logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

L’Ange du Péché

Après la mort de sa mère, Marcella Sinclair ne peut s’empêcher d’avoir l’impression d’être un fardeau pour son frère de dix-huit ans. Alors, quand elle reçoit une offre pour gagner un tas d’argent en tant que strip-teaseuse, elle accepte. Personne ne doit le savoir… surtout pas son frère, qui est bien décidé à ce qu’elle reste pure et innocente pour le reste de sa vie.

Age Rating: 18+

 

L’Ange du Péché de E.J. Lace est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Après la mort de sa mère, Marcella Sinclair ne peut s'empêcher d’avoir l’impression d’être un fardeau pour son frère de dix-huit ans. Alors, quand elle reçoit une offre pour gagner un tas d'argent en tant que strip-teaseuse, elle accepte. Personne ne doit le savoir… surtout pas son frère, qui est bien décidé à ce qu’elle reste pure et innocente pour le reste de sa vie.

Age Rating: 18+

Original Author: E.J. Lace

Mari

« Mlle Sinclair, restez une minute après la classe. Il faut que je vous parle. »

La voix dure de M. Keats me rend nerveuse.

De tous mes professeurs, M. Keats est celui qui me fait le plus peur.

Nous ne nous entendons jamais et chaque fois que je suis dans sa classe, j’ai l’impression d’avoir commis un crime.

Je hoche la tête en maudissant intérieurement ma « chance ».

Je n'ai jamais eu le bon genre, c'est comme si on disait que si je n'avais pas de malchance, je n’aurais pas de chance non plus.

En mettant mes livres dans mon sac et en attrapant ma veste, je regarde le reste de ma classe partir me laissant à sa merci.

Je ne sais pas ce qu'il y a chez cet homme mais il me fait toujours sentir comme la pire des enfants. Comme si rien de ce que je fais n’est bien.

Mes notes parfaites et inaltérables chutent en flèche entre les mains de cet homme.

« Mlle Sinclair, voulez-vous que je vous mette une mauvaise note et que j'en finisse ? C'est comme si vous n'essayiez même pas. »

Il soupire en s'appuyant sur son bureau en métal, croise ses chevilles et verrouille ses doigts ensemble en les posant sur la boucle de sa ceinture.

En tournant mon regard vers lui, je cherche la bonne chose à dire.

« Nnn… non, monsieur, je fais vraiment de mon mieux. Je travaille à l’amélioration de ma notation dans votre classe, monsieur. J'espère que ce prochain devoir vous montrera cet effort. »

J'acquiesce à nouveau, regardant ses yeux bruns et froids se poser sur moi.

C’est comme s'il essayait de savoir si je mentais, ou peut-être qu'il n'est tout simplement pas fan de mon sens de la mode.

« Je doute fort que vous soyez capable de réussir ce cours toute seule, Mlle Sinclair. Avez-vous pensé à prendre un tuteur ? »

Sa présence me met mal à l'aise.

Je me sens scrutée et rejetée à tous les niveaux par lui.

« M. Keats, bien que ce soit une excellente idée, je ne pourrais pas me le permettre. Je ne suis pas sûre de ce que j'ai raté, si vous pouviez me donner un peu plus de temps, je suis sûre que je vais remonter ma note. »

Je tripote mes ongles, les faisant claquer ensemble tout en me renversant sur mes talons pour soulager un peu cette anxiété qu'il provoque.

« Je ne crois pas à l'optimisme, Mlle Sinclair, en fait je pense que c'est une mauvaise idée pour vous en ce moment. »

Son ton donne l'impression d'être catégorique, comme s'il avait déjà décidé que je ne pouvais pas réussir son cours, alors pourquoi essayer ?

« Monsieur, s'il vous plaît. Je ferai n'importe quel devoir pour avoir des points supplémentaires afin de remonter ma note. Je ne peux pas rater ce cours, j'ai besoin de tous les points de mon programme pour réussir. Si j'échoue dans ce cours, je ne pourrai pas être diplômée en même temps que ma classe l'année prochaine. S'il vous plaît, monsieur, réexaminer ma situation. »

Je l'implore, de tout mon cœur, j'ai besoin de passer ce cours. Je ne peux pas échouer, je dois avoir mon diplôme pour pouvoir aller à l'université.

J'ai besoin de l'université pour gagner ma vie et j'ai besoin de l'argent pour aider à soutenir ma famille.

Il n'y a qu'Erik et moi.

Il s'est démené pour qu'on en arrive là.

Il a deux emplois, je le vois à peine et si j'échoue, tout son travail n'aura servi à rien. Si je ne suis pas à la hauteur pour ce cours, je ne le serais pas vis-à-vis d’Erik et ça ne peut pas arriver.

