logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

Liaisons croisées

Zoey Curtis veut absolument quitter son emploi actuel et s’éloigner de son connard de patron ! Mais lorsqu’on lui offre un poste d’assistante pour le playboy milliardaire Julian Hawksley, elle n’est pas préparée aux désirs ardents qu’il fait naître en elle…

Age Rating: 18+

 

Liaisons croisées de Mel Ryle est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Zoey Curtis veut absolument quitter son emploi actuel et s’éloigner de son connard de patron ! Mais lorsqu’on lui offre un poste d’assistante pour le playboy milliardaire Julian Hawksley, elle n’est pas préparée aux désirs ardents qu’il fait naître en elle…

Age Rating: 18+

Auteur original : Mel Ryle

ZOEY

Depuis que j’avais obtenu mon diplôme de l’université de l’Illinois six ans plus tôt, les choses ne s’étaient pas passées comme prévu.

Ce qui avait peut-être quelque chose à voir avec le fait que je n’avais pas vraiment de plan.

J’avais l’habitude. D’avoir un plan. Pour tout.

Mais c’était il y a quelques années, et les choses avaient un peu dérapé depuis.

Mon diplôme était une licence en commerce. J’avais voulu être directrice de publicité.

J’aimais la stratégie de ce travail.

Être branché sur une organisation à tous les niveaux.

Découvrir ce que l’organisation était vraiment et ce dont elle avait vraiment besoin.

Et comment le montrer au monde sans le leur dire.

J’aimais ce que je faisais.

Enfin, ce que je poursuivais.

Je n’en étais pas encore là.

Quand j’étaissortie de l’université, c’tait comme ça que je m’étais appelée.

« Une directrice marketing en herbe. »

Mais utiliser ce titre était devenu de plus en plus difficile au fil du temps.

Un problème de santé familial — ma mère avait été diagnostiquée avec de l’hypertension — m’avait vraiment déconcentré.

Je n’avais jamais vécu quelque chose qui m’avait fait regarder ma vie aussi intensément.

Je m’étais demandé quelles étaient mes priorités.

Je voulais que ma carrière se développe, qu’elle décolle et qu’elle s’envole. Tout le monde dans ma famille voulait cela pour moi.

Mais si cela me faisait perdre du temps avec ce qui comptait le plus, pouvais-je le laisser devenir ma priorité ?

J’avais finalement dû décider : poursuivre le travail qui pourrait être la première étape de ma carrière ou aider ma mère et mon père à traverser le moment le plus difficile de leur vie…

Le choix était, à l’époque, facile. J’avais suivi mon cœur… et mis ma carrière sur une brève pause pour aider ma famille.

Nous avions eu de la chance, et l’état de ma mère s’était stabilisé. Mais à ce moment-là, le stage et l’emploi qui avaient suivi étaient passés dans le rétroviseur.

Je n’avais jamais regretté cette décision.

J’étais contente d’avoir eu la chance d’aider ma mère quand elle en avait besoin, et je n’avais pas regretté le retard pris dans l’avancement de ma carrière.

Ça ne me dérangeait pas de travailler dur.

De brûler la chandelle par les deux bouts.

Un grand nombre de clichés.

… Mais, à vrai dire, certains jours à certains postes mirent ma patience à l’épreuve.

***

« Zoey ? Oooooh, Zoey ? » J’entendis monsieur Daniels m’appeler à travers le mur et je levai les yeux au ciel.

J’étais en pause dans le salon des employés, lisant un article de magazine en ligne, essayant de garder un profil bas.

J’allumai mes écouteurs et me concentrai sur mon article.

Hawksley est sur un coup brûlant ! Le nouveau projet de développement foncier du PDG excentrique est une entreprise ambitieuse.

J’étais une passionnée d’architecture, et chaque siège social et chaque hôtel que Hawksley Enterprises avait construit étaient des merveilles architecturales. Je suivais tout ce qu’ils faisaient.

Je les avais étudiés à l’université, pendant mon diplôme de commerce que je mettais actuellement pas du tout à profit.

À vingt-sept ans, je n’étais pas prête d’atteindre le sommet de l’échelle des entreprises.

L’université, c’était il y a une éternité, et à aucun moment je n’avais eu l’intention de finir secrétaire dans une agence de publicité.

Mais j’avais des responsabilités.

