logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

La Guerre des Loups

Après la Guerre des Loups, les loups-garous et les humains ont accepté une trêve difficile et se sont partagé le monde. Les loups-garous ont pris les forêts et les plaines, et les humains les villes et les villages. L’humanité a ensuite été divisée entre les travailleurs et les élites. Aujourd’hui, la nourriture est rare et les ouvriers sont affamés. C’est ainsi qu’Ellie, une ouvrière de douze ans, se retrouve affamée et échouée sur le territoire des loups-garous. Les loups-garous sont-ils vraiment les bêtes redoutables dont on l’a mise en garde, ou les Élites lui ont-ils caché la vérité ?

Age Rating : 18+ (Attention au contenu : viol et violence)

 

La Guerre des Loups de Michelle Torlot est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance, Science Fiction & Fantasy.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Après la Guerre des Loups, les loups-garous et les humains ont accepté une trêve difficile et se sont partagé le monde. Les loups-garous ont pris les forêts et les plaines, et les humains les villes et les villages. L’humanité a ensuite été divisée entre les travailleurs et les élites. Aujourd’hui, la nourriture est rare et les ouvriers sont affamés. C’est ainsi qu’Ellie, une ouvrière de douze ans se retrouve affamée et échouée sur le territoire des loups-garous. Les loups-garous sont-ils vraiment les bêtes redoutables contre lesquelles on l’a mise en garde, ou les Élites lui ont-ils caché la vérité ?

Age Rating: 18+ (Attention au contenu : viol et violence)

Auteur original: Michelle Torlot

Ellie

Je m’assis sur le tronc d’arbre renversé, regardant au loin. Le soleil était bas dans le ciel, pas tout à fait couché, donnant à tout une belle lueur.

« Mais qu’est-ce que tu fais, Ell ? »

Je levai les yeux pour voir mon grand frère, Jackson, debout devant moi.

« Tu es terriblement près de la frontière… tu connais les règles », gronda-t-il.

Je levai les yeux au ciel et regardai l’horizon.

« N’y pense même pas Ell. Ils te puniront pour y avoir pensé, et tu seras en demi-rations pendant un mois », prévint Jackson.

Je levai les yeux au ciel, « La moitié de rien, c’est toujours rien ».

Jackson me donna un coup de coude sur l’épaule.

« Tiens, je sais que tu as faim », dit-il en souriant.

Je regardai sa main. Ma bouche s’ouvrit en grand sous le choc. C’était une sorte de nourriture industrielle. Nous ne mangions jamais ça, et je n’avais même jamais vu quelque chose de semblable auparavant.

« Qu… Qu’est-ce que c’est ? Où est-ce que tu l’as eu ? » sifflai-je en regardant l’emballage dans sa main.

Il le cassa en deux et me tendit une moitié en mangeant l’autre lui-même.

« Ça s’appelle du choc-o-lat », asséna-t-il, « et si tu ne le sais pas, tu ne peux pas avoir de problèmes ».

Je commençai rapidement à le manger, savourant son goût sucré. C’était si bon !

Je gloussai, « et tu m’engueules, juste parce que je regarde de l’autre côté de la frontière. »

Jackson secoua la tête.

« C’est différent, si les gardes te trouvent, ils te tireront dessus sur place.

« S’ils te trouvent… » il pointa vers l’horizon, « et bien, Dieu sait ce qu’il t’arrivera… si les rumeurs sont vraies », conclut-il.

Je secouai la tête et pinçai les lèvres.

« Ils ont plus de nourriture qu’ils ne savent qu’en faire, et nous… nous n’en avons aucune. Leurs animaux mangent mieux que nous. »

Je forçai les larmes qui menaçaient de couler à ne pas sortir. Je fus soulagée que Jackson n’ait pas vu ma détresse.

Jackson gloussa, « ce sont des animaux Ell. »

Je levai les yeux au ciel en mâchant le dernier morceau du goûter. Mon estomac était toujours vide, mais la barre de chocolat m’avait aidé.

