logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

L’Hôte d’Alpha

Georgie a passé toute sa vie dans une ville minière, mais ce n’est que lorsque ses parents meurent sous ses yeux qu’elle réalise à quel point son monde est brutal. Alors qu’elle pense que les choses ne peuvent pas être pires, la jeune fille de dix-huit ans se retrouve sur le territoire d’une meute de loups-garous reclus dont on dit qu’ils possèdent les mines. Et leur alpha n’est pas très heureux de la voir… au début !

Classe d’âge : 18+

 

L’Hôte d’Alpha de Michelle Torlot est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance, Science Fiction & Fantasy.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Georgie a passé toute sa vie dans une ville minière, mais ce n'est que lorsque ses parents meurent sous ses yeux qu'elle réalise à quel point son monde est brutal. Alors qu'elle pense que les choses ne peuvent pas être pires, la jeune fille de dix-huit ans se retrouve sur le territoire d'une meute de loups-garous reclus dont on dit qu'ils possèdent les mines. Et leur alpha n'est pas très heureux de la voir… au début !

Classe d’âge : 18+

Auteur original : Michelle Torlot

GEORGIE

Je me suis lentement relevée du sol boueux où j'avais atterri. J'ai gémi quand la douleur a traversé mon corps.

« Si je te revois près d'ici, Georgie Mackenzie, nous ne serons pas aussi gentils avec toi », a grogné l'homme en souriant.

Il a craché du flegme que j'ai réussi à esquiver de justesse. Puis il a claqué la porte de ce qui avait été mon enfer personnel.

Mes narines se sont dilatées tandis que je haletais, reprenant le contrôle de ma respiration. En partie à cause de la colère, en partie à cause de la douleur.

« Espèce de salaud ! » ai-je crié.

Je savais qu'il m'avait entendue quand la poignée de la porte a commencé à tourner. Je me suis enfuie en courant aussi vite que possible. Je ne pensais pas que mon corps supporterait un autre coup, pas ce soir-là.

J'ai boité sur la route déserte, ma fine chemise trempée et couverte de boue humide. J'ai frissonné et j'ai essayé d'ignorer la douleur. J'allais avoir des bleus, et beaucoup.

J'avais seulement cherché un peu de nourriture, en fouillant dans les poubelles à l'arrière du bureau de la mine. Malheureusement pour moi, j'ai été interrompue par la sécurité. Ce n'était qu'une poubelle, mais c'était la leur.

Je m’étais déjà fait attraper avant, mais jamais battre aussi violemment que ça. J'ai soulevé l'ourlet de ma chemise, pour évaluer les dégâts.

Des bleus commençaient déjà à se former sur mon ventre et mes côtes. Je suppose que mon dos devait être dans le même état.

Je suis retournée dans le quartier malfamé de la ville, vers le bâtiment abandonné où ma mère et moi étions en train de squatter.

Nous avions trouvé cet endroit quelques nuits plus tôt, après avoir quitté notre dernier logement. C'était plutôt désert.

Juste les vestiges des habitants précédents qui avaient soit déménagé, soit rendu l’âme.

J'avais laissé maman se reposer sur un vieux matelas plus tôt ce jour-là. J'avais mis en gage le dernier de nos biens quelques jours auparavant, juste pour pouvoir lui acheter des médicaments.

Non pas que ça la guérirait ou quoi que ce soit, mais ça soulageait certains symptômes. Sans argent, j'espérais trouver de la nourriture dans la poubelle.

Tout ce que j'ai trouvé, c'est ce bâtard de Maddox et sa batte de baseball.

Une fois arrivée à la maison, j'ai poussé le vieux panneau de tôle ondulée. Il avait été mis là pour empêcher les squatteurs d'entrer.

Ça n’avait pas très bien marché.

En entrant dans la maison, je me suis dirigée vers la pièce du fond. C'était la plus sèche de la maison. J'avais traîné un vieux matelas de l'étage pour que maman puisse s'y allonger. C'était mieux que le sol froid, dans tous les cas.

En entrant dans la pièce du fond, j'ai réalisé que quelque chose n'allait pas. C'était trop calme. Maman était allongée là, les yeux ouverts, fixant le plafond.

