logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

Un Gardien Possessif

Quand la colocataire de Kara lui dit que son cousin va dormir sur leur canapé pour quelques nuits, Kara n’y pense pas trop. Jusqu’à ce qu’il se présente et qu’ils mettent le feu à leur monde respectif.

Age Rating: 18+

 

Un Gardien Possessif de E. R. Knight est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance, Teen & Young Adult.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Quand la colocataire de Kara lui dit que son cousin va dormir sur leur canapé pour quelques nuits, Kara n'y pense pas trop. Jusqu'à ce qu'il se présente et qu'ils mettent le feu à leur monde respectif.

Age Rating: 18+

Auteur original : E. R. Knight

Était-ce de l'amour ou du désir ?

Elle ne pouvait pas se décider.

Quand il était entre ses jambes, gémissant son nom, elle s'en fichait.

Sa mère l'avait toujours mise en garde contre les hommes comme lui.

Les mauvais garçons.

Le type qui vous baise et vous oublie en un clin d'oeil.

Mais quand on tombe amoureux de quelqu'un, les choses sont rarement toutes noires ou toutes blanches.

Faisaient-ils l'amour, ou baisaient-ils juste comme des fous ?

Elle n'était sûre que d'une chose.

Elle allait aimer chaque seconde avec lui.

… et prendre chaque centimètre.

Kara
Je n'arrive pas à croire que je fais ça.
Kara
J'ai tellement peur, Meg.
Megan
Kara
Megan
Réfléchis bien !!!
Megan
Et si Max dit non ? !
Kara
Je dois essayer
Kara
Je suis fatiguée de cacher la vérité.
Megan
Ok…
Megan
Quoi qu'il arrive…
Megan
Je t'aime.
Kara
❤️
Kara
Je sais, Meg
Kara
Espérons que Max ressent la même chose.
KARA

Kara a tendu sa carte d'étudiant à l'employé de l'université. Retenant son souffle, elle regarde dans le réfectoire où elle sait qu'elle y trouvera Max.

Même si elle payait pour un repas, la nourriture était la dernière chose à laquelle Kara pensait en ce moment.

Elle était sur le point de dire à Max, son meilleur ami depuis la première année, qu'elle avait des sentiments pour lui.

Peut-être que c'était juste un béguin.

Peut-être que c'était quelque chose de plus.

Mais Kara était sûre d'une chose, elle en avait assez de lui cacher.

Depuis que Max est revenu dans le Minnesota, après avoir étudié un trimestre à l'Université du Texas, elle a essayé de trouver un moyen de le lui dire.

Devait-elle tenter un grand geste romantique ?

Ou le laisser faire le premier pas ?

Et s'il ne ressentait pas la même chose pour elle ?

Kara a finalement décidé d'utiliser ses propres mots.

Elle espérait juste avoir assez de courage pour le faire.

En entrant dans le réfectoire, rempli d'étudiants mal nourris, elle l'a aperçu.

Hum. Le garçon était magnifique.

Un grand sourire espiègle, des yeux bruns pleins d'âme et un corp athlétique bien qu'un peu compact. Il était tout ce que Kara avait toujours voulu.

Son “Mr. Right”.

Son chevalier en armure brillante.

Le bon.

Elle lui fait signe et il sourit en lui rendant la pareille. C'est parti pour rien, pensa-t-elle.

Mais alors que Kara prenait une profonde inspiration, prête à mettre son cœur en jeu et à avouer ses sentiments une fois pour toutes, quelque chose d'impensable s'est produit.

Avant que Kara puisse s'asseoir, une autre fille s'est assise à côté de Max et lui a enfoncé sa langue dans la gorge.

Qu'est-ce…

Le…

Putain ?!

Quand la fille a enfin arrêté de peloter Max et s'est tournée vers elle, Kara a réalisé qu'elle la connaissait.

C'était Valérie. Elle était à son cours de psychologie.

Valérie avait un petit ami parfaitement gentil appelé Gérald.

Alors pourquoi sortait-elle avec Max ?!

Valérie a regardé Kara d'un air renfrogné. “Qu'est-ce que tu veux ?”

“Je, heu,” marmonne Kara, se sentant soudainement à court de mots. “J'allais juste…”

“On se voit plus tard, Kara, ok ?” Max a dit, en passant sa main autour de la hanche de Valérie. “J'ai en quelque sorte les mains pleines.”

