logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

Mason (Français)

L’un des hommes les plus puissants d’Angleterre, Mason Campbell était froid, dur et sans complexe. Le vent porte les murmures de son nom et faisait trembler n’importe qui de peur. Il était connu pour être impitoyable et sans merci. Lauren Hart venait de commencer à travailler pour lui en tant qu’assistante et elle s’est retrouvée être la cible de ses crises de rage, de sa colère, de sa haine et de son arrogance. La vie aurait été meilleure si elle ne travaillait pas pour Mason Campbell, l’homme envié par les hommes et désiré par les femmes. Mais Mason n’a d’yeux que pour elle, surtout lorsqu’il lui propose un marché qu’elle ne peut refuser.

Age Rating : 18+ (abus, abus sexuel)

 

Mason (Français) de Forevertoofar est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

RÉSUMÉ

L'un des hommes les plus puissants d'Angleterre, Mason Campbell était froid, dur et sans complexe. Le vent porte les murmures de son nom et faisait trembler n'importe qui de peur. Il était connu pour être impitoyable et sans merci. Lauren Hart venait de commencer à travailler pour lui en tant qu'assistante et elle s'est retrouvée être la cible de ses crises de rage, de sa colère, de sa haine et de son arrogance. La vie aurait été meilleure si elle ne travaillait pas pour Mason Campbell, l'homme envié par les hommes et désiré par les femmes. Mais Mason n'a d'yeux que pour elle, surtout lorsqu'il lui propose un marché qu'elle ne peut refuser.

Age Rating : 18+ (abus, abus sexuel)

Auteur original : Forevertoofar

« Calme-toi », dit ma colocataire, Beth, en me regardant faire les cent pas dans notre salon.

Cela faisait déjà trente minutes que je faisais les cent pas, nerveuse et anxieuse.

« Tu vas réussir cet entretien », a-t-elle ajouté avec un sourire encourageant.

Je lui ai jeté un regard. « Ce n'est pas un entretien normal ! »

J'ai passé ma main dans mes cheveux en signe de frustration.

« Tu vas passer un entretien avec Dieu ?»

Sa question m'a fait la regarder comme si elle était folle.

Eh bien, clairement, elle était folle si elle disait une telle chose.

Elle ne pouvait pas savoir comment je me sentais à propos de cet entretien.

Tout en dépendait.

« Non, mais je vais passer un entretien avec l'homme le plus puissant », lui ai-je rappelé.

Mason Campbell était l'un des hommes les plus puissants du monde. Il était l'homme le plus puissant d'Angleterre.

Personne n'aimait vraiment l'admettre, mais il était même plus puissant que la Reine.

À un si jeune âge, il avait acquis plus d'argent que quiconque.

Il avait créé plusieurs sociétés dans le monde entier qui comptaient environ mille employés.

Il était craint dans tout le pays car il était froid et terrifiant.

Mason Campbell était l'homme qui riait face à la mort.

Il vivait selon ses propres règles.

J'avais entendu dire que des hommes reculaient devant son regard intense, et par là, je voulais dire des hommes avec un grand pouvoir.

J'avais aussi entendu dire qu'il pouvait faire disparaître n'importe qui et faire en sorte qu’il ne soit jamais retrouvé.

Cette pensée me terrifiait suffisamment.

« Pourquoi n'as-tu pas choisi un autre endroit pour travailler ? » a demandé Beth.

« Les rumeurs disent que ce qui se passe à l’abris des regards est terrifiant. »

« J'ai aussi entendu dire que son regard froid pouvait faire craquer une pierre, et que la terre tremblait sous l'effet de sa colère. »

« Ça ne me dérangerait pas de voir ça », ai-je répondu, essayant de dédramatiser la situation dans laquelle je m'étais mise.

« Cette vision te ruinerait à coup sûr. » Elle avait l'air si sûre d'elle.

J'ai levé le menton.

« Ce serait pourtant intriguant. »

« Oui », a-t-elle acquiescé d'un hochement de tête, puis s’est avisée de sourire de manière amusée.

« Mais tu te sentiras autrement si ses yeux t’incendient. »

J'avais envie de rire de ça, mais j'étais trop nerveuse à propos de demain.

Je n'avais aucune idée d'où Beth tirait ces rumeurs, même si je devais convenir que ses yeux étaient terrifiants, je ne pensais pas qu'il pouvait incendier quelqu'un avec.

Les gens peuvent être si dramatiques parfois.

« Pfff », ai-je fait, écartant cette possibilité.

« C'est juste une rumeur, Beth. »

Elle a soutenu mon regard. « Les rumeurs sont parfois vraies. »

J'ai lutté contre l'envie de me cacher de son regard.

« J'ai entendu dire qu'il traitait tout le monde comme ses ennemis… même ses employés. »

Cela m'a mis sur les nerfs.

Traiter ses employés comme ses ennemis ? Comment cela peut-il fonctionner ?

Je ne pouvais pas dire si elle était sincère ou non.

Je lui ai lancé un regard sceptique.

« Il est fou à ce point, je sais. »

« Raison de plus pour que tu envisages de travailler ailleurs. » Elle a serré mes mains dans les siennes, puis m'a relâché pour croiser ses bras sur sa poitrine.

« A quel point es-tu sûre que je vais avoir le poste ? »

Beaucoup de gens voulaient travailler à Campbell Industry et beaucoup de gens allaient passer des entretiens.

Seul l'un d'entre nous serait capable d'obtenir le poste, et je doute sérieusement que ce soit moi.

Certaines des filles n'en avaient qu'après lui, pas après le travail.

« 0 pour cent sûr. » Beth a rigolé, ce qui lui a valu un regard noir de ma part.

« Je ne vois rien de bon à travailler là-bas. Cet endroit n'est rien d'autre que terrifiant. Il n'est rempli que de contrôle et d'obscurité. »

« Mason Campbell le rend froid et interdit. »

« Aucun endroit n'est interdit et peu accueillant », ai-je dit en rapprochant l'oreiller contre ma poitrine.

« Mais ils disent que l'endroit pleure des échos de rugissements. »

« Tu sais, » Beth m'a regardé à nouveau, son regard émeraude me transperçant.

« J'adorerais être là demain juste pour te voir te recroqueviller de peur devant sa présence », a-t-elle terminé en riant.

« Tais-toi. » J'ai souri, en jetant l'oreiller sur elle.

« Je ne vais pas me recroqueviller. Je n'ai pas peur. »

Elle a levé un sourcil provocateur. « Oh vraiment ? Tu n'as jamais été en sa présence auparavant. Tu ne sais pas ce que ça peut faire. »

De la nervosité et tout un tas d'inconfort, ai-je pensé en me mordant la lèvre.

« Si je rentre en pleurant, tu ne devrais même pas être surprise. »

« Je garderai le mouchoir prêt. »

« Salope, tu aimerais bien. » Je lui ai lancé un regard enjoué.

Son sourire s'est effacé et elle m'a regardé sérieusement.

« Tu vas bien t'en sortir à l'entretien, Lauren. Ton CV est génial. Je suis sûre que tu seras choisie parmi les centaines de personnes. »

J'ai souri faiblement. « Je l'espère. »

Je l'espérais vraiment, parce que c'était le seul travail qui payait bien. Je pourrais payer les factures médicales de mon père et son traitement.

Je pourrais faire tellement plus avec cet argent.

Mais le traitement médical de mon père était la seule chose qui m'inquiétait.

