logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

Lumières Inhumaines

L’artiste Freya Coleman a du mal à s’en sortir. La légende du rock Liam Henderson vit à cent à l’heure. Après une série d’événements imprévus, les deux se retrouvent dans une fausse relation pour le bien de la publicité, Freya est emportée dans le monde de Liam. Mais est-ce que tout cela n’est que de la frime ou y a-t-il une réelle étincelle entre ce couple improbable ?

Catégorie d’âge : 17+

 

Lumières Inhumaines de Theresa Jane est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

L’artiste Freya Coleman a du mal à s’en sortir. La légende du rock Liam Henderson vit à cent à l’heure. Après une série d’événements imprévus, les deux se retrouvent dans une fausse relation pour le bien de la publicité, Freya est emportée dans le monde de Liam. Mais est-ce que tout cela n’est que de la frime ou y a-t-il une réelle étincelle entre ce couple improbable ?

Catégorie d’âge : 17+

Auteur original : Theresa Jane

FREYA

Nous aimons BEAUCOUP votre enthousiasme, mais j’ai bien peur que nous n’ayons pas de place pour vos œuvres pour le moment.

Les mots du conservateur prétentieux résonnaient dans mes oreilles, se moquant de moi, alors que je sortais de la galerie à la mode, la cinquième ce mois-ci à rejeter mes pièces.

J’essayai de ne pas penser au solde décroissant de mon compte en banque, qui pourrait facilement tenir dans un petit cochon en céramique.

Je poussai un soupir de frustration et pris une autre gorgée de la tasse de café gratuite que j’avais prise à la galerie, la dernière que je prendrais probablement avant longtemps.

C’était un luxe que je ne pouvais plus justifier.

En m’accrochant fermement aux toiles qui contenaient ma dernière expression personnelle, ou son absence, apparemment, je sortis dans les rues de New York.

J’y vivais depuis plus de trois ans, mais mon manque de moyens m’avait largement confinée dans mon appartement de la taille d’une boîte à chaussures.

Le simple fait de marcher dans la rue me rappelait constamment tous les aliments artisanaux et les vêtements à la mode que je ne pourrais jamais m’offrir.

Je consultai mon téléphone pour me distraire des vitrines alléchantes qui m’appelaient.

Zut.

Il était déjà 16h40 et je devais retrouver mon amie Darla à 17h à Tribeca.

LIAM

“EMBRASSE-LA !” criaient les visages sans nom, comme si j’étais un animatron construit pour leur propre plaisir.

Je l’embrasserai si tu vas te faire foutre ! C’est ce que j’avais envie de crier.

Mais je ne pouvais pas.

Pas avec ma formidable publiciste, Lucinda, à un mètre de moi.

Elle ne me laisserait jamais l’oublier.

Mon visage était figé en un faux sourire.

Mes yeux étaient aveuglés par les flashs des appareils photo.

Et ma main était fermement attachée à la hanche de l’égérie de l’Amérique, et mon cauchemar personnel, Jazelle Ericson.

Le coude de Jazelle s’enfonça dans mon flanc.

“Embrasse-moi !” grogna-t-elle entre ses dents, tout en conservant son expression de bonheur romantique. “Maintenant !”

Puis elle se pencha vers moi pour que je sente le parfum de menthe de son gloss collant.

Elle attrapa l’arrière de ma tête avec ses griffes manucurées et attira mon visage vers le sien.

“OHHHHHH”, crièrent les photographes.

Alors que je pensais ne pas pouvoir rester sur le tapis rouge une seconde de plus, je vis Lucinda agiter frénétiquement les mains, me disant que mon devoir était accompli.

J’attrapai la main de Jazelle et la traînai dans le hall du cinéma, loin de la presse avide.

“Nous aurions dû partir il y a cinq minutes pour que tu puisses arriver à temps chez l’avocat”, dit Luce en me suivant. “La voiture attend derrière.”

“Partir ?” La voix de Jazelle perça mon tympan. “Tu ne vas pas rester pour écouter notre chanson ?”