Je lui dois plus que ça.

Après la mort de maman, il a soutenu le poids du monde sur ses épaules pour moi.

Papa est parti il y a longtemps, je ne me souviens même pas de lui. Nous sommes deux contre le monde maintenant.

Je dois me débrouiller toute seule. J'ai pensé à chercher un travail, mais Erik a rejeté cette idée et m'a dit de me concentrer sur l'école.

M. Keats déverrouille ses mains en portant son majeur à sa joue et en le faisant courir le long de son ombre à cinq heures.

Son costume gris se resserre sur les épaules et se retire sur le côté pour laisser apparaître sa chemise blanche, rentrée dans son pantalon gris assorti.

« Hmm… si vous êtes intéressé, j'ai peut-être un moyen pour vous de sécuriser votre note. Venez à cette adresse à cinq heures ce soir et je vous aiderai avec votre travail. Je ne le proposerai plus, alors c'est à prendre ou à laisser. »

Il se détourne de moi et prend un post-it jaune sur son bureau.

Avec un stylo à encre noire, il griffonne une adresse et me la tend.

Sans me presser, je m'en empare et la serre très fort.

« Merci, M. Keats. Je vous promets que je serai là. Merci pour cette opportunité. »

Je souris, ma poitrine se remplissant de gratitude.

M. Keats hoche la tête en me congédiant officiellement, je sors de la pièce en sautillant et je me dirige vers mon casier.

Enfin un peu de chance.

Oui, ça va être difficile de travailler directement avec M. Keats, mais si je réussis, ça vaudra la peine de se battre.

Mon frère n'a que quatre ans de plus que moi, je sais combien mon dévouement à l'école est important.

Il ne peut pas s'occuper de nous deux pour toujours. Il n'a même pas eu le temps de faire le deuil de maman avant de devoir reprendre le travail.

Il n'avait que 18 ans quand elle est morte, me laissant entièrement à sa charge, moi, sa petite sœur de 15 ans.

Il a quitté l'université et a trouvé un autre emploi. S'occuper de moi lui a fait perdre beaucoup de choses.

Je sais qu'il fait de gros efforts et qu'il me les cache pour la plupart.

Il a perdu sa petite amie de longue date, Dana, parce qu'il n'avait plus de temps pour elle, il a renoncé à ses bourses d'études et a mis son avenir en suspens.

Sa liste d'amis s'est réduite à Ross et Ben, qu'il ne fréquente pas beaucoup, il est toujours en train de travailler.

Erik est mon Superman personnel. Je ne peux pas le laisser tomber.

Je ne peux pas.

S'il peut supporter le monde, tout le stress, la dette que maman nous a laissée, les factures, le fait de partir, d’arrêter sa vie et d'assumer sa responsabilité à propos de moi.

Le moins que je puisse faire c’est de m'occuper de Mr. Keats.

Ou de quiconque qui se trouve sur mon chemin.

Si Erik peut être fort, je le peux aussi.

***

En m'assurant que j'ai tout avant de quitter l’établissement, je rentre chez moi. Ce n'est qu’à quelques pâtés de maisons, donc il ne me faut pas longtemps avant d'être à la maison et de me dépêcher de finir mes tâches.

Erik ne rentrera pas avant minuit ce soir, alors je dois m'assurer que le dîner sera prêt et qu'il aura des vêtements propres quand il rentrera. En cuisinant et en nettoyant le bazar, je m'assure d'être à l'heure pour M. Keats.

En quittant ma maison avec quarante-cinq minutes d'avance, je prends un bus pour traverser la ville et je descends au bon arrêt. En revérifiant le post-it au moins dix fois, je trouve l'adresse à temps.

Il n'est que cinq heures moins trois, alors je me lance et je frappe.

Lorsque M. Keats ouvre la porte, je suis surprise. Sa tenue habituelle à l'école est toujours le costume et la cravate, mais le voir chez lui est pour le moins étrange.

Sa chemise blanche unie lui va bien, son pantalon de survêtement gris clair semble ne pas lui aller, mais je ne dis rien.

« Vous êtes en retard Mlle Sinclair. » Ses yeux froids me transpercent, ce qui me met mal à l'aise. Je regarde ma montre pour voir que je suis à l'heure.

« Je suis désolée, M. Keats, je croyais que vous aviez dit cinq heures. » Je baisse les yeux, en les gardant sur ses claquettes noir et blanc. M. Keats s'habille comme l'un des enfants de mon école pendant son temps libre. Je sais qu'il n'est pas beaucoup plus âgé, peut-être qu’il a la trentaine tout au plus, mais quand même.