Envers mes parents. Maintenant que ma mère ne pouvait plus travailler, ils avaient besoin d’aide pour payer les factures.

Envers mon petit ami. Quand il était en ville.

Envers mon propriétaire.

Et maintenant, malheureusement, à Vlashion, l’agence de publicité que j’avais découverte en feuilletant les petites annonces dans le journal il y a deux ans.

Ils avaient besoin d’une secrétaire, et moi d’un travail.

J’avais perdu mon élan après l’université et j’avais beaucoup de mal à retrouver mes anciens réseaux de l’époque de l’école de commerce.

Je ne désespérais pas que ma carrière n’ait pas encore décollé. J’avais juste besoin du bon travail pour me lancer.

Non pas que ce soit ce travail-là.

Depuis le jour où j’avais commencé, je savais que la même chose qui m’avait fait quitter mes deux derniers emplois serait tôt ou tard ce qui me ferait quitter celui-ci.

Harcèlement.

Monsieur Daniels, ou Don comme il me demandait parfois de l’appeler, n’adhérait pas aux mêmes notions de professionnalisme, de respect ou de consentement que le monde qui l’entourait.

Et j’étais sa cible.

L’entendant piétiner à l’extérieur, je déplaçai’ silencieusement ma chaise autour du mur de casiers. S’il entrait dans le salon, il ne me verrait peut-être pas.

Si je ne lisais pas rapidement, tout ce à quoi je penserais pour le reste de la journée serait de trouver des excuses pour refuser le rendez-vous, la boisson après les heures de travail ou le dernier verre qu’il m’offrait presque tous les jours.

Assez parlé de ce sale type, me réprimandai-je. Tu as dix minutes. Lis !

Hawksley Enterprises avait organisé un gala de célébration dans leur nouveau siège social à Londres, avec des milliardaires, des célébrités, des fashionistas, et bien d’autres.

L’article soulignait les résultats impressionnants de la société dans le domaine de l’immobilier aux États-Unis, en Australie et en Europe, et expliquait comment elle essayait également de déployer ses ailes en Asie et en Amérique latine.

« Faites preuve d’initiative au niveau mondial », se plaisait à dire son PDG Julian Hawksley.

Il semblait qu’assez rapidement, « Hawksley » serait un nom aussi connu que « Rockefeller ».

L’article contenait un clip vidéo : une interview de Julian et Jensen Hawksley, les propriétaires de l’entreprise.

J’appuyai sur « lecture », regardant l’agitation de Londres se dérouler derrière les deux hommes.

Julian parla en premier, répondant à une question de l’interviewer. « L’endroit est génial — spectaculaire ! On va t’emmener faire un tour par-là, viens ! »

Jensen, le jeune frère plus sérieux, se racla la gorge, Julian leva les yeux au ciel et s’installa.

Julian avait l’air un peu instable. Il avait définitivement bu du champagne, et il haussa les épaules devant son petit frère, ne ressentant aucune honte à faire la fête.

Julian reprit : « Nous sommes ravis de l’endroit, mais je veux y aller pour une flotte ! On est à Londres, on est à New York, quelques autres en cours en Asie et en Europe !

Mais je vais vous dire ce qui m’excite le plus, c’est d’ouvrir la voie dans la ville des vents ! »

Jensen acquiesça et prit la parole : « Oui, nous envisageons de créer une nouvelle filiale aux États-Unis. Il y aurait beaucoup de logistique à mettre en place, surtout pour un complexe immobilier aussi grand que celui que nous aimerions. Alors ne retenez pas votre souffle… »

Julian attrapa Jensen par l’épaule, soudainement excité. « Ne retenez pas votre souffle ! Un toast ! »

Il but dans une flûte à champagne, mais elle était vide.

Je levai les yeux au ciel mais je souris. On pouvait dire ce qu’on voulait d’un playboy comme Julian Hawksley, mais il avait l’air sympa.

Jensen ajouta : « De toute façon, ce n’est pas pour tout de suite, il y a une longue liste de choses à faire pour que ça marche : accès au littoral, transports, proximité du centre-ville et de la ruche commerciale de la ville — il y a beaucoup de choses… »

Je pensai à ma ville natale en énumérant les différents espaces auxquels je pouvais penser qui correspondaient à la liste de souhaits des milliardaires, en allant quartier par quartier…

Wrigleyville… Lincoln Park… Streeterville… The Loop… South Loop…

Je reniflai bruyamment.