Rester pour notre chanson signifierait rester assis devant un film de trois heures parlant d’un robot apprenant à aimer, pour entendre trente secondes de notre duo de pacotille en guise de générique.

“Non”, dis-je d’un ton détaché. “Je ne vais vraiment pas rester pour ça.”

“Mais c’est le soir du rendez-vous !” dit Jazelle.

Faux rendez-vous”, répondis-je. “Combien de fois dois-je te rappeler que nous ne sommes pas vraiment ensemble, Jaz.”

“Chut…” murmura-t-elle, en portant un doigt à ses lèvres.

Le majeur.

Sur ce, elle tourna les talons et disparut dans le théâtre.

Et putain, ce que j’étais ravi d’être débarrassé d’elle.

“Liam”, m’appela Luce de la même voix que je l’avais souvent entendue utiliser avec ses propres enfants.

Je n’étais pas emballé par notre prochaine destination, mais ce serait une grande amélioration par rapport au cirque dont j’étais actuellement le centre, alors je suivis Luce jusqu’à la voiture.

Je devais m’assurer que je partais du bon pied avec mon nouvel avocat.

Le dernier avait démissionné peu après ma deuxième conduite en état d’ivresse.

“Ça a intérêt à marcher avec celui-là”, poursuivit Luce alors que nous nous glissions dans la voiture. “Je n’ai pas le temps de trouver un nouvel avocat tous les mois. Ou une nouvelle femme de ménage. Leanne vient de démissionner et ce n’est pas moi qui vais nettoyer ton bazar.”

“Tu devrais être habitué à nettoyer le désordre”, rétorquai-je. “Ces rejetons du diable que vous appelez 'enfants' en font assez.”

Elle leva les yeux au ciel, qui étaient du même bleu vif que ceux de son frère, le seul trait physique qu’ils avaient en commun.

Luce et moi, ça remontait à loin.

Son frère, Anthony, avait été l’un de mes seuls amis quand nous étions enfants. Je passais plus de temps chez eux que chez moi quand nous étions au collège.

“Honnêtement, Liam,” soupira-t-elle, “je ne suis pas sûre qu’il reste beaucoup d’avocats à New York qui seraient prêts à te représenter.”

“Peut-être que je n’ai pas besoin d’un avocat”, dis-je, avec cette touche d’irritabilité sur ma langue.

“Ha,” se moqua-t-elle. “En gros, tu tutoies tous les juges de la ville.”

“Vous me dites toujours que je dois me montrer plus amical.” Je m’affalai plus bas dans mon siège.

“Je préférerais que tu sois plus amical avec tes fans et, Dieu nous en préserve, avec la presse, mais je sais que c’est trop te demander.”

FREYA

Étonnamment, le train J était à l’heure, donc j’arrivai au Belle Reve Bar en premier.

Un coup d’œil au menu suffit pour savoir que “je prendrai juste une eau ce soir, merci beaucoup”.

D’où le regard noir d’usage du serveur…

“Freya !” La voix de mon amie retentit de l’autre côté du café.

Je levai les yeux et la repérai.

Les cheveux bruns de Darla étaient parfaitement attachés et son costume gris semblait avoir été taillé sur mesure pour elle.

J’affichai un faux sourire sur mon visage lorsque Darla s’approcha, mais je grognai intérieurement lorsque je remarquai qu’elle avait amené son petit ami ennuyeux, Marcus, avec elle.

Ou plutôt fiancé.

Ils s’étaient fiancés il y a quelques mois et semblaient penser que c’était l’événement le plus important depuis l’alunissage.

J’étais heureuse pour elle, bien sûr, mais je ne comprenais pas comment elle avait pu tomber amoureuse de ce morceau de pain blanc sensible.

“Hey, Darla”, saluai-je platement, mon humeur étant trop aigre pour atteindre le niveau de forme qu’elle semblait toujours avoir ces jours-ci.

“Salut, Super Tartine.” Je fis un signe de tête à Marcus alors qu’ils prenaient place en face de moi.

