Whoops.

« Oh, merde ! », a-t-elle crié, se levant d’un bond et essuyant l’expresso tombé sur son manteau « vintage ».

C’était ma chance. Je me suis agenouillée pour attraper la tasse tombée d’une main et j’ai glissé l’autre dans son sac à main à la vitesse de l’éclair. J’ai senti la petite boîte entourée de papier de soie et l’ai rapidement saisie.

Je ne savais pas pourquoi j’étais si rapide. Les gens me disaient que c’était inhumain. Même s’ils le cherchaient, ils ne le voyaient pas. Comme si j’avais de la magie dans ma manche.

De la magie ? Oui, c’est ça.

En me levant, j’ai tendu la tasse à Adara. « Tiens. », dis-je avec un regard contrit d’excuse.

« Tu n’as pas remarqué, elle est vide, putain ! », cracha-t-elle en regardant l’état de sa veste.

J’ai simplement haussé les épaules et j’ai continué mon chemin, la montre étant déjà bien rangée dans mon sac.

Ça n’aurait pas pu se passer plus facilement si j’avais essayé.

Une envie soudaine de regarder en arrière m’a frappée, mais je savais que je devais résister. Bon sang, je ne pouvais pas m’en empêcher !

Ce genre de triomphe méritait d’être savouré. Jamais je ne m’étais attaqué à une cible aussi importante et que je n’avais survécu pour en parler.

Par chance, j’ai regardé par-dessus mon épaule et…

Adara me regardait droit dans les yeux.

Putain !

Je me suis rapidement retournée et j’ai tourné le coin, en m’assurant que j’étais au moins à une vingtaine de pas avant de commencer à courir.

Et si la salope m’avait vue pendant une seconde ?

Pas comme si elle pouvait me traquer. Je connaissais les bas-fonds de cette ville comme ma poche.

Je venais de voler à cette putain d’Adara Dobrzycka.

Rien ne me faisait peur maintenant.

***

« Tu promets que c’est réglo, Mads ? »

Je me tenais devant Dominic, le mafioso en herbe qui nous terrorisait, moi et mes amis, depuis des années.

Quand il est devenu trop vieux pour vivre à Greensward, le centre communautaire pour les enfants défavorisés, il est passé à de grandes  choses, à savoir un petit trafic de drogue et d’armes à feu dans les bas-fonds de Requiem City.

Dom était en train d’examiner la montre en or, les sourcils froncés.

« T’as pas intérêt à te foutre de moi. »

« Sur ma vie ! » ai-je dit. « Appartenant à Adara Dobrzycka elle-même. Pas pour longtemps. Mais quand même. »

Il l’a examinée un moment de plus, avec l’air de vouloir me frapper juste pour le plaisir. Comme c’était l’habitude quand il s’agissait de Dom. Puis sa posture s’est détendue, et il a ri.

« Eh bien, putain, regardez-moi ça ! » Dit Dominic, en jetant la montre à l’un de ses voyous. « Il y a l’inscription et tout. Tu sais qu’on dit que personne ne peut voler un Dobrzycka ? Comment une petite pisseuse comme toi a réussi, hein ? »

« Magique », ai-je répondu, en roulant intérieurement les yeux. « Alors, Dom. On a un accord ou quoi ? »

Si je faisais un bon score, je pourrais me débarrasser de Dominic pour de bon et plus important, sur le dos de mes deux meilleurs amis, Darshan et Harry.

J’ai été jetée dans le tas d’ordures d’un centre communautaire qui servait de prétexte alors que je n’avais que deux ans, et Darshan et Harry sont les seules personnes qui m’ont empêché de me jeter du plus haut gratte-ciel de Requiem City.

Nous étions tous des laissés-pour-compte.

Des orphelins.

Rejets.

Et Darshan, étant aveugle, était le plus malmené. Souvent par Dominic quand il vivait encore au centre.

Alors, on a commencé à se soutenir mutuellement, à faire tout ce qu’on pouvait pour survivre au jour le jour. Sans ces deux-là, je ne pense pas que j’aurais survécu jusqu’à maintenant.

Je pouvais toujours faire confiance à Darshan pour me faire rire et à Harry pour m’aider à rester droite. Ces deux-là étaient ce que j’avais de plus proche d’une famille, et je ferais n’importe quoi pour eux.

Et pendant des années, Dominic ici présent a baisé avec ma famille. Nous bottant le cul, nous forçant à faire des petits boulots, nous faisant gratter de toutes les manières possibles. Et j’étais la meilleure pickpocket de toute la ville de Requiem.