Valérie a gloussé quand Max s'est retourné vers elle et a collé son visage contre son cou.

Kara a eu l'impression qu'elle allait vomir. Elle était tellement choquée qu'elle était sûre que ses jambes allaient lâcher.

Comment Max pouvait être aussi stupide ? Comment a-t-il pu ne pas remarquer la fille qui était là depuis le début ? Comment a-t-il pu choisir cette traînée au lieu d'elle ?

Elle n'avait pas les mots. Elle a juste tourné les talons et s'est précipitée vers la sortie du réfectoire aussi vite que ses pieds pouvaient la porter.

Elle remarqua faiblement que quelques personnes la fixaient, remarquant les larmes qui naissaient au coin de ses yeux. Mais elle ne s'est pas arrêtée pour expliquer.

Son monde venait de s’écrouler.

Max ne voulait pas d'elle.

Elle était et serait toujours seule.

Il n'y avait qu'une seule solution pour des sentiments aussi dévastateurs…

***

Kara fixait deux cartons de crème glacée, se demandant quelle serait la meilleure façon de faire face à ses sentiments. Chocolat ou noisette ?

Bon sang.

Ses préférées étaient toutes deux pleines de calories, bien sûr, mais Kara ne pouvait pas s'en préoccuper en ce moment.

Après avoir découvert que Max sortait avec Valérie, qui devait-elle impressionner ?

Elle soupira et décida de mettre les deux cartons dans son panier. On ne vit qu'une fois. Autant se gaver de crème glacée tant qu'on le peut.

Ses plans pour la semaine suivante étaient de se gaver, de regarder Sherlock, et de rendre visite à ses parents.

Ils vivaient près du campus et, au début, ils étaient réticents à l'idée qu'elle vive dans son propre appartement.

Mais Kara avait insisté, promettant qu'elle trouverait un moyen de le payer elle-même, voulant être indépendante.

Maintenant, bien sûr, ils se sont habitués à l'idée et apprécient beaucoup Megan, la colocataire de Kara.

Même si ses parents étaient toujours heureux de soutenir Kara lorsqu'elle était dans le pétrin, elle faisait de son mieux pour joindre les deux bouts en donnant des cours particuliers après ses cours.

Mais elle avait l'impression qu'il lui serait impossible de travailler pendant la semaine à venir.

Lorsqu'elle s'est approchée de la caisse, la vendeuse lui a adressé un sourire compatissant. “Journée difficile ?”

“Hein ?” demande Kara, confuse.

Puis elle a inspecté son panier. Du vin, de la glace, du chocolat noir, une pizza surgelée et un tube de crème hydratante aromatique.

Oui, elle voyait bien ce que la dame voulait dire.

“Merci”, dit-elle, en glissant sa carte et en mettant ses courses dans un sac à la hâte.

Elle n'avait pas envie de s'expliquer à qui que ce soit. Encore moins à la caissière d'un supermarché.

Elle a pris son ticket et est rapidement sortie du magasin par les portes coulissantes. Elle marchait si vite qu'elle ne l'a pas vu tourner au coin de la rue. La prochaine fois, elle fera plus attention.

BAM !

Kara a heurté de plein fouet ce qui ressemblait à un mur de granit.

Ses courses lui ont glissé des doigts, mais avant qu'elle ne puisse tomber en arrière, elle a senti quelque chose lui attraper le bras.

“Regardez où vous allez !” Une voix grave a grogné dans son oreille.

La tête de Kara s'est levée et son souffle s'est arrêté dans sa gorge.

Elle était face au plus beau visage qu'elle ait jamais vu en vingt ans d'existence.

Le type qui lui serrait le bras semblait plus âgé, peut-être dans la vingtaine.

Il avait des cheveux bruns coupés court sur les côtés. Ses yeux étaient d'un bleu glacial et sa bouche était aplatie en une fine ligne.

Il avait des pommettes hautes, des lèvres pleines et une mâchoire si prononcée qu'elle avait envie de passer ses doigts dessus pour s'assurer qu'elle était réelle.

Il avait l'air sévère, mais elle se sentait plus intriguée qu'intimidée.

“Pouvez-vous parler ?” lui demanda-t-il en lui lâchant le bras et en se penchant pour ramasser son sac. Son ton était sarcastique et sec, comme s'il se moquait d'elle.

