logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

Entreprise Bonne Fée

Tout le monde souhaite avoir une bonne marraine la fée à un moment donné, non ? Eh bien, Viola découvre qu’elle en a une ! Il lui suffit juste de signer sur la ligne pointillée, et tous ses rêves romantiques deviendront réalité ! Qu’est-ce qui pourrait bien mal tourner ? Et qu’en est-il du fait qu’elle doit maintenant se mesurer à d’autres femmes dans un jeu dangereux pour gagner le cœur d’un prince magnifique ? Le combat est lancé !

Classification par âge : 18+ (Attention au contenu : viol)

 

Entreprise Bonne Fée de F.R. Black est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance, Science Fiction & Fantasy.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Tout le monde souhaite avoir une bonne marraine la fée à un moment donné, non ? Eh bien, Viola découvre qu'elle en a une ! Il lui suffit juste de signer sur la ligne pointillée, et tous ses rêves romantiques deviendront réalité ! Qu'est-ce qui pourrait bien mal tourner ? Et qu'en est-il du fait qu'elle doit maintenant se mesurer à d'autres femmes dans un jeu dangereux pour gagner le cœur d'un prince magnifique ? Le combat est lancé !

Classification par âge : 18+ (Attention au contenu : viol)

Auteur : F.R. Black

Des profondeurs de l'enfer les braises ardentes d’Hadès éructent et embrument l'humanité de leur odeur âcre d’œufs pourris.

Des cœurs qui saignent.

Combien fait-il ? Deux cents degrés ?

J'essuie les perles de sueur de mon front et inspire laborieusement l'air humide qui m’étouffe comme si des poings charnus agrippent ma délicate gorge, me regardant avec un plaisir diabolique tandis que j’essaye d’inspirer de l'air, luttant pour ma vie.

Si l'air musqué était de chair et de sang, j'essaierais de lui arracher les yeux, de me battre comme un chat sauvage, de briser sa prise ferme sur mon cou.

Je ne suis pas sûre du genre de ce démon musqué et humide, mais je tente quand même un coup de pied à l'aine. Rien à faire, cette créature fantôme n'est pas effrayée et nous nous écrasons contre le mur dans une bataille que je perds rapidement.

Mais je ne meurs pas. L'air vicié et humide me permet de respirer un peu, juste assez pour me maintenir en vie et continuer la torture.

Le gémissement de mon climatiseur semble se transformer en un rire aigu, révélant sa véritable nature, il était l’un des méchants depuis le début ! Il n'a jamais voulu refroidir la pièce.

Les mensonges, la trahison.

Suis-je dramatique ?

Cela dépend à qui vous me comparez. Disons que si vous me comparez à une Karen de première classe dînant dans un restaurant, qui vient de recevoir son addition, sans réaliser que la « franchise » était un supplément, alors je suis parfaitement normale.

Mais en réalité, je suis à moitié tentée d'allumer le journal télévisé pour voir si le soleil va frapper. La Nouvelle-Orléans a toujours été à deux pas de l'enfer au mois de juillet.

Et le fait que je vive au dernier étage d'une vieille maison victorienne n'aide pas non plus. C'est presque comme si le vieux bois hanté avait un accord avec le diable, pour réclamer les âmes qui habitent cette fournaise.

Mais, le vrai problème qui me concerne.

Il est plus grand que le brasier flottant qui entoure actuellement la Nouvelle-Orléans.

Je tiens une lettre, une lettre dorée et brillante, qui a été glissée sous ma porte ce matin. Alors qu'il faisait encore nuit dehors. C’est très tôt, les gars !

Aux dernières nouvelles, les services postaux ne livrent pas à quatre heures du matin sous la porte d'une personne.

Pourquoi ? Parce que c'est flippant, et ce n'est pas comme ça qu'ils mènent leurs affaires professionnelles. Ils travaillent à des heures normales et convenables.

Seules les personnes mentalement instables livrent des lettres à quatre heures du matin en les glissant sous votre porte d'entrée, probablement suivies d'une respiration lourde et excitée.

Vous savez de quoi je parle : les harceleurs, les tueurs en série, les psychopathes.

Freddy.

La lettre dirait : Coucou, je te vois !

Quelque chose d'inquiétant et sinistre puis ce serait le début d'un film d'horreur de série B.

Je courrais, décolleté à l'appui, et je trébucherais sur rien, ce qui entraînerait ma mort brutale par la hache.

Mais non, ce n'est pas ce que j'ai lu, loin de là.

Il rayonnait de la lumière. Pendant une seconde, j'ai l'impression d'être invitée dans la chocolaterie de Willy Wonka, avec le ticket d'or.

C'est bien plus bizarre que ça, croyez-moi. Cette lettre est la raison pour laquelle je doute maintenant de ma capacité à vivre en bonne société.

Je bouge mon poids en regardant la missive fantomatique qui illumine mes doigts et la moitié de mon bras. Le papier est doux comme une plume et j’entends un léger tintement, comme si vous secouiez la fée Clochette de manière erratique.

Apparemment, marraine la bonne fée elle-même a ressenti le besoin de m'écrire et de m'inviter à une fantaisie romantique de grande envergure. Un prince charmant choisi par le destin.

Je pose ma main chaude sur mon front brûlant et relis la lettre, juste pour confirmer mon hystérie qui bouillonne lentement.

Chère Viola Del Vonsula,

Toutes nos félicitations.

Si tu es debout, je te suggère de t’asseoir. Tu as été choisie au hasard pour participer au deux-centième anniversaire de l’Entreprise Bonne Fée…

Bien qu'il s'agisse d'une sélection aléatoire, je sais beaucoup de choses sur toi, peut-être même plus que tu n'en sais toi-même. Je te vois maintenant, lisant cette missive avec un froncement de sourcils sur ton beau petit visage.

Mais rassure-toi, Viola, je n'ai que ton intérêt à cœur et c'est bien mieux que ce à quoi tu es habituée.

Je sais que tu as vécu une vie pleine de peurs, sans famille, orpheline dès ton plus jeune âge. Quel pauvre, pauvre enfant tu étais, c'était déchirant, tu as dû grandir trop vite.

Mais tu étais autrefois une rêveuse, pleine d'espoir et d’enthousiasme, voyant la beauté en tout et donnant à l'humanité le bénéfice du doute. En effet, tu étais une fille merveilleuse à l'intérieur comme à l'extérieur.

