logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

Kidnappée par l’alpha

Belle ne sait même pas que les métamorphes existent. Dans un avion pour Paris, elle rencontre l’alpha Grayson, qui prétend qu’elle lui appartient. L’alpha possessif marque Belle et l’emmène dans sa suite où elle tente désespérément de lutter contre la passion qui monte en elle. Belle se laissera-t-elle convaincre par ses désirs ou pourra-t-elle se défendre ?

 

Kidnappée par l’alpha de Annie Whipple est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance, Science Fiction & Fantasy.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Belle ne sait même pas que les métamorphes existent. Dans un avion pour Paris, elle rencontre l’alpha Grayson, qui prétend qu’elle lui appartient. L’alpha possessif marque Belle et l’emmène dans sa suite où elle tente désespérément de lutter contre la passion qui monte en elle. Belle se laissera-t-elle convaincre par ses désirs ou pourra-t-elle se défendre ?

Âge requis : 16+

Auteure : Greta N

Note : Cette histoire est la version originale de l’auteur et n’a pas de son.

BELLE

J’ai respiré profondément en traversant l’aéroport, mes bagages à la main. J’essayais de me calmer, sans succès.

J’avais toujours détesté prendre l’avion.

Et un vol de onze heures pour Paris était la dernière chose que je voulais faire, à la veille du réveillon de Noël. Mais ma mère m’avait suppliée de venir passer les fêtes avec elle et son mari.

Je savais qu’elle ne m’avait invitée que par culpabilité.

Je ne l’avais pas vue depuis plus de cinq ans et elle semblait n’avoir aucun problème à me laisser derrière elle, après que mon père soit tombé malade.

Il ne lui aura fallu qu’un an pour se remarier et un de plus pour avoir un enfant. Du jour au lendemain, elle a complètement coupé les ponts avec mon père et moi, faisant comme si nous n’avions jamais existé.

Alors le fait qu’elle m’invite à venir la voir maintenant m’avait vraiment énervée.

Mais je n’avais personne d’autre. Paris était ma seule option si je ne voulais pas passer Noël seule.

Le passage de la sécurité a été plus facile que je ne l’aurais cru, et j’ai trouvé ma porte sans trop de problèmes. Mais même avec toute cette chance, je ne pouvais m’empêcher de me sentir mal à l’aise.

Je n’avais pris l’avion que deux fois dans ma vie, à chaque fois pour des raisons que j’aurais voulu éviter.

La première, c’était pour les funérailles de ma grand-mère en Floride. La deuxième, c’était pour le mariage de ma mère à Paris, avec un homme que je n’avais jamais rencontré auparavant — un homme qui n’était pas mon père.

Donc, non seulement l’avion était absolument terrifiant, mais je l’associais toujours à une situation indésirable. Je savais que ce vol ne serait pas différent.

J’ai attendu l’embarquement pendant une demi-heure. Je voulais être en avance pour être certaine de ne pas manquer le vol. Je ne voulais pas devoir acheter un autre billet.

Une fois dans l’avion, je ne pouvais empêcher mes mains de trembler. Une hôtesse de l’air m’a souri alors que je passais devant elle et, remarquant ma nervosité, m’a fait un signe de tête rassurant.

J’ai fait de mon mieux pour lui rendre son sourire.

Lorsque j’ai finalement atteint mon siège, tout au fond de l’avion, j’ai regardé l’homme à côté duquel j’allais m’asseoir pendant les onze prochaines heures.

Son regard a parcouru mon corps de haut en bas, s’arrêtant un moment sur ma poitrine avant de croiser mes yeux.

Il a souri. « Eh bien, bonjour à toi. »

Super. Juste parfait.

Je vais passer les 11 prochaines heures à me faire reluquer par un sale type.

« Salut », ai-je marmonné.

Ignorant M. Taré, j’ai pris ma valise et l’ai soulevée au-dessus de moi pour la mettre dans le compartiment supérieur.

Remarquant que mon futur voisin — qui me regardait maintenant me débattre — avait posé sa valise au milieu du compartiment, j’ai soufflé, essayant de la déplacer d’une main tandis que je me battais pour y faire entrer la mienne.

J’avais presque réussi quand j’ai senti des mains s’enrouler autour de ma taille, touchant la peau nue de mon ventre, là où ma chemise était remontée.

