logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

Scarlett Evans n’est pas un vampire ordinaire. Nick Dahlman n’est pas un chasseur de vampires ordinaire. Lorsque Scarlett est poursuivie par le puissant chef d’un clan local et que le jeune frère téméraire de Nick est porté disparu, les deux ennemis naturels seront obligés de compter sur l’expertise unique de l’autre s’ils espèrent rétablir l’équilibre de leurs mondes. Mais tout au long de leur quête, en passant des cafés sinistrement innocents aux châteaux isolés à l’histoire sombre, il devient évident que cette même expertise a autant de chances de les faire tuer que de les garder en vie….

Age Rating : 18+

 

Scarlett de L. E. Bridgstock est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance, Science Fiction & Fantasy.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Scarlett Evans n'est pas un vampire ordinaire. Nick Dahlman n'est pas un chasseur de vampires ordinaire. Lorsque Scarlett est poursuivie par le puissant chef d'un clan local et que le jeune frère téméraire de Nick est porté disparu, les deux ennemis naturels seront obligés de compter sur l'expertise unique de l'autre s'ils espèrent rétablir l'équilibre de leurs mondes. Mais tout au long de leur quête, en passant des cafés sinistrement innocents aux châteaux isolés à l'histoire sombre, il devient évident que cette même expertise a autant de chances de les faire tuer que de les garder en vie….

Age Rating : 18+

Auteur original : L. E. Bridgstock

SCARLETT

J'ai commencé à trembler d'impatience lorsque l'enseigne au néon du Club du Sang est apparue.

Cela faisait des semaines que je n'avais pas eu de dose, et mon corps criait.

Je ne pouvais plus ignorer ses cris.

J'en ai besoin.

Ce soir.

Je me suis approchée de la porte d'entrée, mes talons hauts claquant bruyamment contre le béton à chaque pas que je faisais.

Ce club était le seul de son genre dans la région.

Je ne voulais pas risquer de me faire refouler, alors je m'habillais toujours selon son code vestimentaire ridicule et complètement dégradant.

Le videur me regardait de haut en bas, jugeant chaque centimètre de mes formes :

Un pantalon en cuir moulant, un haut dangereusement décolleté et une couche de rouge à lèvres rouge assorti à mes longs cheveux ébouriffés.

Alors qu'il me fixait, je lui rendais son regard, en essayant de contenir mon désespoir.

Il était d'une taille impressionnante, mais je pouvais sans aucun doute lui botter le cul s'il essayait de me refuser l'entrée.

Heureusement pour lui, on n'en est pas arrivés là.

Après un long moment d'angoisse, il a quitté l'encadrement de la porte et m'a conduit dans la pièce sombre, éclairée uniquement par des lumières stroboscopiques.

Immédiatement, l'odeur de la sueur et de l'alcool a envahi mes narines.

Le son des battements de cœur et le bruit de la musique électronique étaient pratiquement indiscernables.

Je me suis dirigée vers le bar.

L'alcool ne m'affecterait pas, bien sûr, mais je voulais me fondre dans la masse du mieux que je pouvais.

Un verre à la main, je me suis glissée dans la foule.

Mes hanches bougeaient au rythme de la techno tandis que je me faufilais sur la piste de danse, à la recherche d'une cible appropriée.

Et heureusement, il ne m'a pas fallu longtemps pour trouver la cible parfaite.

Homme blond.

Une vingtaine d'années.

Absolument délicieux.

Avec un clin d'œil bien rodé, j'ai attiré son attention.

L'hameçon, la ligne et le plomb.

La mer de fumée et les corps tourbillonnants se sont séparés alors qu'il s'avançait vers moi, et j'ai frissonné.

Waouh.

Il sent aussi bon qu'il en a l'air.

Finalement, il s'est tenu juste en face de moi.

« Salut », ai-je dit.

« Salut », a-t-il répondu. « Tu as l'air… affamée. »

J'ai hoché lentement la tête. « Affamée. » Ses yeux se sont illuminés. Il était aussi affamé que moi.