Il avait un cancer de stade quatre, ce qui avait été un coup dur quand il me l'avait dit la première fois.

Il était la seule personne qui me restait après que ma mère nous avait quittés quand j'avais dix ans.

Cela me fait encore mal quand j'y pense.

Papa a dû endurer tant de choses pour m'élever et c'était à mon tour de m'occuper de lui.

Le matin est arrivé plus vite que je ne l'avais prévu. J'étais debout depuis six heures du matin, à me préparer.

L'entretien était à 7h30 et je voulais y être à 7h.

J'ai gémi en me glissant hors du lit et j'ai titubé jusqu'à la salle de bain.

Je me suis lavé le visage, et les bienfaits se sont avérés tout aussi fugaces, et pas moins groggy, je me suis brossé les dents avant de prendre une douche.

Il m'a fallu dix minutes pour me préparer.

Je me suis redressée et ai lissé ma jupe grise usée qui m'arrivait aux genoux.

Mon chemisier bleu clair était rentré dans ma jupe. Mes joues étaient roses, mettant en valeur l'éclat de mes yeux noisette.

Mes yeux étaient légèrement en amande et avaient une épaisse franges de cils.

J'ai attaché mes cheveux bruns en queue de cheval, pas une seule mèche ne s'était échappée.

J'espérais avoir l'air suffisamment sophistiquée pour l'entretien.

Je n'aimais pas me maquiller, alors j'ai opté pour un look naturel.

Je n'avais appliqué qu'un rouge à lèvres couleur chair et c'était à peu près tout. Je portais les vieux talons noirs que j'avais achetés il y a deux ans.

Sachant que Beth devait encore dormir, je lui ai laissé un mot avant de prendre mon sac et de quitter notre appartement.

Il faisait vraiment froid à Londres, et comme tous mes manteaux étaient vraiment usés, je n'ai pas pu en porter.

Je voulais être bien habillée, je ne voulais pas qu'on me regarde de haut.

J'ai pris un taxi et quand je lui ai dit où il allait m'emmener, il a eu l'air choqué.

Il m'a redemandé où il devait m'emmener, et je lui ai donné l'adresse.

« Vous êtes sûre que c'est là que vous voulez aller, madame ? » a-t-il demandé, peu sûr de lui.

« Oui », lui ai-je répondu, agacée.

Il n'a plus rien dit par la suite, mais je le surprenais parfois à me regarder dans le rétroviseur, comme s'il n'arrivait pas à croire que j'allais dans un tel endroit.

Il a arrêté la voiture en face de Campbell Industry, et quand j'étais sur le point de lui demander pourquoi il ne me déposait pas près du bâtiment, il a dit,

« Désolé, madame, mais aucun taxi n'est autorisé près du bâtiment. Je dois vous déposer ici. »

Ma bouche a formé un « O », secouant la tête avec incrédulité.

Je suis sortie et j'ai réajusté mon chemisier.

Si quelqu'un pouvait s'arrêter et m'observer, il verrait que je débordais de nervosité.

Campbell Industry me regardait fixement. C'était un énorme bâtiment d'une soixantaine d'étages.

Il était grand, large et intimidant.

Je suis passée avec précaution devant un agent de sécurité à l'entrée et je suis entrée dans le bâtiment.

J'ai rencontré beaucoup de gens qui se promenaient dans leurs vêtements chers et soignés et je me suis sentie gênée par ce que je portais.

Ils semblaient être à cran, comme s'ils tenaient le monde entier sur leurs épaules.

Je suis allée directement vers la réceptionniste, nerveusement. C'était une femme rousse, élégamment vêtue d'une robe bleue.

Même ses cheveux semblaient être parfaitement coiffés.

Son visage était couvert d'un minimum de maquillage.

Ses yeux noisette me jaugeaient, avec une expression de dégoût.

« Le café est en bas de la rue, madame », a-t-elle dit, en laissant entendre un léger accent italien.

« Quoi ? » J'ai demandé, confuse.

Elle m'a fixé comme si j'étais une idiote.

« Ce n'est pas là que vous voulez aller ? »

« Non. Je suis ici pour un entretien. »

Elle a haussé son sourcil parfait, sa bouche se recourbant vers le haut. « Oh ? »

Me jaugeant à nouveau, elle a fait claquer sa langue avant de croiser à nouveau mon regard.

J'avais envie de la frapper au visage. Elle pensait que je n'avais pas ma place ici.

Comment osait-elle ?

La réceptionniste a inspiré dramatiquement avant d'afficher un faux sourire.

« Vingtième étage. Prenez à gauche et vous vous retrouverez parmi ceux qui sont là pour l'entretien. »

Mes lèvres ont tressailli.

Insinuait-elle qu'il y avait beaucoup de monde pour l'entretien et que je n'avais aucune chance de l'obtenir ?

Connasse.

« Merci », ai-je dit, d’un ton sec.

« Bonne… » Elle m'a encore regardé de haut en bas, son visage s'est retourné. « …chance. »

Je me sentais un peu fâchée, mais j'ai essayé de me calmer et je me suis dirigée vers l'ascenseur.

J'ai attendu quelques secondes avant qu'il ne s'ouvre et je me suis précipitée à l'intérieur.

Avant qu'il ne se referme, j'ai entendu une agitation.

Une femme était traînée dehors par un agent de sécurité et elle pleurait.

De toute évidence, elle faisait une dépression nerveuse.

« Non ! », a-t-elle crié. « Vous ne pouvez pas me faire ça ! Je travaille ici depuis trois ans ! »

J'ai vu qu'elle essayait de se débattre contre l'agent de sécurité.

« Je suis loyale ! Vous ne pouvez pas me faire ça ! »

L'ascenseur s'est refermé, bloquant les cris et les hurlements de la femme.

Les battements de mon cœur se sont accélérés.

J'avais de la peine pour cette femme.

Quoi qu'elle ait fait, elle ne méritait pas d'être traitée comme ça.

Elle avait travaillé pendant trois ans !

Elle méritait au moins un peu de respect.

Mon dos a heurté le mur et j'ai fermé les yeux. Est-ce que c'était une si bonne idée après tout ? Mais c'était le seul endroit avec un bon salaire.

Je faisais ça pour papa, je ne devais pas réfléchir à deux fois avant de travailler ici.

Travailler ici ?! Tu n'as même pas encore le poste, et tu ne sais même pas si tu seras l'heureuse élue.

Serrant les yeux, j'espérais que cet entretien serait un succès.

Je ne pouvais pas me permettre de le rater.

La vie de papa était en jeu ici.

Tu ne peux pas, Lauren.

Tu vas être géniale si tu te calmes et si tu crois en toi.

Oui, je sais que je vais réussir cet entretien.

« Vous ne descendez pas ? » J'ai été surprise par la voix d'un homme à côté de moi.

Je me suis rendu compte que j'avais atteint le vingtième étage et j'ai marmonné une excuse rapide à l'homme plus âgé dans un costume gris et je suis sortie.

Toute la partie gauche était une immense fenêtre et j'ai regardé la vue imprenable sur Londres.

Cela me démangeait de sortir mon téléphone de mon sac et de prendre une photo.

Avant que cela ne se produise, je me suis rappelé pourquoi j'étais ici en premier lieu.

J'ai suivi les instructions de la réceptionniste et, comme elle l'avait dit, il y avait beaucoup de monde.

Ils étaient si nombreux que je n'étais même pas capable d'en voir le bout.