Jackson posa sa main sur mon épaule.

« Viens, rentrons avant que nous ne manquions à quelqu’un . Tu as besoin de dormir, de te sortir ces idées stupides de la tête. »

Je me levai et laissai mon frère me ramener au camp de travail.

Nous serions debout à l’aube, démantelant ce qui restait de la ville la plus proche de la frontière. Puis les bulldozers arriveraient. Après cela, nous ramasserions les pierres avant qu’ils n’essaient de les labourer et de les planter.

Ce n’était pas une vraie terre agricole. C’était les restes d’une vieille ville, trop proche de la frontière pour être habitée. De plus, la nourriture était rare.

S’il y avait une chance qu’ils puissent faire pousser de la nourriture, il fallait la prendre.

Ça avait été comme ça toute ma vie, et la plupart de celle de mes parents. Après la guerre, les humains avaient eu les villes et les villages. Les loups-garous avaient eu les forêts et les plaines.

Il suffisait de regarder de l’autre côté de la frontière pour voir du bétail en train de paître, des vergers de fruits, des champs pleins de cultures.

Les villes étaient très bien, mais on ne pouvait pas y faire pousser de la nourriture. Les seuls espaces étaient les parcs créés par l’homme. Ils avaient déjà été utilisés pour faire pousser de la nourriture. Il n’y en avait tout simplement pas assez.

La seule raison pour laquelle mon frère et moi avions survécu à la mort de nos parents, c’était grâce aux camps de travail.

On travaillait douze heures et on avait droit à un repas. Si on pouvait appeler ça un repas. Un ragoût de légumes qui était plus de l’eau que des légumes, et un lit.

Si on vous prenait à voler de la nourriture, c’était la peine de mort immédiate. Traverser la frontière était la même chose. Si les loups-garous ne vous tuaient pas, les gardes le faisaient.

La vie pour les humains était un enfer. Ça devait valoir le coup de traverser la frontière, de voler de la nourriture et de la ramener.

Si nous ne trouvions pas un moyen d’obtenir plus de nourriture, la race humaine mourrait de faim.

Nous eûmes quelques regards suspicieux de la part des gardes alors que nous retournions au camp. Nous gardâmes juste la tête baissée. Une fois de retour dans le blockhaus où se trouvaient les lits, nous nous dirigeâmes vers nos couchettes.

La plupart des familles dormaient ensemble. Si on était seul, on était mis dans le même panier que les hommes ou les femmes. Selon le sexe. Jackson et moi avions de la chance, on était ensemble.

Je m’allongeai sur la couchette, et Jackson s’assit sur le bord du lit. Il faisait toujours ça, jusqu’à ce que je m’endorme.

« Tu crois qu’ils savent qu’on est en train de mourir de faim ? » chuchotai-je.

Jackson fronça les sourcils, « Qui ? »

J’hésitai, avant de baisser la voix : « Les loups-garous. »

Jackson secoua la tête, et se renfrogna.

« Laisse tomber, Ellie. Tu ne devrais même pas parler d’eux. »

Je soupirai et fermai les yeux.

Je savais que Jackson n’avait que mes intérêts à cœur, mais j’étais damnée si j’allais mourir de faim, ou mourir d’une maladie parce que mon corps n’était pas assez fort pour la combattre.

Le sommeil vint finalement, mais il ne dura pas longtemps. Les douleurs rongeant mon estomac, dues au manque de nourriture, me réveillèrent.

Tous les autres dormaient encore, sauf Jackson qui, à ma grande surprise, n’était pas dans sa couchette.

Je pensai à la barre de chocolat que nous avions partagée plus tôt. Volait-il de la nourriture ? Comment pouvait-il être si imprudent ? Puis mes pensées se tournèrent vers la frontière. Si je devais faire ça, ça devait être maintenant.