« Bien », a-t-il dit. « Je suis… »

« Ne perdons pas de temps avec les noms », ai-je répondu. « C'est purement transactionnel. »

Il semblait être un gentil garçon, à peine plus âgé que dix-huit ans. Plus j'en savais sur lui, plus ce serait difficile.

Je pouvais à peine distinguer son visage au milieu des lumières clignotantes et c'est exactement ce que je voulais.

Il m'a fait un sourire narquois. « Bien. Partons d'ici », a-t-il dit en prenant ma main.

Mais au lieu de me tirer vers la porte d'entrée, il m'a conduit plus profondément dans le club, écartant un rideau de velours et me faisant signe de le rejoindre dans une petite pièce faiblement éclairée.

Nous étions face à face.

J'en salivais presque.

« Alors », a-t-il dit, « de quoi as-tu envie ? »

« Qu'est-ce que tu proposes ? »

Il a déboutonné la manche de sa chemise et l'a remontée, révélant la chair dorée et souple de son poignet.

Parfait.

Je me suis penchée, mais il a retiré son bras.

« Attends », a-t-il dit.

Je ne peux plus attendre.

« Dis-moi d'abord ton nom. »

Si je dois…

« Je suis Scarlett », ai-je dit, en montrant mes crocs acérés. « Puis-je ? »

« Je t'en prie. »

Sans perdre une seconde de plus, j'ai plongé mes dents dans son poignet, aspirant le chaud et délicieux nectar.

Du sang.

La seule substance au monde qui étanchait ma soif et satisfaisait ma faim.

La seule chose dont j'avais besoin pour rester vivante… ou, du moins, pour rester mort-vivante.

Une fois que j'ai eu ma dose, savourant le goût, je me suis éloignée de lui et j'ai essuyé ma bouche.

« Guéris-moi, Scarlett », a-t-il dit, en retenant son souffle.

Il était temps pour moi de compléter la transaction, de lui donner quelque chose en échange de ce qu'il m'avait donné.

Je me suis penchée à nouveau et j'ai léché délicatement la blessure que j'avais infligée.

Ses yeux se sont retournés dans sa tête alors qu'il succombait à l'extase pure et narcotique de ma salive cicatrisante.

Les marques de piqûre ont commencé à disparaître, jusqu'à ce que la seule preuve de l'alimentation soit une empreinte de mon rouge à lèvres rouge vif sur sa peau non marquée.

« Quand est-ce que je pourrai te revoir ? » a-t-il demandé en reprenant conscience.

« Ne t'attache pas », lui ai-je répondu en lui tapotant doucement l'épaule. « Les vampires ne sont pas de très bonne compagnie. »

Puis j'ai tourné les talons et quitté le club avant que les autres suceurs de sang ne remarquent ma présence.

***

Je suis rentrée chez moi, dans mon appartement au rez-de-chaussée d'une maison victorienne convertie, complètement rassasiée par une nuit réussie au club.

« Lillian ! » J'ai crié en entrant dans le salon spartiate, mais ma colocataire était introuvable.

« LIL ! » J'ai dit, plus fort. « Où sont… »

Je n'ai pas eu à finir ma question car elle s'est soudainement matérialisée devant moi.

« Eh bien ! » s'est-elle exclamée. « Regarde-toi, tout habillée avec ces tuyaux de poêle en cuir ! »

« Je te l'ai dit. Plus personne ne les appelle des tuyaux de poêle. »

Lillian était morte en 1805, je ne pouvais pas m'attendre à ce que son fantôme soit au courant du jargon de la mode actuelle.

« Eh bien, tu as l'air en bien meilleure santé », a-t-elle dit. « Tu ne devrais pas laisser autant de temps entre les repas. »

« Je déteste juste aller dans cet endroit. C'est un terrain de jeu pour Rowland et ses adeptes. »

Rowland était le chef de clan le plus puissant de la région.