Son visage sinistre ne tressaillit même pas, ses sourcils broussailleux ne remuèrent jamais de là où ils se trouvaient au-dessus de ses yeux marron foncé.

Je savais que mon petit surnom pour Marcus était malvenu, mais je ne pouvais pas m’en empêcher. Je n’avais jamais été douée pour cacher mes vrais sentiments envers les gens.

“Oh, Freya”, roucoula Darla avec un faux rire, tout en tapant Marcus sur la cuisse de façon rassurante. “Toujours aussi blagueuse.”

Puis elle changea rapidement de sujet. “Comment ça s’est passé à la galerie ?” me demanda-t-elle.

“Très mal”, répondis-je franchement. “Ils n’ont pas aimé mes pièces.”

“Ça craint !” s’écria-t-elle. Je tressaillis devant son manque de sincérité. “Ne t’inquiète pas, je suis sûre que la prochaine galerie que tu visiteras aimera tes pièces”, promit-elle et je ne pus pas empêcher un grognement de s’échapper.

“Ouais, c’est ça.”

“Peut-être que si tu finissais ton diplôme, une galerie serait plus encline à accepter ton travail”, suggéra Marcus d’un air hautain. “Je n’arrive pas à comprendre pourquoi quelqu’un abandonnerait alors qu’il ne lui reste qu’une année d’études.”

S’il connaissait la vraie raison pour laquelle je n’avais pas fini mes études, il ferait attention à ce qu’il dit…

Après trente minutes gênantes à regarder Marcus et Darla s’emparer d’une assiette de calamars à dix-huit dollars, Marcus tapota avec agacement sur sa montre hors de prix.

“Darla, il faut qu’on y aille”, dit-il.

“Déjà ?”

“Mon oncle nous attend”, répondit-il avec un regard appuyé.

Son patron. Celui de Darla aussi.

“Mais…” protestai-je.

“Je suis désolée, Freya”, dit-elle résolument. “Nous devons vraiment y aller.”

“Oui, bien sûr”, marmonnai-je. “Tu as un vrai travail.”

“Tu y arriveras un jour.” Elle sourit avec condescendance, comme si elle avait complètement oublié que nous étions dans la même situation financière il y a six mois.

À l’époque où elle s’accrochait encore à son rêve de devenir actrice.

“Peut-être.” Je haussai les épaules, rassemblant mon sac à bandoulière en lambeaux qui tenait désormais plus du patchwork que du sac. “Quoi qu’il en soit… je te verrai dimanche.”

“En fait,” commença-t-elle en hésitant et je ramenai à contrecœur mes yeux vers les siens, sentant une sensation malsaine m’envahir. “Je suis, nous sommes occupés dimanche.”

“Mais nous allons toujours à Central Park le dimanche”, dis-je.

Je ne sais pas pourquoi je m’accrochais encore si désespérément à cette tradition hebdomadaire. Ce n’était pas drôle depuis des mois, mais ça me forçait à sortir de mon appartement triste et à prendre l’air.

“Je sais, mais…” Darla me regarda avec méfiance. “Le mariage est dans quelques semaines et on n’a toujours pas choisi le parfum du gâteau !”

L’horreur !

“Bien”, concédai-je. “Ne me dis pas quel parfum tu choisis. Je veux être surprise.”

“Oh non, Freya.” Son visage se décomposa encore plus. “Je pensais que tu savais…”

“Que je savais quoi ?” demandai-je, la voix brisée.

“Eh bien, nous avons dépassé le budget et il s’avère que nous ne pouvons inviter que des amis proches et la famille…”

Un silence assourdissant s’installa et je n’allais pas lui faire la faveur de le briser.

“Je suis désolée”, dit-elle. “Je pensais vraiment te l’avoir dit.”

Un seul coup d’œil vers le visage suffisant de Marcus et je sus que cette absence d’invitation n’avait rien à voir avec le budget.

Je n’étais tout simplement pas la bienvenue dans leur cercle de la “haute société”.

Darla et Marcus se levèrent de leur chaise et me firent un dernier signe maladroit avant de disparaître dans le bar animé.