Jackson comprendrait. Il y avait moins de gardes postés la nuit. Je pourrais me glisser à travers la frontière, et revenir. Trouver une cachette pour la nourriture. Ensuite, moi et Jackson pourrions la partager.

Les temps désespérés appellent des mesures désespérées, et j’étais désespérée. Tout le monde l’était. Nous étions littéralement en train de mourir de faim. Je doutais que tout le monde le soit, mais nous étions les plus bas dans la race humaine.

Les travailleurs manuels de bas niveau. Nous étions jetables.

Je passai mes jambes par-dessus le lit, et je mis rapidement mes longs cheveux noirs en queue de cheval. Puis j’attrapai un petit sac à dos sous le lit, avant de me glisser hors du blockhaus.

Mes vêtements étaient sombres, ce qui me permettait de me cacher dans l’ombre. J’étais reconnaissante pour la couleur de mes cheveux, car ils se fondaient dans l’obscurité. Seule la lune éclairait le chemin.

J’avais planifié cela depuis un moment. Je savais exactement où les gardes seraient. Ils prenaient toujours le même chemin, vérifiant le périmètre et la frontière.

Je regardai le garde marcher vers l’autre bout du camp et se diriger vers la frontière.

Je restai dans l’ombre jusqu’à ce que le garde-frontière se dirigeât vers son prochain point de contrôle.

Heureusement, la frontière n’était pas clôturée. C’était juste une rangée de rochers peints. Tout le monde savait qu’il ne fallait pas franchir la ligne. Ce soir, cependant, j’allais enfreindre les règles. Ce soir, j’allais trouver de la nourriture.

Passer la frontière était plus facile que je ne le pensais. Les gardes ne s’attendaient probablement pas à ce que quelqu’un essaie de traverser.

Après tout, la plupart des personnes présentes dans le blockhaus étaient des enfants à qui on avait inculqué les règles dès leur plus jeune âge.

Les règles, les punitions, mais surtout que les loups-garous étaient des monstres qui se nourrissaient de la chair des bébés.

Nous étions tous orphelins. Nos parents avaient été tués par la fièvre, ou par la famine. Certains avaient été tués par les gardes, juste pour avoir essayé de voler de la nourriture supplémentaire pour leurs enfants.

Les nôtres avaient péri avec la fièvre. Cela avait été ma vie pendant quatre ans. J’avais travaillé jusqu’à ce que je tombe presque d’épuisement. Jackson était plus âgé que moi, et plus fort.

C’était sa dernière année ici, ensuite je serais seule. Jackson allait être envoyé à l’entraînement des gardes, à moins qu’il ne déserte. Je me demandai si ses disparitions nocturnes avaient quelque chose à voir avec ça.

Il ne savait pas que je savais qu’il partait la nuit, mais moi oui. Mais je ne savais pas où il allait.

Le sol de l’autre côté de la frontière était similaire au nôtre, de l’argile dure dans laquelle il fallait creuser. Je suppose qu’elle était mélangée à du béton.

Une fois que vous aviez fait une centaine de mètres, l’argile dure devenait limoneuse, puis vous pouviez voir des plantes percer. Des mauvaises herbes pour la plupart, puis de l’herbe luxuriante.

Je me penchai et passai mes doigts dessus. Je n’avais jamais senti d’herbe auparavant. J’avais vu des photos quand j’étais petite, mais je ne l’avais jamais sentie. Elle avait une odeur qui lui était propre.

Je ne pus pas m’empêcher de sourire en moi-même. Mon père avait l’habitude de nous faire la leçon, quand il était vivant. « L’herbe est toujours plus verte de l’autre côté », disait-il.

Ce qui signifiait que nous devrions être reconnaissants pour ce que nous avions. La vérité était que l’herbe n’existait pas d’où nous venions.

Je me dirigeai plus loin dans le territoire des loups-garous. En restant discrète, et aussi silencieuse que possible.

Jackson ne se rendait pas compte, mais j’avais vu ces soi-disant monstres. Dans le dernier bâtiment que nous avions traversé, j’avais trouvé un livre et une paire de jumelles.