« Vous avez bien entendu, si vous n’êtes pas en avance, vous êtes en retard. Je n'accepterai aucun retard de votre part. Au cas où vous l'auriez oublié, Mlle Sinclair, je vous fais une faveur et je ne veux pas que vous en profitiez. » Dit-il sévèrement, à tel point que je tressaille en l’écoutant.

« Oui, monsieur, je comprends parfaitement. Je suis désolée à propos de ça. Cela ne se reproduira plus. Je vous le promets. » Je garde les yeux baissés, n'ayant pas le courage de le regarder dans les yeux. C'est comme si j'allais être aspirée dans son tourbillon maléfique si je lui jetais un seul regard. Comme s'il était Méduse et que je me transformais en pierre ou autre.

« Mmmh… par ici. » Il s'éloigne en faisant un signe de la main pour me faire entrer après lui.

Sans perdre une seconde, je le suis, fermant la porte doucement pour pouvoir lui accorder toute mon attention. Détachant mon sac de mon épaule, j'attends d'autres instructions.

M. Keats semble préoccupé par un travail qu'il est en train de ranger.

Sa maison est jolie, c'est une maison d'homme. Je peux dire qu'il vit seul, sa garçonnière sent l'eau de Cologne pour homme et le manque de décoration sent l'homme célibataire.

Je suis sûre que ma maison aurait le même aspect s’il n'y avait qu'Erik, maman n'était pas très portée sur la décoration intérieure.

Ça n’est pas comme si elle pouvait l'être puisque nous n'avions pas d'argent avant et tout le surplus allait dans son occupation qui consistait à sniffer de la cocaïne.

Maman était une cocaïnomane. Je ne pense pas qu'elle l'ait été longtemps, je me souviens du moment où elle a commencé à changer. Ça nous paraissait impossible qu’elle fasse une overdose jusqu'à ce qu'on nettoie sa chambre.

J'ai trouvé un petit sac sous son matelas, un tout petit sac dans le tiroir de sa commode et de la poudre étalée sur sa table de nuit.

Quand nous avons récupéré son sac à main, on aurait dit qu'il avait été frappé par un ballon de poudre pour un bêtisier.

Ma mère a fait une overdose au Nouvel An il y a deux ans, elle n'est pas rentrée à la maison pendant deux jours mais je pensais qu'elle était avec son petit ami Scotty.

Quand le troisième jour est arrivé et que notre électricité a été coupée, je ne savais pas quoi faire d'autre que d'aller chercher Erik.

Quand je lui ai parlé de maman et de la coupure de courant, il n'a pas semblé inquiet. Pour être honnête, il était à une fête de fraternité et était plus contrarié par ma présence que par ce qui se passait réellement.

Quand j'ai compris qu'il était ivre, j'ai cherché de l'aide ailleurs. Ben est arrivé au moment où je perdais espoir, alors je lui ai dit ce qu’il se passait.

Ben a sorti Erik de la fête et nous a emmenés à son appartement hors du campus. Il partage son appartement avec Ross et un autre gars, Stevie. Nous sommes restés assis pendant des heures jusqu'à ce qu'Erik dessaoule et comprenne ce qui n'allait pas.

Ben est resté avec moi pendant qu'Erik est allé au travail de maman pour se renseigner. J'ai découvert que maman avait perdu son travail deux mois auparavant.

Son amie Cindy a dit qu'elle n'avait pas vu maman depuis des semaines et que la dernière fois qu'elle avait entendu parler d'elle, elle avait eu des problèmes avec un type qu'on appelait l'homme du gaz.

Deux semaines sont passées sans un mot.

Nous avons vérifié les hôpitaux et les prisons, nous avons demandé autour de nous. La police n'avait pas l'air intéressée et nous a ignorés. Comme c'était les vacances de Noël, je n'avais pas cours et je ne pouvais pas rentrer chez moi sans chauffage.

Ben m'a gardée. Erik sortait, cherchant maman tous les jours et revenait toujours sans rien. Alors quand la police est venue à l'appartement de Ben pour prévenir le plus proche parent, c'était presque un soulagement.

C'est moi qui avais ouvert la porte, Ben était sorti dîner, Erik était parti à sa recherche. Stevie et Ross étaient allés travailler.

C'était le coucher du soleil, le froid dans l'air ressemblait à l'hiver et je regardais des rediffusions de Drake et Josh sur un site pirate sur lequel Stevie s’était connecté pour nous. Je m'en souviens comme si c'était il y a deux ans.

Je me souviens des officiers qui sont venus. Le détective Fordmen et l'officier Harris.