De qui je me moquais ? J’avais à peu près 0,0 % de chance que ce raisonnement ait de l’importance. Ne te flatte pas, ma fille, me dis-je…

Garde la tête basse. Tu as des responsabilités.

Sur la vidéo, Julian avait réussi à s’emparer d’une bouteille de champagne et fit sauter le bouchon, ce qui le fit sauter bruyamment.

Monsieur Daniels devait avoir l’oreille collée à la porte car, un instant plus tard, la porte du salon des employés s’ouvrit et il entra. Il pencha son cou et me repéra dans le coin.

« J’ai pensé que je te trouverais ici… » commença-t-il en fermant la porte discrètement, en espérant que personne dehors ne l’ait vu se faufiler.

« Ouaip… » répondis-je en essayant de l’ignorer, en espérant qu’il comprenne l’allusion.

Monsieur « Don » Daniels n’avait jamais compris le sous-entendu.

« Oh, mon cœur, tu ne peux pas être un peu plus enthousiaste ? Je sais que tu n’as pas le cœur à ce travail, mais ça paie tes factures, non ? » dit-il.

Ce genre de conneries m’atteignait vraiment. Je dis, « Je fais toujours mon travail avec un engagement total et une attention particulière… »

Il balaya mes mots, s’approcha de moi et commença à masser mes épaules. « Je sais que tu le fais. Je me sens juste comme… allez, tu sais. »

Mon corps se raidit. Qui était-il pour me toucher ?

« Non, je ne veux pas. Je sais qu’il me reste trois minutes de pause », dis-je en mettant mon téléphone et mon goûter dans mon sac et en essayant de me lever.

Il me laissa partir, mais me suivit jusqu’à mon casier. Il s’appuya dessus et dit : « Et que pourrions-nous faire pendant ces trois minutes ? ».

« Excusez-moi, monsieur Daniels. »

« Zoey… Don, allez, juste une fois. Je veux que tu m’appelles “Don” », dit-il.

« Mr. Daniels, je veux quitter cette pièce maintenant. »

« Don, je veux… ? »

Je le regardai fixement, le visage de pierre.

Il leva ses mains en signe de reddition. « Mon Dieu, si sérieuse ! Bien. Je suis venu ici pour prendre plus de papier pour la photocopieuse, tu l’as encore laissée s’épuiser… »

« Ce n’est pas vrai, elle est pleine ! Je la remplis tous les matins ! »

« Eh bien, fais-moi plaisir, veux-tu ? Je veux m’assurer qu’on n’en manque pas. On fait des pubs, on ne peut pas être à court de papier, prends une nouvelle boîte. »

Je levai les yeux au ciel, j’avais envie de lui crier dessus. Conneries.

Il se fichait de manquer de papier, il voulait juste me voir me pencher pour ramasser une boîte, afin de pouvoir inspecter mes courbes.

Nous gardions le papier de réserve dans le salon des employés, près de l’alarme incendie, afin que le bureau ait une apparence plus ordonnée pour les clients.

Malheureusement pour moi, il n’y avait aucun moyen de soulever la boîte sans exhiber mon derrière.

Je m’accroupis pour saisir la boîte en papier, quand Daniels se glissa derrière moi, se pressant contre moi. « Aide-toi avec ton équilibre », dit-il.

Mon esprit s’emballa. Je ne pensais pas être en danger, mais je n’allais pas laisser Daniels s’en sortir.

Je devais sortir de cette pièce et m’éloigner de lui tout de suite, et la première chose que je vis, c’était l’alarme incendie.

Je ne réfléchis pas, je tendis le bras, je l’attrapai et je tirai aussi fort que je le pouvais !

Un interminable RRRRRRRRRRRIIIIIIIIINNNNNNGGGGG hurla dans tout le bureau, et les pas tonnèrent dans le bâtiment tandis que tout le monde évacuait.

Monsieur Daniels regarda l’agitation et fut suffisamment distrait pour que je puisse facilement le repousser et lui mettre la boîte de papier dans les bras.

« Prends-la ! » dis-je, et je me précipitai hors de la pièce, claquant la porte.

Je rejoignis le flot du personnel de bureau qui se dirigeait vers les sorties. Je haussai les épaules avec mes collègues, feignant l’ignorance sur ce qui se passait. « Un exercice incendie ? » « Qui sait ? »

Alors que je passais la porte avec tout le monde, Daniels sortit du salon des employés avec le carton, me regardant d’un air renfrogné depuis le hall.