Et ils portaient tous de beaux vêtements.

Un groupe de filles a jeté un regard sur moi et je les ai entendues rire un peu.

Qu'est-ce que j'avais sur le visage ? J'avais envie de demander.

En levant les yeux, j'ai remarqué qu'elles n'avaient pas cessé de me regarder et qu'elles n'étaient pas subtiles.

J'ai détourné le regard avec colère.

Ce n'est pas parce qu'elles avaient l'air plus sexy que moi et qu'elles portaient de plus beaux vêtements que je devais être traitée de la sorte.

Je me suis frayé un chemin à travers des tonnes de corps, en essayant de trouver un endroit où m'asseoir.

J'en ai repéré un au bout de la pièce et je m'y suis dirigée. Mais avant que je puisse m'asseoir, un homme m'a devancé.

Il a haussé les épaules et je lui ai lancé un regard furieux.

Je me suis retournée vers l'endroit où j'étais, et avant même de m'en rendre compte, j'ai été poussé par des corps dans différentes directions.

Je me suis retrouvé poussée vers une porte argentée puis à travers.

La porte s'est refermée automatiquement.

J'ai paniqué quand elle n'a plus bougé du tout.

J'ai essayé à nouveau, mais la même chose s'est produite.

Elle ne bougeait pas.

Bon sang !

Je me suis retournée pour voir où j'étais, et je me suis retrouvée dans un long couloir obscurci, au bout duquel se trouvait un ascenseur.

J'ai poussé un soupir de soulagement.

Une sortie.

Il s'est ouvert en glissant lorsque j'ai appuyé sur le bouton, et je me suis précipitée à l'intérieur.

J'ai voulu appuyer sur le vingt-et-unième bouton, mais je n'ai trouvé qu'un seul bouton avec un logo Campbell dessus.

Mon visage s'est décomposé.

Décidant qu'il valait mieux aller là-bas plutôt que de rester ici sans pouvoir sortir, j'ai appuyé sur le bouton avec le logo.

Mon cœur s'est mis à s'emballer pour une raison quelconque, et mes mains tremblaient légèrement.

L'air était étouffant ici et j'avais l'impression qu'il y avait la présence de quelque chose de puissant et de terrifiant.

Mais qu'est-ce qui ne va pas chez moi ?

Pourquoi ai-je si peur ?

Mais qu'est-ce qui se passe ?

L'ascenseur s'est arrêté et s'est ouvert en glissant. Je suis sortie aussi vite que j’étais entrée.

Peut-être que je serais capable de respirer ici et où était cet endroit ?

J'ai scanné mon environnement et ma mâchoire s'est décrochée.

Littéralement.

Le bureau était gigantesque et à couper le souffle.

Il était poli et luxueux.

Tout ici criait au luxe.

Les sièges en cuir blanc brillaient et je ne voulais pas les toucher au cas où je les abîmerais.

La vue était bien plus étonnante ici.

J'ai sursauté lorsque mes yeux ont accroché quelques peintures sur le mur, et j'ai réalisé que c’étaient les peintures qui avaient fait parler d'elles.

Ça a coûté un milliard de livres.

Putain de merde.

Il y avait une cheminée et une grande télé à écran plat sur le mur.

Littéralement, tout dans le bureau était blanc, même les stylos étaient blancs.

Je ne pouvais pas tout décrire parce que je trouvais mes yeux soudainement aveuglés par ce bureau chic.

J'ai entendu la porte s'ouvrir en grand et plusieurs bruits de pas.

Avant que je ne réalise ce qui se passait, on me poussait brutalement au sol et je sentais un pistolet sur ma tête.

Putain de merde.

C’est ce qui arrive dans les films.

Il n'y avait aucune chance que ce soit réel.

Je n'étais pas sur le sol avec un pistolet sur la tête comme un criminel sanguinaire.

J'ai essayé de relever la tête, mais on l'a repoussée vers le bas.

J'ai grimacé et j'ai serré les dents.

« Explique ta raison d'être dans un bureau privé avant que je ne te fasse sauter la cervelle », a-t-il aboyé en appuyant le pistolet sur ma tête.

Un bureau privé ?

Comment j'étais censé savoir que c'était interdit ?

« Parle ! Maintenant ! »

J'ai tremblé de peur.

« Je… je me suis perdue. Je ne savais pas que je n'étais pas censée être ici.

« Je suis désolée, s'il vous plaît, ne me tirez pas dessus », ai-je supplié, tout en fermant les yeux et en priant Dieu que je ne finisse pas morte sans aucun de mes proches près de moi, et certainement pas ici.

« Retire-toi, Gideon », a dit quelqu'un, me faisant soupirer de soulagement.

J'ai senti qu'il retirait l'arme qu'il tenait à l'arrière de ma tête.

Je suis restée au sol, sans savoir si j’avais la permission de me relever.

Vous voyez, je tiens beaucoup à ma vie.

« Lève-toi. »

Je n'avais pas besoin qu'on me le dise deux fois.

Me levant du sol, je me suis lentement tournée vers les hommes qui se tenaient devant moi, en costume noir, tenant des armes à feu.

J'ai frissonné lorsque mes yeux ont trouvé celui qui avait son arme sur moi.

« Quel est ton nom ? »

« Lauren Hart », j'ai levé le menton, en espérant que ma voix paraisse plus ferme qu'elle ne l'était pour moi.

« Je ne voulais pas entrer ici. Je suis ici pour l'entretien, et j'ai été poussée à travers une porte.

« Je ne pouvais pas revenir en arrière et le seul moyen de sortir était de prendre un ascenseur. Il m'a fait monter ici.

« Si vous pensiez que j'étais ici pour voler, vous vous trompez. »

Me forçant à être courageuse, j'ai continué, « S'il vous plaît, laissez-moi partir. »

Ils se sont regardés et il ne m'a pas fallu une minute pour comprendre qu'ils communiquaient entre eux par les yeux.

Celui que je pensais être le chef a fait un geste avant que l'un d'eux ne sorte du bureau.

« Alors… et si je partais ? » J'ai souri et fait un pas en avant, avant que ma vue ne soit bloquée.

« Ou… pas. » J'ai fait quelques pas en arrière.

« Écoutez, il n'y a aucune raison pour moi d'être encore ici.

« Je vous ai déjà dit que je n'ai rien volé. Laissez-moi juste partir. Je dois me rendre à un entretien. »

Ils m'ont simplement ignoré.

Puis…

J'ai frissonné.

D'un seul coup, l'air est devenu glacial.

Le froid du bureau m'a soufflé, faisant battre mon cœur à toute vitesse dans ma poitrine.

Je pouvais presque sentir une poussée d'émotion, une force puissante cherchant à prouver sa fureur.

J'ai serré mon sac fermement, la sensation me faisant presque tomber à la renverse.

J'ai entendu les bruits de pas furieux avant de le repérer.

Je jure…

J’ai

arrêté

de respirer.

Debout, sa pose puissante a fait que mon souffle s'est pris dans ma gorge.

Il respirait fort, sa poitrine large et bien musclée se soulevant et s'abaissant comme s'il venait de courir un marathon.

Il était vêtu de noir de la tête aux pieds ; costume, chemise et cravate Armani noirs qui donnaient à ses bras puissants et à sa poitrine l'air presque vivants, défiant presque quiconque de douter de sa férocité et de sa chaleur.

Il était beau, presque comme si c'était lui qui s'était sculpté ; des pommettes qui rendraient jaloux n'importe quel homme ou femme, un nez droit et des lèvres rouges.

