logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

Hazel Porter est parfaitement heureuse avec son travail de libraire et son appartement douillet. Mais quand une rencontre effrayante la jette dans les bras de Seth King, elle réalise qu’il y a plus dans la vie, BEAUCOUP plus ! Elle est rapidement propulsée dans un monde d’êtres surnaturels dont elle ignorait l’existence, et Seth en est le centre. Il est l’Alpha féroce, fort et magnifique qui ne veut rien d’autre que l’aimer et la protéger. Mais Hazel est humaine. Cela peut-il vraiment fonctionner entre eux ?

Age Rating: 18+

 

Trouvée de nightnoxwrites est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance, Science Fiction & Fantasy.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Hazel Porter est parfaitement heureuse avec son travail de libraire et son appartement douillet. Mais quand une rencontre effrayante la jette dans les bras de Seth King, elle réalise qu'il y a plus dans la vie, BEAUCOUP plus ! Elle est rapidement propulsée dans un monde d'êtres surnaturels dont elle ignorait l'existence, et Seth en est le centre. Il est l’Alpha féroce, fort et magnifique qui ne veut rien d'autre que l'aimer et la protéger. Mais Hazel est humaine. Cela peut-il vraiment fonctionner entre eux ?

Age Rating: 18+

Auteur original: nightnoxwrites

Note: Cette histoire est la version originale de l'auteur et n'a pas de son.

HAZEL

Il faisait froid et l'odeur de l'hiver flottait dans l’air, croustillante et fumante.

J'ai enroulé mon écharpe plus étroitement autour de mon cou, repoussant le froid du mieux que je pouvais. Autour de moi, dans la lumière grisonnante, les dernières feuilles tombaient des arbres, marquant la fin de l'automne.

Je rentrais de la librairie où je travaillais, à vingt minutes de marche de mon appartement.

La journée avait été chargée. Nous étions début novembre et les gens avaient déjà commencé à venir acheter des cadeaux de Noël. L'agitation durerait jusqu'en janvier, lorsque les gens viendraient échanger ces mêmes cadeaux.

J'ai contourné le coin de la rue et j'ai emprunté celle où j'habitais. J'ai parcouru la courte distance jusqu'à mon immeuble et j'ai poussé un soupir de soulagement en sortant du froid.

Je vivais dans un immeuble de cinq étages, chaque étage ayant son propre appartement. J'ai monté la première volée de marches, qui menait à ma porte.

J'ai redressé le petit panneau où mon nom, Hazel Porter, était écrit de ma propre main, avant de tourner la clé et d'entrer. L'odeur familière de vanille se dégageant du diffuseur m'a accueillie en entrant.

Mon appartement se composait d'un salon, d'une petite cuisine, d'une chambre et d'une salle de bain. Ce n'était pas grand-chose, mais c'était à moi, et c'était chez moi.

J'avais acheté cet endroit, il y a un peu plus d'un an. J’ai commencé à économiser quand j’ai eu dix-huit ans et que j'ai commencé à travailler à la librairie.

Dix ans plus tard, j'y travaillais toujours, non pas parce que je ne peux pas trouver un autre emploi, mais parce que j'aime tellement travailler là-bas.

Mes parents voulaient que j'aille à l'université, mais l'idée de faire plus d'études était insupportable pour moi, au lycée.

De plus, je n'avais aucune idée de ce que je voulais étudier, alors c'était mieux comme ça. Je n’allais pas jeter l'argent par la fenêtre pour un diplôme qui ne m'intéressait pas.

Mes parents ont fini par changer d'avis et, même si nous ne nous voyions pas souvent, nous sommes en bons termes. Je suis heureuse de les voir quand ils reviennent en ville.

Ils ont déménagé dans le sud à la recherche de climats plus chauds il y a deux ans.

J'ai déposé mes clés sur la table à côté de la porte dans le petit couloir, j'ai enlevé mon manteau et déballé mon écharpe avant de la suspendre à un crochet sur le mur.