Mais maintenant tu te complais dans la paranoïa. Se mêler à la mauvaise foule peut s'avérer dévastateur pour une personne.

Ton innocence te conduit sur un chemin de ténèbres et de désespoir, j'en ai peur. Cela m'attriste, car en tant que marraine des fées, je déteste une histoire aussi tragique.

Mais j'ai de brillantes nouvelles, Viola. Moi, la Bonne Fée, j'ai une proposition qui pourrait changer ta vie pour toujours. Dieu sait que tu en as besoin. Tu ne peux que t'élever, chère fille.

Je te donne une chance de trouver le bonheur pour toujours.

Au nom de l’Entreprise Aphrodite, je t'invite à te mesurer à quatre autres femmes pour avoir l'opportunité d’atteindre le bonheur pour toujours.

Garde à l'esprit que cette offre est une opportunité unique, pleine d'aventure, de danger, et le prix ultime du véritable amour.

L'amour est le secret de la vie, Viola et tu pourrais l’atteindre. S'il te plaît, prends un moment pour t'imaginer tomber amoureuse d'un beau et fringant prince.

Je sais que ta première réaction serait de jeter cette lettre, mais s'il te plaît, ne le fais pas, chère fille. Pour l'amour du ciel, c'est ta seule chance d'être heureuse. Crois-moi, j'ai vérifié.

Je t'ai dit que les gens voulaient te tuer ? C’est plutôt déconcertant.

Je suis celle qui sait tout. Le destin est ma spécialité. Le destin est mon passe-temps. Bon sang, mon enfant, je suis la gardienne de l'émotion la plus puissante de toutes… le véritable amour.

Le choix t’appartient.

Cette offre est valable jusqu'à demain soir, à minuit sonnant. Si elle est acceptée, tous les détails et les réponses seront fournis pour t’assurer une compréhension complète et totale.

La rencontre aura lieu dans le quartier français, devant le grand et charmant homme en blanc. Ne sois pas en retard ou ce fantasme ne sera en fait qu'une citrouille pourrie.

En acceptant cette offre, tu acceptes de payer cette expérience en remettant la moitié de tes biens, y compris mais sans s'y limiter :

Comptes bancaires, assurance retraite, bijoux, véhicules, vêtements, chaussures, appareils électroniques, biens immobiliers, animaux et leurs possessions.

Si tu échoues, tous les liens familiaux seront rompus, et tu seras seule au monde. Tous les concurrents voyageront vers le même royaume ; le choix du royaume est fait aléatoirement grâce à une roue du destin.

Ce voyage est connu pour provoquer des vomissements, des diarrhées, des nausées, des vertiges, des étourdissements, de la somnolence, des tremblements incontrôlables, de la fatigue et dans de rares cas la mort.

Tout ce qui concerne le défi des Contes de fées repose uniquement sur le destin, tous ses aspects seront imprévisibles et potentiellement dangereux, pouvant même entraîner ta mort.

Chaque participante aura sa chance face à la roue, où elle découvrira quel sera son destin pour les trois prochains mois du défi.

Qu'une participante devienne une princesse ou une pauvre, elle devra faire de son mieux pour attirer l'attention et le cœur du prince.

Bonne chance !

Bonne Fée

Bonne Fée, Présidente et Directrice, Entreprise Bonne Fée.

« Où les rêves deviennent réalité. »

Vous voyez ce que je veux dire ? !

Cette dame connaît des bribes de ma vie et je sais avec certitude que je n'ai parlé à personne de mes mauvais choix de vie. C'était entre moi et moi.

Et, surtout, parce que je n'ai ni amis ni famille que je souhaite revendiquer.

Mes parents adoptifs ne m'aimaient que lorsque les impôts arrivaient ou lorsque quelqu'un avait besoin d'une baby-sitter pour ses sept enfants lorsqu'il était parti en virée.

Les secondes passent et je reste là, le cœur battant à l'heure de l'indécision. Le seul moyen pour que cela ait un peu de sens c’est que cette lettre d'invitation soit authentique. Ce qui n'est certainement pas le cas. Je rigole.

Bon, Viola, ne montons pas encore dans le bus direction la Ville des Fous. Listons les faits et regardons ça logiquement :

– Cette lettre est brillante. Ça semble impossible.

– Cette lettre est lumineuse et scintillante sans origine connue. Ça semble surnaturel.

– « La Bonne Fée » sait des choses qu'elle ne devrait pas savoir sur ma vie. Très troublant.

– J'entends des sons clairs d'étincelles.

– L’Entreprise Bonne Fée ressemble un peu à Hunger Games, mais pour les romantiques invétérés.

– J’aime secrètement le film Anastasia, ne le dites à personne.

– Un rendez-vous à minuit pour trouver M. Charmant pourrait m’alerter.

Je pense à ça.

Si c'est une émission en caméra cachée ou une étude scientifique pour tester les femmes bêtes et crédules, alors je ferai fièrement partie d’une statistique. Peut-être qu'ils nous proposent de nous conseiller ? Je pourrais en bénéficier.

Ça pourrait être une étude approuvée par le Dr Phil ! C’est vrai, j'ai toujours voulu être conseillée, c’est un peu comme un désir caché, en fait.

Je veux secrètement que les médecins me regardent et me disent si je suis vraiment psychotique ou si j'ai été maltraitée toute ma vie, que ce n'est pas ma faute et ensuite nous pleurerions ensemble.

Je pourrais briser les murs émotionnels !

On pourrait m'envoyer dans un très beau centre de désintoxication en bord de mer.

Est-ce que je fais ça alors ?

Minuit ce soir.

Eh bien, Bonne Fée, tu peux compter sur moi. Je suis juste suffisamment détraquée pour me pointer et me défendre…

J'ai jeté un coup d'œil à la lettre brillante et je n'ai pas pu effacer le sourire idiot de mon visage.

J'ai acheté un ticket pour la Ville des Fous.

Ou un bon lit dans un centre de désintoxication.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

23h34.

Je devrais déjà être partie.

Je ne suis pas sûre de ce qui me fait retarder mon départ.

Je respire profondément et jette un coup d'œil à mon reflet avec un sentiment de malaise dans l'estomac. Avais-je l'air mentalement stable ?