Et ses yeux, oh mon dieu, ses yeux étaient en argent pur.

C’étaient les yeux les plus intenses, mais aussi les plus froids que j'avais jamais vus dans ma vie.

Il passait ses doigts dans ses cheveux noirs, ses yeux argentés étaient presque prêts à lancer un regard noir à toute âme assez stupide de le regarder.

Son regard était assez chaud pour effacer l'existence de l'humanité.

C'était Mason Campbell.

L'homme le plus vicieux du pays.

Je déglutis.

L'homme s'est écarté de son chemin alors qu'il entrait, ses mouvements étaient puissants et confiants.

Il n'a pas jeté un regard sur moi alors qu'il prenait place derrière son bureau et commençait à parcourir des dossiers.

Personne n'a dit quoi que ce soit pendant cinq minutes, et je commençais à être fatiguée et à avoir les jambes engourdies.

Personne ne faisait attention à moi, et personne n'était encore prêt à me laisser partir.

Encore cinq minutes avant qu'il ne lève sa grande et forte main et me fasse signe de partir.

J'ai relâché le souffle que je retenais et me suis retournée pour partir quand j'ai reçu un regard furieux de Gideon alors que ses hommes commençaient à quitter le bureau. Mon estomac s'est alors retourné.

Il ne m'a pas fait signe de partir.

Ils sont tous partis, et j'étais seule face à sa puissante présence.

J'ai essayé d'être naturelle, mais bon sang, j'ai échoué.

Je suis restée figée sur place, mais j'ai continué à bouger mes bras et mes jambes, juste pour arrêter d'être si nerveuse.

Je voulais fixer Mason Campbell, mais j'avais peur que si je le faisais, je sois transformée en cendres ou en pierre.

Aucun des deux n'avait l'air bien.

« Arrête de troubler ma paix », sa voix douce, mais froide et mortelle.

Je ne savais même pas qu'il savait que j'étais ici.

Ne cherchant pas à cacher sa perturbation, Mason Campbell a jeté son regard le plus sombre sur moi, la fille qui avait osé troubler sa paix.

« Ou je ferais quelque chose à ce sujet. »

Ma poitrine se serra tellement que je pouvais à peine respirer.

La peur m'a envahie, l'image de moi gisant froide et morte dans un endroit abandonné a traversé mon esprit, provoquant de profondes émotions en moi.

J'ai failli faire pipi dans ma culotte.

« Prenez un siège. »

Les jambes tremblantes, je me suis empressée de m'asseoir sur l'une des chaises en face de lui, décidant que j'étais plus en sécurité si je pouvais être hors de sa vue. Mais je n'avais pas le choix.

« Pourquoi êtes-vous ici ? » a-t-il demandé sans quitter des yeux les papiers sur lesquels il écrivait.

Je voulais jeter un coup d'œil, pour voir à quoi ressemblait son écriture.

Était-elle laide ? Était-elle belle ?

Je savais que c'était la dernière supposition.

Je me suis déplacée sur mon siège, me préparant à parler avant qu'il ne s'énerve davantage.

Je me souviens très bien de ce qu'on dit de Mason Campbell.

Les seules émotions sauvagement intenses qu'il avait connues dans sa vie étaient la colère et la noirceur froide de son propre cœur.

Ils disaient qu'il avait une rage si féroce qu'elle glaçait les os des gens.

J'avais pensé que c'était insensé, qu'il ne pouvait pas être ce que tout le monde dit de lui, mais je commençais à penser autrement.

« Je…je…je…» J'ai balbutié de peur, la phrase que je voulais dire se recroquevillant derrière mon cœur.

Mason s'est arrêté d'écrire et a soudainement levé les yeux vers moi.

Les puissants yeux argentés qui se sont heurtés aux miens m'ont fait déchanter.

Il a continué à me transpercer d'un regard résolument pointu.

« Attention à ce que vous dites », a-t-il dit avant de pencher la tête.

« Est-ce que je… vous fais peur ? »

Je me suis léché les lèvres avant de parler, « Est-ce une question piège ? » J'ai demandé tranquillement.

N'obtenant aucune réponse en retour, j'ai ajouté, « O…oui. »

Il a levé un sourcil parfait.

« Oh ? »

« Je ne veux pas dire quelque chose de mal qui pourrait me faire mourir dans la nuit froide.

« Les gens disent que vous êtes un tueur froid et dur, et que vous prenez plaisir à tuer vos victimes ou à les faire disparaître. »

Je n'ai pas réalisé ce que j'avais dit avant que cela sorte de ma bouche.

Mes yeux se sont agrandis et j'ai mis une main sur ma bouche.

Sa mâchoire s'est contractée et il a ramené une main sur son visage.

« Vous feriez bien de vous rappeler à qui vous parlez, madame ? » a-t-il prévenu, son regard argenté dur comme la glace et sa voix grave tout aussi froide.

« Hart », ai-je répondu, la voix tremblante.

« Lauren Hart. Et bien sûr, M. Campbell. »

« Mme Hart, je n'aime pas trop me répéter. Pourquoi êtes-vous ici ? » a-t-il poussé, la voix plus forte cette fois.

Plus forte, et empreinte de colère et d'impatience crépitantes.

« Je suis ici pour un entretien. Je ne voulais pas être ici. J'ai été poussée à travers une porte et la seule façon de sortir était de prendre l'ascenseur qui m'a amenée ici. Je suis vraiment désolée.

« Si vous aviez la gentillesse de me laisser partir, je m'en irais. »

« Je ne suis pas gentil », a-t-il dit comme s'il était dégoûté par un mot qu'il ne connaissait pas.

« Bien sûr. Si vous étiez assez gentil ? »

Se redressant de toute sa hauteur, M. Campbell a froncé un sourcil.

Un sourcil de défi.

« Aucune différence. »

L'irritation circulant dans mes veines, j'ai rencontré son regard brûlant avec mon regard froid.

« Si vous étiez si généreux de me laisser partir ? Je ne veux pas vous déranger davantage. »

« Possédez-vous un dictionnaire, Mme Hart ? » Il a demandé sans même cligner des yeux.

« Est-ce les seuls mots que vous connaissez ? » Quand j'ai tenté de lui répondre, il m'a coupé la parole.

« C'était une question rhétorique. »

« Oh. »

« En effet », a-t-il répondu d'un ton tel que je me suis demandée s'il me prenait pour une imbécile.

« Passez-moi votre CV. »

Je l'ai étudié pendant un long moment inconfortable.

« Vous voulez voir mon CV ? »

« Je parle anglais, n'est-ce pas ? Passez-moi votre CV. »

Je lui ai rapidement passé mon CV pendant qu'il l'étudiait.

« Hmm. Vous êtes allé à Knight – évidemment, je ne m'attendais pas à ce que vous ayez de bonnes notes.

« Que deux emplois. Aucune expérience ici », s'est-il exclamé, en prononçant soigneusement chaque mot.

Son visage s'est crispé en un étrange mélange de pitié et de reproche.

« Quand vous êtes venue ici, j'espère bien que vous n'aviez aucun espoir d'obtenir ce travail.

« D'après ce que je vois ici, vous n'êtes pas assez qualifiée pour travailler chez Campbell Industry, Mme Hart », a-t-il répliqué, chaque fibre de son être me défiant d'affirmer le contraire.

J'ai rencontré son regard avec un regard d'acier, ma colère prête à éclater en moi.