Pourtant, elle se retrouve incapable de répondre, trop captivée par son apparence physique.

Il était grand. Tellement grand. Son physique était musclé et maigre.

Elle a senti ses joues rougir quand ses yeux se sont posés sur les siens. Elle lui a pris son sac, toujours incapable de former des mots.

“De rien”, dit-il, l'air renfrogné.

Kara a été stupéfaite quand elle a vu son regard dériver le long de son décolleté.

Est-ce qu'il la matait ? Sa lèvre retroussée semblait suggérer qu'il n'avait que du dédain pour elle.

“Oh, euh, merci ?” dit-elle en tâtonnant.

Cette réponse n'a pas semblé l'impressionner. Il la repoussa et se tourna vers l'entrée du supermarché.

“Sauve-toi, petite fille”, siffla-t-il.

Puis, redressant sa veste, il entra dans le magasin, la laissant bouche Bée derrière lui.

Il a fallu quelques instants pour que son cerveau fonctionne à nouveau.

Elle pouvait encore le voir, se frayant un chemin dans l'allée des fournitures médicales. Elle était fascinée par la façon dont il semblait dominer tout et tout le monde.

Alors qu'elle était sur le point de se détourner, elle l'a vu s'arrêter en plein milieu de l'allée et se retourner.

Il la regardait droit dans les yeux.

Merde.

Kara a essayé de faire comme si elle ne l'avait pas regardé, mais elle ne pouvait pas empêcher ses yeux de revenir sur son visage.

Même de loin, il avait l'air agressif et féroce.

Embarrassée, Kara a serré ses sacs et a couru pour attraper le bus et rentrer chez elle.

Qui qu'il soit, Kara pouvait dire qu'il était une mauvaise chose. Il valait mieux qu'elle l'oublie immédiatement, surtout après ce qu'elle venait de vivre avec Max.

Mais d'une manière ou d'une autre, l'image de ces yeux bleus glacés refusait de laisser Kara tranquille.

***

Kara venait d’allumer Netflix et un carton de crème glacée, prête pour son binge-fest 24/7 quand Megan a fait irruption dans leur chambre.

“Sors du lit, ma fille. Allez bouges toi ! Tu ne vas pas en faire toute une histoire.”

Kara a soupiré.

Megan était la meilleure colocataire et amie qu'une fille pouvait demander, mais en ce moment, Kara voulait juste qu'on la laisse tranquille.

Elle lui avait déjà envoyé un message pour l'informer de ce qui s'était passé avec Max, et dire que Megan n'était pas surprise serait un euphémisme.

“Je n'ai jamais aimé ce Max”, a dit Megan avec une mine renfrognée. “Je n'ai jamais compris ce que tu lui trouvais.”

“Peut-être parce que tu n'aimes pas les garçons ?” Kara a répondu avec un sourire en coin.

Megan était lesbienne et très fière de l'être. Avec ses hanches galbées, ses cheveux roux en bataille et ses yeux bleu foncé étonnants, elle était la définition même de sexy. Si vous étiez comme elle.

“Peu importe, allez, debout”, dit-elle en attrapant l'ordinateur portable de Kara et en le fermant. “Nous avons du travail à faire.”

“Qu'est-ce que tu veux dire ?” demande Kara, la mine renfrognée. Il n'était pas question qu'elle travaille maintenant.

“Du nettoyage. On a un invité qui arrive. Je ne te l'ai pas dit ?”

“QUOI ?!” Kara s'est exclamée. “Qui ?!”

“Oh merde “, dit Megan en grimaçant, réalisant qu'elle avait oublié de le mentionner. “Mon cousin. Il a juste besoin d'un endroit où dormir pendant quelques jours.”

“Il ?” Kara a demandé, incrédule. “Un homme va vivre dans notre appartement ?”

La dernière chose dont Kara avait besoin était un homme dans son espace personnel. Cette soirée était censée lui permettre de passer du temps seule et d'oublier l'existence du sexe opposé.

Et en ce qui concerne les appartements universitaires, ce n'était pas le plus grand ou le plus luxueux.

“Ce n'est pas si grave, Kara”, a dit Megan. “Fais comme s’il n’est pas là, il sera discret, il l'a promis. Il ne nous embêtera pas.”

Kara a croisé les bras, toujours furieuse que Megan ne l'ait pas consultée en premier.

“Qui est ce cousin, d'ailleurs ? Il est gentil ?”