Pensant qu’il s’agissait de M. Taré, j’ai essayé de m’enfuir, mais je me suis arrêté lorsque les mains se sont resserrées et que j’ai senti de l’électricité parcourir mon corps.

J’ai tourné la tête pour voir à qui appartenaient ces mains et mes yeux se sont écarquillés en le voyant.

Il était à couper le souffle… Grand au point qu’il avait l’air comique dans notre ridicule petit avion.

Ses muscles tendaient sa chemise noire et son jean bleu, il devait passer pas mal de temps à la salle de sport.

Il avait des cheveux bruns couleur chocolat, des yeux vert foncé fascinants et une mâchoire carrée qui semblait pouvoir couper de l’acier.

Ses lèvres étaient pulpeuses et charnues et je me suis inconsciemment penchée vers lui, imaginant ce que cela ferait de presser mes lèvres contre elles.

Un grognement soudain et profond m’a fait me redresser et mes yeux ont croisé les siens pour découvrir qu’il me regardait l’observer. Mes joues ont immédiatement rougi, mais avant que je ne me sente trop gênée, il a parlé.

« Tu es à moi, tu es ma compagne. », a-t-il dit, sa voix profonde et rauque résonnant dans mes oreilles. Il a serré ma taille doucement, son front a rencontré le mien et il a respiré profondément.

J’aurais probablement dû le gifler, mais au lieu de cela, j’ai laissé mes yeux se fermer et j’ai savouré la sensation de ses bras autour de moi tandis que de délicieuses étincelles parcouraient mon corps. Je ne savais même pas qu’il était possible de se sentir aussi bien.

J’ai senti sa tête s’éloigner de la mienne alors qu’il se penchait pour caresser mon cou. J’ai incliné la tête pour lui donner un meilleur accès et il a laissé échapper un grognement approbateur.

Et puis je l’ai senti déposer un doux baiser à la jonction de mon cou et de mon épaule. Mes genoux ont d’abord faibli, puis mon corps tout entier s’est engourdi tandis qu’un soupir s’échappait de ma bouche.

Il a souri contre mon cou, en gloussant et en prenant tout mon poids dans ses bras, tandis que je m’appuyais complètement sur lui pour ne pas tomber.

J’étais au paradis.

Un raclement de gorge m’a fait sortir de ma transe et j’ai couiné et essayé de m’éloigner de son corps, me rappelant soudain où je me trouvais.

Malheureusement, alors que j’essayais de repousser l’homme mystérieux et incroyablement beau, j’ai oublié que ma main tenait toujours mon bagage dans le compartiment supérieur.

J’ai entendu ma valise glisser vers moi, je me suis rapidement baissée, attendant qu’elle me frappe à la tête.

Mais rien ne s’est passé et à la place, j’ai entendu, « Attention, ma belle ».

J’ai levé les yeux vers l’homme en face de moi, qui avait toujours une main possessivement posée sous ma chemise, en bas de mon dos. Son autre main retenait maintenant ma valise au-dessus de moi.

Il m’a souri et m’a fait un clin d’œil avant de pousser mon sac dans le compartiment et de le fermer.

Tout en gardant sa main sur mon dos, il s’est tourné pour regarder la femme derrière lui, qui avait essayé d’attirer notre attention pendant ce moment intense. La femme avait l’air choquée et s’est à nouveau raclé la gorge avec hésitation.

« Désolée, j’ai juste besoin d’aller à mon siège, et vous bloquez l’allée. Je ne voulais pas interrompre vos retrouvailles. Vous ne vous êtes clairement pas vus depuis un moment. » Elle a souri gentiment.

Voulant la corriger, j’ai ouvert la bouche pour dire que nous ne nous étions jamais rencontrés auparavant, mais l’homme qui me tenait m’a devancée.

« Nous étions juste en train de trouver nos places. Nous serons hors de votre chemin dans une seconde. » Sa voix était douce et rassurante.

La femme a fait un signe de tête.

J’ai voulu m’éloigner, cherchant à échapper à cette situation embarrassante, mais l’homme a resserré son emprise sur moi.

Il s’est penché et a chuchoté dans mon oreille : « Pas si vite… Tu ne t’échapperas pas si facilement. »

Puis il a regardé le type qui devait être assis à côté de moi pendant le vol. « Bougez », lui a-t-il dit.