Quand Dominic a quitté le Greensward, je pensais que nous serions enfin en sécurité. Libres.

Loin de là.

Dom devait avoir un accord avec la directrice, Ella, une sale femme qui se foutait de notre éducation et de notre bien-être.

Avec son faux bronzage, ses yeux noirs de fouine et ses cheveux blonds parsemés de mèches grises, elle n’avait qu’une seule raison de vivre : l’argent.

Entre les aides du gouvernement et les dons des Dobrzycka, Ella vivait toujours au-dessus de ses moyens. À mon avis ? Dom l’avait mis dans le coup.

Il a donc eu l’autorisation de venir au centre pour nous emmerder.

Mais, je croise les doigts, cette époque est révolue. Cette montre valait plus que tous les vols de ma vie réunis.

Ça doit faire l’affaire… non ?

« Le marché, Dom », dis-je en le rappelant. « On est bon ou pas ? »

Il m’a regardé fixement pendant ce qui a semblé être une éternité, puis il a soupiré.

« Ça va me manquer d’avoir la meilleure pickpocket de la ville dans ma poche. Mais oui, Mads. Tu as bien fait. Sors d’ici. Avant que je ne change d’avis !. »

Je ne suis pas restée dans les parages pour le remettre en question !

Je me suis précipitée hors de ce trou à rat, en espérant ne plus jamais revoir la sale gueule de Dom, si excitée de raconter la nouvelle à mes amis.

Je l’avais fait.

Nous étions enfin libres.

***

« Tu as fait QUOI ? ! »

Darshan n’en croyait pas ses oreilles. C’est drôle, considérant qu’il était aveugle.

« Vous auriez dû voir ça ! »

« Ha ha ha, Maddie. Si originale. »

« Tu sais que tu m’aimes. »

Nous étions assis sur le toit délabré du centre, regardant le coucher de soleil descendant lentement sur les Monts Requiem lointains. Je venais de remplir Darshan, et il n’arrêtait pas de faire les cent pas.

Bizarrement, je me sentais plus détendue que jamais.

Zen ou peu importe comment ils appellent ça.

Lorsque Harry, le « responsable » de notre trio, s’est approché et que Darshan a commencé à lui raconter l’histoire, j’ai décroché.

En regardant le flanc de la montagne, je me suis souvenue des vieilles histoires qu’on nous racontait, comme quoi les montagnes étaient hantées.

Je savais que c’était ridicule, mais j’avais fait quelques voyages scolaires et, bon sang, si je n’avais pas ressenti quelque chose de bizarre dans ces catacombes ! Tout cet air vicié et ces réverbérations bizarres.

On dirait qu’il est hanté. Mais bon, plus personne ne croit en la magie.

Darshan et Harry se sont assis à côté de moi. Le pauvre Harry était carrément secoué.

« Pour l’amour de cette ville, Madeline ! » a-t-il dit, « À quoi pensais-tu en volant une Dobrzycka ? »

Il avait raison. Hael et Loch Dobrzycka étaient les deux hommes d’affaires les plus puissants de la ville. À peine âgés d’une vingtaine d’années, les deux frères jumeaux s’étaient hissés au sommet en étant absolument impitoyables.

Et croiser leur sœur, Adara ? C’était absolument inouï.

Mais puissant ou pas, personne ne me fait peur.

« Je pensais », ai-je répondu, « Nous n’aurons plus jamais à nous soucier de Dominic. Les gars. Pensez-y une seconde. Dans deux mois, nous serons sortis de ce misérable endroit. Et libres. Vraiment libres. Je l’ai fait pour nous. »

À ce moment-là, Harry s’est adouci. Il a mis son bras autour de moi. Et j’ai mis le mien autour de Darshan.

Comme je l’ai dit. La famille.

« Madeline, nous te sommes redevables », a dit Darshan. « Vraiment. »

« Mais… vas-y ! Crache le morceau. »

« Avez-vous pensé à ce que les Dobrzycka feront quand ils découvriront qu’une orpheline d’un des centres communautaires, que Req Enterprise finance, leur a “volé” ? »

« Nan », dis-je avec désinvolture. « Une petite montre ? Je ne pense pas que ce soit une affaire assez importante. Pas pour eux. »

C’est ça le truc entre nous et un Dobrzycka. Ce qui était petit pour eux changeait la vie pour nous. Je n’aimais pas les riches, ça ne me dérangeait donc pas de les voler. Mais au fond, il ne s’agissait pas de se venger des 1 %.

Aussi froidement que je parle, j’ai fait ça pour nous.