Darla avait été ma première amie à New York. Elle m’avait servi du café tous les jours au restaurant de ma rue jusqu’à ce que je lui demande enfin de s’asseoir et d’en prendre un avec moi.

Mais depuis qu’elle avait commencé à sortir avec Marcus, qu’elle avait emménagé dans son appartement de l’Upper West Side et qu’elle avait obtenu un travail de son oncle, nous nous étions éloignées de plus en plus.

Cette rebuffade était le dernier clou dans le cercueil d’une amitié qui aurait dû mourir bien avant.

En route vers mon appartement à Alphabet City, serrant toujours mes peintures rejetées, je me retrouvai à serpenter dans des rues bordées d’arbres bien entretenus et de beaux appartements en grès rouge.

En marchant, je ne pouvais m’empêcher de me demander ce que ce serait de vivre dans un de ces immeubles sans la crainte de ne pas pouvoir payer le loyer ou la facture de téléphone du mois suivant.

Ces maisons étaient-elles remplies d’amour ?

Ou les locataires étaient-ils aussi seuls que moi ?

Était-il vrai qu’aucune somme d’argent ne pouvait acheter la compagnie ?

Je ne pouvais pas en être sûre.

Mais il y avait une chose que l’argent pouvait définitivement acheter…

La nourriture.

Quelque chose que je pouvais à peine me permettre ces jours-ci.

Alors que je passais à grands pas devant chaque épicerie, mon estomac grognait en signe de protestation sans qu’aucune bouchée ne vienne apaiser ses cris.

Si je voulais manger ce jour-là, je n’avais qu’une seule option après avoir déposé mes œuvres rejetées à mon appartement.

Mason.

***

Heureusement pour moi, Mason avait oublié de reprendre la clé de son appartement après que j’eus déménagé.

J’avais dormi sur le canapé de mon frère dans le Financial District pendant huit mois quand je m’étais installée en ville, mais maintenant je passais juste de temps en temps pour lui emprunter vingt dollars pour les courses.

Cela n’avait jamais semblé le déranger. Je le remboursais toujours quand je recevais mon prochain chèque et en tant qu’avocat prospère, Mason n’était pas à court d’argent.

Je me glissai dans la porte d’entrée et la refermai doucement derrière moi.

Alors que je me dirigeais vers le hall, d’odieux rires d’ivrognes retentirent dans l’appartement.

Oh non !

On était vendredi.

Soirée poker.

J’avais espéré faire une visite rapide, la dernière chose que je voulais faire était de m’enliser dans une conversation avec les amis de Mason, tout aussi ivres.

J’aurais préféré sortir de là sans me faire remarquer et lui envoyer un message à propos de l’argent manquant après coup.

Plutôt que d’aller à la cuisine, je me dirigeai vers sa chambre sans me faire repérer et allait droit vers sa commode, où il rangeait habituellement son portefeuille.

Mais mon cœur s’effondra quand je réalisai qu’il n’était pas dans son tiroir.

“Merde”, sifflai-je, en le fermant d’un coup sec.

J’entendis de nouveau des rires retentir dans l’appartement et je savais que ma dernière option était risquée.

Mais si je devais manger ce soir, il fallait le faire.

Lentement, je me glissai dans le couloir et je regardai par le coin de l’arcade qui menait au salon de Mason.

Mes yeux se posèrent immédiatement posés sur le portefeuille, qui était posé à côté de lui sur la table.

J’étais sur le point de renoncer et m’écarter de la porte quand j’entendis crier mon nom à l’autre bout de la pièce.

“FREYA !” hurla Mason et je grimaçai en me rendant compte de la quantité de scotch qu’il avait dû ingérer pour atteindre ce stade d’ivresse.

Merde.

“Mason”, répondis-je doucement, sortant à contrecœur de ma cachette.

“Qui c’est, Mason ?” Une autre voix résonna, froide et claire. “Tu nous as caché quelque chose ?”

Mes yeux sautèrent immédiatement à l’homme assis en face de mon frère et…

C’est quoi

ce

bordel.