Je fronce les sourcils et je regarde mon regard décoloré dans le miroir de ma salle de bain en forme de boîte à biscuits. Certainement, probablement, pas vraiment. Pas quand on regarde bien au-delà de mon joli visage et de mes longs cheveux noirs.

J'avais l'habitude de penser que mon apparence exotique me mènerait loin dans la vie, mais je voudrais dire honnêtement que cela a produit des effets indésirables.

Maintenant, avant que vous ne vous fassiez une fausse idée de moi, j’aime mon apparence. Je l’aime vraiment. Je remercie la mère qui m'a laissé à la maternité Water Crest à Houston, Texas, de me l’avoir léguée.

Mais d'une certaine manière, je pense que ça m'a rendue paresseuse dans des domaines où j'aurais dû être forte, comme le bon sens ? Le sens pratique ?

Je dirais à ma jeune personne qu'il faut éviter à tout prix de se fiancer avec le beau fils d'un dealer connu.

Parce qu'ils ne prennent pas les ruptures très bien. Ils veulent vous trouver et vous ramener pour parler.

23h49.

« Oh nooooon », je chuchote pour moi.

Mon cœur recommence à battre la chamade et je cours pour attraper mon sac à main et mon iPhone. J'attrape la lettre à présent terne, je la fourre dans mon sac à motif léopard et je dis une prière en courant vers la sortie.

J'espère vraiment que la lettre lumineuse n'était pas le fruit de mon imagination ou je ne me laisserai jamais vivre cette expérience.

Je vais avoir besoin d'aide si je veux trouver ce type en huit minutes. Ma grenouillère violette dit que je suis mignonne et accessible, je pourrais trouver un gars sans défense pour m'aider à chercher.

Heureusement, je vis à un pâté de maisons du quartier français. Je devrais pouvoir trouver de l'aide. Je ne fais qu’ 1m65 non mais, je suis adorable.

Demoiselle en détresse.

5 minutes plus tard…

Faux.

« Excusez-moi… » Je suis agressivement attrapée par l’épaule par ce qui semble être un vampire avec une cape violette et un maquillage excessif.

« Hey ! » Je m'écarte de son chemin et lui envoie des rayons mortels empoisonnés avec mes yeux. Il va mourir d'une mort douloureuse ce soir. Ou peut-être que le karma le gratifiera au moins d'une diarrhée explosive.

Quelqu'un doit savoir quelque chose ! Je me précipite vers un groupe de touristes d'âge moyen qui semblent avoir bien profité de leurs verres, tous portant de grands verres et riant bruyamment.

« Bonjour, vous pouvez m'aider ? ! » J'essaie de leur montrer ma lettre d'or. « Je dois trouver un homme Charmant, je sais que ça a l'air bizarre, mais c'est un peu pour un jeu télévisé. »

J'agite la main en expliquant : « Je suppose qu'il porterait un costume… »

Ils me poussent comme si j'étais la folle ! ? Je serre les dents de gêne. Cet homme avec la caméra porte des chaussettes blanches avec ses sandales à scratch.

Un vrai crime contre l'humanité.

Karma a vraiment du pain sur la planche ce soir.

Je suis toute seule.

Deux minutes et demie d'efforts se sont écoulées sans résultat. Je ne vois aucun signe disant : Par ici les folles ! Entreprise Bonne Fée !

Qu'est-ce qui m'a pris de ne me laisser que dix minutes pour trouver cet homme mystérieux ? Qu'est-ce que ça veut dire ?

Je suis une horrible procrastinatrice, j'attends toujours la dernière minute pour me décider. J'aime à penser que ça rend les choses intéressantes. Je vais continuer à me dire ça et ne pas paniquer.

Je rentre dans des gens à gauche et à droite, et je réussis à marcher sur un chewing-gum chaud qui fait maintenant un bruit de succion à chaque fois que mon talon compensé noir touche le sol.

Parfait.

Je vérifie mon téléphone.

11:59

« Je suis une citrouille ! » Je crie ma défaite, sentant l'échec s'infiltrer dans chaque parcelle de mon corps. J'ai relu la lettre et elle ne donnait aucune indication claire. Fils d'oncle de singe !

« Je suis une citrouille pourrie », je me lamente.

C’est parti pour les larmes.

Je vais probablement me transformer en Mme Fontaine. D'habitude, je ne suis pas aussi émotive.

C’est un mensonge.

Une dame avec son enfant au visage de bonbon lui fait signe de passer devant moi plus vite, comme si j'allais l'attraper comme un monstre !

« Oh super ! » Je m'écarte du chemin quand ils passent. « Je suis une kidnappeuse », gémis-je. Je renifle, mais quel genre de mère garde son enfant réveillé aussi tard de toute façon ?

Je sens une main toucher mon bras. Je me retourne pour regarder une grande et jolie rousse, les cheveux coupés en A au niveau des épaules.

Sa robe blanche d'été est jolie et son sourire encore plus. Elle ressemble à une belle du Sud.

« Puis-je vous aider ? » Je dis avec plus de colère que je ne le voudrais.

Je ne suis pas de bonne humeur, madame.

« J'ai remarqué la lettre que vous tenez. » Elle fait un signe de tête vers le papier, que je tiens à la main. « Il semblerait que nous ayons toutes les deux des difficultés à trouver Mr. Charmant. »

Quoi ? !

Le soulagement m'a envahie comme une cascade. Je ne suis donc pas la seule idiote présente ce soir. « Il est minuit », dis-je en signe de défaite.

« Eh bien », commence-t-elle en jetant un coup d'œil aux rues animées. « Ils ne peuvent pas être fâchés si nous sommes en retard avec des indications comme ça. Quand même, c'est idiot de toute façon. »

Elle rit et me regarde comme si elle cherchait désespérément à confirmer ses pensées.

Et vraiment, c'est idiot. « Je crois que je me sens un peu honteuse d'avoir cherché Charmant. La curiosité a pris le dessus sur moi. »

Elle ricane, souffle un grand coup et commence à s'éventer le visage. « Je sais et il fait si chaud ce soir. Je parie qu'ils nous filment en ce moment même. Nous sommes probablement les deux seules à être venues. »

Je me joins à elle parce qu'il n'y avait rien d'autre à faire que de se moquer de nous-mêmes.

Nous regardons autour de nous à la recherche d'une caméra cachée ou d'un groupe de personnes qui nous regardent et nous montrent du doigt.