M. Taré est resté assis et nous a regardés fixement pendant une seconde, probablement en train d’analyser ce qui venait de se passer. Ça me mettait très mal à l’aise de savoir qu’il nous avait observés.

« Quoi ? », a-t-il demandé.

« Bougez », a répété le bel inconnu. « Je suis assis là. »

« Je suis désolé. Je ne bouge pas. C’est mon siège. »

L’homme qui me tenait a grogné tout bas. « Tenez, prenez le mien. » Il a tendu son billet à M. Taré. « C’est en première classe », a-t-il ajouté à l’homme qui observait le billet, un sourcil levé.

« Maintenant, bougez », dit-il lentement — presque menaçant — comme s’il défiait l’homme de remettre ses ordres en question.

Il nous a jeté un dernier regard avant de se lever et d’attraper rapidement son sac pour rejoindre sa nouvelle place. J’étais sidérée.

Qu’est-ce qui vient de se passer ? Cette journée s’avère étrange.

« Vas-y, ma belle », dit mon nouveau et mystérieux voisin, en me poussant doucement vers le siège de la fenêtre et me suivant de près.

Je me suis assise et je l’ai regardé s’installer à côté de moi. Je ne savais pas trop quoi dire, encore un peu choquée et embarrassée par ce qui venait de se passer.

« Hum, désolée pour tout à l’heure », ai-je marmonné en plaçant une mèche de cheveux derrière mon oreille et en baissant le regard. Je voulais que ce gars m’apprécie. « Je touche rarement des inconnus comme ça, je vous le promets. »

J’ai ri nerveusement. Comme il ne répondait pas, je me suis raclé la gorge.

« Ok… alors pourquoi avez-vous renoncé à votre billet de première classe pour vous asseoir ici ? »

Soudain, une main s’est emparée de mon menton et a fait pivoter ma tête. Mes yeux ont croisé les siens et sa main s’est posée sur ma joue.

« Parce que je voulais être près de toi », a-t-il dit à voix basse.

Il a passé son pouce sur ma pommette en examinant chaque centimètre de mon visage.

« Wow, comment ai-je eu autant de chance ? »

Je me suis éloignée de lui, ne sachant pas trop comment répondre. J’ai dû mal entendre.

« Désolé, qu’est-ce que vous avez dit ? »

Il a juste souri et a secoué sa tête. « Rien. Ne t’inquiète pas pour ça, ma belle. » Il s’est penché vers moi à travers l’accoudoir. Nous étions proches pour deux étrangers.

« Je suis Grayson. Quel est ton nom ? »

Abasourdie, je me suis entendu dire « Belle ».

Son sourire s’est élargi. « Belle », s’est-il dit. « Ma Belle. »

Ses yeux étaient si beaux. Je ne pouvais pas m’empêcher de les regarder fixement. « Uh-huh… », ai-je dit distraitement.

Il a laissé échapper un rire franc. J’ai dit quelque chose de drôle ?

« Notre lien est fort, je le sens. »

C’est moi, ou rien de ce qu’il dit n’a de sens ? « Quoi ? Notre lien ? », ai-je demandé.

Il a balayé une mèche de cheveux de mon visage. « Oublie ce que je viens de dire. »

J’ai été une fois de plus tiré de l’engourdissement dans lequel il me plongeait lorsqu’un bébé derrière nous a poussé un grand cri. Réalisant à quel point j’étais proche de cet homme — Grayson — j’ai eu un mouvement de recul.

J’ai pu sentir son souffle sur mon visage.

J’ai à nouveau ri nerveusement, puis j’ai posé mes mains sur mes genoux, en essayant de ne pas avoir l’air aussi maladroit que je me sentais.

Ce type pense probablement que je suis une cinglée.

« Alors business ou plaisir ? » a demandé Grayson.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

BELLE

« Quoi ? » J’ai regardé Grayson une fois de plus.

« Vas-tu à Paris pour affaires ou pour le plaisir ? »

Ah, oui. J’avais presque complètement oublié où j’étais. J’ai repris mes esprits et mon angoisse est réapparue quand je me suis rappelé que l’avion allait décoller d’une minute à l’autre.