Je faillis tomber en état de choc.

Ce n’était pas possible…

Je traînai mes pieds sur le sol, trop consciente des nombreux regards posés sur moi, aucun n’étant plus perçant que celui de la rock star aux yeux d’or.

Je n’arrivais même pas à imaginer comment il avait pu se retrouver là, assis dans le salon de mon frère, encore plus parfait que sur tous les panneaux d’affichage et les couvertures de magazines de la ville.

Mais en regardant de plus près, je me dit que c’était bien lui…

Le dieu doré lui-même.

Le Liam Henderson.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

LIAM

Cet avocat, Mark Coleman…

Ou Matthew. Ou Marvin…

Ah oui ! Mason.

…n’était pas si mal, finalement !

Je m’attendais à un autre avocat robotisé, me racontant des conneries sur les stipulations et les addenda.

Mais au lieu de cela, dès que j’étais rentré dans son appartement, il avait fourré un verre dans ma main et m’avait fait asseoir à une table avec ses potes.

Une soirée poker battait son plein et j’étais toujours heureux de trouver une bonne raison de brûler de l’argent.

Dépenser de l’argent pour des choses chères, comme les voitures ou les femmes, avait peu à peu perdu son attrait.

Mais les jeux d’argent… ça, je pouvais encore y trouver du plaisir.

Le meilleur moment de la soirée, c’était que les quatre autres vieux types assis à la table ne semblaient pas me connaître ni d’Eve ni d’Adam.

Et ils avaient déjà bu plusieurs verres, donc j’avais de bonnes chances de gagner.

Le gars à côté de moi, qui avait l’odeur distincte de l’herbe et de la BO, retourna accidentellement ses cartes vers moi quand il se pencha pour prendre une autre bière.

Il aurait été idiot de ne pas se coucher.

Ce qu’il fit quelques instants plus tard.

Maintenant il ne restait plus que Mason et moi dans le tour.

Quand la rivière tomba, je pris une rapide gorgée du scotch que Mason m’avait servi pour m’empêcher de sourire… parce que j’avais maintenant une quinte royale.

C’était le tour de Mason.

Il jeta le dernier de ses jetons, me regardant avec méfiance.

J’étais moi-même presque à court de jetons, mais j’avais une trop bonne main pour reculer.

“Je vois ta mise,” souris-je, “et je te relance…”

“Ah ! Avec quoi tu peux me relancer ? Tu n’as presque plus de jetons !”

“Je vais te relancer avec autre chose, alors”, rétorquai-je. “Je vais te relancer avec ma voiture.”

“Allez,” se moqua Mason. “Tu dois plaisanter.”

“Pas le moins du monde”, dis-je.

“Ok…” dit Mason avec méfiance, les joues rougies par l’alcool. “Je vois ta voiture et je te relance…”

Nous étions enfermés dans un concours de regards, mais maintenant Mason rompit le contact, en regardant de l’autre côté du salon.

Je l'ai rendu nerveux maintenant.

Je pris une autre gorgée du coûteux scotch de Mason.

En suivant son regard, je vis un éclair roux avant qu’il ne disparaisse derrière un mur.

Ma main était au-dessus du centre de la table, avec assez de jetons pour suivre la mise, quand Mason laissa échapper un petit rire.

“FREYA !” cria-t-il.

“Mason.” La voix timide fut suivie par une fille mince portant des jeans éclaboussés de peinture et un T-shirt trop grand.

Une tignasse de cheveux d’un roux profond, presque assortie au rougissement qui s’était répandu sur ses joues, se répandait librement sur sa tête.

Elle était dans un sale état.

Même d’où j’étais assis, je pouvais voir les traces de peinture dans ses cheveux et une tache de ce que je supposais être un café sur le T-shirt ample.

“Qui c’est, Mason ?” Je souris en baissant les yeux sur mes cartes. Une ex-petite amie en manque d’affection, j’imagine. “Tu nous as caché quelque chose ?”

“C’est ma sœur, Freya.”

Mon buzz s’éteignit.