J'ai enlevé mes bottes et les ai placées proprement sur le porte-chaussures en dessous.

Je me suis dirigée vers la cuisine, en allumant les lumières au passage. J'étais affamée et j'ai fouillé dans le réfrigérateur et les placards à la recherche de nourriture.

J'ai décidé de faire une simple omelette, ne prenant pas la peine de faire quelque chose de fantaisiste. Le réfrigérateur avait l'air un peu vide, et j'ai noté mentalement que je devais aller faire les courses plus tard dans la semaine.

Avec une assiette pleine à la main, je suis retournée dans le salon.

J'avais choisi tous mes meubles avec soin, voulant créer un espace apaisant et réconfortant où je pourrais me détendre et me sentir chez moi.

Les tons neutres avec une touche de couleur ici et là étaient cohérents dans le décor de style scandinave de chaque pièce que j’avais choisi.

Je me suis installée sur mon canapé gris à trois places, préférant m'asseoir ici plutôt qu'à côté de la table de la cuisine, sur le canapé quatre places. Je ne l’utilisais que les rares fois où je recevais des gens, principalement mes parents, pour dîner.

J'ai attrapé une de mes couvertures, une blanche et pelucheuse, et l'ai posée sur mes jambes croisées. J'ai allumé la télévision et j'ai commencé à déguster mon omelette avec enthousiasme. Je suis affamée et le goût est divin.

“Un autre meurtre d'animal a été signalé ici à Pinewood Valley.

“L'animal en question n'a toujours pas été identifié, et les habitants de la ville sont invités à faire preuve de prudence lors de leurs randonnées jusqu'à ce que l'animal ait été identifié et capturé”, a prévenu le présentateur masculin.

C'était le troisième ce mois-ci, ai-je noté. Pinewood Valley était une ville entourée de forêt sur trois côtés, principalement composée de pins, comme son nom l'indique, et de nombreux résidents étaient de fervents randonneurs.

Les attaques d'animaux avaient toujours été un risque, mais elles étaient peu nombreuses et se produisaient généralement dans la forêt, loin de la ville.

C'est différent maintenant. Au cours des derniers mois, les attaques ont augmenté en fréquence et se sont rapprochées de la ville. Les gens sont inquiets, et à juste titre.

Je me suis demandée ce qui pouvait bien se passer pendant que je mangeais les derniers morceaux de mon omelette.

Peut-être un ours ou un loup ? Tout ce que je savais, c'est qu'il avait des griffes. Les victimes présentaient toutes de profondes entailles et des marques de griffes, la perte de sang étant la cause ultime de la mort.

J'étais contente que la randonnée n'ait jamais été mon truc.

Le reste des informations ne m'intéressait pas vraiment, j'ai donc zappé sur une autre chaîne où passait une sorte de sitcom. Quand je me suis sentie prête à me coucher, je me suis dirigée vers la salle de bain pour me préparer pour la nuit, en éteignant les lumières sur mon chemin.

Une fois que j'ai été installée dans le lit, je me suis enfouie dans les oreillers et j'ai rapidement sombré dans un sommeil paisible.

Je me suis réveillée le lendemain matin, prête pour une autre journée normale de travail. Je me suis levée, j'ai fait des toasts, je me suis brossée les dents, je me suis habillée et j'ai tressé mes cheveux châtains dans le dos.

Je me suis regardée dans le miroir et la version féminine de mon père m'a regardée, avec ses cheveux roux, ses yeux bleus et son nez légèrement retroussé.

Je lui ai toujours ressemblé, les gens me font la remarque depuis des années, mais la ressemblance semblait augmenter avec l'âge.

La seule chose que j'avais obtenue de ma mère, c'était des lèvres légèrement plus charnues et sa petite taille. Être petite a été une de mes frustrations pendant des années. J'ai toujours souhaité être plus grande.