Ils ont demandé si j'étais seule, si mon frère pouvait revenir. Je leur ai dit qu'il était sorti et qu'il était en chemin, mais que si c'était au sujet de ma mère, ils pouvaient me le dire.

Je pouvais sentir la mauvaise nouvelle arriver. Je savais que ce qu'ils avaient à dire n'était pas bon du tout.

Quand l'inspecteur Fordmen a dit qu'ils avaient trouvé une femme correspondant à la description de ma mère et qu'ils avaient besoin d'identifier son corps, j'ai juste dit d'accord et que mon frère et moi irions à la morgue.

Je leur ai montré la sortie, les laissant seuls avec la nouvelle pour qu'ils se délectent du goût amer de la vérité. Ben est revenu les bras chargés de sacs de nourriture à emporter. Il m'a regardée et a su que quelque chose se tramait.

Mari se prononce mar-i. C'est un raccourci pour Marcella.

« Mari ? Qu'est-ce qu'il y a ? » Laissant tomber les sacs sur le comptoir, il arrive à mes côtés en une foulée. Ses bras forts et toniques sont tendus le long de son corps. Ses mains s'ouvrent et se ferment à plusieurs reprises. Ses yeux bleu pâle me donnent chaud, comme sous un ciel d'été.

« Ma mère est morte et Erik et moi devons aller réclamer son corps. La police était juste là. » Dis-je ça sans aucun sentiment, la grande faux de la mort s'est abattue sur moi et m'a engourdie. Le visage de Ben s'est décomposé pendant une seconde avant qu'il ne reprenne son sang-froid d'acier. J'ai vu sa mâchoire claquer, j'ai vu la réflexion obscurcir ses yeux. Ben a toujours été massif. Quand j'étais petite, j’étais convaincue qu'il était un ours. Ses cheveux brun foncé me faisaient penser à un grizzly brun. Il a toujours été beaucoup plus grand que nous tous et depuis le temps qu'il s'entraîne, il est massif pour différentes raisons.

« Peut-être qu'ils ont eu la mauvaise personne et qu'elle est toujours là. Peut-être qu'elle n'est pas morte. » Sa voix est la plus douce que j'aie jamais entendue. Ben a toujours été comme un mur de pierre, c'est le meilleur ami d'Erik et il a le même âge, mais je me suis toujours sentie proche de lui aussi.

Je secoue la tête pour dire non, je l'ai su au moment où les officiers ont frappé. Ma mère est vraiment morte. Je le sais dans mon cœur.

Lorsque Ben a glissé sa main dans la mienne et a entrelacé nos doigts, j'ai senti le mur céder et la tristesse m'envahir. Avant que la première larme ne me pique les yeux, Ben me prit dans ses bras.

Me tenant serrée contre son torse alors que je sanglotais et que je mouillais sa chemise. Je ne pouvais plus respirer. J'ai pleuré si fort, personne ne m'avait jamais tenue comme ça, comme s'il avait besoin de moi autant que j'avais besoin de lui à cet instant.

J'ai pleuré jusqu'à ce que mon cœur soit à court de larmes et que je me sente vide. Ben ne m'a jamais lâchée, il ne m'a jamais dit d'arrêter ou de me calmer. Il s'est juste accroché à moi et a joué avec mes cheveux.

Quand Erik est revenu, c'est Ben qui lui a dit pendant que je me lavais le visage. Mon frère et moi sommes allés à la morgue et avons regardé le cadavre de maman. Les jours suivants n'ont été qu'un flou.

La seule chose dont je me souviens vraiment c’est Ben.

La façon dont il a pris soin de moi et s'est assuré que j'allais bien. Pour un grizzly, il ne me quittait jamais.

Quand j'ai demandé à Erik de laisser l'État prendre ma tutelle pour qu'il puisse continuer à vivre sa vie, toute la maison s'est retournée contre moi. Ben, Erik, Ross et Stevie m'ont passé un savon pour avoir osé demander.

Je m'en tiens à ce choix.

Cela aurait été plus facile pour lui.

***

« M. Keats, voulez-vous commencer par là ? » Je demande pendant qu'il débarrasse la paperasse empilée et débarrasse son canapé en cuir rouge foncé.

Il ne dit rien, il ne tient pas compte de ma présence. Je me tiens derrière lui, attendant tranquillement que notre leçon de tutorat commence.

J'ai eu l'impression d'attendre des lustres avant qu'il ne termine et me fasse signe de déposer mon sac ici et de le suivre hors de la pièce.