Il n'était pas ravi que j'aie refusé son invitation à me joindre à lui il y a quelque temps, ce qui avait donné lieu à quelques disputes désagréables au club.

Mais je ne pouvais pas supporter de renoncer à ma liberté pour l'illusion de la sécurité et de la communauté.

« Je sais que tu les détestes tous », a dit Lillian, « mais c'est la meilleure option que tu as par ici pour satisfaire ta faim. »

« Qu'est-ce que tu deviens ? » J'ai demandé, en changeant de sujet.

Sa seule réponse a été un sourire rapide et malicieux.

Je sais exactement ce que ça veut dire…

« Tu es encore allée à son appartement ? » J'ai demandé avec incrédulité.

Lillian avait pris l'habitude de « hanter » notre voisin du dessus, Amir.

Elle s'asseyait avec lui à la table de la cuisine pendant qu'il dînait seul, lisait par-dessus son épaule pendant qu'il se penchait sur des manuels de médecine, et regardait les nouvelles du soir avec lui.

Elle faisait tout sauf prendre une douche avec lui… J'espère.

« Lillian, » j'ai dit fermement. « Arrête de perdre ton temps avec un gars que tu ne peux pas avoir. »

« Tu ne comprends pas notre lien ! On a tellement de choses en commun ! »

« Et une énorme chose qui n'est pas en commun. Il est vivant et tu es morte. »

« Ne me fais pas honte en mourant. »

J'ai étouffé un gloussement, essayant de contenir mon amusement face à l'utilisation du langage moderne par Lillian.

« Je ne veux pas que tu sois blessée », ai-je dit en baissant le ton. « Il y a plein d'êtres immortels sympas dans le monde. »

« Regardez qui parle… »

Juste à ce moment-là, j'ai vu la lumière du matin commencer à se faufiler à travers la fenêtre du salon.

Le soleil me plongeait toujours dans un profond état d'épuisement.

Cherchant désespérément une excuse pour éviter une autre conversation sur ma vie sans amour, j'ai bailli et me suis dirigée vers l'escalier menant à ma chambre au sous-sol.

« Bonne nuit, Lillian. »

« Bien, alors. Sois une vieille fille immortelle », l'ai-je entendu dire.

« C’est ce que je compte faire », ai-je répondu. Je me suis glissée sous les couvertures et j'ai fermé les yeux.

A part Lillian, j'étais plus ou moins seule depuis 1200 ans, et honnêtement, je préférais ça.

C'était plus facile que d'essayer de justifier pourquoi j'avais tant de pouvoirs inexpliqués… alors que je n'en connaissais même pas la raison moi-même.

***

Le soleil se couchait encore sur l'horizon lorsque j'ai quitté mon appartement à 18 heures le lendemain.

J'ai froncé les sourcils et poussé mes lunettes noires en toute sécurité sur mon nez.

Contrairement aux autres vampires que j'avais rencontrés, je ne m'enflammais pas à la lumière du jour.

Je ne savais pas exactement pourquoi j'étais différente, mais j'étais en vie depuis si longtemps que j'avais cessé d'essayer de le découvrir.

Mais je pouvais quand même avoir un sacré mal de tête et un impressionnant coup de soleil.

Je portais donc un long manteau par-dessus mon uniforme pour la courte marche entre ma maison et le restaurant où je travaillais de nuit.

L'équipe de nuit était parfaite pour mon emploi du temps nocturne.

Le Coffee Stop, au nom très original, était un établissement pittoresque en ville qui servait apparemment la meilleure tasse de café du monde.

Je ne buvais pas de boissons humaines, mais j'avais encore du mal à croire que c'était vrai.

La propriétaire, Bernadette, m'avait engagée après que j'ai emménagé en ville il y a trois ans avec une nouvelle identité.

Scarlett Evans.

Une jeune femme de 22 ans du Northamptonshire.

Comme tous les jours, elle m'a accueilli avec un sourire joyeux, son chignon blond s'agitant tandis qu'elle chargeait des verres dans le lave-vaisselle.