Un sanglot s'est échappé de mes lèvres et des larmes ont coulé sur mon visage.

Je savais qu'elle n'en avait plus pour longtemps, mais je n'étais pas encore tout à fait prête. J'ai doucement passé ma main sur ses yeux pour les fermer. Au moins, elle était en paix maintenant.

J'ai rapidement essuyé mes larmes, laissant sur mon visage des taches de saleté dues à ma récente rencontre avec la route boueuse. C'était le dernier de mes soucis.

Je n'avais pas d'argent, pas de nourriture, et seulement les vêtements que je portais. Il n'y avait plus rien pour moi ici.

J'ai quitté la maison sans aucune idée de ce que j'allais faire. Je savais juste que je devais sortir de là, de la maison, de la ville : il devait y avoir quelque chose de mieux.

Un endroit où les gens se soucient plus des autres et moins du profit. Je pouvais au moins rêver qu'un tel endroit existe.

J'ai roulé des yeux en passant devant le panneau qui disait « Bienvenue à Hope Springs ». Putain de Hope Less plutôt !

Hope Springs était une nouvelle ville construite derrière une mine de charbon. Quand les propriétaires du terrain ont réalisé qu'ils avaient besoin de main d'œuvre pour l'exploiter, la ville s'est développée.

Les gens ont afflué pour travailler à la mine. Les emplois étaient plutôt rares, alors l'idée de nouveaux emplois, d'une nouvelle ville et de nouvelles maisons a donné de l'espoir à beaucoup de gens.

Une communauté idéale qui s'est avérée pas si idéale que ça.

Les propriétaires fonciers et les propriétaires de la mine ne se sont jamais approchés. L'équipe de gestion s'est occupée de tout. Les propriétaires devaient être heureux des profits.

Je me suis souvent demandé s'ils se rendaient compte que ces bénéfices se faisaient au détriment des mineurs et de leurs familles.

Bien sûr qu'ils s'en rendaient compte. Tout le monde savait qui étaient les propriétaires.

Comme tous les autres propriétaires de grosses entreprises par ici. Des loups-garous, un truc légendaire. Sauf que c’était vrai.

Et ils ne se contentaient pas de courir dans les bois. Bien sûr, ils vivaient reclus, mais ils étaient intelligents. Des associés silencieux dans toutes les grandes entreprises et ils engrangeaient les profits.

Cela leur permettait de vivre une vie de luxe loin des regards indiscrets. Pour eux, les humains étaient une ressource. Jetable. Peu importe combien d'entre nous mouraient, il y en aurait toujours d’autres pour combler le vide.

Les mineurs étaient payés le strict minimum. Une fois que le loyer de leur maison était payé, il y avait à peine de quoi nourrir leur famille.

À la moindre plainte, ils se retrouvaient sur le carreau. Pas de travail, pas de maison. Pendant ce temps, les loups-garous s’enrichissaient.

Quand les mineurs ont commencé à tomber malades, les familles ont été expulsées, et d'autres ont emménagé pour les remplacer.

Rien n'était gratuit à Hope Springs, et comme les mineurs avaient peu d'économies, la plupart d'entre eux n'avaient pas accès aux soins médicaux ou à l'éducation.

L'école était gratuite pour les enfants jusqu'à l'âge de treize ans. Après cela, c'était à la famille de payer. Sans éducation, le seul travail que les enfants pouvaient faire était de travailler dans la mine.

Quand papa est tombé malade, maman a commencé à travailler là-bas pour qu'on puisse payer le loyer.

J'ai aussi essayé d’y travailler quand j'avais quatorze ans, juste après la mort de mon père, mais ils n'ont pas accepté. Ils ne voulaient pas que des enfants travaillent là-bas.

Un an plus tard, ma mère est tombée malade. Donc nous n'avions plus de revenus, nous ne pouvions plus payer le loyer, et nous avons été expulsées.

L'année dernière, nous avons squatté où nous pouvions. Nous avons mis nos biens en gage juste pour avoir de la nourriture et des médicaments. Les dernières semaines, j'avais mendié et fouillé dans les poubelles pour essayer de survivre.