Pas la grimace d’un patron en colère, mais d’un chasseur dont la proie avait réussi à s’échapper.

Chaque jour n’était pas aussi mauvais que ce dernier épisode dans le salon, mais ce n’était pas non plus son pire comportement.

« Trop c’est trop », me dis-je.

J’avais besoin d’un nouveau travail !

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

ZOEY

Tous les habitants de l’immeuble — une soixantaine de personnes environ —restèrent sur le trottoir pendant que les pompiers vérifiaient tout.

Je vis Daniels de l’autre côté de la foule parler à un pompier principal, expliquant sans doute comment l’alarme avait été déclenchée.

J’étais sûre qu’il était impatient de leur donner une histoire qui les empêcherait d’inspecter de trop près.

Je regardai autour de moi. Beaucoup de femmes travaillaient dans cette entreprise.

Étais-je la seule à qui il avait fait ça ?

Quelqu’un avait-il vu ce qu’il faisait ?

Ou était-il juste bon à le cacher ?

Je ne l’avais jamais encouragé, je ne m’habillais pas différemment des femmes avec qui je travaillais.

Je supposai que je correspondais plus à ses goûts que n’importe qui ici, c’était la seule explication que je pouvais trouver.

Ma famille avait toujours pensé que j’étais une victime potentielle : Je n’étais pas grande et je restais très discrète, du moins au travail.

Je l’avais vu me regarder à travers la foule, comme une hyène lorgnant une gazelle dans l’herbe. Il n’avait pas fini de me poursuivre.

Mais je n’avais pas non plus fini de me défendre. Et il n’allait plus me coincer comme ça.

À ce moment-là, je voulais juste être loin de lui. Je pris mon téléphone. C’était l’heure des renforts. J’envoyai un SMS à ma meilleure amie April.

Zoey
Sauve-moiiiiii !
Zoey
Boss = connard.
Zoey
Zoey = a besoin de se défouler, tu es partante ?
April
Laisse-moi être ton héros !
May
J’allais sortir ce soir avec Amy, pourtant.
June
Vas-y
Zoey
Amy ! Tu es là ?
Zoey
Je dois sortir ce soir !
Zoey
Tu es là ??
Zoey
S’il te plaît, sois là ! T’es mon seul espoir !
Amy
Une seconde…
April
C’est une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Roulement de tambours
Zoey
April
Z, attention avec ce dernier emoji-je pense qu’il signifie quelque chose d’autre…
Zoey
C’est censé être moi en train de transpirer… ?
Zoey
Sors ton esprit du caniveau
Amy
Je travaille jusqu’à 7 h, ensuite je suis là !
Zoey
SUPER !
Amy
Pouvez-vous me retrouver au Grand Hôtel ?
Amy
Puisque je travaille jusqu’à 7 h et que c’est au milieu de vous deux.
Amy
Et c’est super pratique pour moi.
Amy
Zoey
Oui
Zoey
N’importe où !
Zoey
Je quitte le travail MAINTENANT.
Zoey
Je ne peux pas rester ici une seconde de plus. À bientôt !
Zoey
Eh bien, ne me dérange pas à mon comptoir
Zoey
Mieux vaut apporter un magazine !

Le Grand Hôtel était l’un des endroits les plus clinquants de la ville des vents.

Amy y avait un emploi de réceptionniste, et c’était un bon moyen lieu de retrouvailles entre moi et April. Y aller me donnerait une chance de me vider la tête après la journée que j’avais eue.

***

Je me laissai tomber dans un siège cossu dans le hall du Grand Hôtel.

Ce fauteuil, destiné à une clientèle qui ne s’y assoit pas plus de dix minutes en moyenne, devait valoir cinq fois plus que le fauteuil pivotant défectueux dans lequel je devais souffrir.

Je m’en étais déjà plaint à Daniels, mais il s’en était servi comme excuse pour me contrôler.

Mais je refusais d’accorder une autre pensée à ce connard. J’ouvris mon sac et sorti le Chicagoan’s Journal, mon magazine local préféré, et je feuilletai jusqu’à un article que j’avais hâte de lire, surtout aujourd’hui :

Dix conseils pour décrocher le nouvel emploi idéal !