Mais ce à quoi je ne m'attendais pas, c'est à voir un très bel homme vêtu d'un costume blanc impeccable. Se tenant non loin de nous, dans la ruelle d'en face.

Nos rires s'éteignent alors que nous dégrisons et le fixons.

Je jure que j'ai regardé dans cette direction plus tôt et il n'était pas là avec un sourire brillant à notre attention. C'est lui ? !

J'ai la tête qui tourne et ce picotement au creux de l'estomac est de retour, mon pouls bat la chamade.

« Tu le vois aussi ? » Je demande à peine. « L'homme. »

« Bien sûr que oui. »

« Qu'est-ce qu'on fait ? » Je risque un regard vers elle, mon cœur battant la chamade.

« On lui fait des bisous ? Je n'en ai aucune idée », propose-t-elle à bout de souffle, la voix hésitante.

Je suis trop choquée pour grimacer. En jetant un coup d'œil à l'homme, mon cerveau se rend compte que celui-ci est incroyablement beau, debout, une main nonchalamment glissée dans la poche de son costume.

Il est appuyé contre une porte et nous regarde avec un sourire amusé qui est tout à fait charmant.

« Tu crois que ça l'intéresse ? »

« Quoi ? »

« Les bisous. »

Elle a attrapé ma main et baissé les yeux pour me regarder, me tirant.

« On devrait aller là-bas. »

Je crois que j'ai dit quelque chose, mais ça s’est perdu dans l'air humide de la nuit.

S'approcher de lui n'apaise pas nos nerfs, je peux le dire parce que la Grande Rousse serre ma main très fort.

Il me sourit brillamment, puis lui sourit à elle et déplace son poids. Son regard se pose à nouveau sur moi, quelque chose d'étrange brille dans ses yeux bleus parfaits ce qui me donne un frisson dans le dos.

« Vous êtes en retard les filles. » Sa voix est douce et agréable. Ses cheveux blonds sont parfaitement coiffés en arrière et son visage est celui d'un prince.

J'ouvre la bouche pour parler mais rien ne sort.

Mon esprit est à plat.

« Je vous en prie, entrez. La Bonne Fée déteste être en retard », dit-il comme si nous parlions de la météo, de quelque chose de tout à fait normal.

Il ouvre la porte en bois qui mène à l'étage et au-delà.

C'est sombre là-haut.

Allons-nous dans un établissement psychiatrique ? Des hommes en tenue médicale blanche vont-ils nous saisir et nous placer dans une chambre capitonnée et nous enfoncer des pilules dans la gorge ?

« Hé, vous allez nous violer ? » Je demande et je rougis.

Un filtre peut-être ?

La rouquine blanchit à côté de moi puis se retourne vers lui.

Je viens de lui donner l'idée, n'est-ce pas ? Mais soyons honnêtes, se faire violer par lui ne serait peut-être pas si mal. Je pourrais jouer à la bagarre au début, mais ensuite je serais complètement dedans.

Je suis malade.

Il tourne son visage choqué vers moi et rit bruyamment mais ne dit rien, disparaissant dans les escaliers. « Venez, mesdames. »

Elle hausse les épaules et le suit.

« C'était un oui ? » Je murmure en les suivant aveuglément, sentant ma peau se hérisser.

Elle se tourne vers moi alors que nous montons l'escalier sombre. « Je pense que c'était un peut-être. »

Je parie que je peux dépasser la rousse si les choses tournent mal. Hé, je n'ai jamais prétendue être noble, c'est un défaut de personnalité sur lequel je travaille.

On arrive au sommet où il ouvre une grande porte argentée, je me crispe et me prépare. Immédiatement un air frais, inhabituel et merveilleux nous frappe. La vue qui s'offre à moi me coupe le souffle.

Qu'est-ce que…

La pièce est spacieuse et complètement belle, à couper le souffle. Je crois entendre la Rouquine haleter en plaçant une main sur sa bouche.

Tout est blanc et bleu ciel. Les sols sont en marbre blanc avec des tourbillons bleu clair scintillants.

Le plafond est voûté avec des morceaux de verre scintillants, le coin salon est exquis avec des canapés d'un blanc éclatant et des touches de saphir.

Tout cela n'a pas l'air réel. Je prends une respiration tremblante et j'essaie de compter jusqu'à dix dans ma tête.

« Bienvenue dans l’Entreprise Bonne Fée, mesdames. Veuillez vous enregistrer à la réception », dit M. Charmant d'une voix chantante. « Veuillez vous dépêcher. »

Je regarde M. Charmant, la bouche ouverte. « Nous enregistrer ? »

Il désigne un grand bureau en forme de U où se trouve une belle femme qui nous sourit.

Elle tape sur un ordinateur et a une oreillette dans l'oreille, parlant à quelqu'un à l'autre bout. Elle porte une robe blanche digne d'un déjeuner au château royal.

Ses cheveux dorés rebondissent lorsqu'elle tape, semblant apprécier son travail avec beaucoup d'enthousiasme. Je trouve que cette femme est effrayante.

J'atténue mon hystérie et recherche tout ce qui pourrait être une menace potentielle. Nous nous approchons d'elle et elle montre du doigt un papier et un stylo étincelants puis continue à parler.

« Oui, elles viennent d'arriver, hihi », elle fait une pause, écoute. « Bien sûr, je sais qu’elles sont en retard. » Elle lève les yeux vers nous avec un regard sévère.

« Je vais les faire enregistrer rapidement alors, je comprends. Je vais les raccompagner, madame. Je sais que le temps est essentiel. »

Elle lève les yeux vers nous et force un sourire. « Veuillez signer et vous asseoir là-bas, puis Pierce fera entrer tout le monde dans l'arène. »

L'arène ?

C'est quoi ce bordel ?

Cet endroit n'est pas assez grand pour ça et même moi je ne suis pas aussi crédule. Je signe mon nom et remarque cinq autres noms sur la liste. Sept filles ? Je croyais que la lettre disait cinq ?

Hmm, fascinant. Je m'attendais quand même à plus pour un coup de pub. Je passe l’angle et voit cinq jolies femmes assises sur des canapés blancs, semblant aussi nerveuses que moi.