C'est parti.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

Mari

« Mlle Sinclair, je suis sûr que vous connaissez l'expression “une épée à double tranchant” ? » Demande-t-il en me faisant entrer dans sa grande maison. Les murs sont recouverts de planches de bois qui donnent l’impression que c’est naturel, mais en fait, c'est du faux. L'éclairage est vraiment sombre et mes yeux ne se sont toujours pas adaptés.

« Oui monsieur, je la connais. » Je réponds de derrière lui. Son couloir est long et étroit. Je ne peux pas me tenir à côté de lui, je dois marcher derrière. Il ne dit rien d'autre tandis que nous nous glissons dans une petite pièce cachée derrière des escaliers. M. Keats me laisse entrer en premier tandis qu'il attend près de la porte.

Cette pièce, comme le couloir, a été laissée vide et sombre. M. Keats se dirige vers le grand bureau en bois au milieu de la pièce et s'assied comme un roi sur son trône.

Il ressemble à un mâle alpha menaçant dans son habitat. Ses yeux froids semblent me réduire à néant d'un seul regard.

« La vie c’est comme une épée à double tranchant Mlle Sinclair, tout ce qui arrive a des répercussions. » Ses mots semblent jeter un sort, je me sens enfermée ici. Comme si j'étais interrogée et condamnée en même temps. Je hoche la tête pour lui montrer que j'écoute. Un long silence s'installe jusqu'à ce que M. Keats s'éclaircisse la gorge et me dise de m'asseoir sur le côté de son bureau plutôt que devant.

Je fais ce qu'on me dit et ne réfléchis pas une seconde avant de me précipiter à ses côtés. Je m'assois droit et croise mes jambes au niveau des chevilles, je me concentre sur ma posture.

Je ne me souviens que trop bien que M. Keats déteste quand on s’affaisse. Il me l'a déjà fait remarquer pendant un cours. Maintenant je fais de mon mieux pour faire attention quand je suis en sa présence.

« Vous n’arrivez à rien dans mon cours, je vous ai donné une opportunité après l’autre de remonter cette note affreuse mais vous avez gaspillé ces chances. Aujourd'hui, en tant qu'homme généreux et attentionné, je vous offre une dernière chance. Ta mère est décédée, il n'y a pas de père dans le tableau et ton tuteur ne peut pas se permettre de payer un professeur, c’est bien ça ? »

M. Keats m’en met plein la tête, j'ai fait des efforts dans sa classe. Ce n'est pas que je ne saisis pas la matière, mais c'est comme si à chaque fois que je soumettais mon travail, je me plantais. Mes camarades de classe et moi n'avons jamais été proches mais j'ai lu le devoir de Warren, le gamin qui est assis à côté de moi et je pensais que le mien était bien meilleur que le sien mais il a quand même eu une note bien plus élevée.

« Oui monsieur, c'est exact. » Je réponds docilement.

« Comme vous l'avez dit vous-même, vous devez réussir mon cours ou vous ne serez pas diplômée à temps. Êtes-vous prête à faire tout ce que vous pouvez ? »

Je sens une boule dans ma gorge, sa question est comme de la colle qui la recouvrirait.

« Oui, monsieur, je le suis. » J'ai l'air d'une enfant coupable qui s'est fait prendre à piocher dans la boîte à gâteaux. Ma réponse pousse les lèvres de M. Keats à se retrousser en un sourire en coin qu'il remplace par une mine renfrognée. « C'est une excellente nouvelle, Mlle Sinclair. Je suis ravi d'entendre que vous vous consacrez à votre éducation. » M. Keats me fait ces compliments, mais au lieu de me réjouir du premier qu'il me fait, je me dis que je n'aurais peut-être pas dû venir ici.

Je me dis que je n'ai pas d'autre choix et que je n'aurais pas pu refuser son offre. « Ma… situation est unique, Miss Sinclair, vous comprenez que chaque personne a ses propres goûts et préférences. Les miens sont plutôt spécifiques. J'aimerais vous proposer un marché unique. Si vous dites non, je vous laisserai tomber. Vous n'aurez pas d'autre chance. Est-ce que vous me comprenez ? » Sa voix semble si catégorique, comme si j’avais besoin de faire tout ce qu’il veut, et c'est la vérité. Je dois réussir.

« Oui, monsieur. » Je réponds plus bas, je peux me sentir rétrécir. M. Keats tourne son fauteuil pivotant vers moi, les mains posées devant lui. « Je ne suis pas sûr que vous vous souciiez suffisamment de moi, Mlle Sinclair. Convainquez-moi. » Il me fixe d'un regard vide, ses yeux ne sont plus bruns, on dirait des morceaux d'écorce noire plutôt que des yeux.