J'enfonçais mes mains dans mes poches pour essayer de me réchauffer, mes pieds étaient mouillés et froids à cause des trous dans mes chaussures. J'aurais probablement dû chercher un autre squat. Il s’est mis à pleuvoir à nouveau.

Je ne m'en suis pas vraiment souciée.

Je me suis contentée de baisser la tête et de marcher.

L'esprit ailleurs, je n'ai pas réalisé que j'avais quitté la route pour entrer dans les bois. Une branche griffant mon visage m'a fait lever les yeux. Une goutte de sang coulait sur ma joue. Je l'ai ignorée.

En scrutant l'obscurité, j'ai froncé les sourcils. Des lumières ! Au milieu de la forêt. Peut-être une cabane de chasse, ce qui signifiait peut-être une chance de trouver de la nourriture ou une grange vide où dormir, juste pour la nuit.

Je suis passée devant un panneau qui disait « Entrée interdite – Propriété privée ». Je l'ai ignoré. En m'approchant, j'ai réalisé qu'il ne s'agissait pas juste d'une cabane, mais d'une grande maison avec quelques petits bâtiments éparpillés autour.

Bien sûr, tout ça devenait logique. Le panneau « Ne pas entrer », la maison massive. Tout cela au milieu d'une forêt. C'était là que ces putains de bâtards de loups-garous vivaient.

J'aurais dû être nerveuse, je suppose. Je ne l'étais pas. Peut-être que quelques années plus tôt, j'aurais pleuré sur mon sort, mais pas à ce moment. Je n'avais plus de larmes à verser.

Si ces salauds étaient aussi riches que tout le monde le pensait, ils gaspillaient probablement beaucoup de nourriture.

Je me suis glissée à l'arrière de l'immense maison. Trouvant des poubelles, j'ai commencé à fouiller à l'intérieur.

Malgré ma journée merdique, j'ai souri quand j'ai trouvé un morceau de pain. Il était un peu rassis, mais encore comestible. Je l'ai vite englouti et j'ai fouillé un peu plus profondément.

J'étais tellement concentrée sur la poubelle que je n'ai pas entendu les bruits de pas derrière moi.

Jusqu'à ce que quelqu’un attrape l'arrière de ma chemise en me soulevant comme un chaton sauvage.

« Eh bien, qu'est-ce que nous avons ici, une petite voleuse ! » grogna-t-il.

« Lâche-moi, espèce de sale bâtard ! » ai-je crié.

Puis j'ai hurlé, mon corps étant encore douloureux des coups de Maddox.

« Tais-toi, voleuse ! » a-t-il encore grogné. « Je t'ai à peine touchée ! »

Il m'a emportée loin de la maison, vers un autre bâtiment.

Je gémissais. J'ai essayé de me débattre au début, mais c'était inutile. J'avais trop mal. Finalement, j'ai abandonné. L'homme était grand, et je ne pensais pas que je survivrais à un autre passage à tabac.

Il m'a portée dans un autre bâtiment. Comme mes yeux s'habituaient à la pénombre, j'ai réalisé que c'était une sorte de prison.

Des barreaux séparaient chaque section, il a ouvert une porte à barreaux et m'a jetée dedans.

J'ai grommelé en atterrissant sur le sol en béton.

« L'alpha s'occupera de toi demain matin ! » a-t-il grogné.

Je me suis jetée sur les barreaux, mais il les a claqués. En m'agrippant aux barreaux, j'ai essayé de les secouer. Un effort inutile.

« Je t'emmerde et j'emmerde ton alpha ! » criai-je.

Je n'ai pas eu de réponse, et je n'ai pas pu voir grand-chose à part le fait que je n'étais pas seule ici. Chaque cellule était séparée par des barres métalliques.

Puis j'ai entendu une voix venant de la cellule voisine.

« Ferme ta gueule, humaine chétive. J'essaie de dormir ! »

Ça doit être une sorte de prison pour loup-garou. J'ai vu un lit au fond de la cellule. Au moins, j’allais dormir dans un lit ce soir-là. Il y avait même une couverture.

« Va te faire foutre ! » ai-je grogné en me dirigeant vers le lit.