Le soleil a disparu à l’horizon et nous sommes restés assis en silence, la nuit tombant rapidement. Cette nouvelle réalité était encore en train de s’imposer.

« Quelqu’un a éteint un interrupteur ? » Demanda Darshan.

Nous avons ri. Il a toujours eu le sens de l’humour sur sa propre condition. Une de ses nombreuses et formidables qualités.

J’étais sur le point de répliquer quand une autre source de lumière a attiré mon attention.

Les phares.

Une limousine géante s’est arrêtée devant le centre communautaire et un homme tout aussi géant est sorti de la banquette arrière.

Oh merde.

Hael Dobrzycka.

Il était incroyablement grand et musclé, et il passait ses mains dans ses cheveux verts en regardant le toit…

En me regardant…

Hael m’a lancé un regard vert émeraude avec une reconnaissance mystérieuse et m’a adressé un sourire glacial.

Comme je l’ai déjà dit…

Les fantasmes sont de courte durée quand il s’agit de Requiem City.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

MADDIE

C’est juste une coïncidence. C’est juste une coïncidence.

J’ai répété ces mots encore et encore dans ma tête après avoir vu Hael Dobrzycka entrer dans le centre communautaire.

Le même jour où j’ai volé sa sœur…

« Hael putain de Dobrzycka. », marmonnai-je.

C’est juste une coïncidence. C’est ça.

« Putain, Maddie, t’es vraiment foutue ! » dit Darshan d’une voix paniquée.

« Shhhh, laisse-moi réfléchir », répondis-je durement.

Je transpirais comme une truie. Mon esprit était brumeux et mon estomac, noué.

Je n’ai jamais eu peur de rien… alors pourquoi l’arrivée de Hael Dobrzycka me donnait-elle l’impression d’être coincée sur un manège dont je ne pouvais pas descendre ?

« Maddie, qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? Tu dois te cacher. On va te couvrir ! », a dit Harry en me prenant par les épaules.

Il avait raison. La seule chose rationnelle à faire était de se tirer de là, mais je ne pensais pas de façon logique.

Je ne savais pas si c’était le destin, ou la fatalité, ou quoi que ce soit d’autre, mais…

Je me suis sentie attirée par Hael.

Quand il me regardait avec ces yeux ensorcelants d’un vert émeraude, c’était comme s’il fixait mon âme.

Et ce petit sourire suffisant…

Que diable faisait-il ici ?

Je ne savais pas, mais je devais le découvrir.

Je me suis propulsée en bas de l’échelle qui menait à l’avant du centre et je me suis faufilée à l’avant, jetant un coup d’œil par la porte du bureau d’Ella, qui était légèrement entrouverte.

« M. Dobrzycka, c’est une si agréable surprise », dit la directrice, troublée. « Je… je ne m’attendais pas à une visite aussi tardive. Je me serais rafraîchie. »

« Je ne me soucie pas de votre apparence », dit froidement Hael. « Je suis ici pour affaires. »

« À propos de l’amu… l’amusement ? t » Ella déglutit. Sans l’argent des Dobrzycka, elle n’aurait personne à chaparder afin d’alimenter son style de vie excessif.

Nous n’avons certainement jamais profité de ces fonds.

« J’ai une opportunité pour l’un de vos orphelins. », répondit Hael d’un ton arrogant. « Quelqu’un qui pourrait être mon nouvel assistant. Ce serait un… stage, en quelque sorte. »

« Je pourrais recommander plusieurs de nos… »

« Je cherche quelqu’un de précis. », dit-il en la coupant. « Une jeune fille. »

« Oh ! », dit Ella, en levant un sourcil et en souriant. « De quel âge on parle ? Seize ans ? Quinze ans ? Treize ans ? Il y a beaucoup de filles ici qui pourraient satisfaire vos besoins. »

Mon estomac s’est serré, et j’ai enfoncé mes ongles dans mes paumes.

Cette putain de salope, elle vendrait n’importe lequel d’entre nous pour un foutu centime.

« Vous vous méprenez. », dit Hael en lançant à Ella un regard dégoûté. « C’est purement professionnel. »

« Oh ! bien sûr. Je ne suggérerais pas le contraire », dit-elle en essayant de faire marche arrière. « Qui cherchez-vous ? »

« Elle s’appelle Maddie, je crois. »

Putain !

Pendant toutes mes années de pickpocket, je n’avais jamais été attrapée. Je ne pensais pas que c’était possible.

Mais un Dobrzycka était juste là, ilme cherchait.

Comment cette salope d’Adara m’avait-elle identifié ? Elle ne m’avait vue que pendant une fraction de seconde.