J’avais mis les jumelles dans ma veste, et je regardais le livre. Les gardes n’avaient pas trouvé les jumelles, mais j’avais été battue plus tard ce jour-là pour avoir pris une pause non prévue.

Cela n’avait duré que cinq minutes, mais les règles sont les règles. S’ils avaient trouvé les jumelles, ça aurait été bien pire.

Je les avais utilisées quelques jours plus tard, après le travail. Les gardes étaient à un autre poste de contrôle, mais il faisait encore jour.

C’est là que je les avais vus. Ils travaillaient dans les champs. Ils ne semblaient pas différents de nous, sauf qu’ils étaient plus grands, plus musclés.

Pourquoi étions-nous censés les détester ? Étaient-ils vraiment différents de nous ?

C’est alors que j’avais décidé de traverser. Ils avaient beaucoup de nourriture, nous n’en avions pas. Ils ne ressemblaient pas à des monstres, du moins pas de loin.

Il n’y avait aucun signe d’eux maintenant, bien sûr. Tout individu sain d’esprit, loup-garou ou humain, serait au lit à cette heure de la nuit.

Je me dirigeai plus loin dans leur territoire, puis je le vis au loin. Un bâtiment. Ça ressemblait à une grange. Il était assez proche d’un enclos qui contenait des animaux.

Je regardai rapidement autour de moi, il n’y avait aucun signe de personne, alors je me dirigeai vers le bâtiment.

J’avais eu raison de penser que c’était une grange. Je fis glisser la porte, permettant à la lumière de la lune de s’infiltrer à l’intérieur.

Je poussai presque un cri. J’avais touché le jackpot. Il y avait des sacs de fruits et de légumes. Et une boîte avec ce qui ressemblait à du pain rassis. J’attrapai une pomme et la croquai.

Je n’avais jamais mangé de pomme auparavant, mais j’avais vu une photo. L’intérieur était brun et mou par endroits. Elle avait bon goût.

J’en attrapai des poignées et les mis dans mon sac à dos, entre la fin de la pomme que j’avais commencée. Puis je pris un peu de pain rassis. Il était dur, pas mou comme il devrait l’être, mais il n’était pas moisi.

J’en mangeai. Ce n’était pas aussi bon que la pomme, mais les mendiants ne peuvent pas faire les difficiles.

Les légumes ressemblaient à des carottes. Certains étaient petits, d’autres difformes. J’en mordis une. Rien de mal à cela. J’en mis quelques-uns dans mon sac à dos qui était maintenant plein à craquer.

Je l’accrochai sur mon dos, je pris une autre pomme et un morceau de pain, et je me dirigeai vers la porte.

C’est alors que je l’entendis. Un hurlement, suivi d’un autre.

Je courus, mon cœur était sur le point d’exploser de ma poitrine, je retournai vers la frontière.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

Ellie

Je courais avec force, n’osant pas regarder derrière moi. Peut-être que les gens normaux se transformaient en monstres la nuit. Peut-être qu’ils vivaient parmi les gens normaux. Je n’en savais rien.

Je me demandais si les contrôleurs qui nous enseignaient les règles le savaient. S’ils le savaient, ils ne le disaient pas. Juste assez pour nous effrayer. C’est la curiosité qui tue le chat. Ça allait être ma fin.

En me rapprochant de la frontière, je me figeai. Je pouvais entendre des gardes et des cris. Ils avaient dû entendre les hurlements aussi. Si je faisais demi-tour maintenant, je serais morte. Si je restais ici, je serais morte.

Le fort bruit d’un coup de feu et une douleur aiguë dans mon bras prirent la décision pour moi. En serrant ma main contre mon bras, je courus loin de la frontière. Je pouvais sentir du liquide couler le long de mon bras.

Heureusement que les seuls monstres que je pouvais voir étaient les maniaques armés. Je fis la seule chose à laquelle je pensais, je retournai sur le territoire des loups-garous. Je devais juste trouver un endroit pour faire profil bas.