« Oh, hum, aucun des deux, je suppose. Je vais rendre visite à ma mère et à son mari. »

Je devais faire une grimace parce que Grayson a demandé : « Et tu n’es pas heureuse de les voir ? »

J’ai secoué ma tête.

« Non, pas depuis qu’elle nous a quittés, mon père malade et moi, pour s’enfuir à Paris et épouser son riche amant », me suis-je entendu dire.

J’ai fait une pause. Je ne peux pas croire que je viens de dire ça.

Je n’avais parlé à personne de ma mère et là, je venais de tout révéler à un parfait inconnu.

Je l’ai regardé. Son expression était pensive.

« Je suis désolé. Je ne sais pas pourquoi j’ai dit ça. Je vous promets que je ne suis pas cette personne folle qui partage toute sa vie avec l’étranger assis à côté d’elle dans l’avion. »

Grayson m’a regardé dans les yeux, intensément — presque comme s’il cherchait quelque chose — puis il a attrapé l’accoudoir entre nous et l’a soulevé pour enlever cette barrière. J’ai observé ses mouvements avec attention.

« Hum… Que faites-vous ? »

« Shh… », a dit Grayson. Il a attrapé mes hanches et m’a tirée vers lui pour que mes genoux touchent les siens.

Les délicieuses étincelles ont à nouveau parcouru mon corps tandis que sa main se glissait sous ma chemise et sur le bas de mon dos, son pouce commençant à faire des cercles apaisants.

J’ai laissé échapper un souffle du fond de ma gorge. Son autre main est allée chercher mon visage.

« Tu n’as plus à t’inquiéter de rien maintenant », a chuchoté Grayson. « Je vais prendre soin de toi. » Il s’est penché pour que ses lèvres touchent mon oreille. « Tu es à moi. »

J’ai basculé en arrière pour pouvoir voir ses yeux. « Qu’est-ce que vous voulez dire ? »

Il a souri. « Je veux dire… » Son pouce a touché ma lèvre inférieure et j’ai haleté.

« Tout » — il a embrassé ma paupière — « sur » – il a embrassé mon autre paupière — « toi » — le haut de mon nez — « est à moi. » Enfin, ses lèvres ont rencontré les miennes.

Mes yeux se sont fermés. La sensation était intense, comme un feu d’artifice et avec des explosions. Mes mains sont montées jusqu’à ses épaules énormes et musclées et les ont serrées.

J’ai laissé échapper un doux gémissement.

Je l’ai senti sourire contre mes lèvres et je me suis arrêtée une seconde. Non, pas de sourire en coin. Un sourire en coin signifiait qu’il pourrait arrêter de m’embrasser et je ne voulais vraiment pas que ça arrive.

Sans jamais quitter ses lèvres, je me suis mise à genoux et j’ai posé ma poitrine contre la sienne, profitant des étincelles qui se produisaient lorsque nos corps se rencontraient.

Mes mains se sont glissées dans ses cheveux et ont rapproché son visage du mien.

Il a poussé un grognement approbateur.

Soudain, il a serré fermement mes hanches, puis m’a soulevée sur ses genoux de façon à ce que mes genoux soient de chaque côté de lui. J’ai appuyé ma poitrine contre la sienne, et il a approfondi notre baiser, plongeant sa langue dans ma bouche.

Ses mains ont malaxé mes hanches, puis ont glissé sous ma chemise pour saisir ma taille, ses pouces touchant l’armature de mon soutien-gorge.

Oh, mon Dieu, est-ce qu’il fait chaud ici ?

Quelqu’un s’est éclairci la gorge à côté de nous et c’est comme s’il avait déclenché un interrupteur dans mon cerveau : j’ai soudainement réalisé ce que nous étions en train de faire.

J’ai fait un bond en arrière, mais Grayson a resserré sa prise, me gardant fermement sur ses genoux.

J’ai regardé l’hôtesse de l’air qui se tenait à côté de nous.

« Désolée, mademoiselle, mais je vais devoir vous demander de retourner à votre siège et de mettre votre ceinture. L’avion est sur le point de décoller. »

J’ai rapidement hoché la tête, sentant mon visage devenir rouge vif. Je me suis précipitée pour descendre des genoux de Grayson et, heureusement, cette fois, il m’a laissée partir. Je me suis assise sur mon siège et j’ai rapidement bouclé ma ceinture de sécurité.