J'ai pris mon manteau et mon écharpe et me suis préparée à braver le froid de l'automne.

Je suis arrivée à la librairie à temps et j'en ai profité pour me préparer un chocolat chaud dans la salle de repos avec Crystal, une de mes collègues et meilleure amie.

Une jeune femme pétillante à la peau caramel et aux boucles d'une teinte légèrement plus foncée que sa peau.

Je me sentais optimiste, et j'étais sûre que la journée allait être bonne.

***

À la fin de ma journée de travail, j'étais fatiguée, mais satisfaite. J'aimais vraiment mon travail.

J'ai commencé à rentrer chez moi à pied, et tout allait bien jusqu'à ce que je tourne à un coin de rue et me retrouve face à face avec une silhouette encapuchonnée.

J'ai fait un pas sur le côté pour passer devant lui, mais il a tendu le bras, me stoppant net dans mon élan. Surprise, j'ai fait demi-tour pour repartir dans la direction d'où je venais, mais il n'était plus seul.

Les jours étaient courts à cette époque de l'année, et il faisait déjà sombre.

Il n'y avait personne d'autre dans les environs, d'après ce que je pouvais voir. Les gens préféraient rester à l'intérieur, là où il faisait chaud.

Mon cœur martelait dans ma poitrine tandis que je sentais la panique monter en moi.

Les deux hommes étaient grands et musclés, et ils portaient tous deux des manteaux à capuche, laissant leur visage dans l'ombre.

Ils m'ont poussée vers une allée, s'assurant qu'ils étaient assez proches pour que je ne puisse pas m'échapper.

L'un d'eux s'est penché plus près et j'aurais juré qu'il me reniflait. J'ai frissonné et mes pensées se sont emballées, jouant différents scénarios de ce qui pourrait arriver ensuite dans ma tête.

Je voulais crier à l'aide, mais je n'arrivais pas à trouver ma voix. Le cri s’était coincé quelque part dans ma gorge.

“Eh bien, eh bien. Nous sommes tous seuls, n'est-ce pas ? ” A demandé l'un des hommes d'une voix rocailleuse, ses doigts s'accrochant à mon menton, forçant mon regard à se poser sur le sien. Je ne pouvais pas le voir dans l'obscurité, mais je pouvais le sentir.

L'autre a gloussé de façon menaçante en saisissant mes bras et en me poussant contre le mur.

J'ai fermé les yeux, me préparant à ce qu'ils allaient me faire, car je savais que je n'avais aucune chance contre eux. Mon cœur menaçait de sortir de ma poitrine.

Tout à coup, j'ai entendu un grognement et les bras qui me retenaient au mur ont été arrachés.

Un troisième homme, incroyablement plus grand que les deux autres, se tenait maintenant devant moi, face à moi. Il ne portait qu'un jean et un T-shirt.

Dans ma surprise, face à la situation, tout ce à quoi je pouvais penser était qu'il ne tremblait pas de froid. C'était stupide de se concentrer sur cette chose, mais je pense que j'étais en état de choc.

“Qu'est-ce que vous croyez faire ?” a-t-il demandé aux deux hommes, qui se tortillaient sous le regard de mon sauveteur.

Sa voix était rude, la fureur qu'elle contenait était presque tangible.

Ils n'ont pas répondu.

“Vous n'êtes pas les bienvenus ici. C'est mon territoire.” Ses mots m'ont troublée, mais j'étais trop soulagée pour y prêter attention.

“Maintenant partez”, a-t-il grogné.

Les deux hommes encapuchonnés se sont enfuis à toute vitesse. Alors qu'ils commençaient à courir, leurs formes sombres se sont fondues dans l'ombre et ont disparu.

Mon sauveteur se tenait devant moi, la posture rigide, légèrement accroupie, les bras levés sur les côtés comme les ailes d'un oiseau qui protège ses petits.

Il n'a pas bougé pendant plusieurs minutes après le départ des deux autres hommes. Puis il a semblé se détendre un peu et s'est lentement tourné vers moi.