La Rouquine leur fait un petit signe de tête et nous nous asseyons ensemble sur le seul canapé vide à côté d'une table de rafraîchissement. Bon, c'est bizarre.

« C'est quoi cet endroit ? » Chuchote Rouquine.

Je déglutis et hausse les épaules, jetant un coup d'œil au magnifique salon. « Ça devient de plus en plus bizarre », je murmure.

Rouquine s'adresse aux autres filles. « Salut. » Elle se racle la gorge. « Je m'appelle Cherry, avez-vous toutes reçu une lettre ce matin ? » Elle s’appelle Cherry, c’est noté.

Elles hochent toutes la tête et murmurent quelque chose d'inaudible.

Une fille snobe aux cheveux blonds renifle et se lève pour regarder autour d'elle, ses talons roses claquant sur le marbre.

Je dis snobe parce qu'elle a un regard de méchante fille. Cheveux blonds parfaits, corps de Barbie, robe rose et un visage de garce perfectionnée qui est plus beau que le mien.

Elle a dû avoir des années d'entraînement. Bravo.

« Je m'appelle Laura Rogers. Je suis sûre que vous avez entendu parler de mon frère. Luke Rogers ? C'est le lanceur des Red Socks, l’équipe de baseball », sourit-elle, l'air bien trop suffisant.

Laura examine sa manucure et fait le tour de la pièce, écoutant les éloges de chacune. « J'espère que ça a quelque chose à voir avec la télé. »

« Je ne regarde pas le baseball, c'est trop ennuyeux », gémis-je avant que mon filtre défectueux ne se mette en marche. Je sens Cherry me lancer un regard puis un sourire, couvrant son sourire avec sa main.

Laura me fixe et prend le temps de me regarder de haut en bas. Elle lève un mince sourcil et s'approche de moi, les lèvres pincées. Je remarque qu'elle a des lèvres très fines, qui se pincent formant une ligne.

« Et toi, qui es-tu ? Un vampire ? Madame Noirceur ? » Rit-elle légèrement.

Ce n'est même pas drôle.

Je résiste à l’envie de lever les yeux au ciel. « Je m’appelle Viola Spear et je suis ici par pure curiosité », je murmure. Je ne sais pas pourquoi je lui ai donné un nom de famille bidon.

« Peu importe », répond-elle. « Ne le sommes-nous pas toutes ? »

Une fille noire qui est assise sur le canapé en face de moi se penche en avant. « Salut, je suis Destiny. Cet endroit me donne la chair de poule, il est trop vide. Quelqu'un d'autre se sent comme ça ? »

Elle ajuste son jean et son débardeur blanc. Je remarque qu’elle porte de jolis escarpins argentés.

La fille à côté de Destiny, aux cheveux courts et platine, acquiesce. Elle lève la main,

« Je m'appelle April. Je suis un peu nerveuse à propos de cette installation. J'espère qu'il n'y a pas d'audition ou quelque chose comme ça. Je ne suis pas bonne devant une foule, je vais avoir une crise de panique. »

« Nous sommes sur le plateau d'un documentaire ou d'un film. » Laura intervient, agacée par l'incompétence de chacune.

Une grande brune rit. « N'oublions pas à quel point M. Charmant est sexy », murmure-t-elle assez fort pour que nous l'entendions toutes et regarde dans le coin. « Oh, et je suis Ivy, une ancienne Marine. »

Nous murmurons toutes quelque chose à propos de son service exceptionnel pour notre pays.

La dernière fille à la peau moyennement brune et au chignon cubain lève la main pour se présenter, mais M. Charmant entre en scène.

La bouche de tout le monde se ferme et nos yeux s'élargissent. Mon cœur bat à tout rompre, comme un danseur de claquettes ivre qui vient de se taper cinq Red Bull.

Il sourit et place une main dans son pantalon de costume blanc.

« Mesdames, nous sommes prêts à ce que vous vous installiez dans l'arène où toutes vos questions trouveront réponse. Nous sommes un peu en retard sur le programme, alors s'il vous plaît, ne laissons pas la Bonne Fée attendre une seconde de plus. »

J'entends un ricanement étouffé à ma gauche.

Il nous regarde toutes. Un regard sévère traverse ses beaux traits tandis qu'il nous étudie.

« Prenez ça au sérieux. Ce que vous êtes sur le point de voir est réel. La main du destin ne vous a pas choisies au hasard et avant d'entrer, vous devez prendre une profonde respiration et trouver votre calme intérieur. »

Je fronce les sourcils, je n'aime pas du tout ce que j'entends.

Si nous entrons dans un donjon sexuel comme cette fille dans Cinquante Nuances de Grey, je fais un croche-pied à Laura et je cours. Je ne plaisante pas, c'est la loi du plus fort, je peux me battre comme un chat sauvage si nécessaire.

On s'aligne toutes et on suit Charmant à travers une grande porte coulissante en verre.

Ok, je dois expliquer ça lentement pour que vous compreniez ce que je vois en passant la porte.

Nous entrons dans une grande salle en forme de U, comme ce que l'on peut voir à l'université, une salle de conférence avec des sièges hauts.

Je calme mon cœur qui bat la chamade en m'agrippant au dossier d'une chaise pour me stabiliser.

Le problème c’est que…

Le problème c’est que là où il y aurait un tableau noir et un mur, il n'y a rien. Il n'y a rien derrière le grand bureau blanc et l’estrade.

Non, je ne veux pas dire rien. Mais qu'est-ce que je raconte ?!

Je vais vomir.

Derrière le bureau, il y a un putain de vide intersidéral.

Au cas où vous n'auriez pas compris, derrière le bureau, là où il devrait y avoir un mur, il y a l'ESPACE.

Je regarde le grand abîme noir qu'est notre univers. C’est comme si quelqu'un avait coupé un vaisseau spatial en deux et que nous nous tenions sur le bord.

Il y a des étoiles filantes lointaines, des comètes et une énorme planète qui est très loin, on peut voir son atmosphère bouger autour d'elle.

Oh et il y a cette brise. Je peux voir des petites mèches de mes cheveux qui flottent avec le courant d'air.

Je sens la main de Cherry sur mon bras, elle serre, ses doigts deviennent blancs alors que son bras tremble. Je suis insensible à la douleur de sa prise mortelle.

Je lève lentement les yeux et vois Charmant descendre les escaliers de marbre pâle jusqu'au niveau inférieur où se trouve le grand bureau.