Je lui ai rendu son sourire en accrochant mon manteau et en attachant mon tablier gris.

Bien que j'aie connu tous les genres de vie imaginables au cours du dernier millénaire, c'est ce travail qui m'a le plus plu.

C'était juste si merveilleusement… normal.

Bernadette a fini sa journée après que j'ai pris mon poste derrière le comptoir. J'ai fait mon travail comme d'habitude.

Vers 22h, la clientèle du restaurant s'était considérablement réduite, laissant seulement quelques étudiants utiliser le Wi-Fi gratuit.

Mais alors que j'essuyais les tables, une bouffée d'air froid m'a fait regarder vers la porte.

Le jeune homme qui est entré a balayé ses cheveux noirs de son visage en regardant le restaurant.

Il s'est approché de moi, et je me suis étonné de sa taille. Il était extrêmement grand, même selon les normes actuelles.

« Puis-je m'asseoir où je veux ? » demande-t-il.

« Oui, bien sûr, où vous voulez ».

« Merci », dit-il en se glissant dans le box le plus proche de la porte.

« Je peux vous amener quelque chose ? » Je lui ai demandé.

« Un café. »

« De la nourriture ? »

« Non merci », il a regardé mon badge, « Scarlett ».

J'ai vu un petit sourire en coin se former sur ses lèvres tandis qu'il observait la couleur de mes cheveux, qui s'échappaient lentement de leur bandeau.

« Des parents créatifs, pas vrai ? » J'ai plaisanté, malgré le fait que j'avais choisi le nom moi-même.

En fait, je suis née avec des cheveux d'un blond éclatant, comme beaucoup de gens en Scandinavie, la terre de mes ancêtres.

Ils étaient devenus rouges, mèche par mèche, après que je sois devenu un vampire.

« Et vous êtes… ? »

« Nick », a-t-il dit. « Des parents créatifs, non ? »

J'ai gloussé en lui servant du café dans une cruche fumante.

Mais pas lui.

Il a pris une gorgée de café avant de fixer fermement ses yeux sur la porte par laquelle il venait d'entrer, comme si quelqu'un de dangereux était sur le point de débarquer.

Si c'était le cas, pourquoi je n'arrivais pas à me débarrasser du sentiment que c'était lui qui était dangereux ?

***

Le temps que je finisse d'essuyer toutes les tables et de nettoyer le sol, Nick était le seul client restant, et il avait abandonné son combat visuel avec la porte.

A la place, il avait le nez plongé dans un gros livre à couverture rigide.

Il était tellement absorbé par ce livre qu'il n'a même pas remarqué quand je me suis approchée de son box pour remplir sa tasse pour la troisième fois.

« Nous fermons dans dix minutes, au fait », ai-je dit.

Au son de ma voix, il a claqué le livre.

C'est alors que j'ai vu le titre… et me suis immédiatement figée en état de choc.

Lamia et de Superno.

Mon latin était un peu rouillé, mais je savais ce que cette phrase signifiait :

« Les vampires et le surnaturel ».

La dernière fois que j'ai vu quelqu'un tenir ce livre, il a essayé de me planter un pieu dans le cœur quelques instants plus tard.

C'était essentiellement un manifeste contre mon espèce.

Mon souffle s'est accéléré.

J'ai essayé de garder mon calme, mais une sirène hurlante se déclenchait dans mon cerveau, me disant de me préparer à me battre…

Me disant que je pouvais être à quelques centimètres d'un véritable chasseur de vampires.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

SCARLETT

Les vampires et le surnaturel.

Ça ne peut pas être une simple coïncidence… n'est-ce pas ?

« Vous lisez quelque chose d'intéressant ? » J'ai demandé aussi calmement que possible.

« Juste quelque chose pour l'université », a-t-il dit en glissant le livre dans son sac à dos. « Plus de café pour moi. Je vais être debout toute la nuit. »

Il a passé son sac à l'épaule et s'est levé de son siège, soutenant mon regard de ses profonds yeux bruns.