Je me suis enroulée dans la couverture et me suis mise en boule sur le lit. Il était grand, et je me suis en quelque sorte noyée dedans. Je supposais qu'il avait été conçu pour un loup-garou, pas pour une humaine minuscule.

Je n'étais pas très grande en termes humains, et le manque de nourriture n'avait pas aidé. Il n'y avait jamais eu beaucoup de nourriture pendant que je grandissais, juste le strict nécessaire. Cela a probablement ralenti ma croissance.

Je frissonnais. J'étais mouillée, gelée et affamée. Le pain rassis n'avait pas suffi à remplir mon estomac. Mais c'était mieux que rien.

J'ai fermé les yeux. Le manque de nourriture et l'épuisement ont eu raison de moi, et j'ai fini par sombrer dans l'oubli.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

GEORGIE

J’ai été réveillée par le cliquetis des barres métalliques. La cellule était plus lumineuse qu'elle ne l'était la nuit d’avant, j’ai réalisé que c’était dû à une fenêtre à barreaux en haut du mur.

J'ai été surprise de voir un plateau de nourriture devant la porte de la cellule.

Un grand garde qui se tenait devant ma porte me fixait d'un air narquois. Ce n’était pas le même que celui de la nuit précédente.

Je suis sortie en rampant de sous la couverture. J'ai grimacé en sentant que la douleur dans mon dos et ma poitrine s'aggravait. J'ai attrapé le plateau et me suis appuyée contre les barreaux qui séparaient la cellule voisine de la mienne.

J'ai lancé un regard furieux au garde, mais j'ai rapidement baissé les yeux. J'avais entendu quelque part que regarder un loup-garou dans les yeux pouvait le mettre très en colère.

D’un coup d’œil sur le visage et la posture du garde, j'ai compris pourquoi. Toute son aura dégageait une supériorité que je n'avais jamais vue chez un humain. Il avait aussi l'air de pouvoir me briser en deux s'il le voulait.

Même si j'étais en colère, mon instinct de survie a pris le dessus.

J'ai regardé la nourriture sur le plateau, une sorte de porridge avec un petit pain. Et un verre d'eau. Je ne m'attendais pas à être nourrie, alors j'en ai profité.

Je n'avais mangé que quelques cuillerées quand j'ai entendu la voix de la cellule d'à côté.

« Tu pues ! »

C'était la même voix qui me disait de fermer ma gueule la nuit d’avant.

« Toi aussi ! » ai-je sifflé.

Les mots étaient à peine sortis de ma bouche qu'une main a traversé les barreaux et a attrapé mes cheveux blonds et sales, tirant ma tête en arrière contre les barreaux.

« Tous les humains sentent mauvais ! » a-t-il grogné. « Et tu dois apprendre les bonnes manières ! »

Il a lâché mes cheveux et j'ai sauté loin des barreaux.

« Toi, va te faire foutre ! » ai-je craché.

Il a gloussé, puis a penché la tête sur le côté.

« T'as du cran, hein ! »

J'ai roulé des yeux et me suis assise sur le lit. Je n'allais pas gaspiller cette nourriture, je ne savais pas quand je mangerais à nouveau. Même si être coincée là n'était pas si mal. Au moins, j'avais un lit et de la nourriture.

Tant qu'ils ne décidaient pas de me frapper.

Le loup-garou dans la cellule d'à côté m'a regardée et a souri.

« Quand est-ce que vous avez commencé à battre des humains chétifs, bande de bâtards ? » a-t-il vociféré.

Je suppose qu'il a dû voir certaines des ecchymoses sur mon visage. Il n'en savait pas la moitié, il n'avait pas vu le reste de mon corps.

C'était assez amusant de penser qu'il croyait que seuls les loups-garous étaient capables de frapper les gens.

Je regardai de plus près l'homme à travers les barreaux : il était aussi grand que le garde.

Je me suis demandé ce qu'il avait fait pour être enfermé. J'ai été surprise de voir à quel point il était agréable à regarder. Ses cheveux bruns pendaient librement sur ses épaules, et ses yeux étaient marron avec une touche de jaune.

J'ai regardé le garde s'approcher de la porte de sa cellule.