J'ai serré les lèvres et j'ai espéré qu'il ne remarquerait pas le spasme musculaire sur mon visage.

« Quoi ? Je n'aurai pas le poste ? » J'ai demandé, ses mots plongeant comme un couteau manié par un expert directement dans mon cœur.

Je savais en venant ici que je n'avais aucune chance, mais cela ne voulait pas dire que je ne souffrais pas.

C'était ma seule chance d'obtenir un emploi parfait avec un bon salaire.

Je voulais dire qu'il n'était pas censé m'interviewer, que c'était une Mary Warner qui m'avait convoqué à un entretien.

Mais j'étais lâche.

« Tu vas pleurer ? » a-t-il demandé en penchant la tête sur le côté.

« Non… je veux juste… »

« Bien. Parce que je déteste les femmes faibles qui ne sont pas assez fortes pour supporter la vérité. Essuyez vos larmes avant de laisser votre ADN ici. »

Je me suis raidie, une veine de mon front commençant à palpiter.

« Merci pour votre temps, M. Campbell. »

Mon cœur battait la chamade alors que je faisais une tentative pour me lever et quitter son bureau sanglant et son affreuse personnalité.

« Mais… vous êtes qualifié pour une chose. Il y a un poste à pourvoir qui vous convient parfaitement. Voulez-vous être mon assistante ? Ne laissez pas le mot vous monter à la tête, cependant.

« Vous allez simplement faire mes courses, répondre à mes appels et me chercher du thé. Votre salaire, bien sûr, ne sera pas très élevé. »

J'ai pris une série de longues et profondes respirations jusqu'à ce que la tension en moi commence à diminuer.

« M. Campbell, si vous voulez bien… »

« C'est à prendre ou à laisser. Il y a une file de personnes qui se jetteraient sur ce travail.»

Fermant les yeux, je me suis pincé l'arête du nez et j'ai réprimé l'envie de rejeter la tête en arrière et de crier. « Oui, mais… »

Il a détourné son regard de moi et a baissé les yeux sur les papiers devant lui.

« Passez une bonne journée, Mme Hart. »

Une partie de moi criait que c'était un bon travail et une autre criait que je ne méritais pas qu'on me marche dessus, mais l'autre partie de moi qui criait plus fort a gagné.

« Je vais le prendre ! Je vais accepter le poste. » En serrant les lèvres, j'ai avalé l'amertume qui montait dans ma gorge et, à la place, je l'ai regardé avec dédain.

« M. Campbell, vous écoutez ?

« J'ai dit que j'acceptais le poste. » Mon corps tout entier palpitant d'agitation, j'ai serré mes mains en poings blancs sous le bureau alors qu'il m'ignorait.

« Je vous verrai lundi à huit heures », m’a-t-il congédié sans même prendre la peine de me regarder.

« Merci beaucoup ! Je n'aurais pas laissé… »

Il m'a interrompu : « Vous pouvez partir. »

Quel con. Je suis sortie silencieusement du bureau, mon esprit repassant les 20 minutes de conversation que j'avais eu avec lui, et pendant ces minutes, il ne m'a jamais rien dit de gentil.

Comment peut-on travailler pour une telle personne ?

Souviens-toi, Lauren. Tu travailles pour lui maintenant. Oh oui, comme c'est malheureux pour moi.

Si je n'avais pas été si désespérée de trouver un emploi, je n'aurais pas accepté de travailler pour lui.

Même si le salaire n'était pas ce que je voulais, j'allais accepter son offre.

Je n'allais pas le nier, j'avais pensé à ne pas l'accepter, mais je me suis souvenue de mon père et du fait que tout cela était pour lui.

J'espère juste que je survivrai en travaillant pour Mason Campbell.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

Mon premier jour à Campbell Industry s'est bien passé, tellement bien que j'aimerais pouvoir revivre cette journée encore et encore.

Pensez à la meilleure chose qui vous soit jamais arrivée, puis multipliez-la par cent. C'est ce que je ressentais.

Pouvez-vous tous remarquer le sarcasme ?

C'est comme ça que la journée s'est passée.

Je ne me souviens pas de la dernière fois où je me suis réveillée pour me préparer pour le travail ou pour être excitée et nerveuse en même temps.

J'ai à peine dormi la nuit dernière.

Mon esprit n'arrêtait pas de me dire que j'allais travailler pour Mason Campbell. A un moment donné, je n'arrêtais pas de me pincer, pensant que ce n'était qu'un rêve.

Quand je l'ai dit à Beth, ma meilleure amie et colocataire, elle a eu l'audace de me rire au nez et de me traiter de menteuse.

Elle ne croyait pas que je pourrais un jour parler à Mason, que je n'étais pas assez importante pour échanger des mots avec lui et être en sa présence.

Elle pensait que j'avais trouvé du travail dans un endroit répugnant et je ne voulais pas lui en parler, alors j'ai dit que je travaillais chez Campbell Industry.

Si je disais que je n'étais pas profondément insultée, je mentirais.

Elle parlait comme si Mason était un Dieu qu'on ne pouvait pas approcher.

Mais laissez-moi vous dire quelque chose, Mason n'était pas un Dieu ou un Ange.

Ce n'était pas quelqu'un qui distribuait des bonbons aux enfants et qui disait des mots gentils qui donnaient à n'importe qui une sensation de chaleur interne.

C'était Satan.

Mason était quelqu'un qui arrachait les bonbons des petits enfants et les mangeait devant eux.

C'était quelqu'un qui vous poussait devant une voiture en marche.

C'était quelqu'un qui pouvait en peu de mots provoquer une crise cardiaque ou laisser une cicatrice dans le cœur de n'importe qui.

Il y avait une bonne chose à propos de lui cependant.

Il était beau à voir, je ne pouvais pas le nier.

Pourquoi les beaux hommes étaient-ils grossiers, froids et sans cœur ? Je parlais en connaissance de cause.

Le dernier beau petit ami que j'ai eu il y a quelques années m'a trompée.

Il avait dit que j'étais ennuyeuse et exigeante. Le trou du cul.

Ok, peut-être que ce n'était pas une raison suffisante.

Mais qu'en est-il de ces beaux gars à qui j'avais souri et qui m'avaient répondu froidement, hein ?

Bref, Mason était le plus grand des branleurs.

Le branleur a carrément dit que je n'étais pas intelligente. Il a osé se moquer de mon école.

Tout ça était charmant comparé à ce qu'il avait dit sur le fait que je n'avais aucune expérience.

Je pouvais seulement imaginer à quel point ça allait être horrible de travailler pour lui.

Peut-être était-il de mauvaise humeur l'autre fois ? Peut-être qu'il n'était pas si mauvais et que je l'avais mal jugé.

Quoi qu'il en soit, j'allais être la meilleure assistante avec laquelle il n’avait jamais travaillé.

Je ne lui donnerais pas une raison de s'en prendre à moi et de me mépriser.

Je me suis réveillée tôt, je me suis habillée et ai pris mon courage à deux mains.

Je n'ai pas pris la peine de réveiller Beth pour lui dire que je partais parce que cette garce aurait pu dire quelque chose que je n'aurais pas aimé, j'ai tout pris et j'ai quitté notre appartement.

À mon avis, ce que je portais était la meilleure chose que j'ai pu trouver dans mon armoire.

Je pouvais tout à fait porter une jolie robe pour un mariage ou une occasion spéciale, mais je ne pouvais pas croire que je la portais au travail.