Ils étaient perçants.

En colère.

Sa taille n'était plus un sujet d'émerveillement. C'était quelque chose à craindre.

Et s'il essayait de me donner un coup de poing, je devrais tenir compte de son envergure.

« Merci », a-t-il dit, en tendant un billet de cinq livres sterling froissé.

J'ai retiré ma main.

Une peau glacée est un signe révélateur d'un vampire.

« Laissez-le sur la table », j'ai fait signe, refusant de rompre le contact visuel.

« Comme vous voulez. » Il l'a posé à côté de la tasse vide.

Puis il a fait un pas vers moi.

J'ai serré les poings, prête à contrecarrer toute attaque éventuelle.

Mais à ma grande surprise, ses pieds ont continué à bouger jusqu'à ce que je regarde son dos.

Merci mon Dieu.

Le soulagement m'a envahi.

Il a passé la porte vitrée du restaurant. J'ai expiré brusquement quand il est monté sur une moto et a disparu.

Il fut un temps, quand j'étais plus jeune, où je l'aurais tué sur place simplement parce qu'il possédait un livre sur mon espèce.

À l'époque, le monde était plus petit et les gens étaient beaucoup plus superstitieux.

On craignait le surnaturel, on ne l'idéalisait pas comme on le fait dans les livres et les films de nos jours.

Donc, Nick a eu de la chance.

Il s'en est sorti avec sa vie cette fois-ci.

Mais s'il revient par ici… je ne sais pas ce que je ferai.

NICK

Je vais le tuer.

Comme j'aurais dû le faire hier.

Les vampires sont des créatures sans âme qui méritent de mourir, et je suis hautement qualifié pour le faire.

Je ne vais pas me laisser berner par ce suceur de sang une nouvelle fois.

En quittant le restaurant à toute vitesse sur ma moto, j'ai ignoré tous les feux rouges qui ont essayé de me ralentir.

En dix minutes, je me suis arrêté devant la maison que j'avais visitée la veille.

Je me suis dirigé vers la porte d'entrée.

Je n'allais pas lui faire l'honneur de frapper à nouveau.

Pas question.

J'ai sorti le pieu en bois de ma poche et l'ai enfoncé dans la fenêtre.

J'ai passé ma main dans la fente, me coupant la peau sur le verre déchiqueté.

L'adrénaline mélangée à la caféine a réussi à me distraire de la douleur… du moins pour le moment.

J'ai fait le tour, décliqué la serrure de la porte de l'intérieur et tourné la poignée. J'ai glissé le pieu dans mon jean quand la porte s'est ouverte.

Et il était là, m'attendant de l'autre côté, sa peau pâle illuminant pratiquement la pièce sombre.

Dans ses mains maigres, il y avait un pistolet.

Donc…il m'attendait.

« Oscar », j'ai grogné.

« Bonjour, Nick », a-t-il dit. « C'est gentil de me rendre encore visite. »

J'ai essayé de garder mes yeux sur son visage au lieu de regarder le canon.

« Où est Darren ? »

« Combien de fois dois-je te le dire ? Je ne sais pas où il est, Nick. »

« Eh bien, tous ceux que j'ai ramassés dans la ruelle de ce club dégoûtant disent vous avoir vu avec lui. Alors dites-moi où est mon frère, suceur de sang ! »

« 'Suceur de sang…' C'est le mieux que tu puisses faire ? » Oscar a grogné.

Et puis je l'ai vu.

Son doigt se resserrant autour de la gâchette.

Avant qu'il n'ait eu le temps d'appuyer, j'ai plongé hors de son chemin.

Il a essayé de me suivre avec le canon, et a tiré un coup, mais je l'ai esquivé. J'ai sauté sur mes pieds et j'ai chargé vers lui.

Il a balancé son bras et le pistolet a heurté ma mâchoire.