Je ne pouvais pas très bien le voir dans cette ruelle ombragée. Son grand corps bloquait la plupart de la faible lumière provenant de la rue derrière lui.

“Vous allez bien ?” Sa voix était encore rude, mais une pointe d'inquiétude l'adoucissait un peu.

“Je pense que oui”, ai-je soufflé.

“Vous habitez près d'ici ?” m'a-t-il demandé.

J'étais confuse, et je suis sûre que mon corps était encore à moitié sous le choc, alors il m'a fallu un certain temps pour comprendre ce qu'il disait et pour être capable de reformuler mes propres mots.

“A cinq minutes à pied d'ici”, j'ai finalement réussi à sortir.

“Je vais vous accompagner alors. Je vais m’assurer que ces salauds ne traînent plus dans le coin.”

“Ok”, ai-je dit faiblement.

J'ai fait un pas en arrière sur le trottoir. Je n'ai pas entendu l'étranger me suivre, alors je me suis retournée pour voir s'il était toujours debout dans la ruelle et j'ai fini par me cogner contre sa poitrine.

Il avait marché si silencieusement. Ses pieds chaussés de bottes ne faisaient pas de bruit, Je n'avais donc pas réalisé qu'il me suivait.

“Je suis désolée”, ai-je marmonné, en essayant de cacher mon léger embarras.

“Ne vous inquiétez pas.”

Il avait une légère prise sur le haut de mes bras pour m'empêcher de tomber sous l'impact.

J'ai levé les yeux vers lui. Il me surplombait, mais ici, à la lueur des réverbères, je pouvais voir son visage et j'ai failli être surprise.

Il avait des cicatrices, la forme d'une marque de griffe sur son visage, du front à l'œil gauche, et jusqu'à la base de sa gorge.

Il avait un beau visage, mais les cicatrices étaient si marquées qu'il était difficile de remarquer autre chose au premier regard.

Combiné avec sa taille massive et sa couleur sombre, cela lui donnait un air dangereux.

Un fouillis de boucles sombres encadrait son visage et ses yeux verts étaient d'un éclat presque saisissant. Il a croisé mon regard brièvement avant de détourner le sien.

J'ai immédiatement cessé de regarder son visage, je me suis retournée et j'ai recommencé à marcher vers mon appartement. Il y avait un léger bruit de pas lorsqu'il marchait derrière moi, bien trop silencieusement pour un homme de sa taille.

Mon sauveteur m'a suivie jusqu'à mon immeuble, où j'ai marmonné un merci, et il a attendu que la porte soit bien fermée derrière moi avant de partir.

Une fois à l'intérieur de mon propre appartement, je me suis appuyée contre la porte, mes genoux ont cédé et je me suis effondrée sur le sol tandis que des sanglots secouaient mon corps. Les événements de la nuit me rattrapant enfin.

La seule pensée de ce qui aurait pu se passer me donnait la nausée. Au bout d'un moment, les pleurs ont cessé, je me suis levée en tremblant et je suis allée à la cuisine pour boire un verre d'eau.

Tous ces pleurs m'avaient desséchée. Je me suis dirigée vers ma chambre, car je n'avais ni l'appétit ni l'énergie pour faire autre chose que de me mettre en pyjama et de tomber épuisée dans mon lit.

Il n'a pas fallu longtemps pour que le sommeil m’envahisse, mais je n’ai cessé de me réveiller tout au long de la nuit, harcelée par des cauchemars toute la nuit.

Quand le matin est enfin arrivé, je me suis fait porter pâle au travail, ce que je faisais rarement.

Je suis restée au lit presque toute la matinée avant de me lever pour prendre une douche, poussée par le besoin de faire disparaître les souvenirs de la nuit précédente.