Je ne pouvais pas non plus croire à l'hostilité que j'ai vue quand j'ai mis le pied à CI.

Apparemment, la rumeur s'était répandue que j'étais la nouvelle assistante du patron.

Ça n'était pas arrivé depuis longtemps.

Ignorant les quelques regards que j'ai reçus, j'ai appuyé de mon doigt transpirant sur le bouton qui me conduisait à l'étage de M. Campbell.

Dès que la porte s'est ouverte, je suis sortie, le pas nerveux et, si la moitié basse de mon corps avait eu sa propre conscience, elle aurait filé tout de suite et m'aurait laissée sans jambes.

Quand j'ai mis le pied dans le bâtiment, je ne savais pas où j'allais aller.

Je ne pouvais pas faire irruption dans le bureau de M. Campbell et exiger de savoir où était mon bureau.

D'ailleurs, je ne pensais pas qu'il était encore là.

« Lauren Hart ? »

Je me suis retournée au son de mon nom et je me suis retrouvée face à face avec une belle femme.

Elle était si belle et si bien habillée. Je l'enviais.

Tout ce que je voulais, c'était lui tirer les cheveux et abîmer sa jupe et son chemisier.

Je voulais foutre en l’air cette femme et je ne savais pas pourquoi.

Oh, je savais pourquoi. Elle était tellement plus belle que moi.

Dieu sait ce qu'elle voit quand elle me regarde.

Je sais ce que je vois quand je me regarde.

Elle semble avoir vingt-quatre ou vingt-cinq ans.

« Oui ? » J'ai répondu poliment. J'ai même esquissé un sourire.

A-t-elle souri en retour ? Non.

« Je m'appelle Jade. Je suis un peu surprise de vous voir ici si tôt, mais c'est une bonne chose. M. Campbell n'aime pas que ses employés arrivent en retard au travail. »

J'avais envie de dire « Tu ne viens pas un peu plus tôt que moi, salope ? » mais à la place, j'ai souri à nouveau.

« Je suis sûre que personne ne le fait. C'est une bonne chose que je sois toujours une lève-tôt.

« M. Campbell n'a pas à s'inquiéter de me voir arriver en retard. »

« Hmm. » Elle a hoché la tête, tout en mordillant son stylo et en décidant de me passer en revue, n'aimant visiblement pas ce qu'elle voyait.

« Personne ne m'a dit à quoi ressemble la nouvelle assistante de M. Campbell, mais je dois dire que je suis un peu déçue. Je m'attendais à beaucoup plus que ce que j'avais imaginé. Mais je suppose qu'il a eu pitié de vous.

« Si j'étais lui, j'aurais pitié de toi aussi. »

Je voulais l'assassiner et l'enterrer six pieds sous terre, là où son corps pourri ne serait qu'os et crâne.

Le patron et les employés étaient-ils tous les mêmes ?

Ils agissent tous comme s'ils étaient meilleurs que tout le monde.

J'ai souri largement.

« Je suppose qu'il a vu ce qu'il ne voyait pas chez les autres. Je dois être chanceuse alors. »

Le regard meurtrier sur son visage m'a donné un peu de satisfaction.

« Peu importe. Suivez-moi et je vous conduirai à votre bureau. »

Je l'ai suivie de près, les yeux fixés sur son dos comme des poignards.

Dès qu'elle s'est retournée, j'ai affiché un doux sourire sur mon visage.

Elle m'a montré un bureau sur lequel se trouvait un ordinateur portable blanc.

Le bureau était poussé loin contre le mur, à côté d'une grande double porte.

« Vous allez vous asseoir ici », a-t-elle dit.

« Vous pouvez mettre un objet personnel sur votre bureau car M. Campbell n'aime pas quand il y en a trop. Votre travail consiste à répondre au téléphone et à accomplir ses tâches. »

« Vous comprenez ? »

« Oui. »

« Très bien. Bienvenue chez Campbell Industry. Je verrai combien de temps vous allez durer. »

Je me suis mordu la langue et me suis forcée à respirer par le nez.

« Je vous assure que ce sera plus long que vous. »

J'ai vu son sourcil s'agiter mais elle n'a rien dit. Elle est partie, me laissant m'installer.

Il n'a pas fallu trente minutes pour que M. Campbell entre comme une tempête prête à vous aspirer dans son tourbillon.

Son visage n'exprimait aucune émotion et ses yeux froids comme la pierre pouvaient mettre fin à votre existence.

Je suis restée figée, incapable de détacher mon regard de la musculature de ses bras, de sa poitrine et de ses jambes.

La façon dont son costume Armani bleu collait à son corps comme une seconde peau.

Il y avait un côté létal et prédateur dans ses mouvements lorsqu'il marchait.

Mon cœur battait la chamade de fascination.

C'était un homme puissant, incroyable à tous points de vue, et le simple fait de le voir maintenant, dans toute sa gloire, me mettait presque à genoux.

C'était comme si je le voyais pour la première fois.

Tout le monde lui a fait un signe de tête pour le saluer, mais il les a ignorés et est passé devant eux avec une grâce que je n'avais jamais vue chez quelqu'un, en entrant dans son bureau.

Il était si impoli.

Je suis restée à mon bureau pendant quelques minutes avant de rassembler mon courage et de m'approcher de son bureau.

J'ai frappé à sa porte. Une fois, deux fois et je n'ai rien eu en retour.

J'ai frappé à nouveau.

Plus fort cette fois.

« Quoi ?! » Sa voix était profonde et tonitruante.

On aurait dit qu'elle grondait puissamment à l'intérieur du bâtiment.

Ravalant la bile qui était montée dans ma gorge, j'ai tourné la poignée et poussé la porte.

Je suis entré dans son bureau froid et j'ai fermé la porte derrière moi.

« Bonjour, monsieur », ai-je salué, mon cœur battant la chamade dans ma poitrine.

M. Campbell a lentement levé la tête pour me regarder.

Il semblait plus effrayant que je n'aurais pu l'imaginer, et je n'ai pas pu contrôler le frisson qui a secoué mon corps lorsque ces yeux d'argent étaient fixés sur moi.

Il n'y avait rien de familier dans son regard.

J'ai aspiré mon souffle.

Son regard se promenait sur moi, un geste presque paresseux.

J'ai senti de l'ennui. J'ai senti de l'agacement.

Une distance presque glaciale le distinguait.

Nos yeux sont restés accrochés, pendant un long moment, un moment qui m'a brisé les nerfs.

Une centaine de sentiments m'ont traversé à cet instant. C'était comme si tout le reste du monde s'était arrêté.

Cet homme… il était effrayant. Et je pourrais avoir accidentellement vendu mon âme à lui.

« Oui ? Je peux vous aider ? » a-t-il aboyé.

Je l'ai regardé fixement, incapable de comprendre ce qu'il voulait dire par là ? N'avais-je pas le droit de venir le saluer avant qu'il n'ait besoin de moi ?

Avant que je puisse dire quelque chose, il m'a posé d'autres questions.

« Comment êtes-vous arrivée ici ? Qui vous a laissé entrer ? » Il a appuyé sur un interphone et a parlé dedans.

« Qui a laissé entrer cette femme ?

« Est-ce que je vous paie pour laisser entrer n'importe quel étranger dans mon bureau ? V- Vous me demandez quelle femme ? Vous êtes viré ! »

Il élevait la voix vers le pauvre homme qui la recevait.