« M. Keats, je ferai tout ce que vous voulez, je dois y arriver. Je sais que vous avez été gentil et que vous m'avez donné des secondes chances et que je les ai gâchées. Mais mon frère compte sur moi et je ne peux pas être retenue une année de plus. Il a déjà tellement donné. Demandez ,'importe quoi et je m'assurerai que ce soit fait à votre goût, monsieur. Je jure que je me consacre à 100% à cette classe, à mon éducation, Monsieur. » Je me suis accroupie sur le bord du siège et je me suis appuyée sur la pointe de mes pieds pour le supplier.

M. Keats a légèrement hoché la tête, à peine assez pour que je le remarque. Il laisse sa langue rose rougissante lécher sa lèvre inférieure tandis qu'il me scrute d'un regard perçant. Je détourne le regard, me sentant comme un insecte qu'il décide d'écraser sous le poids de sa chaussure. M. Keats s'éclaircit la gorge une fois de plus et se penche sur son siège. « Mlle Sinclair, je n'accepterai aucune forme de retour en arrière, de désobéissance ou d'incapacité à faire exactement ce que je vous dis. Est-ce que je me fais bien comprendre ? »

« Oui, monsieur. » Je chuchote, sentant que quelque chose de mauvais va arriver. « Levez-vous. » Ordonne-t-il avec seulement deux mots. Je saute sur mes pieds, me tenant raide et droite. « Enlevez vos chaussures. » Sa voix s'intensifie, comme des ampoules qui explosent sans prévenir, laissant le verre se briser et arroser la pièce de ses dangereux éclats. « Regardez-moi. Ne regardez rien d'autre dans cette pièce. » Il grogne, sa voix sombre de baryton envoie un seau d'eau glacée dans mon système sanguin. Ne sachant pas ce qu'il a en réserve et ne voulant pas échouer, je fais ce qu'on me dit.

En sortant de mes baskets noires, je garde mes yeux fixés sur ses orbes noirs comme un puit noir dans l'espace. « Défais tes cheveux. » Il croise mon regard à chaque mot. Je me sens mal mais je vais de l'avant et je fais ce qu'il dit.

J'enlève mes longs cheveux couleur chocolat de ma queue de cheval et les laisse tomber sur mes épaules et mon dos, je serre l'attache à mon poignet pour ne pas la perdre.

M. Keats se penche en arrière sur sa chaise, laissant ses longues jambes s'allonger tandis qu'il farfouille dans le cordon de son pantalon.

Retenant le gémissement qui remplit ma gorge à ras bord, je ne regarde que ses yeux. Les yeux noirs sans âme qui m'observent comme un faucon.

« Enlève ton t-shirt. » Ce seul ordre me plombe l’estomac. Personne ne m'a jamais vue déshabillée. Je ne suis jamais sortie avec quelqu'un, ni même été surprise alors que je me changeais. Je viens d'avoir dix-huit ans, mais la plupart des filles ont déjà eu au moins un petit ami. J'ai partagé un premier baiser et me voilà en train de me déshabiller devant mon professeur pour être sûre de réussir son cours avant même d'avoir vécu tout cela.

Je sais que je n'ai pas le choix, pas un vrai choix. Je fais ce qu'on me dit.

Je prends l'ourlet de mon t-shirt rose uni et le tire sur ma peau nue, exposant mon bas-ventre, puis mon nombril, ma cage thoracique et enfin ma poitrine.

Mes bras s'écartent alors que je passe la tête à travers et que je pose mon t-shirt sur la chaise derrière moi. Mon soutien-gorge blanc est bien visible et mes seins débordent du haut.

Je savais que j'avais besoin de nouveaux vêtements depuis un moment mais je ne pouvais pas demander. Erik ne devrait pas avoir à payer pour ce genre de choses.

M. Keats prend une courte et vive inspiration en me voyant, remuant son pantalon de survêtement jusqu'aux genoux et plongeant une main dans son boxer à carreaux. Je garde mon calme, le fixant dans les yeux sans oser regarder une autre partie de son corps. « Détache ton soutien-gorge et donne-le moi. »

Il a l'air d'avoir mal, je peux entendre la chaise grincer à cause des secousses qu'il produit. Je passe la main derrière moi, je lève mes doigts sur le coton doux et je saisis l’attache, je détache le fermoir, mes bretelles tombent et les bonnets de mon soutien-gorge se détachent de ma poitrine. M. Keats suit du regard chacun de mes mouvements, comme s'il était en train de dévorer chaque centimètre de ma chair nue. Ses yeux sont affamés et prêts à me dévorer.

En laissant mes bras glisser hors des bretelles, je retire mon soutien-gorge par le milieu. Mes seins tombent légèrement plus bas et mes mamelons durcissent avec le changement de température.