J’analysai rapidement l’horizon. Après les champs de culture et la grange, il y avait des bois. J’allais m’y cacher jusqu’au matin.

Quand je fus assez loin de la frontière pour être hors de portée des balles, je vérifiai mon bras. Il n’avait pas l’air bien. Ma main n’avait pas fait grand-chose pour endiguer l’écoulement du sang.

J’arrachai une partie du tissu du gilet que je portais et l’enroulai autour de mon bras. Je le serrai aussi fort que je pus pour tenter d’arrêter l’écoulement du sang.

Au moment où j’atteignis la limite des arbres, je commençais à me sentir étourdie.

C’était étrangement calme. La lune brillait à travers la canopée des arbres, donnant au sol une lueur étrange.

Je m’assis sur le sol et j’enlevai mon sac à dos. Appuyée contre l’arbre, je fermai les yeux un moment.

Mes yeux s’ouvrirent brusquement lorsque j’entendis le bruit d’une brindille qui craquait.

Un homme se tenait devant moi. Quand je dis un homme, il s’agissait plutôt d’un géant.

Il regarda le sac à dos, puis il me regarda. Ses yeux se rétrécirent.

« Que fais-tu ici, humaine ? »

Je sentis mon cœur s’emballer, ma bouche était soudainement sèche.

« JE… JE… » bégayai-je.

Il fit un pas de plus. Comme il le faisait, je me poussai davantage contre l’arbre. Non pas que cela m’aidait, mais il n’y avait aucune chance que je puisse courir. Mes jambes étaient soudain comme de la gelée.

« Tu es blessée », déclara-t-il.

Je baissai les yeux sur mon bras. Le bandage de fortune était déjà imbibé de sang.

C’était le moment. Soit je me vidais de mon sang, soit l’homme ou le monstre en face de moi allait me tuer.

Était-il le monstre dont ils nous avaient avertis ? La façon dont il s’était adressé à moi en tant qu’humain me faisait penser qu’il était un loup-garou. Pourquoi n’avait-il pas l’air si différent de nous ? D’accord, il était énorme.

Pas seulement grand, mais musclé.

Il avait des cheveux clairs et hirsutes qui lui tombaient sur les épaules, et une barbe de la même couleur, soigneusement taillée.

Je le regardai en silence s’agenouiller à côté de moi. Il prit mon bras, doucement mais fermement et commença à défaire le bandage de fortune.

Il fronça les sourcils, puis me regarda.

« C’est ton propre peuple qui t’a tiré dessus ! » s’exclama-t-il.

Je hochai la tête. Des larmes s’accumulèrent dans mes yeux quand je réalisai que je ne pourrais jamais revenir en arrière. Sauf si j’avais envie de mourir. Je fermai les yeux. Je ne voulais pas verser de larmes.

Je devais donner l’impression d’être forte, même si je ne l’étais pas.

Je serrai la mâchoire et pris une profonde inspiration.

Quand je les rouvris, l’homme était en train de retirer son tee-shirt.

« Ça va faire un peu mal, ma petite », déclara-t-il.

Il déchira le tee-shirt et commença à me lier le bras.

J’essayai d’étouffer un cri, qui sortit comme un gémissement quand il attacha le bandage de fortune.

Ses yeux se posèrent ensuite sur mon sac à dos. J’essayai de l’attraper, mais il était trop rapide et l’arracha.

Quand il l’a ouvert, son visage s’est déformé en une grimace de dégoût.

« Pourquoi voles-tu de la nourriture pourrie ? » demanda-t-il.

Je fronçai les sourcils, « c’est mieux que ce que nous avons ».

Il me regarda fixement, et secoua la tête en se levant, me surplombant.

« Tu peux te tenir debout ? » me demanda-t-il.

Je hochai la tête et m’aidai de l’arbre derrière moi. Une fois debout, je réalisai à quel point je me sentais flageoler sur mes jambes. Avais-je vraiment perdu autant de sang ?