J’ai été rapide.

La plus rapide.

Ça n’avait pas le moindre sens.

À moins que…

Je pensai à cette gravure sur le dos de la montre. La faisant ressortir. La rendant unique en son genre, putain.

Dominic, espèce de fils de pute stupide.

Il avait probablement essayé de la mettre en gage dans un endroit où ils traquent ce genre de choses. Et à la minute où il a sauté…

Je pourrais assembler le reste des pièces :

Les Dobrzycka ont retrouvé Dominic…

Dominic m’a vendue…

L’humble servante est royalement baisée.

***

Génial. Juste putain de génial.

Alors que j’étais assise à l’arrière de la limousine qui avait été envoyée pour me prendre le matin, je ne pouvais m’empêcher de m’apitoyer sur mon sort.

Je me dirigeais vers un destin inconnu. Je n’avais aucune idée de ce que les Dobrzycka me réservaient, mais j’avais l’impression d’aller à mon exécution.

Maintenant, j’allais probablement passer qui sait combien de mes années restantes derrière les barreaux. Tout ce pour quoi je me suis battue. Chaque mauvais coup et chaque arnaque. Tout ça en vain.

Et le pire, c’est que je ne reverrai peut-être jamais Darshan ou Harry. La seule famille que j’avais eue.

Rien ne fait plus mal en ce moment.

Ce n’est pas comme si j’avais déjà eu une vraie famille.

Mes parents ? Tout ce que je savais, c’est que pendant les deux années où ils m’ont élevée, ils ne m’ont laissé qu’un nom : Madeline.

Ils m’ont abandonnée comme si je n’étais rien. Comme si je n’étais personne.

Quand j’avais six ans, Darshan a décidé de m’appeler Maddie parce que j’étais tout le temps « folle », et c’est resté.

Parce que c’est ce que j’étais.

Folle.

Aliénée.

Prête à faire ce que je devais faire pour survivre.

On dirait que j’ai finalement été trop loin. J’étais finie.

Quand la voiture s’est garée, je me suis sentie résignée. Je savais que d’une seconde à l’autre, les portes allaient s’ouvrir et que la police allait se ruer sur moi et me jeter en taule pendant que les caméras des journaux télévisés captureraient l’image de la voleuse idiote qui pensait pouvoir tromper les personnes les plus puissantes de Requiem City.

Alors, imaginez ma surprise quand les portes se sont ouvertes et que je n’étais pas en train de regarder le scandale.

Je regardais un gratte-ciel en verre qui s’élevait en spirale dans une bouche ouverte, comme celle d’un animal mythique. Tous ceux qui ont grandi à Requiem City reconnaissent immédiatement les Entreprises Req. comme la société dirigée par les Dobrzycka.

Oh. Merde !

Je ne savais pas quel enfer m’attendait dans ce bâtiment étincelant, mais soudain la prison ne semblait pas si mal.

Les frères Dobrzycka étaient connus pour être les personnes les plus cruelles et terrifiantes de la ville.

Je ne voulais même pas imaginer ce qu’ils étaient capable de me faire.

Alors que je sortais avec hésitation de la limousine, des agents de sécurité privés m’ont escortée à l’intérieur. Je ne l’avais jamais vue de cette perspective, et je devais admettre que, même si ma vie était probablement condamnée, le bâtiment était d’une grande beauté.

Nous sommes entrés dans un ascenseur et sommes montés jusqu’au 99e étage.

DING !

Quand les portes se sont ouvertes, tout ce que je pouvais voir était rouge. Le papier peint, les sols, même les plafonds du couloir, tout était couleur rouge sang.

Les gardes m’ont poussée dans le couloir, puis sont restés dans l’ascenseur lorsque les portes se sont refermées, me laissant seule.

Qu’est-ce que je suis censée faire maintenant ?

J’ai fait un pas hésitant en avant, regardant à gauche et à droite.

« Allô ? » appelai-je dans le couloir vide, me sentant comme une idiote.

Il n’y avait qu’une seule porte au bout du couloir. Je me demandais ce qui se trouvait de l’autre côté. Serait-ce Adara ?

Son cul de punk amateure aux cheveux violets ne m’a pas effrayé une seconde. Ses frères jumeaux, par contre…

Hael et Loch.

Je ne connaissais que les rumeurs. En tant que PDG de Req Enterprises, ils n’avaient reculé devant rien pour bâtir leur empire. Ils piétinaient tous ceux qui se trouvaient sur leur chemin et les écrasaient.

Ils étaient des géants, tant sur le plan des affaires que sur le plan physique, dépassant tout le monde de près de deux mètres.