Mais avec l’aisance d’un artiste, je pus garder mon calme.

La fille entra dans la pièce.

Je ne voulais pas la fixer, mais pour une raison étrange, je n’arrivais pas à la quitter des yeux.

Soudain, elle était la chose la plus intéressante de la pièce.

Je savais qu’elle m’avait reconnu. Je pouvais le voir à la façon dont elle m’évaluait et il était facile de voir qu’elle essayait de comprendre comment j’avais atterri dans le salon de son frère.

“Tu as besoin d’argent, n’est-ce pas ?”

J’entendis le ton moqueur de Mason qui résonna en face de moi et je regardai avec colère les joues de la jeune femme s’empourprer encore plus à sa question.

Avec beaucoup de réticence, elle hocha la tête et je sentis quelque chose de lourd se poser dans ma poitrine.

“Quand vas-tu te trouver un vrai travail ?” se moqua Mason.

Il commençait à perdre toutes les bonnes grâces qu’il avait gagnées auprès de moi.

En marmonnant une réponse, la fille commença à quitter la pièce, comme un chiot grondé, la queue entre les jambes.

“Attends, Freya”, lâchai-je, bien que je ne sois pas sûr de ce que j’allais dire ensuite. “Tu pourrais rendre cette nuit intéressante.”

Sans perdre un instant, je fixai sur mon visage mon sourire caractéristique qui faisait toujours frémir les foules.

Mais son visage ne se décomposa pas.

Contrairement à son frère et ses amis, elle avait un visage sacrément impassible.

FREYA

Je dus réunir toutes mes forces pour ne pas m’effondrer sous le poids de son regard.

Mais je réussis finalement à me stabiliser suffisamment pour parler.

“Comment pourrais-je rendre la nuit de Liam Henderson plus divertissante ?” répliquai-je.

“À quoi tu penses, la rock star ?” demanda Mason, en regardant Liam avec scepticisme.

“J’ai une idée de ce que tu peux parier”, dit Liam.

Immédiatement, je détestai la tournure des événements.

J’aurais aimé que mon frère ait le bon sens et soit suffisamment sobre pour faire marche arrière, mais au lieu de ça, il répondit simplement : “Ah, ouais ?”

“Mason, arrête”, le prévins-je, me méfiant de la lueur dangereuse dans les yeux de Liam.

“Reste en dehors de ça, Frey”, marmonna Mason.

“Mais le jeu la concerne.” Liam sourit.

“Quel est le pari ?” demanda Mason.

“Eh bien, je suis à la recherche d’une nouvelle femme de chambre et il semble que ta sœur aurait besoin d’un emploi”, expliqua-t-il avec désinvolture.

Je ne pus garder mon calme.

Je sentis mes yeux s’écarquiller d’horreur.

“Pas du tout”, dit Mason et je sentis le soulagement m’envahir.

“Tu as peur de ne pas gagner, Mason ?” lança Liam. “Je ne suis pas sûr de pouvoir confier les affaires de ma vie à un homme qui n’est pas prêt à prendre un risque de temps en temps.”

Soudain, je compris comment les deux étaient liés.

Liam était le nouveau client “haut de gamme” de mon frère dont il s’était vanté.

Mon frère n’était pas du genre à reculer devant un défi.

Du moins pas depuis que notre mère était morte.

Cela l’avait amené à considérer chaque personne comme son adversaire, un point de vue qui avait beaucoup aidé sa carrière, mais qui avait nui à sa vie personnelle.

“Exactement”, railla Liam, “c’est ta sœur. Ça te rendra encore plus déterminé à gagner, n’est-ce pas ?”

“Mason, allez”, dis-je, en essayant de garder un ton jovial.

Enfin, c’était ridicule.

“Alors, tu décides quoi, Mason ?” le défia Liam, ignorant ma demande.

Les yeux de mon frère allaient et venaient entre nous deux. Finalement, il ouvrit la bouche pour parler. “Bien.”

Je me sentais malade.

Mon propre frère m’utilisait comme monnaie d’échange dans une partie de poker avec l’un des hommes les plus célèbres de la planète.