L’hôtesse de l’air a regardé Grayson mettre la sienne, puis elle a hoché la tête et est partie.

Oh mon Dieu. Oh mon Dieu. Oh mon Dieu.

J’ai posé les mains sur mon visage pour rafraîchir mes joues brûlantes.

Je ne peux pas croire que j’ai fait ça. Qu’est-ce qui ne va pas chez moi ?

J’étais si embarrassée, je ne pouvais même pas me résoudre à regarder Grayson. J’avais rampé sur ses genoux et je me pressais contre lui comme une pute suppliant qu’il entre dans ma culotte.

« Hey, hey, hey », ai-je entendu. « Qu’est-ce qui ne va pas ? » Graysona touché mon bras.

Je l’ai retiré d’un coup sec, ignorant à quel point je voulais qu’il garde ses mains sur moi.

« Ne me touche pas », ai-je crié.

Grayson a émis un grognement surprenant venant du fond de sa gorge. Je l’ai regardé et j’ai vu une expression intense sur son visage.

Sa mâchoire était serrée et sa respiration profonde, sa poitrine se soulevant et s’abaissant rapidement. Et ses yeux étaient devenus noirs. Les pupilles, l’iris et le blanc de ses yeux ne formaient qu’une bille noire.

J’ai haleté et reculé jusqu’à ce que mon dos heurte le mur derrière moi.

« Oh mon Dieu. Tes yeux. »

Ils se sont agrandis puis se sont refermés. Il a pris une profonde inspiration, et quand il les a rouverts, ils étaient redevenus normaux.

Je devenais folle. C’était la seule explication logique. La mort de mon père et la peur de revoir ma mère avaient fini par m’atteindre.

« Je suis désolé », a-t-il dit. « C’est juste que… tu ne peux pas me dire de ne pas te toucher. »

Mon cœur a commencé à battre plus vite. Peut-être que c’était lui le fou. « Qu’est-ce que tu veux dire ? »

Il s’est penché en avant, un regard intense dans les yeux.

« Oh, ma petite fille, tu as déjà oublié ? » Sa main a attrapé mon genou et a frotté ma jambe de haut en bas.

« Tu es à moi, tu te souviens ? »

Mon sang bouillonnait. C’était la troisième fois qu’il me disait que je lui appartenais. Pour qui ce type se prenait-il ?

Bien sûr, il était beau. Je m’étais jetée sur lui et j’étais extrêmement attirée par lui, mais cela ne voulait pas dire que j’étais à lui. J’étais moi-même. Je n’appartenais à personne d’autre qu’à moi.

Surtout pas à un homme que je venais de rencontrer et qui ne respectait aucune limite personnelle.

J’ai ouvert la bouche pour lui dire ce que je pensais, mais je me suis arrêtée quand j’ai senti l’avion bouger brutalement.

J’ai dû complètement manquer la partie où ils expliquaient où se trouvaient les sorties et comment boucler sa ceinture.

C’était probablement mieux : cela n’aurait fait que me rendre plus nerveuse.

Alors que l’avion prenait de la vitesse, mon cœur battait fort dans ma poitrine et mes mains se sont mises à trembler. J’ai attrapé celle de Grayson, qui était toujours posée sur ma jambe et j’ai fermé les yeux.

J’ai essayé de prendre des respirations profondes pour me calmer, mais elles ressemblaient plus à des halètements rapides.

Oh mon Dieu… Je fais de l’hyperventilation ?

« Belle », j’ai entendu Grayson dire. « Belle, bébé, qu’est-ce qui ne va pas ? » J’ai senti sa main se lever pour saisir mon épaule.

J’ai secoué la tête frénétiquement, incapable de parler. J’avais peur de ne réussir qu’à pleurer si j’ouvrais la bouche.

« Belle », m’a dit la voix de Grayson. C’est sorti plus calmement cette fois.

« Regarde-moi, Belle. J’ai besoin que tu me regardes, magnifique. Laisse-moi voir ces beaux yeux bleus. »

J’ai encore secoué la tête. L’avion a fait un bond en se soulevant du sol. J’ai laissé échapper un gémissement et me suis poussée davantage contre le mur.