Mon Dieu, il y a même une pomme rouge et brillante posée dessus, comme si on était à l'école primaire.

« Mesdames ! » Hurle Charmant avec ses mains tendues. « Je vous en prie, asseyez-vous où vous voulez.

« Je sais que ce que vous voyez ne semble pas réel, mais vous découvrirez assez vite que cette pièce est le dernier de vos soucis. Je dis cela du plus profond de mon cœur. Bienvenue. »

Il regarde tout le monde dans la pièce tandis que nous prenons place les jambes tremblantes. Ses yeux se posent sur moi une seconde de plus que les autres.

J'ai l'impression bizarre qu'il sait quelque chose sur moi, mais je suis trop bouleversée pour y réfléchir.

« Une boisson va vous être distribuée pour vous permettre à toute d’intégrer cela, en ayant un état d'esprit beaucoup plus calme. Vous pouvez passer votre tour si vous voulez, mais je vous suggère fortement de le prendre. »

Il fait signe à deux femmes en vêtements blancs d'entrer avec des plateaux et de faire circuler une boisson rose pétillante dans des flûtes.

« Cela va vous aider, mesdames, alors buvez. Nous n'avons pas le temps pour les crises de panique ou les évanouissements. »

Destiny a la tête entre les jambes, respirant difficilement et April sent son pouls dans son cou, elle est en sueur. Laura reste assise en silence, les yeux écarquillés et incrédules.

« Viola ? Puis-je t'offrir un verre ? » Elle se penche pour me tendre une flûte sans même attendre de réponse.

« Oui », dis-je à peine, plutôt pour moi-même. Je suis déjà dans le terrier du lapin, alors autant tomber sans crier.

Je regarde à ma droite, voyant Cherry et tous les autres descendre la boisson pétillante en prenant des gorgées désespérées.

« Est-ce que quelqu'un a peur de la drogue du viol ? » Je continue, je ne suis même pas sûre d'avoir dit ça à voix haute. « C'est une chose réelle, les gens. »

Je vois une étoile filante au loin, probablement à des kilomètres et des kilomètres, ce qui rend ma respiration difficile. Bon, je suis en train de perdre rapidement la tête. Je sens que mon œil gauche commence à trembler. Cul sec.

J'avale la boisson au goût fruité et réprime un rot dû à la gazéification.

Bon, je ne peux plus revenir en arrière. Je viens de prendre la pilule bleue et elle se diffuse dans mon organisme. Je sens mon corps bourdonner et mes muscles se détendre.

Je vais maintenant entrer dans la matrice.

Le son de l'ordinateur électronique me transporte dans une autre réalité.

« Vous devriez toutes vous sentir plus calmes dans environ deux minutes », dit-il en nous souriant à toutes, les bras croisés sur sa poitrine. Ses yeux bleu brillant nous regardent.

« Faites-moi savoir quand vous vous sentirez toutes capables de vous concentrer et nous commencerons. »

Charmant s'appuie contre le bureau et allume un cigare comme s'il était chez lui, assis devant la cheminée. Ou dans un salon haut de gamme.

Je prends une inspiration et je sens mes nerfs se calmer, une vague de chaleur se répand en moi comme une rivière de lave qui se déplace lentement. Je prends une autre grande inspiration, mes bras cessent de trembler et mon œil s'immobilise.

C'est bon…

C'est bon.

Je peux le faire. Je jette un coup d'œil autour de moi, voyant que tout le monde se détend visiblement, se redressant sur leur chaise. Qu'y avait-il dans cette boisson ? Je me sens bien. Maintenant je peux profiter de la vue magnifique qui s'offre à moi.

C'est réel, incroyable. Pendant tout ce temps, la lettre était authentique. « Très bien, je vois que vous êtes toutes prêtes à commencer. » Il parle avec un sourire et tend son bras vers l'univers. « Mesdames, puis-je vous présenter à la Bonne Fée. »

Tout à coup, une porte s'ouvre et une femme étonnante passe sous l'arche. Les étoiles et les planètes sont-elles juste une illusion alors ? Une technologie étonnante.

Sa robe bleu nuit scintille et ses cheveux argentés sont relevés en chignon sur le dessus de sa tête. Elle ressemble à une célébrité des années 1950.

La robe s'ouvre à la taille et s'arrête sous le genou comme si elle portait des jupons. L'encolure décolletée est élégante, probablement l'envie de toute femme au foyer qui sert de trophée.

Elle ressemble à une version de Meryl Streep dans le film Le Diable s'habille en Prada. Elle est tout aussi intimidante.

Son expression faciale lorsqu'elle marche est d'un sérieux absolu. Je n'arrive pas à croire que je suis en train de regarder la légendaire Bonne Fée. Notre réalité est plus étrange que la fiction.

Il n'y a toujours pas de sourire, pas de salut joyeux comme M. Charmant. Elle jette un coup d'œil à Charmant avec un air tout sauf satisfait sur son visage.

« Pierce, sommes-nous prêts à commencer ? » demande-t-elle en balayant la pièce, son regard se posant sur moi.

Je retiens mon souffle.

Est-ce que j'ai quelque chose sur mon visage ?

Elle penche la tête et je crois voir un soupçon de sourire. La Bonne Fée se tourne vers Charmant, qui lui fait un clin d'œil et souffle une traînée de fumée. « La parole est à vous. »

La Bonne Fée hoche la tête et fait quelques pas vers nous, sa robe scintillant et ses escarpins noirs cliquetant. Elle prend un moment, pour se concentrer apparemment.

« Je veux avoir toute votre attention. »

Personne ne dit un mot.

Nous allons maintenant savoir pourquoi nous sommes ici.

« Je suppose que vous avez toutes lu la lettre qui vous a été envoyée ce matin. Chacune d'entre vous a été choisie pour participer aux Défis des Contes de Fées en tant qu’agents », poursuit-elle alors que nous sommes toutes suspendues à chaque mot.

« J'ai bien peur que cette fois, les choses soient un peu différentes, en raison de circonstances malheureuses. »

Je fronce les sourcils.

Elle prend une inspiration et pose une main sur l'arête de son nez.

« Je dirige l’Entreprise Bonne Fée depuis deux cents ans et j'ai toujours assuré les fins heureuses. » Elle marque une nouvelle pause, comme si elle avait du mal à dire ce qu'elle veut.