C'était une voix qui représentait pour moi la mort subite.

« S'il vous plaît, M. Campbell, vous m'avez engagée pour être votre assistante. Lauren Hart, vous vous souvenez ? »

J'ai demandé d'une voix étranglée et suppliante.

Mon cœur battait fort et je ne semblais pas pouvoir bouger.

Mon instinct le plus profond me disait de ne pas énerver cet homme davantage.

Il était comme une tempête impitoyable, une force à laquelle il ne fallait pas se mesurer.

Mason a haussé les sourcils en me saisissant, pointant son stylo sur moi en guise de réalisation.

« Tu as l'air différente. Bon, pas aussi mal en point que l'autre jour, mais c'est un progrès. »

« Oui, monsieur », ai-je répondu, en luttant pour garder un ton léger et simple.

« Je vais essayer d'être à la hauteur des attentes de cette entreprise. »

Détachant enfin son regard de moi, il a rétorqué : « Je ne vois pas comment cela va être possible, Mme Hart. »

Je l'ai regardé griffonner quelque chose sur un bout de papier.

« Prenez ça. » Je me suis rapidement déplacée pour lui prendre le papier, nos doigts se sont presque touchés dans le processus s'il ne l'avait pas lâché immédiatement avant que cela n'arrive.

« C'est mon e-mail et le mot de passe.

« Répondez à tous mes e-mails. Ignorez ceux qui ne sont pas pertinents. Ne planifiez pas une réunion sans me consulter d'abord. Ne rendez en aucun cas, Mme Hart, mes e-mails publics.

« Gardez mes e-mails privés. Si je découvre que vous en avez discuté avec quelqu'un, famille ou ami, je vous assure que vous allez bien le regretter. »

Mon cœur s'est mis à battre la chamade, et je détestais le fait qu'il puisse susciter cette anxiété chez moi. Et il le faisait intentionnellement.

Bien sûr qu’il le faisait.

« Tous les matins à 9 heures précises, vous m'apporterez mon thé, pas de café. Je l'aime noir. Il ne doit être ni trop froid ni trop chaud.

Tous les dossiers que je dois signer doivent être sur mon bureau avant que j'arrive.

« Vous n'entrez pas dans mon bureau et les visiteurs ne sont pas autorisés de 12h à 13h. Vous prenez mon déjeuner au restaurant Roseire. C'est à une heure de route et je me fiche de savoir comment vous y allez. Demande juste ce que je prends d'habitude.

« Gardez à l'esprit que je le veux chaud et sur ma table à 14h. S'il est froid, je déduirai le prix de votre salaire. »

Il est sérieux ?

Mon Dieu, il est si autoritaire.

Regarde-le, assis là, donnant ses ordres comme s'il dirigeait la terre ou quelque chose comme ça.

Mon Dieu, si cet homme dirigeait vraiment le monde, nous serions tous condamnés.

Je n'ai pas passé longtemps en sa présence mais je peux dire que le monde va souffrir par sa faute.

« Est-ce que vous m'écoutez ? » Il avait l'air outré.

La colère émanait de son visage, son regard me parcourait d'un œil critique.

Quelque chose de sombre a traversé son expression et mon estomac s'est retourné.

Déglutissant, j'ai hoché la tête.

Ses yeux se sont rétrécis. « Vous ne hochez pas la tête. Vous parlez quand on vous parle, vous comprenez ? »

« Oui, monsieur. » J'ai baissé les yeux avant de les lever sur lui.

L'expression féroce de son visage m'a rempli de terreur.

Il a continué avec son ton froid et impitoyable.

« J'ai pris sur moi de vous donner ceci. » Il m'a jeté ce qui ressemblait à un manuel. « Lisez-le. Suivez-le. Si vous voulez être ici dans une semaine. »

« Je vous promets que je ne vous décevrai pas», ai-je dit, calmement.

« Je me fiche que vous me déceviez, Mme Hart. Je serais heureux de voir que vous le faites. Cela ne ferait que prouver ce que je pense de vous. Ne pensez pas que vous êtes officiellement entrée dans l'industrie Campbell.

« Vous êtes à l'essai. La moindre erreur vous fera sortir d'ici plus vite que vous ne pouvez cligner des yeux. Comme je l'ai dit, vous n'êtes pas la seule qui aimerait avoir ce travail.

« Des gens avec plus de talent que vous. » Il a entrelacé ses doigts devant lui.

« Et ne vous mettez pas dans la tête que vous êtes spéciale. »

Fils de pute.

Une réponse allait jaillir de mes lèvres, mais il m'a fait taire avec sa main levée.

« Ce sera tout. »

Je me suis retournée et j'ai quitté le bureau en silence.

J'avais l'impression qu'on venait de m'annoncer que quelqu'un que je connaissais était mort et que je faisais son deuil.

Je ne savais même pas quoi penser.

Je savais que Mason Campbell était beaucoup de choses, et être un homme grossier en était une, mais je ne savais pas qu'il était aussi grossier.

Sans établir de contact visuel avec qui que ce soit, je me suis dirigée vers mon bureau.

Je me suis assise, comptant de un à dix avant de reporter mon attention sur le manuel de l'employé qu'on m'avait donné.

J'étais sur le point de commencer à le feuilleter quand j'ai entendu une toux.

J'ai levé la tête et fait face à Jade, qui me faisait le visage « Je te déteste mais je ne peux rien y faire ».

« Oui ? »

Elle a roulé les yeux.

« Je suis censée te faire une putain de visite guidée comme si je n'avais rien de mieux à faire de mon temps », a-t-elle ricané, en se retournant sans attendre que je dise quoi que ce soit.

J'ai regardé sa forme qui s'éloignait, me demandant quand elle avait commencé à avoir ses règles ou si sa méchanceté était naturelle ? Est-ce que tout le monde ici était horrible ?

Je ne me souviens pas de la dernière fois où je me suis retrouvée entourée de personnes ignobles.

Même le lycée n'était pas aussi mauvais, et ce n'était pas peu dire.

Mlle tête de garce pensait probablement qu'elle était l'une des meilleures personnes de cette société, une qui vous marcherait sur les pieds quoi qu'il arrive et une qui pensait que tout le monde devait suivre.

Eh bien, je n'allais pas être la salope de quelqu'un.

J'ai baissé les yeux sur le manuel à nouveau, ouvrant la première page.

« Tu ne viens pas ? » ai-je entendu Jade m’aboyer dessus.

En regardant son visage en colère, j'ai levé un sourcil.

« Oh, je ne savais pas que tu voulais que je te suive. Tu aurais dû le dire. »

J'ai fermé le manuel et me suis levée pour la suivre.

Les trente minutes suivantes ont été tellement ennuyeuses.

Jade m'a montré toutes les pièces du bâtiment et je savais que je n'allais pas me souvenir de tous les endroits parce que je ne donnais pas toute mon attention.

J'ai presque dansé de joie lorsque je me suis assise sur ma chaise.

Enfin, c'était fini.

Être en présence de Jade aspirait le peu de bonheur qu'il me restait en moi.

À huit heures cinquante-cinq exactement, je me suis précipitée pour aller chercher le thé de M. Campbell.

J'ai fait une pause, essayant de me rappeler s'il m'avait dit combien de sucre il voulait dans son thé, ou s'il n’en voulait tout simplement pas.

J'ai pris un risque majeur et je n'ai pas mis de sucre dans son thé.

Cela pouvait soit me sauver, soit me faire virer de la société.