Je me penche en avant, laissant M. Keats me prendre mon soutien-gorge des mains et je le regarde le porter à son nez. Il inspire profondément, comme si mon soutien-gorge sentait les biscuits fraîchement cuits. J'ai envie de me couvrir.

Je veux replier mes bras autour de moi et lui bloquer la vue, mais j'ai trop peur.

« Enlève ton pantalon. » Sa voix tremble en même temps que lui, son corps entier tremble. Je ne l'ai jamais vu mais je sais ce qu'il fait. On dirait qu'il s'attaque à lui-même. Je ne savais pas que ça devait être fait si brutalement.

Je lui obéis, je fais sauter le bouton de mon jean et je libère la fermeture éclair. Je soutiens son regard, aspirée par le trou noir. Je laisse mon jean tomber jusqu'à mes chevilles et je l'enlève d'un coup de pied derrière moi.

Mes cuisses épaisses semblent être ce qui l’intéresse le plus. M. Keats se mord la lèvre inférieure tout en se masturbant devant moi.

Debout devant lui, vêtue seulement de ma culotte à pois verts et bleus, il me boit.

« Enlève-la », grogne-t-il le visage crispé et l'air en colère. Je m'autorise à prendre une inspiration bien nécessaire et je la retiens tandis que j'accroche mes pouces et laisse glisser ma culotte jusqu'à mes pieds. Faisant la même chose qu'avant, je la jette derrière moi. Je suis debout, complètement nue, M. Keats pousse un autre gémissement en regardant mon intimité nue. En se léchant la lèvre inférieure, ses yeux se promènent sur moi. Son regard est collant et visqueux, comme l'attention indésirable qu'il suscite.

« Pose ta jambe sur le bureau », siffle-t-il, tirant sur lui-même à une vitesse qui semble douloureuse. Je lève ma jambe en laissant l'arc de mon pied prendre place sur le coin de son bureau. Mon endroit très personnel ressent le courant d'air dans la pièce alors que je lui permets de regarder ma zone la plus privée. Quand je le fais, à la seconde où ses yeux se posent sur mon bouton rose, je peux voir son corps sursauter et trembler. Il se secoue violemment et laisse échapper un gémissement affreux qui fait glisser une saveur infâme sur mes papilles.

Il s’astique encore deux fois avant de soupirer de soulagement, retirant sa main de son slip et laissant sa tête retomber en arrière. Je ne sais pas quoi faire d'autre alors je reste immobile. Mon corps nu lui est complètement révélé et ma jambe est levée sur son bureau. J'attends les instructions. Sa main reste ouverte pendant qu'il prend deux mouchoirs en papier et se nettoie. Quand il jette les mouchoirs usagés dans la poubelle, il scrute mon corps une fois de plus.

« Vous validerez mon cours, dites un mot de ceci à qui que ce soit et je détruirai votre réputation. Habillez-vous, et sortez », déclare-t-il froidement. Laissant tomber ma jambe, je me dépêche de me couvrir.

J'ai vite fait de récupérer mes vêtements, je n'ai même pas pris la peine de récupérer mon soutien-gorge, j'ai mis mes pieds dans mes baskets et j'ai couru hors de la pièce et dans son couloir.

Quand j'arrive dans son salon, j'attrape mon sac et mon livre de cours avant de sortir en courant de chez lui.

Je voulais m'éloigner de lui et de ce que je venais de faire. Je ne pense même pas à l'arrêt de bus ou à l'heure qu'il est. Je me contente de courir.

Je cours le long des rues et des intersections, les bâtiments et les gens ne signifient rien pour moi.

Mes cheveux flottent derrière moi, mon sac heurte le bas de mes épaules à chaque pas, mes bras couvrent ma poitrine pour que personne ne sache que je suis sans soutien-gorge.

Je cours à travers la foule et j'oublie pourquoi je cours depuis si longtemps. Quand je m'arrête enfin, mes genoux se dérobent sous moi et se heurtent au bitume dur et impitoyable.

En reprenant mon souffle, j'ai failli rire en lisant le panneau.

Le néon rose et violet indiquant « Le Lapin soyeux » brille avec un lapin blanc assorti qui sautille autour du panneau. J'ai couru vers un club de strip-tease dans le quartier malfamé de la ville. En reprenant le contrôle et en laissant ma respiration ralentir, j'ai entendu les pas de quelqu'un qui marchait près de moi. « Hé chérie, tu vas bien ? » Une voix à la Fran Drescher me fait lever la tête pour voir une perruque rouge sang sur un visage clair plein de maquillage et un manteau de fourrure enveloppant son petit corps. Je dois me dépêcher mais je tombe sur mes coudes.