Je n’allai pas plus loin que le deuxième conseil :

« Habillez-vous comme il faut ! »

Bien, je le fais déjà…

« Excusez-moi ? »

Je levai les yeux de mon magazine et je vis qu’un homme s’était assis sur le siège à côté du mien. Jeus presque le souffle coupé.

Pas seulement parce qu’il était un magnifique spécimen d’homme — et il l’était — mais parce que je l’avais reconnu.

C’était Julian Hawksley, le PDG des Entreprises Hawksley !

Mon cœur battait la chamade. Une vague de chaleur m’envahit.

Je n’étais pas célibataire, mais une partie primitive de moi reconnaissait la vérité que ma personnalité chaste, engagée et sensible ne voulait pas dire à voix haute.

Julian Hawksley était le plus bel homme que j’aie jamais vu.

Mais c’était Julian Hawksley.

Aussi connu sous le nom de « le » Julian Hawksley.

Qu’est-ce qu’il faisait ici ?

Je regardai autour de moi pour savoir à qui il parlait, ça ne pouvait pas être moi…

Il me fit signe, remarquant que j’étais un peu en transe. « Bonjour ? »

Je clignai des yeux, revenant à moi. « Oui ? » demandai-je.

« Je déteste vous déranger, vous avez l’air d’être dans la lune… mais je me demandais… pourrais-je emprunter votre magazine ? »

Il avait un visage charmant qui pouvait convaincre presque tout le monde de presque tout.

Mais je pouvais voir une trace de tension sur son visage, comme s’il voulait vraiment lire mon magazine.

J’étais stupéfaite. S’il m’avait demandé tout mon argent, mes clés de voiture, n’importe quoi, je lui aurais donné sans hésiter.

Je lui donnai le magazine…

Et j’espérais qu’il me demanderait autre chose, n’importe quoi d’autre.

« Merci ! » chuchota-t-il.

Il ouvrit le magazine et le tint près de son visage, comme s’il était super intéressé par le magazine, ou qu’il ne pouvait pas le lire sans lunettes et devait le tenir à quelques centimètres de ses yeux.

Qu’est-ce qu’il faisait ? C’était comique de voir un homme adulte, beau et sexy faire ça. Est-ce qu’il me faisait une blague ? C’était une farce ?

J’entendis le claquement des talons sur le sol poli et une seconde plus tard, une des plus belles femmes que j’ai jamais vue passa.

Je l’avais déjà vue dans des publicités et des vidéos de divertissement : elle s’appelait Grace. C’était un mannequin et elle sortait avec l’homme assis à côté de moi.

Ses yeux balayèrent le hall, puis elle se retourna et emprunta un couloir.

Une fois que le claquement de ses talons s’estompa, Julian baissa la protection en papier de son visage et laissa échapper un soupir.

« Merci… » Il retourna le magazine pour lire le nom imprimé dans le coin. « 'Vlashion Front Desk ? Un nom inhabituel… Quoi ? Tu as une grande tante Vlashion qui t’a donné son nom ? »

Il sourit en fronçant les sourcils.

Je me mis à rire, incrédule.

Est-ce que Julian Hawksley me parlait ?

Était-il en train de flirter avec moi ?

J’ouvris la bouche, mais ma langue restait bloquée. Je me sentais toujours stupide quand je me trouvais face à face avec quelqu’un d’aussi séduisant.

« Non, je ne suis pas, ce n’est pas, c’est là où je travaille. Je m’appelle Zoey. Curtis. Zoey Curtis, » bégayai-je.

J’avais envie de m’enfuir, mais je refusais de rester silencieuse, même si j’étais très gênée.

J’étais une femme adulte dans une relation mature et monogame.

Et c’était un homme que je n’avais jamais rencontré auparavant.

Et à ce moment-là, m’assurer que je n’avais pas l’air d’une idiote était le seul objectif valable dans tout l’univers.

Il rigola.

« Eh bien, merci pour l’aide, Zoey Curtis. J’avais besoin de respirer un peu. » Il rendit le magazine. « Beaucoup de bonnes choses là-dedans. Aucun des conseils ne marche pour toi ? »

Les talons claquèrent dans notre direction ; Grace revenait. Julian souffla.

« Je ferais mieux d’aller m’occuper de ça. Ravi de vous avoir rencontrée, Zoey Curtis, de la susmentionnée réception de Vlashion. »

Il tendit sa main pour la serrer. Je la pris, m’attendant à ce que ma main soit écrasée.