Il regarda le sac à dos et le jeta. Puis il fit un pas vers moi. Avant que je ne réalise ce qu’il faisait, il m’avait soulevé comme un petit enfant. Me posant sur sa hanche.

« Salut ! » criai-je.

Je pensai à le frapper, mais je me suis ravisé.

« Si je te laisse marcher, nous ne serons pas de retour avant l’aube, et ce bras a besoin d’être examiné, » souffla-t-il.

Je soupirai. Il n’avait pas tort, mais où m’emmenait-il, et plus important encore, que se passerait-il quand j’y arriverais ?

Je posai ma main sur son épaule. Était-ce mon imagination ou sa peau était-elle chaude ?

Ilsourit.

« Notre température corporelle est naturellement plus élevée que la vôtre. Je suppose que tes chefs humains ne te l’ont pas dit, chiot ? ».

Je secouai la tête, « ils ne nous ont pas dit grand-chose, à part que vous étiez des monstres. »

Il me regarda fixement. Merde, je n’aurais pas dû dire ça. Il pouvait probablement me casser en deux sans même y penser, et j’étais l’ennemi, après tout.

Son regard s’adoucit légèrement.

« Ne t’inquiète pas, nous ne faisons pas de mal aux chiots, ce n’est pas dans notre nature. Tu devrais peut-être y penser quand tu te demanderas qui sont les monstres », me dit-il.

Je baissai les yeux.

« Désolée », marmonnai-je.

Il avait raison. Je venais de me faire tirer dessus par les miens, et d’être sauvée par l’ennemi. Sauvée pour l’instant en tout cas.

Il sourit, puis il brossa doucement une mèche de cheveux de mon visage.

« Quel est ton nom, chiot ? »

« E… Ellie », bégayai-je.

« Eh bien, petite Ellie, tu ferais mieux de t’accrocher et de fermer les yeux. Je vais courir et tu pourrais te sentir un peu mal si tu gardais les yeux ouverts. La dernière chose dont j’ai besoin, c’est que tu vomisses dans mon dos. »

Je posai mes mains sur ses épaules, et je sentis sa main dans mon dos, me tenant en place.

Je fis ce qu’il avait suggéré et je fermai les yeux. Dieu seul sait ce qu’il ferait si je vomissais sur lui.

Je ne sais pas à quelle vitesse il courait, mais je pouvais sentir le vent s’engouffrer dans mes cheveux. J’avais aussi l’impression que le souffle avait été coupé de mon corps.

Il n’avait couru qu’une dizaine de minutes quand il s’arrêta.

Je l’entendis glousser.

« Tu peux ouvrir les yeux maintenant, petite. »

J’ouvris lentement les yeux. Quand je le fis, je haletai.

Nous étions loin de l’endroit où nous étions avant. Je regardai autour de moi, il n’y avait aucun signe de la frontière. À la place, une grande maison se dressait devant moi.

Elle était massive. Elle avait trois étages. Il y avait d’autres bâtiments plus petits parsemés autour, mais pas de gens, ni de loups-garous. Puis je réalisai que c’était le milieu de la nuit.

Quand je regardai son visage, ses yeux devinrent noirs. La couleur normale de ses yeux était différente. Je sursautai et me crispai. Allait-il maintenant se transformer en une sorte de monstre ?

La couleur de mon visage se vida, et mon cœur était sur le point d’exploser.

Quelques instants plus tard, ses yeux redevinrent normaux.

Il devait avoir compris ce qui s’était passé, car il me frotta gentiment le dos.

« C’est bon chiot, ne panique pas. »

Je mordis ma lèvre inférieure.

« T… Tes yeux… » bégayai-je.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Elementor #18496

Die Galatea-App wurde von BBC, Forbes und The Guardian als die heißeste App für explosive neue Romance Romane ausgezeichnet. 1   “Beruhige dich”, sagte meine

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.