À l'heure du déjeuner, je me suis assise en boule dans l'un de mes fauteuils, une serviette enroulée autour de mes cheveux mouillés. J'ai appelé ma mère. J’avais besoin de lui parler de ce qui s'était passé, j’avais besoin de réconfort.

Elle a décroché à la troisième sonnerie, ce qui était rapide pour elle. J’ai commencé à tout lui raconter pendant que de nouvelles larmes coulaient sur mes joues, mais pas aussi furieusement que la nuit dernière.

J'avais plus pleuré au cours des dernières vingt-quatre heures qu'au cours des six derniers mois.

Dans l'après-midi, j'ai enfin pu manger quelque chose, et je me suis sentie plus détendue en regardant un film familier et en me blottissant dans mon canapé.

***

Le lendemain, j'étais de nouveau au travail. J'étais encore un peu secouée, mais j'étais déterminée à revenir à la normale. Je ne voulais pas me laisser démonter par cette seule expérience.

Sur le chemin du retour, cependant, mes nerfs ont presque pris le dessus quand j'ai traversé la rue avant d'arriver à ce coin tant redouté, par cette allée. J’ai marché du côté opposé jusqu'à ce que je sois passée sans encombre.

J'avais l'impression que quelqu'un m'observait depuis les ombres entre les lampadaires, et j'ai accéléré le pas. Je voulais rentrer chez moi le plus vite possible.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

SETH

Seth King était furieux. Il est entré dans la maison de la meute et s'est dirigé directement vers la salle de réunion de l'Alpha. Il a ouvert la porte et les regards fatigués de son cercle intime l'ont accueilli.

“Comment diable ont-ils passé le périmètre ?” il a tonné.

Tous les hommes debout devant lui ont baissé la tête, détournant les yeux, incapables de faire face à leur Alpha.

Un loup-garou en colère était toujours quelque chose dont il fallait se méfier, mais quand c'était un Alpha, il fallait être stupide pour ne pas être prudent.

“Il doit y avoir un point faible quelque part dans nos patrouilles.” Nate, son bêta, a été le premier à oser parler.

“Alors trouve-le.” La voix de Seth était plus calme maintenant, mais à peine.

Ces salauds de voyous avaient presque fait du mal à un humain sur son territoire, et c'était quelque chose qu'il ne pouvait pas permettre.

En plus de protéger la meute, l'Alpha était également responsable de la protection de tous les humains ainsi que des autres créatures, sur son territoire.

Les autres loups-garous qui s'introduisent et essaient de blesser des gens sur son territoire sont inacceptables.

“En tant que chef de la garde, la tâche de trouver le point faible t’incombe, Thatcher.” Il se tourna vers l'homme en question et fixa sur lui ses yeux noircis.

“Oui, mon Alpha”, répondit gravement le vieil homme.

“Tu peux y aller.”

L'homme se leva, se sortant rapidement de la pièce pour pouvoir s'atteler à la tâche qui l'attendait.

“Vous deux, vous savez ce que vous avez à faire. Rejoignez la patrouille, et assurez-vous qu'ils sont partis.” Il se tourna pour regarder les deux hommes restants : son bêta et son troisième commandant.

“Je vais y retourner pour m'assurer qu'elle est toujours en sécurité.”

Les deux hommes se sont regardés, échangeant des regards complices, mais ils n'ont rien dit et sont partis, eux aussi, pour accomplir leur tâche.

Dès qu'il fut seul, Seth abattit son poing sur la table ronde située au centre de la pièce, avec un grognement, avant de prendre une inspiration réparatrice.

Puis, il se dirigea vers l'arrière de la pièce, où une partie du mur était remplie de casiers.

Il en trouva un vide et se déshabilla rapidement, plaçant ses vêtements dans le casier et le fermant fermement.

Il s'élança alors en courant à toute vitesse, sauta dans les airs, et dans un frisson qui ne dura pas plus d'une seconde, il n'était plus homme, mais loup.

Ses pattes s'enfonçaient dans le sol, le poussant en avant, là où il avait laissé la femme humaine.