“Jouons alors, Coleman”, dit Liam.

Mon estomac se noua.

J’aurais dû partir sur le champ, mais quelque chose maintenait mes pieds collés à l’endroit où je me tenais, comme si je regardais un accident de voiture.

Pendant que les cartes étaient jouées, je me sentis involontairement mordre ma lèvre inférieure, terrifiée par le résultat.

Et quand les dernières cartes furent disposées, Liam sauta de son siège pour célébrer.

“On se voit lundi, Freya”, se réjouit-il.

Tu parles que tu me verras lundi.

Je me retournai et je quittai l’appartement de mon frère sans un mot, déterminée à oublier cette rencontre embarrassante et dégradante.

***

Respire.

Le lendemain matin, je tournai dans le dernier pâté de maisons, fixant mon reflet dans les vitrines des boutiques et des cafés branchés de Williamsburg que je croisais, essayant de trouver le moindre courage.

C’était la dernière galerie qui avait accepté de voir mon travail.

C’est peut-être ma dernière chance.

Je ne voulais pas penser à ce qui se passerait si je ne vendais aucune de mes pièces.

Je devais déjà à mon propriétaire, M. Peabody, deux mois de loyer impayés…

Je DOIS réussir.

En prenant une dernière grande respiration, je poussai la porte pour entrer.

***

Je tapai nerveusement du bout des doigts sur mes genoux pendant que la conservatrice chic étudiait quelques-unes de mes peintures les plus récentes.

Cette femme m’avait intimidée dès que j’étais entrée dans sa galerie branchée.

Avec son long manteau noir, sa frange arrondie et son collier géométrique, elle avait l’air d’une véritable œuvre d’art.

Et maintenant, j’attendais avec impatience qu’elle évalue la mienne.

Finalement, après les deux plus longues minutes de ma vie, elle ouvrit ses lèvres pincées.

“C’est…” commença-t-elle, “de l’amateurisme au mieux”.

Aïe.

“Pas dans son style, mais plutôt dans ses thèmes”, poursuivit-elle. “Revenez me voir quand vous aurez quelque chose d’original à dire. Quelque chose de réel.”

Sur ce, elle me remit les toiles dans les mains et se retira dans le bureau attenant, me laissant seule avec mes pensées tourbillonnantes et frénétiques.

Comment vais-je payer mon loyer ?

***

Je grimpai avec lassitude les marches menant à mon appartement au quatrième étage, en m’arrêtant sur le palier, lorsque j’entendis le bruit d’un martèlement massif sur l’une des portes.

“FREYA !” cria Mason. “OUVRE LA PORTE OU JE VAIS LA DÉFONCER !”

“La ferme !” entendis-je un voisin crier à travers les murs fins.

Je grimpai lentement en haut des marches, m’arrêtant pour le fixer.

“Mase ?”

Mon frère se tenait devant ma porte, semblant avoir la gueule de bois et profondément bouleversé.

“Freya !” croassa-t-il, en faisant un pas en arrière.

J’étais surprise qu’il ait même trouvé le moyen de sortir de sous les couvertures de son lit, sans parler du chemin jusqu’à la porte de mon appartement.

“Qu’est-ce que tu fais ici ?” grognai-je, passant devant lui pour déverrouiller ma porte, puis le poussant à l’intérieur.

“Freya, je suis trop fatigué pour tes jeux”, dit-il. “Dis-moi ce que tu as fait avant que ma carrière ne parte en fumée.”

“Ce que j’ai fait ?”

“Oui”, grogna-t-il. “Explique-moi tout ça.”

Il me mit son téléphone dans les mains.

L’écran afficha un texte.

Liam Henderson
Dis à Freya qu’elle doit venir chez moi lundi matin à 10 heures.

Sous son message abrupt, Liam avait inclus l’adresse.

Un rire s’échappa de mes lèvres. “Il ne peut pas être sérieux.”

Je pensais qu’il n’y avait aucune chance qu’il donne suite à ce pari.