“Heu,” dit Megan en se grattant le cou. “Pour être honnête, je ne l'ai pas vu depuis nos treize ans. Et je me souviens qu'il était un peu con.”

“Meg, tu te moques de moi ?” a lâché Kara. “Dis-lui que tu as changé d'avis !”

“Je ne peux pas, Kara,” dit Megan. “Il a dit qu'il avait été expulsé ou quelque chose comme ça et… il est déjà le mouton noir de la famille. Je suis la seule personne qu'il lui reste.”

Kara a baissé les yeux, ne voulant pas être responsable du fait que ce type se retrouve à la rue. Surtout s'il était important pour Megan.

“Bien, mais s'il est bizarre, c'est moi qui le mets dehors, d'accord ?”

Megan rayonne et embrasse Kara sur la joue. “Oui ! Tu es la meilleure. Ne t'inquiète pas. Il va bien se comporter, j'en suis sûre.”

Il a intérêt, a pensé Kara.

L'idée qu'un type, un étranger, dorme si près de son lit… un lit qu'elle n'avait jamais partagé avec un garçon, était pour le moins écrasante.

“Quand est-ce qu'il arrive ?” Kara a demandé.

“Hum…”

Soudain, on a frappé à la porte d'entrée et Kara a écarquillé les yeux.

“Est-ce que c'est…”

Megan a souri. “Viens, on va lui dire bonjour !”

Un moment plus tard, elles se tenaient toutes les deux devant la porte de l'appartement et Kara a baissé les yeux, réalisant qu'elle portait un short moulant et un débardeur.

Merde ! Trop tard pour se changer maintenant.

Alors que la porte s'ouvrait, et qu'elle se préparait à sourire et à rencontrer le cousin de Megan, ses yeux se sont agrandi d'incrédulité.

Ce n'était pas possible…

“Toi”, a-t-il grogné.

C'était l'homme grand, sexy, à la mâchoire impossible, qu'elle avait croisé au supermarché.

Pourrait-il vraiment être le cousin de Megan ?

Il lui a adressé un sourire malicieux et Kara a eu l'impression que ses genoux allaient lâcher.

Le simple fait de le regarder suffit pour qu'elle ait du mal à respirer. Comment était-elle censée vivre avec lui ?

Dormir, en sachant qu'il n'était qu'à quelques pas d'elle ?

Tout ce que Kara a été capable de faire, ce sont deux mots :

Euh. Oh.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

ADAM

Putain, Pensait Adam.

C'était elle.

La fille maladroite qui lui était tombée dessus au supermarché.

Quelles étaient les putains de chances pour ça ?

Des cheveux noir de jais tombaient autour de son visage. Une paire de lèvres parfaite, sombres et pleines était partiellement ouverte. Au-dessus d'elles, un ensemble d'yeux vert olive qui contrastaient vivement avec son teint.

Ses yeux ont parcouru le reste de son corps.

Oui, c'était bien elle. Adam n'aurait pas pu oublier ce corps fumant en un million d'années.

Pendant une seconde, il a essayé de se rappeler ses priorités.

S'incruster chez Megan n’avait pas pour but de coucher avec la première venue. Il s'agissait de faire profil bas. Il devait s'assurer que Crawford et ses voyous ne pourraient pas le trouver après la merde qu'il avait foutu.

Son monde était fait d'argent durement gagné, de violence impitoyable, et de mort si vous n'étiez pas prudent.

Un secret qu'il s'était assuré de cacher à Megan et à toute la famille.

Un secret qu'il devrait continuer à garder maintenant.

Adam considéra à nouveau la fille qui se tenait en face de lui, passant sa langue entre ses lèvres.

Elle portait un simple débardeur avec un short usé.

C'était la tenue la moins flatteuse qu'il ait jamais vue. Et pourtant, elle était la créature la plus sexy qu'il aurait pu imaginer.

Son pantalon était soudainement trop serré.

Il a levé les yeux vers son visage. Il a vu ses yeux s'élargir en signe de reconnaissance. Donc, elle se souvient aussi de moi.

Il a souri.

La voix de Megan brise le silence. “Adam, Kara. Kara, Adam.”

Comme ils ne répondent pas, Megan plisse les yeux et les fixe.

“Quoi ? Vous vous êtes déjà rencontrés ?”