Il resta dans l'ombre, s'assurant qu'il ne serait pas vu si quelqu'un se promenait tard dans la nuit.

Sa forme de loup lui permettait de flairer plus facilement ce qu'il cherchait, ses sens déjà extraordinairement aiguisés étant encore plus forts.

Il renifla l'air, s'assurant que la puanteur des loups-garous incriminés n'était nulle part.

Il créa un périmètre autour du bâtiment, qu'il parcourut jusqu'à ce que, grâce au lien mental de la meute, la voix de son bêta retentisse dans sa tête.

“Tout est clair, Alpha. Périmètre sécurisé, aucun signe des voleurs.”

Il a laissé échapper un soupir de soulagement avant de retourner à la maison de la meute après avoir jeté un dernier coup d'œil au bâtiment.

***

Seth était anxieux toute la journée suivant ce fameux jour. Personne n'était censé pouvoir passer ses frontières, et surtout pas aller aussi loin que les deux voyous l’avaient fait.

Il se dirigea vers sa salle de réunion pour le briefing quotidien.

Ce matin, l'avocat de la meute était là aussi, ainsi que le bêta, le tKingième et le chef de la garde. Une fois que Seth s’est assis, le reste des hommes s'est assis également.

“Je déclare cette réunion ouverte”, dit Seth, l'autorité d'un Alpha transparaissant dans chaque mot.

“Il y a eu une brèche la nuit dernière”, a commencé Nate.

“Deux voleurs ont pénétré dans notre périmètre”, a poursuivi Gabriel, son tKingième commandant.

“Le point faible a été localisé et sécurisé. La sécurité générale a également été augmentée et le sera pour les prochaines semaines au cas où d'autres intrus essaieraient de traverser le périmètre à nouveau”, a terminé Thatcher.

Il s'en voulait d'avoir laissé quelqu'un échapper aux gardes. En tant que chef de la garde, c'était un coup dur pour sa fierté.

C'était le genre de chose qui aurait pu remettre en question sa position dans la meute s'il n'était pas aussi respecté et digne de confiance qu'il l'était.

“Bien. L'humaine est en sécurité aussi,” dit Seth en s'adossant à sa chaise, une jambe croisée sur l'autre et les bras sur les accoudoirs.

“Nous devons aussi parler de ces attaques. Elles aussi, s'aggravent et se rapprochent du périmètre. Bien qu'ils continuent à contourner la ligne, toujours juste hors de notre portée.” La frustration qu'ils ressentaient tous était évidente dans la voix de Nate.

“Que devons-nous faire, Alpha ?” Gabriel lui a demandé pendant que tous les regards étaient maintenant tournés vers Seth.

Un pli s'est formé entre ses sourcils alors qu'il considérait sa réponse avec attention.

“Nous attendons. Avec un peu de chance, ils vont se fatiguer et partir vers de nouveaux terrains de chasse. Si nous les poursuivons, nous risquons d'être poussés vers le territoire de l'Alpha Caleb, et cela signifierait la guerre.”

Il a donc été convenu qu'ils attendraient leur heure, en espérant que ces personnes qui se trouvaient là s'approcheraient suffisamment pour qu'ils puissent attaquer et éliminer toute menace. Peut-être qu'elles partiraient tout simplement.

Après la réunion, le groupe s'est dispersé pour vaquer à ses occupations, à l'exception de Nate, qui est resté avec Seth après le départ des autres.

“C'est parti”, a dit Seth après avoir vu le regard de son bêta.

“Gabriel et moi étions en train d’en parler”, a-t-il commencé.

Seth lève un sourcil interrogateur. “Et ?”

“Eh bien, c'est elle ?” demande-t-il finalement.

Seth laisse échapper une légère bouffée d'air et se passe une main sur le visage.

“Je ne sais pas. Peut-être.”

***

Plus tard ce jour-là, Seth l'a suivie jusqu’à la librairie où elle travaillait.