Je me suis préparée et j’ai ouvert la porte.

Ce que j’ai vu à l’intérieur était le plus beau, le plus énorme des bureaux. Je ne comprenais pas pourquoi un être humain avait besoin d’autant d’espace.

Le plafond en verre semblait s’étendre à l’infini, se fondant dans le ciel. Une cheminée si grande qu’elle occupait un mur entier.

À part cela, seulement un long bureau en granit noir et une chaise vide occupaient le bureau.

Minimaliste serait un euphémisme.

Je pensais que j’étais seule, mais bien sûr, je ne l’étais pas.

« Eh bien ! Si ce n’est pas la petite voleuse… » J’entendis une voix lente bourdonner comme si elle s’ennuyait.

Je me suis retournée pour voir un mur s’ouvrir et un homme entrer dans la pièce. Il portait un pantalon de survêtement de marque et un pull à capuche assorti.

Il a souri alors que de la fumée s’échappait d’une pipe en forme de dragon.

Je l’ai reconnu immédiatement grâce aux panneaux d’affichage. C’était le seul et unique Loch Dobrzycka.

Pour être honnête, j’aurais aimé pouvoir dire qu’il était aussi épouvantable en personne que dans mon imagination, mais la poitrine ciselée qui apparaissait hors de son pull à capuche ouvert et ses pommettes saillantes n’étaient certainement pas monstrueuses.

Il y avait quelque chose dans son attitude nonchalante, son esprit libre, son sourire agaçant, qui piqua ma curiosité.

L’homme ne portait même pas de chaussures. Un milliardaire et c’est ainsi qu’il choisit de se comporter ?

Tout d’un coup, j’ai voulu savoir pourquoi.

C’était facile d’oublier l’horrible être humain qu’il était, en le regardant. Ses yeux étaient d’un vert émeraude brillant, tout comme ceux de son frère.

En se rapprochant, j’ai remarqué qu’ils étaient presque reptiliens.

« Qu’est-ce que tu veux de moi ? » demandai-je d’un air de défi.

Il passa devant moi, désintéressé, pour s’appuyer contre le bureau en granit, toujours en train de fumer.

Il y avait quelque chose… de contre nature dans cette fumée. Peu importe combien de temps il tirait sur la fumée, il n’avait jamais à l’allumer. Comme s’il y avait un feu à l’intérieur qui le faisait pour lui.

« Pour quelqu’un qui a été capable de voler un Dobrzycka », a-t-il dit, en jetant un coup d’œil au mien, « tu es plutôt lente ».

Tout intérêt que j’avais pu ressentir, même minuscule, s’est instantanément évaporé. J’ai senti mes narines s’enflammer d’aversion.

J’étais une bonne menteuse, bien sûr, mais je n’avais jamais été capable de cacher quand je détestais quelqu’un. Il a semblé lire dans mes pensées, car son sourire s’est élargi, révélant ses dents pointues.

De la fumée s’est échappée de sa bouche. « Et prompte à la colère. Y a-t-il des qualités, intéressantes, dont je devrais être conscient ? »

« Dit l’homme qui vole les gens de cette ville aveuglément et traite tout le monde comme du chewing-gum au bout de sa chaussure. »

Je n’arrivais pas à croire à ma propre audace. Je dis cela avant d’avoir eu le temps de réfléchir aux conséquences et je baissai rapidement la tête.

Loch s’est rapidement approché de moi et a placé sa jambe entre les miennes, ce qui m’a forcée à les écarter et rougir.

« Tu oublies que je n’ai pas de chaussures, petite souris des rues. »

« Ne me parlez pas comme ça ! », dis-je, furieuse.

« N’est-ce pas ce que tu es ? C’est toi qui parles de vol. Je comprends que tu as pris quelque chose qui n’était pas à toi. À ma sœur, plutôt.  »

« Je ne sais pas ce que vous… »

Je n’ai pas pu finir ma phrase. Je me suis figée lorsque Loch s’est penché en avant, a glissé un doigt dans la bretelle de ma chemise et m’a tirée vers lui. Il y avait quelque chose de maléfique dans la façon dont il m’attirait vers lui au lasso, sans le moindre effort.

Nous étions si proches que je pouvais sentir son souffle chaud, sentir la fumée sur sa langue. L’odeur d’un feu de forêt…

« Tu es audacieuse, souris des rues, je te l’accorde. » Il a souri. « Mais mens encore une fois et je te mangerai vivante. »

Il ne pouvait pas vraiment dire ça … n’est-ce pas ?

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.