Juste quelques singeries d’ivrogne…

“Qu’est-ce que ça veut dire ?” me demanda Mason, le visage rempli de confusion et soudain je compris…

“Mase… tu ne te souviens pas de ce que tu as fait hier soir ?” lui demandai-je.

Ce ne serait pas son premier trou de mémoire…

“Qu’est-ce que tu veux dire ?” demanda-t-il. “Je jouais juste au poker avec Liam et d’autres clients et puis…”

Il s’arrêta de parler au milieu d’une phrase et je vis son visage se contorsionner d’horreur.

“Non”, haleta-t-il alors que la compréhension commençait à émerger de son esprit imbibé d’alcool.

“Arrange ça, Mason”, grognai-je. “Je ne suis pas une monnaie d’échange que tu peux parier.”

“Bien sûr”, dit-il. Mais alors un regard contradictoire apparut sur son visage.

“Quoi ?” demandai-je.

“Freya…” dit-il solennellement. “J’ai vraiment besoin de ce client.”

“Qu’est-ce que tu dis ?” demandai-je.

“Je ne peux pas revenir sur ce pari. C’est Liam Henderson,” souligna-t-il.

“Et je suis ta sœur“, dis-je, imitant son ton ponctué. “Tu n’es pas censé me protéger ?”

“Bien sûr, Freya, mais c’est le client le plus rentable que j’ai jamais amené au cabinet. Et c’est une rock star.”

“Qu’est-ce que ça a à voir avec tout ça ?” demandai-je avec incrédulité.

“Il est gâté !” s’écria Mason. “Il a l’habitude d’avoir tout ce qu’il veut. Et si je reviens sur ma décision, il pourrait ne pas rester avec nous. Je pourrais me faire virer.”

“Alors tout ça, c’est pour l’argent ?”

“N.. oui… non… Freya, nous ne pouvons pas tous vivre comme toi”, soupira-t-il.

“Qu’est-ce que ça veut dire ?”

“Regarde cet endroit !” s’écria-t-il, en montrant du doigt de manière sauvage mon minuscule appartement. “Tu n’as pas d’emploi stable…”

“La plupart des mois, tu as à peine assez d’argent pour te nourrir. Si tu ne venais pas prendre mon argent, nous ne serions pas dans cette situation. L’un de nous doit être responsable.”

“Responsable ?” Je ris sombrement. “Tu veux parler de responsabilité ? La nuit dernière, tu t’es saoulé avec l’un des plus célèbres fêtards du monde ! Alors épargne-moi la leçon.”

“C’était du business.”

“Non, Mason, tu étais juste fidèle à toi-même”, grognai-je. “Quand vas-tu admettre que papa t’a influencé ? Quand vas-tu admettre que tu as un problème ?”

“Je n’ai pas de problème !” cria-t-il, en tendant le bras et en me saisissant brutalement l’épaule.

Immédiatement, mes yeux s’écarquillèrent et ma vision se rétrécit.

Les souvenirs remplirent les fissures où la réalité commença à glisser.

Mon corps tout entier tressaillit alors qu’il me tenait et une autre voix familière envahit mon esprit.

“Freya !”

La voix de Mason remit rapidement le monde au point.

Je clignai des yeux plusieurs fois jusqu’à ce qu’ils se fixent sur l’expression méfiante de mon frère.

“Va-t-en”, murmurai-je, en retirant sa main de mon épaule. “Laisse-moi tranquille.”

“Freya, attends”, plaida-t-il, mais je le poussai vers la porte d’entrée.

“Freya, je suis désolé. S’il te plaît”, me supplia-t-il.

Il est sérieux.

Et il ne va pas accepter que je lui dise non. On va rester dans cette impasse toute la journée.

“Ne t’inquiète pas, Mase, je serai là-bas lundi. Ton travail sera en sécurité”, répondis-je, regardant le corps désespéré de mon frère emplir l’embrasure de ma porte.

En fin de compte, je devais faire face à la triste vérité :

J’avais désespérément besoin d’un travail…

Et Liam Henderson m’en offrait un.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.