Lorsqu'il m'a donné la permission d'entrer dans son bureau, je l'ai fait avec beaucoup de calme, pour une fois pas dans la peur.

J'ai gardé le thé devant lui et j'ai attendu qu'on me demande de partir.

M. Campbell a pris son temps pour finir sur son ordinateur portable avant de prendre le thé.

J'ai soupiré de soulagement quand il ne s'est pas mis à crier sur le manque de sucre.

« Vous pouvez partir », a-t-il dit, d'un ton glacial.

Il ne m'a toujours pas regardé.

« De rien, monsieur », ai-je dit, me tournant pour sortir du bureau.

Sa voix m'a empêché de bouger.

« Qu'est-ce que tu viens de dire ? » Il y avait de l'incrédulité dans son ton, de la colère. Une vague de colère terrifiante qui a fait trembler mes jambes.

« Vous êtes sarcastique avec moi, Mme Hart ? »

J'ai secoué la tête, essayant de relever le moment exact où mes sens ont quitté mon corps.

Je n'étais pas sarcastique. Comment pourrais-je l'être quand je savais que j'avais un patron comme lui ?

C'est simplement un instinct qui m'a poussé à le dire.

« Je suis désolé, monsieur. Je ne vous voulais aucun mal. » Je ne pouvais compter le nombre de fois où je m'étais excusée depuis que je l'avais rencontré.

Et quelque chose me disait qu'il y avait plus à venir.

Il a rétréci ses yeux, essayant de me faire craquer et de lui prouver que j'étais faible et incapable de supporter la pression.

Du moins, c'est ce que je pensais qu'il faisait.

« Vous pouvez y aller. »

Je me suis précipitée hors de là, respirant correctement lorsque j'étais hors de son regard.

Un petit rire a commencé et je me suis retourné vers le coupable.

Un grand type maigre me fixait, les lèvres retroussées en un sourire en coin.

Il avait des cheveux foncés courts sur les côtés, et l'épi au milieu était un peu long et désordonné.

Quand il a vu que je le regardais, il a traversé jusqu'à mon espace.

« Félicitations », a dit sa voix grave avec un soupçon de plaisanterie.

« Tu as survécu à deux visites dans son bureau. Ça mérite d'être fêté. »

Je n'ai pas pu m'empêcher de sourire.

D'une part, parce que je savais qu'il disait probablement la vérité, et d'autre part, parce que je savais que je l'aimerais bien. Il était différent de la façon dont je le voyais.

En faisant une petite révérence qui lui a valu un autre gloussement, j'ai dit : « Voulez-vous graver cela dans une tasse et la livrer à mon bureau ? »

« Oh, malin. Vous allez conduire votre propre satisfaction. Vendu. »

J'ai tendu la main, mon sourire s'élargissant.

« Je suis Lauren. Lauren Hart. »

Le gars aux cheveux roux a relâché une main de sa tasse et m’a serré la main.

« Ravi de te rencontrer, Lauren. Je suis Aaron Hardy. C'est vraiment agréable de voir quelqu'un sortir du bureau du patron sans une larme. »

« On peut dire que je suis courageuse. »

Il a acquiescé, inclinant sa tête de l'autre côté pour m'étudier.

« Ou stupide. Pourquoi as-tu accepté ce travail ? » a-t-il demandé, et avant que je puisse répondre, il m'a coupé dans mon élan en s'exclamant : « Aha ! Je crois que j'ai compris.

« C'est le chèque de paie, n'est-ce pas ? C'est toujours le chèque de paie. »

J'ai roulé les yeux. « Quelque chose comme ça. J'ai besoin de cet argent. »

« Ahh. »

« Tu es terriblement gentil avec moi. Comment c'est possible ? Tout le monde me déteste ou est sur le point de me détester. Ils sont tous si coincés. Genre, s'il vous plaît, détendez-vous. »

Il a ri, ses épaules tremblaient. « Crois-moi quand je dis qu'ils sont jaloux de toi. M. Campbell n'engage pas – excuse mon choix de mots – quelqu'un comme toi.

« Il aime ses employés de grande classe, des gens qui ne feraient pas honte à son entreprise. Mais ils pensent que vous pourriez être spéciale pour lui. »

J'ai ri de façon amusée.

« C'est tellement stupide. Il me déteste. »

« Il te déteste autant qu'il déteste tout le monde. Ce n'est pas personnel. »

« Je me demande pourquoi. »

« Et ça, ma chère Lauren, c'est pour ça qu'on continuera toujours à se demander », a-t-il dit en me faisant un clin d'œil.

« Remettons-nous au travail avant de devoir rester une heure après le travail. »

J'ai fait un pas de côté, l'air surpris.

« Tu es sérieux ? »

« Nope », a-t-il répondu en appuyant sur le 'P'. « Ce n'est pas un salaud à ce point. »

Je me suis arrêtée de marcher, lui lançant mon meilleur regard « Tu te moques de moi ». Il s'est retourné et a haussé les épaules.

« D'accord, c'est peut-être un salaud. »

« Un salaud de qualité si tu veux mon avis. »

Quelqu'un s'est éclairci la gorge et je me suis figée en état de choc, mon cœur faisant un 360°.

Ce sont les gloussements d'Aaron qui ont semblé me faire reprendre mes esprits.

« Oh mon dieu », il s'est écroulé de rire. « Tu aurais dû voir ta tête. Tu as cru que c'était lui. »

« Ce n'est pas lui ? »

« Non, mais tu devrais faire attention à tes mots. »

Une fille aux cheveux verts m'a souri en passant son bras autour du cou d'Aaron.

« C'est la nouvelle fille ? »

Je me suis tenue droite, en redressant mes épaules, et je l'ai regardée droit dans les yeux.

Elle a gloussé.

« Bon sang, je ne mords pas », a-t-elle dit, amusée de voir que j'essayais de tenir bon.

Je me suis immédiatement détendue, pensant qu'elle ne voulait pas me faire de mal. Aucun signe de dédain. « Je m'appelle Athena. »

J'ai levé un sourcil.

Elle a souri. « Ma mère est bizarre. »

« Lauren. Tu as les cheveux verts et tu n'es pas virée. »

Je savais pertinemment que Mason n'aurait jamais, jamais engagé quelqu'un avec des cheveux verts.

« C'est parce qu'il ne peut pas me virer. Je suis sa tante. »

« Quoi ?! Mais tu n'as pas l'air d'avoir plus de… »

« 23 ? » Athena a demandé.

« Ouais, on me dit souvent ça. Il est plus âgé que moi, mais je suis sa tante, bla bla bla. Sa mère est ma demi-sœur. »

« Wow. » Elle doit être la seule personne avec qui il est gentil.

Athena a fixé mon visage hébété.

« Oh, chérie, ce n'est pas parce que je suis sa tante que je ne comprends pas ses problèmes non plus. »

« Ouais, mais tu es la seule personne qu'il respecte », a dit Aaron.

Elle a haussé les épaules comme si ce n'était pas si grave. Je n'ai jamais pensé que M. Campbell était capable de respecter quelqu'un.

Son énorme ego de la taille de la terre ne serait pas capable de supporter une telle chose.

Pour un homme qui exigeait le respect partout où il allait, c'était une chose étrange à entendre.

« Remettons-nous au travail. »

J'ai tapé l'épaule d'Aaron avant de me diriger vers mon bureau.

J'avais une longue et douloureuse journée devant moi.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.