« Belle, je jure devant Dieu que si tu ne me regardes pas, je t’embrasserai à nouveau, et qui sait où cela mènera… »

Il a vraiment dit ça ? J’étais sur le point d’avoir une crise cardiaque et il menaçait de m’embrasser ?

J’ai ouvert les yeux. Le visage de Grayson était à un mètre du mien. Il a souri.

« Je retrouve ces beaux yeux. »

Ma respiration ralentit un peu. Il était si incroyablement beau. Comment peut-on être aussi beau ?

Et charmant, et doux, et réconfortant, et il embrasse tellement bien…

L’avion a tremblé à nouveau — plus fort cette fois — et la plupart des passagers a poussé un cri.

La voix du pilote s’est fait entendre dans les haut-parleurs de la cabine pour s’excuser des turbulences, expliquant que le temps semblait plus mauvais que prévu.

J’ai jeté un coup d’œil à ma fenêtre et j’ai vu qu’il pleuvait à verse et que le ciel était zébré d’éclairs.

« Oh mon Dieu, c’est comme ça que je vais mourir ». Mon corps entier tremblait.

L’avion a de nouveau été secoué au moment même où un grondement de tonnerre s’est fait entendre. J’ai poussé un cri de terreur et les larmes ont commencé à couler de mes yeux.

« Belle, bébé, viens ici », a dit Grayson d’un ton agité. Je l’ai regardé et j’ai vu qu’il me tendait le bras, m’encourageant à m’appuyer sur lui.

« Quoi ? », ai-je demandé en tremblant. « N-n-non ! »

Quelque chose a serré ma main plus fort. J’ai baissé les yeux pour voir que je tenais sa main entre les miennes. J’ai rapidement lâché prise et l’ai repoussé loin de moi.

Pourquoi suis-je si nerveuse avec ce mec ?

Il s’est passé la main dans les cheveux en me regardant paniquer. Il avait l’air peiné. « S’il te plaît, Belle, laisse-moi t’aider. »

Je me suis agrippé au mur derrière moi, espérant qu’il calmerait mon corps tremblant. « Comment ? »

Avant que j’aie pu répondre, l’avion a été secoué par un nouveau coup de tonnerre et un éclair brillant a dû frapper la carlingue de l’avion. Les gens criaient et les sacs tombaient des compartiments supérieurs.

J’ai crié et couvert mon visage avec mes mains.

« Oh mon Dieu. Oh mon Dieu. Oh mon Dieu », ai-je i sangloté. C’était mon pire cauchemar et il était en train de se réaliser.

« Belle », a dit Grayson. Sa voix était plus claire qu’avant et soudainement, tous les autres bruits ont disparu. « Regarde-moi. »

Comme si j’étais sous son contrôle, j’ai retiré les mains de mon visage et tourné mon regard vers Grayson. Ses yeux étaient de nouveau noirs.

Mais cette fois, ce n’était pas effrayant. Cette fois, c’était presque réconfortant.

« Viens ici », a-t-il dit lentement.

J’ai hoché la tête et j’ai pratiquement plongé dans sa poitrine, allant aussi loin que ma ceinture de sécurité me le permettait. J’ai enroulé mes bras autour de son torse et serré sa chemise dans mes poings.

Il m’a également entourée de ses bras, soulevant ma chemise pour que sa peau nue touche mon dos et mon ventre.

« Qu’est-ce que tu fais ? » ai-je demandé, frissonnant de la sensation de sa peau contre la mienne et des délicieuses étincelles qui parcouraient à nouveau ma colonne vertébrale.

Je l’ai senti embrasser mes cheveux. « Je suis désolé, je sais que ça doit être bizarre pour toi. C’est juste que plus nous aurons de contact peau à peau, plus tu te sentiras calme. »

Il a retiré mes bras de son corps, et, pendant un moment, je me suis sentie perdue. Mais ensuite il a soulevé sa chemise et remis mes bras à leur place.

Je pouvais sentir ses abdos…

« Tu vois ? C’est mieux, non ? Me toucher t’aide. » Je l’ai senti embrasser le sommet de ma tête.

Il avait raison. Je pouvais sentir mon rythme cardiaque ralentir et mes nerfs commencer à se calmer. « Comment est-ce possible ? » ai-je demandé. J’étais tellement confuse.