« Oh chérie, laisse-moi t'aider. » Ses petites mains m'attrapent par la taille et me remettent sur mes pieds. Ses yeux noisette parcourent mon visage à la recherche d'un signe de blessure. « Salut, tu as pris quelque chose ? » Elle fait une bulle avec son chewing-gum, l’éclate et le reprend. « Nnn… non madame, j'étais juste en train de courir. Je vais bien. Merci. » Je fais un pas en arrière pour m'éloigner d'elle et de son lourd parfum de fleurs de cerisier.

« Chérie, personne ne court comme ça sans raison. Tu ne me dois rien. Mais j'aimerais qu’on m’aide dans ce genre de situation. On doit se serrer les coudes entre les filles. Le pouvoir des filles et toute cette merde. Laisse-moi te ramener chez toi. Tiens, ma voiture est juste là. » Elle me tend une banane et me montre une Chevrolet marron rouillée à quatre portes. Prenant la banane dans ma main, je la suis sans réfléchir et monte dedans. J'attache ma ceinture et lui donne le nom de ma rue. Pendant qu'elle conduit, elle me dit qu’elle s’appelle Brittany Hicks.

« Chérie, je sais que tu vas bien. Tu l'as dit. Mais si tu avais besoin d'en parler, je pourrais te prêter une oreille. Je ne te connais pas, tu ne me connais pas. Ce n'est pas comme si je pouvais le dire à quelqu'un même si je le voulais, ce qui n'est pas le cas. » Nous nous sommes arrêtées à un passage pour piétons et je pouvais sentir le poids étouffant de ce que j'avais fait. Cette culpabilité était comme une chaîne autour de mon cou et je ne savais pas comment l'enlever.

Je ne sais pas si c'est parce que j'ai l'impression que Brittany essaie sincèrement de m'aider ou si je suis simplement naïve et crédule, mais je lui ai tout raconté. De la mort de maman à Erik qui s'occupe de moi. Je lui ai dit combien il travaille et comment je ne peux pas échouer au lycée.

Combien je travaille honnêtement dans mes études et à quel point M. Keats est horrible. Je lui ai tout dit. Tous les détails de ce qui s'est passé, que je devais obtenir une note pour valider mon passage et que je me sentais coupable.

Brittany disait la vérité quand elle disait qu'elle écouterait, car elle l'a fait. Quand nous sommes arrivées devant la maison, elle m'a serrée dans ses bras. Elle m'a tapoté le dos comme une mère le ferait avec sa fille et m'a fait un grand sourire rassurant.

« Bon, d'abord ce n'était pas ta faute. Tu es une jeune femme innocente et c'est un adulte qui a profité de toi. C'est de sa faute, pas de la tienne. Tu es très forte de porter tout ça avec toi tous les jours. » Elle fait en sorte que le poids s’allège et me donne de l'espace pour respirer.

« Et, je sais que ça va sembler fou mais… quand quelque chose comme ça m'est arrivé, j'ai eu besoin de contrôle. Je l'ai fait en possédant mon corps, c'est un peu excentrique et peut-être que ce n'est pas pour toi, mais j'ai gagné mon contrôle, augmenté mon estime de moi et gagné un argent fou en tant que strip-teaseuse au Lapin. »

« Tu es strip-teaseuse ? Wouah. » Je suis étonnée. J'avais entendu parler de ce métier, mais je n'avais jamais rencontré quelqu'un qui le faisait vraiment. Elle sourit à nouveau et me regarde. « Tu pourrais peut-être y réfléchir ? Je pourrais t'apprendre à manier la barre et quelques mouvements de danse. Je pense que tu aimeras ça. Surtout après avoir gagné de l'argent. »

Elle semble si sûre d’elle, si positive. Je ne veux pas lui dire qu'il n'y a aucune chance que je puisse faire ça. Je ne peux pas avoir un travail normal, encore moins un travail de strip-teaseuse, mon frère me tuerait. Il épinglerait mon cœur sur une plaque.

Je la remercie et lui dis que je vais y réfléchir. Je la remercie dix fois pour le trajet du retour et lui dis au revoir. Une fois à l'intérieur, je réchauffe le dîner, je mange et je prends une douche.

Je laisse un mot à Erik pour lui dire que je l'aime et qu'il m'a manqué aujourd'hui. Je le remercie d'avoir travaillé si dur et lui dis combien je suis fière de lui.

Quand je me suis couchée, j'ai ri en pensant au genre de strip-teaseuse que je ferais. Je suis plus que reconnaissante de pouvoir enfin m'endormir.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.