Adam a répondu avant qu'elle ne puisse le nier. “Ta colocataire a perdu l'équilibre et m'est tombée dessus au supermarché.”

Il a vu la couleur de ses joues se modifier légèrement.

Il a durci encore plus.

“Je ne suis pas tombée sur toi.”

Sa voix a envoyé un choc dans son corps. Costaud, sûr de lui, et sacrément sexy.

“Bien sûr que si”, a-t-il dit paresseusement, comme si cela n'avait pas d'importance. L'inconfort dans son pantalon était la seule preuve qu'elle l'affectait vraiment.

Les femmes n’avait jamais un tel effet sur lui. Jamais.

Alors pourquoi son corps se comportait-il comme celui d'un putain de gamin de treize ans en chaleur ?

“C'est toi qui m'es rentré dedans”, dit-elle d'un ton hautain, ses joues rougissant encore plus.

De quoi aurait-elle l'air avec ce rougissement juste entre ses seins ? Ou entre ses jambes ?

Putain.

Il fallait qu'il se ressaisisse.

“Typique”, répondit-il.

“Pardon ?”

Il est entré et a posé son sac sur le sol.

“C'est tout à fait typique d'une femme de rejeter la faute sur quelqu'un d'autre”, a-t-il dit en jetant un coup d'œil à l'appartement.

Du coin de l'œil, il a regardé cette fille, cette Kara, bafouiller, rougir jusqu'à ressembler à une tomate. Il a presque souri.

Megan les regardait, les yeux illuminés, appréciant visiblement le spectacle.

“Pour qui tu te prends ?” Kara lui a crié dessus, lui volant à nouveau toute son attention.

Il l'a regardée. S'arrêtant, au passage, pour regarder avec appréciation ses seins. Elle n'avait pas beaucoup de poitrine. Juste la bonne taille. Ouais, ils seraient parfaitement adaptés à ses paumes.

Il avait une véritable érection maintenant. Elle le regardait d'un air renfrogné, son front se fronçait jusqu'à ce qu'il décide d'avoir pitié d'elle.

“Megan, où est-ce que je peux mettre mes affaires ?”

Kara est intervenue avant que Megan ne puisse parler.

“Dans le salon, juste là,” elle a désigné un coin poussiéreux de la pièce avec une certaine satisfaction. “Tu peux aussi y dormir. Nous n'autorisons pas les animaux sur les meubles.”

Il l'a regardée fixement, amusé. Elle avait donc un peu de mordant, hein ? Il pouvait jouer avec ça.

“Quelqu'un doit apprendre à être plus hospitalier”, a-t-il dit. “Tu veux que je te donne quelques conseils ?”

Elle a levé un majeur. “Que dis-tu de ça pour une indication ?”

“Les mecs”, dit Megan, s'interposant entre eux et riant un peu. “Et si on se calmait un peu ?”

“Ton cousin est un con, Meg”, dit Kara.

C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase pour Adam. Personne ne l'avait appelé comme ça et s'en était sorti.

Il a évité Megan, réduisant l'écart entre lui et Kara, et soudain il avait son menton entre ses doigts.

À sa grande satisfaction, les yeux de Kara s'écarquillent sous le choc, comme si aucun homme ne l'avait jamais touchée comme ça auparavant. Son pouce caresse subtilement sa mâchoire.

Sa peau était lisse et douce ; comme ce serait amusant de la mordre juste là.

“Qu'est-ce que tu as dit ?” grogna-t-il, sa voix étant menaçante à ses propres oreilles.

À sa surprise, elle se renfrogna et repoussa sa main d'un coup sec.

“Ne pense pas, même pour une seconde, que tu peux m'intimider, connard.”

Puis elle s'est tournée vers Megan. “Je veux qu'il soit parti demain matin.”

Après ça, elle s'est retournée, lui a lancé un dernier regard condescendant et a quitté la pièce. Adam a souri à Megan.

“Tu as dit que tu te comporterais bien”, dit-elle en secouant la tête.

“Content de te voir aussi, cousine”, dit-il en la serrant dans ses bras.

Alors que Megan ferme la porte d'entrée et commence à installer le canapé pour lui, il regarde le couloir où Kara a disparu.

Et lui qui pensait qu'il allait juste faire profil bas.

Non, il va en profiter.

KARA

Le connard ! Le putain de connard !

Kara a claqué la porte de sa chambre, laissant échapper un “Putain !” frustré.