Charmant s'avance, pose une main sur son épaule et lui chuchote quelque chose à l'oreille. Elle secoue la tête et murmure quelque chose en retour, très énervée.

Qu'est-ce qui se passe ? Je bouge sur mon siège et je regarde Cherry, remarquant que tout le monde semble préoccupé. Cherry hausse les épaules et regarde à nouveau vers les deux.

Nous voyons Pierce la serrer dans ses bras et la Bonne fée quitte la pièce avec une main sur la bouche, très désemparée. Charmant l'accompagne jusqu'à la porte, puis il se retourne vers nous et expire.

« Je suis désolé pour le retard. » Il se dirige vers le bureau et s'assoit sur le bord.

« C'est moi qui mènerai la discussion aujourd'hui, la Bonne Fée a beaucoup de pain sur la planche et elle a des rendez-vous qu'elle ne peut manquer. Je vais bientôt répondre aux questions, mais pour l'instant, écoutez simplement. »

Son regard bleu se pose sur moi, puis sur toutes les autres.

« Si tout le monde ici accepte les conditions, alors vous serez toutes transportées dans un autre monde, un royaume si on peut dire.

« Et oui, mesdames, nous pouvons le faire. Il existe de nombreuses dimensions différentes, et donc de nombreuses planètes différentes avec des mondes qui fonctionnent tout comme la Terre. Croyez-le, parce que c'est bien vrai. »

Il se déplace pour se mettre derrière le bureau et commence à taper, puis agite ses mains en l'air alors que des images en 3D sortent.

En un instant, la vue de l'univers change.

Je suis stupéfaite.

Je vois ici un écran PowerPoint d'une technologie incroyablement élevée.

Sur l'écran 3D, je l'appellerai ainsi, se trouvent des planètes dans une liste allant du numéro un à mille et quelques. La moitié supérieure est étiquetée en blanc, celle du milieu en bleu, et différentes teintes de rouge pour la partie inférieure.

« Comme vous pouvez le voir, ce sont les planètes actuellement sous contrat avec l’Entreprise Bonne Fée. Ce n'est pas le discours normal que nous donnons à nos agents, et pour cela, je m'en excuse.

« Nous avons besoin d'aide, le désespoir est un euphémisme ici. L’Entreprise Bonne Fée est sur le point de faire faillite. C'est la meilleure façon de le décrire pour que vous compreniez.

« Je vais vous expliquer pourquoi et vous êtes le premier groupe à entendre les informations sur les coulisses. Le but entier de l'entreprise est de contrôler et de maintenir la paix dans l'univers.

« La Bonne Fée a des comptes à rendre à une autorité supérieure, qui lui a donné la responsabilité de maintenir un certain niveau de paix entre tous les mondes. »

Il fait une pause en regardant autour de lui.

« Toutes les planètes sont invisiblement connectées et quand l'une d'entre elles abrite le mal, cela affecte les autres comme une sombre oppression, une réaction en chaîne de négativité. Ce mal n'est pas acceptable et on doit s’en occuper.

« La marraine des fées croit que toute méchanceté peut être guérie par l'amour, cela a toujours été son slogan. C'est une femme étonnante qui pense toujours que même les plus corrompus sont capables de se racheter. »

Il marque une pause face à nos expressions toujours pleines de confusion.

« Nous devons maintenir chaque planète au-dessus de cinquante pour cent, c’est le mal contre le bien. Nous ne pourrons jamais éliminer totalement le mal, mais nous pouvons le garder gérable avec ce système que nous utilisons depuis des centaines d'années.

« Nous parlons des gens qui les habitent, de leurs âmes combinées pour un pourcentage total. Si nous n'y arrivons pas sur une période donnée, nous cessons notre activité et une autre puissance prendra le relais. »

Je lève la main.

Il me regarde puis acquiesce.

Tous les yeux sont sur moi. « Donc », je m'éclaircis la gorge. « Je suppose que la Bonne Fée se retire de l'affaire parce qu'elle a du mal à maintenir le mal en dessous de cinquante pour cent ? »

J'essaie de comprendre ce dilemme complexe. Je rougis, espérant ne pas avoir posé une question stupide.

Il prend un moment. « Oui, nous avons un problème avec une planète. Gardez à l'esprit que chaque planète est jugée séparément », poursuit Charmant en désignant l'écran 3D.

« Le dernier monde en bas est celui en question, celui qui est rouge vif. Comme vous pouvez le voir, les autres planètes au-dessus d'elle en sont affectées et commencent à devenir rouges elles aussi.

« C’est comme une infection, qui se propage à moins que nous ne puissions la soigner, rapidement. »

« J'ai compris », s'exclame Laura en regardant autour d'elle. « Tu veux qu'on fasse en sorte que le chef d'un royaume tombe amoureux de l'une d'entre nous. Pour guérir leurs âmes maléfiques. Comme c'est romantiquement héroïque de notre part. »

Ses yeux sont illuminés par l’enthousiasme. « Donc nous sommes comme des héroïnes, des héroïnes de l’amour. »

« Pour changer le cœur des corrompus », dis-je doucement, ignorant Barbie.

« Oui. » Il nous regarde. « Cette planète veut nous détruire. Nous avons déjà essayé trois fois et avons échoué. Cela ne s'est jamais produit auparavant. Vous serez toutes des héroïnes, ce ne sont pas des missions faciles. »

« Trois groupes comme nous ? » Demande April en fronçant les sourcils.

« Effectivement. » Il fait quelques pas vers nous et expire.

« C'est notre dernière chance, alors vous pouvez imaginer à quel point la Bonne Fée est désemparée. Elle va perdre tout ce pour quoi nous avons travaillé. Nous étions très proches de la dernière mission en arrivant à quarante pour cent.

« Mais malheureusement, presque ne suffit pas, nous devons être au-dessus de la moitié. Le conseil des fées est très strict sur le respect des règles qui maintiennent l'équilibre de cet univers.

« Notre Bonne Fée sera remplacée par une autre.