Au lieu de cela, elle était chaude. Je sentis un courant, une charge, une électricité circuler entre nous.

Il tint ma main une milliseconde de plus que la poignée ne l’exigeait, et nous le savions tous les deux.

Il se dirigea vers les ascenseurs et attendit que Grace revienne.

« Te voilà ! » dit-il à voix haute, faisant semblant de l’avoir perdue.

Ils entrèrent dans l’ascenseur et disparurent un instant plus tard.

Je restai figée sur place jusqu’à ce qu’April et Amy arrivent une minute plus tard.

« Dis-moi que tu as vu ça ! » demandai-je.

Mais elles n’eurent pas besoin de le dire — elles riaient toutes les deux, dansaient sur la pointe des pieds, émerveillées par mon moment avec le playboy milliardaire.

***

Les hauts et les bas de la journée s’estompèrent au club ce soir-là.

Nous bûmes quelques verres et dansâmes pendant environ une heure, mais la nuit d’Amy fut écourtée par un appel du travail.

L’endroit était bruyant, alors elle dut sortir pour répondre à son téléphone. Quand elle revint, il se passait vraiment quelque chose, mais elle ne voulait pas dire quoi.

« Je dois partir, désolée ! Ne soyez pas en colère contre moi ! »

Comment pourrions-nous être en colère contre elle ?

Le travail, c’est le travail. Chicago était une ville difficile à atteindre, et tout travail décent que vous pouviez trouver, vous deviez vous assurer de le garder. On s’embrassa, et elle partit.

April et moi ne restâmes pas dehors plus longtemps. Mais j’avais sorti de ma tête mon mauvais après-midi et mon mauvais patron, alors la nuit avait été un succès !

***

Quand je rentrai à notre studio, je vis de la lumière à l’intérieur et je me dépêchai d’ouvrir la porte.

Ben devait être de retour d’Asie.

Bien sûr, il ne me l’avait pas fait savoir, il ne m’avait pas préparée à cela.

C’était un problème de communication ennuyeux sur lequel je n’arrivais pas à le faire progresser, mais il y avait pire. Au moins, il essayait de faire quelque chose de sa vie.

Bien qu’il puisse essayer davantage…

C’était un artiste au début de sa carrière, mais il avait suffisamment de succès pour voyager dans le monde entier et travailler sur différents projets avec des peintres et des sculpteurs passionnants.

Nous nous embrassâmes et câlinâmes… et fîmes quelques autres choses… avant de parler de la vie de chacun depuis qu’il était parti.

Je lui parlai du dernier épisode avec monsieur Daniels, m’attendant à un soutien, ou un « Je vais tuer ce bâtard ! », ou un « Tu devrais le poursuivre ! ». Mais ce n’est pas ce que j’eus.

« Qu’est-ce que tu portais ? Je veux dire, j’ai vu ton armoire, bébé… »

Il était sérieux ?

Je suppose qu’il pouvait lire mon expression dans le noir. « Quoi ? Je dis juste… »

« Il n’y a rien d’inapproprié dans ce que je porte. Daniels fait ce qu’il fait parce que c’est un connard, point final. »

J’étais trop fatiguée, et ma journée avait été trop longue, pour entrer dans ce sujet avec lui. « Bonne nuit », dis-je, et je me retournai.

Ce n’était pas comme ça que j’avais imaginé sa première nuit de retour.

Je réglai l’alarme de mon téléphone et j’étais sur le point d’éteindre la lumière quand mon téléphone reçut un nouvel e-mail, attirant mon attention :

« Invitation à un entretien pour un poste chez Hawksley Enterprises au siège de Chicago. »

Hawksley Enterprises ?

J’ouvris l’email.

Le bureau de Chicago de Hawksley Enterprises a un poste à pourvoir pour des candidats exceptionnels, uniques en leur genre.

Vos informations sont parvenues à notre service de recrutement. Si vous souhaitez en savoir plus, nous serions ravis d’en discuter en personne. Demain, à midi.

Mes informations ?

Comment ont-ils eu mes informations ?

Pourquoi moi ?

Ça devait venir de ma rencontre avec M. Hawksley plus tôt dans la journée.

Je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait.

Mais il était hors de question que je rate l’occasion de le découvrir.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.