Qu’est-ce qui se passe ?

Avant qu’il ne réponde, il y a eu un autre coup de tonnerre. J’ai gémi et enfoncé mon visage dans sa poitrine aussi loin que possible.

Ses bras se sont resserrés autour de moi et ses mains ont massé mon dos.

« Shh, baby girl. Détends-toi pour moi… », a-t-il chuchoté, sa bouche touchant mon oreille. J’ai senti mes épaules relâcher lentement leur tension. Sa voix était si douce, si réconfortante, c’était comme s’il avait des pouvoirs magiques.

J’aurais fait tout ce qu’il me disait de faire pour pouvoir continuer à entendre sa voix.

« Nous y voilà. C’est ce que j’aime voir. »

Un nouveau coup de tonnerre a secoué l’avion. J’ai enfoncé mon visage plus profondément dans sa poitrine et j’ai haleté.

« Nuh-uh », a-t-il dit. « Rien de tout ça. » Ses lèvres se sont pressées contre mon oreille, y glissant un baiser.

« Concentre-toi sur ma voix. Tout ce que tu peux entendre, c’est ma voix, bébé. » Il a déposé des baisers dans mon cou.

Il avait raison. Une fois de plus, les autres bruits se sont évanouis. Les bébés qui pleuraient, les passagers qui criaient, le tonnerre qui grondait, la pluie qui battait, tout le reste s’est tu.

Il ne restait plus que lui et moi.

« La seule chose que tu peux entendre est ma voix. N’est-ce pas ? »

J’ai hoché la tête.

« Bien. Maintenant, calme-toi. »

Ma respiration est passée de rapide et haletante à de lents et profonds soupirs.

« C’est bien. » Ses lèvres ont continué à se déplacer le long de mon cou. « N’aie pas peur. Je te tiens. Je vais prendre soin de toi. »

Ses baisers étaient comme de la magie. Sa voix aussi était magique. Tout en lui était magique. Je n’étais plus dans un avion. Je n’étais plus nulle part.

C’était juste moi et Grayson — ses bras autour de moi, ses lèvres sur ma peau. J’étais calme.

Et puis ses lèvres ont trouvé un endroit sur mon cou qui a envoyé du feu dans tout mon corps. J’ai haleté.

Grayson a souri contre ma peau. « Hmm… » Il commença à sucer le point, sa langue courant sur ma peau, laissant des picotements qui allaient jusqu’à mes orteils.

Ses doigts s’enfonçaient dans ma taille et j’ai senti quelque chose s’allumer en moi — un sentiment que je n’avais pas eu depuis longtemps.

Tout mon corps a frissonné et j’ai penché la tête sur le côté pour lui donner un meilleur accès. Son gloussement profond a fait vibrer mon corps.

« Hmm… Comme ça, n’est-ce pas ? » a-t-il chuchoté contre ma peau.

Je ne pouvais même pas répondre. J’avais l’impression d’être droguée. Tout bougeait si lentement.

J’ai laissé échapper une profonde inspiration qui ressemblait plus à un gémissement parce qu’il avait cessé de m’embrasser. Je ne savais pas exactement ce que je voulais, mais j’avais besoin de quelque chose de plus — quelque chose que je savais que seul Grayson pouvait me fournir.

J’ai incliné un peu plus la tête, en espérant qu’il continuerait à m’embrasser.

Il a soupiré. « Je sais, ma belle, je sais. Mais pas ici. Pas maintenant. » Il a posé un dernier baiser à cet endroit. « Mais je te promets que tu seras mienne. Bientôt. »

Je ne comprenais pas ce qu’il voulait dire. Alors je me suis rapprochée de lui, respirant son parfum divin. Quel genre d’eau de Cologne utilise-t-il ?

« C’est bien », a-t-il dit. « Je suis là et tu es en sécurité. Rien de mal ne t’arrivera plus jamais. Nous allons vivre la plus incroyable des vies ensemble. Je ne te laisserai jamais partir. »

Qu’est-ce qu’il vient de dire ?

« Mais pour l’instant », a-t-il dit, « Tu dois te reposer. »

J’ai levé les yeux vers lui. Ses yeux étaient toujours noirs.

« Dormir. »

Et mon monde est devenu sombre.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.