« Tais-toi, Ash, ou j'efface ce sourire en coin de ton visage ! » a-t-il grogné.

Le prisonnier, Ash, a roulé des yeux. « Quand est-ce que vous allez arrêter de me faire avaler cette merde ? C'est peut-être bon pour un chiot humain, mais moi j'ai besoin de viande ! » grogna-t-il.

Le garde a ouvert la porte de la cellule et a attrapé Ash par la gorge, le plaquant contre les barreaux qui séparaient nos cellules.

« Quand tu apprendras à fermer ta gueule, voyou ! » a grogné le garde.

J'ai haleté, un peu effrayée. S'ils me faisaient ça à moi, ils me tueraient probablement.

Le garde m'a regardée avec dédain en libérant le prisonnier à côté de moi, dont je savais maintenant qu'il s'appelait Ash.

Ash s'est levé. Il m'a regardée à travers les barreaux et m'a fait un clin d'œil. Puis il s'est dirigé vers l'entrée de la cellule.

J'ai compris qu'il n'avait fait ça que pour énerver le gardien. Il semblait aussi qu'il n'avait pas encore fini.

« Peut-être que si tu utilisais tes yeux, espèce de cabot sans valeur, tu serais capable de voir que la gamine humaine que tu as traînée ici la nuit dernière est blessée ! » a-t-il grogné.

Le garde s'est approché de la porte de ma cellule, me regardant fixement.

« Es-tu blessée ? » a-t-il demandé, un grondement sourd provenant de sa poitrine.

J'ai haussé les épaules et j'ai rapidement baissé les yeux sur ma nourriture. Me faire jeter contre les barreaux de ma cellule était la dernière chose dont j'avais besoin.

Insatisfait de ma réponse, il a déverrouillé la porte et est entré. Il m'a attrapée par la gorge et m'a poussée contre le mur.

J'ai grimacé lorsque mon dos a touché, puis il a remonté ma chemise et regardé mon ventre.

« Hey ! » ai-je grogné. « Putain, lâche-moi ! »

J'ai essayé de repousser son bras, mais c'était comme frapper un morceau de bois massif.

Il a grogné dans un souffle, « Qui a fait ça ? »

Je l'ai juste regardé fixement. Je n'allais pas discuter pendant qu'il essayait de m'étrangler !

Il a finalement lâché ma gorge et fait un pas en arrière. J'ai baissé ma chemise et j'ai frotté ma gorge. Il avait laissé une marque rouge mais aucune blessure durable. J'étais quand même en colère contre lui pour avoir fait ça.

« Pourquoi es-tu là ? Pourquoi une enfant humaine est dans mes cellules ? » a-t-il grogné.

J'ai entendu Ash rire. « Quel bon gardien, tu ne sais même pas pourquoi tu emprisonnes les gens. »

Le garde a laissé échapper un profond grognement et s'est détourné.

Il est sorti en trombe de la cellule, claquant la porte derrière lui.

J'ai jeté un regard furieux à Ash. « Merci pour ça ! » sifflais-je.

Ash s'est appuyé sur les barres métalliques qui nous séparaient.

« Ne t'inquiète pas, gamine, ils n'ont pas l'habitude de garder des humains ici. Tu seras dehors avant même de t'en rendre compte. »

J'ai tourné la tête pour le regarder.

J'ai roulé des yeux. « Pourquoi est-ce que tu m'aides ? » ai-je dit d’une voix rauque. Peut-être que le garde avait fait plus de dégâts que je ne l'avais pensé au départ.

« On dirait que tu as besoin d'un ami, ma petite. » Ash a souri.

J'ai roulé des yeux. « On dirait que tu as besoin d'un ami aussi ! »

Ash a souri. Il semblait bien trop joyeux pour quelqu'un qui venait de se faire à moitié étrangler.

« Tu as un nom ? »

J'ai hoché la tête. « Georgie », ai-je répondu.

Ash a bredouillé : « Qu'est-ce que tu as fait ? Je veux dire, pour te faire battre comme ça ? ».

Je lui ai adressé un sourire en coin. J'avais décidé que Ash était correct.