Pourquoi c'est arrivé ? ! De tous les gens, cet abruti devait être le cousin de Megan !

S'il n'était pas le cousin de Megan, elle l'aurait déjà viré de son appartement.

Une nuit, elle s'est dit. Il est juste là pour une nuit. Si je reste enfermée dans ma chambre, ce sera comme s'il n'avait jamais été là.

Elle était sur le point de mettre son pyjama quand elle a remarqué que son téléphone sonnait.

Quoi encore ?

Max
Hé hé… Boo
Max
Désolé pour aujourd'hui lol
Max
Val peut être un peu tactile
Kara
C'est bon, Max.
Kara
Quoi de neuf ?
Max
Tu as dit que tu voulais parler de quelque chose, non ?
Max
Tu veux aller boire un verre en privé ?
Max
Juste toi et moi
Kara
Oh !
Kara
Tu es sûre que ça ne dérange pas Valérie ?
Max
Pourquoi ça la dérangerait ?
Max
Juste un verre entre amis ?
Max

Kara a baissé son téléphone, plus confuse que jamais.

D'un côté, elle était si heureuse que Max lui envoie des textos. Clairement, il se souciait toujours d'elle s'il lui tendait la main, non ?

De l'autre… et Valérie ?

Elle les avait littéralement vus s'embrasser plus tôt dans la journée. Est-ce que rencontrer Max dans un bar était une bonne idée ?

Si elle le disait à Megan, elle était sûre que son amie lui arracherait la tête.

Mais bon… si elle sortait, cela signifiait qu'elle pourrait échapper au connard de cousin de Megan !

Le téléphone a de nouveau sonné dans sa paume et elle s'est mordue la lèvre inférieure, sachant qu'elle devait donner une réponse à Max.

Max
Alors ????
Kara
Ok
Kara
Je te verrai là-bas
Max

Elle s'est sentie comme une idiote lorsque ses lèvres se sont involontairement relevées en un sourire à l'émoji Bisous de Max.

Elle savait que c'était juste son style.

Qu'il était toujours en train de flirter avec tout le monde. Même avec les vieux professeurs grincheux.

Pourtant, l'idée que Max puisse secrètement nourrir des sentiments pour elle continuait à lui donner de l'espoir.

Avec cette idée en tête, elle a jeté son pyjama et s'est dirigée vers sa commode.

Elle allait choisir quelque chose de beaucoup plus flatteur à porter.

Que Max le veuille ou non, elle allait lui montrer exactement ce qui lui manquait.

***

Portant un jean bleu moulant, une chemise blanche sans manches et une veste en jean effilochée, Kara s'est observée une fois de plus dans le miroir. Elle était parfaite pour l'environnement d'un bar.

La paire de boucles d'oreilles en perles et la queue de cheval haute étaient une belle touche, pensa-t-elle.

Ce n'est pas qu'elle était une fille super extravertie ou super tendance.

Elle passait la plupart de ses nuits enfermée dans ses livres de psychologie.

Mais pour Max, elle ferait une exception.

Elle s'est rapidement faufilée hors de la chambre, espérant se diriger vers la porte avant que Megan ne puisse l'arrêter et l'interroger.

Quelqu'un d'autre a devancé son amie.

“Tu vas quelque part, petit corbeau ?” Elle a entendu sa voix grave derrière elle.

Kara s'est retournée pour répondre à Adam, même si une partie d'elle devait admettre qu'elle aimait son nouveau surnom, quand elle s'est arrêtée dans son élan.

Il était debout, torse nu… et mon Dieu. L'homme avait l'air d'avoir été ciselé dans le marbre. Comme une putain de statue.

Des épaules bien dessinées couvertes de tatouages noirs, un pack de six, ondulé, des pectoraux qui étaient la définition du mot perfection.

Kara pouvait sentir la couleur monter à ses joues. Encore.

Merde, merde, merde.

Kara voulait que le sol s'ouvre et l'avale entièrement quand elle l'a vu sourire.

“Tu aimes ce que tu vois ?”

Elle a baissé le regard, se concentrant sur Megan qui était occupée à remuer les pâtes sur la cuisinière.

Il y a une seconde, elle voulait s'éclipser sans que son amie ne le remarque.

Maintenant, elle a plus que jamais besoin de son aide pour se distraire de cette bête. Mais Megan était occupée.