C'était facile, vu qu'il l'avait rencontrée la veille. Son odeur de vanille et de miel était encore claire dans son esprit.

Il est resté près d'elle, l'observant avec curiosité. Quand elle est rentrée chez elle, il l'a suivie, tous ses sens aiguisés en alerte au cas où il y aurait d'autres intrus.

Sa gêne et sa nervosité évidentes lui donnaient envie de sortir de l'ombre et de la réconforter. Il voulait lisser le pli entre ses sourcils et de lui dire qu'elle était en sécurité maintenant.

Il attendit qu'elle soit rentrée chez elle, en toute sécurité, comme il l'avait fait la nuit précédente, avant de retourner à la meute en se demandant comment cette humaine avait pu capter a tel point son attention.

Il avait dû en sauver d'autres avant elle, mais personne ne l'avait jamais fait se sentir aussi protecteur.

***

Il a continué à l'observer la semaine suivante, dès qu'il avait un peu de temps libre.

Il se disait qu'il s'assurait simplement qu'elle allait bien après une expérience aussi traumatisante, qu'il le ferait aussi pour n'importe quel autre humain.

Mais il soupçonnait, comme son bêta et son troisième, qu'il y avait plus que cela.

***

Le vendredi suivant, quelques vampires nomades étaient de passage en ville. Ils avaient demandé la permission et il l'avait accordée à condition qu'ils promettent de ne pas se nourrir sur ses terres.

Seth se sentait de plus en plus agité, et quand le jour est enfin arrivé, il s'est retrouvé à l'observer encore plus attentivement.

Il s'était rendu à son travail et l'avait surveillée à une distance sûre, puis l'avait suivie chez elle lorsqu'elle était entrée pour récupérer ce qui s'était avéré être un livre, avant que sa promenade ne les mène au parc.

Là, elle était assise sur un banc en train de lire, complètement perdue dans ce qu'elle faisait.

Il savait que s'il regardait de plus près son comportement, il passerait pour un sale type. Il harcelait littéralement cette femme à ce stade.

Si elle avait su qu'il la suivait, il était sûr qu'elle aurait flippé.

Seth renifle l'air et sent alors l'odeur des vampires, son corps se fige un instant et ses yeux se dirigent vers la femme qui lit. Ils étaient proches.

Il descendit le chemin, se forçant à ne pas courir, se plaçant sur le banc en face d'elle, prêt à la défendre s'il le fallait.

Il sortit son téléphone pour vérifier si Nate lui avait envoyé un nouveau texto, car le lien mental ne fonctionnait que lorsqu'ils étaient sous forme de loup.

Les textos étaient leur moyen de communication longue distance lorsqu'ils étaient sous forme humaine.

Il a entendu les battements de son cœur s'accélérer et l'a regardée alors qu’elle le regardait en retour, une trace d'émerveillement et de curiosité dans ses yeux bleus.

Lorsqu'elle réalisa qu'elle avait été surprise, elle baissa rapidement les yeux et Seth vit un soupçon de rougeur monter sur ses joues. Il a étouffé un sourire avant de reporter son attention sur son téléphone.

Nate lui donnait des nouvelles des vampires. Plusieurs gardes les suivaient, s'assurant qu'ils ne tentaient rien de stupide.

Apparemment, ils avaient des attaches sentimentales à Pinewood Valley, avant que la zone n'appartienne aux loups-garous de la meute de King.

Ils se sont arrêtés à quelques endroits, mais heureusement, trente minutes plus tard, il a reçu un message lui indiquant qu'ils étaient à nouveau en dehors de son territoire.

Pendant ces trente minutes, Seth a pris une décision. Il n'y avait qu'un seul moyen de savoir si ses soupçons étaient fondés, et c'était le moment ou jamais de le faire.

Il s'est levé et a marché d'un pas hésitant vers la femme sur l'autre banc, puis, il s'est assis à côté d'elle.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.