« Qu'est-ce que tu as fait ? » ai-je répliqué.

Il a ri en secouant la tête. « Tu ne veux pas le savoir, ma petite ! »

J'ai haussé les sourcils, mais il a rapidement changé de sujet pour revenir à moi.

« C'est ton peuple qui a fait ça ? »

J'ai roulé des yeux. « Si tu parles des autres humains, oui, c’est eux qui l'ont fait, mais ce n'est pas mon peuple ! »

Ash a secoué la tête. « Et ils nous appellent des monstres ! »

Je l'ai regardé droit dans les yeux. « Les monstres ont toutes les formes et toutes les tailles. On dirait que ton peuple ne se soucie pas trop de toi non plus. »

Ash a souri. « Ce n'est pas mon peuple non plus ! », a-t-il chuchoté.

Le bruit de la porte de ma cellule qui s'ouvrait détourna mon attention.

Le même garde qu’avant est entré.

« Tu peux marcher, humaine ? » a demandé le garde.

J'ai roulé les yeux et je me suis levée. J'ai commencé à marcher vers lui. Je boitais un peu et alors j'ai réalisé que ce n'était pas seulement le haut de mon corps qui était meurtri.

« Stop ! » a crié le garde.

J'ai secoué la tête. « Quoi ! Je croyais que vous vouliez que je marche. Décidez-vous ! »

J'avais entendu dire que les loups-garous étaient super rapides, je le découvris alors par moi-même.

Avant même que je puisse cligner des yeux, j'ai été plaquée contre les barreaux métalliques qui séparaient ma cellule de celle de Ash.

« C'est quoi ce bordel ! » ai-je gémi.

Maintenant, j'avais mal. J'ai fermé les yeux et j'ai serré les dents.

Ne les laisse pas voir qu'ils ont gagné, me suis-je réprimandée.

« Tu vas apprendre le respect, humaine », a grogné le garde.

Il a attrapé mes poignets et j'ai entendu un clic. Du métal froid a entouré mes poignets, les maintenant attachés derrière mon dos.

« Grand homme, petite bite ! » ai-je marmonné dans un souffle.

J'ai vu Ash glousser. Avec ma joue appuyée contre les barreaux, je n'ai pas pu m'empêcher de grimacer.

« Qu'est-ce que tu as dit ? » gronda le garde.

Je n'ai pas répondu. Cela a semblé le mettre encore plus en colère : il m'a retournée et m'a plaquée contre les barreaux.

J'ai dit : « Qu'est-ce que tu as dit ? », a-t-il encore grogné.

Je me suis mordu la lèvre, j'ai secoué la tête et j'ai baissé les yeux, en essayant d'avoir l'air soumise.

C'était ce qu'il voulait. Il a attrapé mon bras et m'a poussée vers la porte.

Je me suis demandé où il m'emmenait. Puis les mots du garde précédent ont résonné dans ma tête.

L'alpha s'occupera de toi demain matin.

Pour ce que je savais des loups-garous, il y avait une hiérarchie stricte. Alpha, bêta. Je n'étais pas sûre de ce qu'il y avait après ça. Les gardes, je supposais, devaient être assez bas dans la hiérarchie.

Cela ne m'a pas donné beaucoup d'espoir. Ce connard n'avait pas l'air de se soucier de qui il frappait.

Ça signifiait probablement qu'il ne pouvait tuer personne. Cela devait être réservé à l'alpha.

Je supposais que cela voulait dire qu'il me tuerait ou me laisserait partir.

Alors que le garde me poussait, nous sommes entrés dans un couloir. C'était différent des cellules. Il s'est arrêté devant une porte métallique ordinaire. Le panneau indiquait « Salle d'interrogatoire 1 ».

C'était ça, j'étais baisée. Je me suis demandé pourquoi ils pensaient que j'avais besoin d'être interrogée. Ou peut-être que c'était juste une excuse pour me battre à mort.

Ash avait raison, ils ne gardaient pas les humains ici. Ils s'en débarrassaient dès qu'ils le pouvaient. Peut-être que j'allais être le prochain repas des loups-garous.

Bonne chance, je n'avais presque pas de viande sur mon corps !

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.