« Une fée qui, je ne dirai aucun nom, ne croit pas en ce que fait notre Bonne Fée. Cette femme est une vile créature et se trouve être la sœur de notre Bonne Fée. »

« Est-ce que notre Bonne Fée a un nom ? » demande Destiny. « Ou elles s'appellent toutes Bonnes Fées. »

Charmant sourit. « Elle s’appelle Zora et ce n'est pas moi qui vous l'ai dit. » Il s'appuie sur le bureau. « Sa garce de sœur s’appelle Mildred. Et oui, elle ressemble à son prénom. »

Je ne peux pas m'empêcher de glousser. Donc, on a une querelle de famille pleine de jalousie, c'est très humain de leur part.

Pas du tout stressant.

Mais ça me perturbe. C'est quoi cette histoire de mission ? Je croyais qu'on partait à l'aventure pour trouver l'amour.

« Alors, qu'est-ce que tu veux dire par “vous étiez proches” ? Il a failli tomber amoureux d'une fille lors de la dernière mission ? » Je ne sais pas pourquoi, mais ça ne m'a pas plu.

Il glousse et se frotte la nuque. « Même pas si proche. » Charmant lève les yeux vers moi et expire.

« La meilleure façon de le décrire, dans ce court laps de temps, est la suivante. Pensez-y comme si c’était un jeu vidéo, où certaines choses que vous faites vous donnent des points.

« Avoir le dirigeant principal qui tombe amoureux pour les bonnes raisons, c'est comme une accélération de quarante pour cent. Tout le reste est moindre. Comme par exemple se débarrasser du méchant, résoudre les problèmes de faim, d'esclavage, et la liste est longue.

« Nous n'avons que trois mois, c'est la durée pendant laquelle le destin nous permettra d'intervenir. Donc, si vous choisissez de résoudre leurs problèmes mondiaux au lieu de tomber amoureux, c'est un chemin difficile à parcourir en trois mois.

« Et sans parler du danger. Ne vous méprenez pas, tomber amoureux est également difficile, mais beaucoup plus plausible », poursuit-il. « Et généralement, lorsque vous vous occupez du dirigeant, vous réglez également tous les petits problèmes.

« C'est comme une réaction en chaîne de joie et de bonheur. C'est pourquoi Zora croit tant au véritable amour parce qu'il répare tout le reste en même temps. »

Ouah, c'est compliqué.

Très différent des films de Disney, mais un peu ressemblant.

« Donc pendant la dernière mission ils ont essayé de réparer le monde et pas leur chef ? » Je demande, mon esprit tourne dans toutes les directions.

« Ils n'avaient pas le choix, car leur chef n'était intéressé par aucune des femmes que nous avons envoyées. Elles ont juste essayé de tirer le meilleur parti de leur temps et d'aider Zora du mieux qu'elles pouvaient. »

Il baisse les yeux comme s'il était perdu dans ses pensées.

Laura rit et secoue la tête. « Ce type est difficile, j'aime que mes hommes soient difficiles et j'aime les défis. »

Charmant lève les yeux et la regarde fixement, essayant probablement de savoir si elle était sérieuse.

« Je suppose qu'on peut dire qu'il est difficile. J'ai le sentiment qu'il sait ce qu’on prépare, qu'il sait quelque chose à propos de ce que nous faisons. »

Il pousse le bureau et commence à taper dans ses mains.

« C'est le moment de vous expliquer les règles. Nous avons très peu de temps pour le faire car le conseil nous a donné seulement aujourd'hui pour envoyer une autre équipe. »

Je crois l'entendre dire des grossièretés dans un murmure. Ouais, il l'a fait, cette condition ne plaît pas à ce Pierce Charmant.

« Vous serez toutes entre les mains du destin. C'est comme ça que ça marche, pour garder l'équilibre, nous devons suivre ce que le destin nous dicte. » Il tend la main et le sol vibre.

Je m'assois sur ma chaise et regarde une pierre (une vasque ?) sortir du sol et dans celle-ci se trouve un liquide métallique. C'est très curieux. Qu'est-ce que c'est ?

« C'est simple, mesdames et encore une fois, je suis désolé que nous soyons pressés.

« Vous allez toutes placer vos mains dans le bol du destin et le destin déterminera votre statut dans ce défi. Une princesse ou une pauvre.

« C'est crucial, car vous ne pourrez pas changer cela une fois qu'un titre vous aura été donné. »

Mes yeux s'écarquillent. C'est donc comme le chapeau d'Harry Potter.

J'entends des murmures dans toute la pièce, certains enthousiastes et d'autres inquiets. Moi-même, j'ai des émotions très mitigées qui parcourent mon corps comme une foule de fous s'échappant de l’asile.

Mais je suis surtout… enthousiaste. Je suis contente que le destin puisse choisir, ça rend la chose plus excitante. Parce qu'on sait toutes que tout le monde choisirait d'être une princesse. Sans blague.

« Après avoir obtenu votre titre, nous parlerons brièvement de Delorith, le monde dans lequel vous allez voyager.

« Ensuite, vous pourrez changer trois choses en vous pour vous aider à conquérir le cœur d'Apollo Augustus Garthorn.

« Vous pouvez choisir de changer d'apparence ou de maîtriser une capacité. Ce choix est le vôtre et le vôtre seulement. »

« Ouah », je chuchote. Cherry se tourne vers moi avec de grands yeux et murmure un « Oh mon Dieu ». Je souris et me retourne.

Apollo Augustus Garthorn. Il a l'air sexy et puissant, je suis tellement curieuse de voir à quoi ressemble ce souverain sombre. Mignon ? Beau gosse ? Moyen ? Sexy ?

Je réfléchis à ça. Il doit être agréable à regarder, non ? Peut-être qu'il ne l'était pas et c'est pourquoi aucune fille n'a marché. Merde. Ce serait difficile. Peut-être qu'il était drôle. Je pourrais être drôle.

« D'accord, on en reparlera après les titres. » Il se lève au moment où Zora, la Bonne Fée, entre. Elle a l'air calme, contrairement à tout à l'heure.

Se tenant près de Charmant, elle dit : « Commençons, il n'y a plus de retour en arrière possible. La porte est là, si vous souhaitez partir maintenant. Sinon, ne faisons pas perdre de temps au destin. »

Je suis devenue très nerveuse, malade même. C'est réel. Il n'y a pas de retour en arrière, pas de retour en arrière. Je déglutis et me lève avec toutes les autres, en prenant une inspiration nerveuse.

Bien, Viola, on dirait que tu vas prendre la pilule bleue et t'échapper de la matrice.

Allez-y.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.