“Ne te flatte pas”, lui a lancé Kara, les joues de plus en plus chaudes.

Elle pensait se détourner de la porte lorsqu'il s'est avancé vers elle, la faisant se figer. “Tu vas quelque part ?” répète-t-il.

Elle le regarda d'un air renfrogné, son corps commençant à trembler à cause de la chaleur qu'il dégageait. Comment pouvait-il être aussi chaud ?

“Oui, où vas-tu, Kara ?” Megan a appelé. “Je prépare le dîner pour nous trois.”

Un dîner ? Avec lui ? Pas moyen. Elle devait partir d'ici.

“Désolé, Meg !” elle a répondu. “Amusez-vous bien tous les deux, j'ai un… euh… un cours particulier à donner.”

Elle a atteint la porte et a juste réussi à toucher la poignée froide quand elle a senti… une grande présence derrière elle.

Ses doigts calleux ont doucement effleuré ses bras nus, la faisant frissonner.

“Petit corbeau, tu n'es pas une très bonne menteuse, n'est-ce pas ?”

Pour sa plus grande humiliation, elle sentit ses seins prendre plus de place dans son soutien-gorge en réponse à la sensation de sa peau chaude sur sa chair.

Son corps semblait être en guerre avec son esprit, car elle savait qu'elle ne pouvait pas supporter ce type.

Et pourtant… un seul contact de sa part et elle avait l'impression qu'elle allait fondre.

“Je ne mens pas”, siffle-t-elle en essayant de garder son calme.

“Alors pourquoi trembles-tu ?” demande-t-il, ses lèvres à deux doigts de son oreille.

S'il s'approchait encore plus, elle était sûre de sentir sa moitié inférieure se presser contre ses fesses et…

MAIS QU'EST-CE QUI NE VA PAS CHEZ ELLE ? !

“Bonne nuit !” a-t-elle aboyé, en ouvrant la porte. Elle a claqué la porte derrière elle et s'est enfuie de son propre appartement.

Son corps traître, Dieu merci, a suivi les ordres cette fois-ci parce qu'elle était déjà en route pour le bar et loin de lui… d'Adam.

Rien que la pensée de son nom lui faisait de l'effet.

Max, elle a pensé, en essayant de corriger le tir. Tu vas voir Max. L'homme qui est fait pour toi.

Elle ne voulait pas d'un mec rustre et brutal. Elle voulait l'homme idéal. Le chevalier en armure brillante. Le meilleur ami avec lequel elle s'était toujours imaginée.

Avec cette pensée réconfortante à l'esprit, elle se dirigea vers le bar, impatiente de voir si Max allait admettre la même chose.

ADAM

Il ne pouvait pas se contrôler.

L'envie de la toucher, de la tenir, de l'embrasser, était insupportable.

L'érection dans son pantalon était sur le point d'éclater d'une seconde à l'autre.

Putain de merde, Megan allait le mettre dehors s'il continuait comme ça.

Mais il s'en fichait. La voix téméraire dans sa tête lui murmurait que ça valait le coup. Kara en valait la peine.

Il a enfilé une nouvelle chemise.

Il n'aimait pas l'idée qu'elle soit hors de sa vue. Pas maintenant qu'il l'avait touchée. Qu'il l'a sentie. Senti son désir pour lui. C'était indubitable sous son mépris.

Et avec la tenue qu'elle portait, il était sûr qu'elle allait attirer l'attention.

Pour ce qu'il en savait, elle allait à un rendez-vous. Rien qu’à l'idée, il a serré les poings.

Adam savait qu'il était fou. Il connaissait à peine la fille, pour l'amour de Dieu. Pourtant… il ne pouvait pas nier l'effet physique qu'elle avait sur lui.

Se tournant vers Megan, il a ouvert la porte d'entrée.

“Désolé, Meg”, a-t-il dit. “Je serai bientôt de retour.”

“Quoi ? ! Mais je fais à manger pour nous ! Avec les provisions que tu as prises.”

Il a hoché la tête. La nourriture pouvait attendre. Il avait un autre appétit en tête maintenant.

“Je ne serai pas long”, a-t-il promis. Et avec ça, il est sorti de l'appartement. Il allait s'assurer que Kara rentrerait chez elle saine et sauve.

Et si un homme osait poser ses mains sur elle… et bien.

Adam n'était pas prêt à laisser cela se produire.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.