Mais j'ai vite récupéré, j'ai attrapé son poignet et je l'ai tordu entre mes mains, essayant d'arracher l'arme de son emprise.

Avec son autre main, il m'a griffé le visage, montrant ses crocs pour essayer de me distraire.

En lui enfonçant mon coude dans l'estomac, j'ai réussi à l'affaiblir juste assez pour m'emparer de l'arme.

J'ai serré Oscar dans un étau.

« C'est ta dernière chance », ai-je dit, ayant repris le dessus.

« Je t'ai déjà dit tout ce que je sais. » Il a haleté pour respirer. « Va au Coffee Stop. »

« J'y suis allé », j'ai dit. « Je suis resté assis pendant des heures et des heures et aucun de vos hommes n'est venu à ma rencontre. »

« Ce ne sont pas mes hommes » – il a toussé – « que tu devrais chercher. »

J'ai ramené le marteau de mon arme.

« Alors qui ? » J'ai craché, mais il ne répondait toujours pas, alors j'ai appuyé sur la gâchette, envoyant une balle dans son épaule.

Je savais que ça ne le tuerait pas. Aucune balle ne le ferait. Mais ça ferait un mal de chien.

Bien sûr, il a hurlé de douleur.

« QUI ? » J'ai crié, étouffant ses cris.

J'ai relâché ma prise sur son cou pour qu'il puisse parler.

« La rouge », a-t-il finalement dit. « Je ne connais pas le nom qu'elle a choisi. Mais c'est elle que vous cherchez. »

« Vous voulez dire… la serveuse ? » J'ai demandé, en enfonçant le canon de l'arme plus profondément dans son crâne.

Il a acquiescé.

« Pourquoi ? Pourquoi saurait-elle quelque chose sur Darren ? »

« Parce qu'elle est l'une des nôtres, même si elle aime prétendre le contraire », a-t-il dit. « C'est un vampire. »

Je l'ai regardé fixement alors que ses mots prenaient racine dans mon esprit.

Quoi ?

Est-ce que c'est vrai ?

Il y avait quelque chose chez elle qui semblait… différent. Mémorable.

Je devais garder un œil sur la serveuse.

Mais d'abord et avant tout, je devais m'occuper d'Oscar.

Sans hésiter, j'ai jeté son corps sur le sol, je me suis mis au-dessus de lui, je l'ai plaqué au sol avec mes bottes à embout d'acier, et j'ai enfoncé mon pieu dans son cœur.

Et je n'ai pas ressenti une once de culpabilité en le faisant.

SCARLETT

C'était tard vendredi soir. Les tables étaient encore remplies de gens ivres qui criaient, riaient et mangeaient des crêpes de fin de soirée.

Mais je n'ai même pas eu besoin de lever les yeux de mon bloc-notes pour remarquer qu'il s'était glissé dans la salle.

La bouffée d'air extérieur a ramené l'odeur de Nick vers moi…

Il est de retour.

Pourquoi diable est-il de retour ?

Je me suis figée un instant avant de continuer à répéter une commande à un groupe de clients.

J'ai gardé la tête baissée en retournant vers le comptoir, mais il s'est mis sur mon chemin, m'arrêtant net.

J'ai levé les yeux vers son visage.

Qu'est-ce que…

Il avait l'air d'avoir été battu. Méchamment.

Une longue coupure courait sur le côté de sa joue, cachant un bleu sur sa mâchoire.

« Qu'est-ce que… ? »

Je ne pouvais pas parler.

En partie parce que j'étais en état de choc, et en partie parce que sa coupure intensifiait l'odeur de son sang.

Et même si j'étais encore pleine de mon dernier repas, son odeur était irrésistible. Plus que celle de la plupart des mortels. Cela n'a pas aidé que son visage et son corps étaient aussi incroyablement… appétissants.

J'ai dû m'empêcher de me lécher les lèvres.

« Vous allez bien ? » J'ai enfin réussi à me décider.

« Ouais, ça va », a-t-il répondu. « Pas de quoi s'inquiéter. »

« Que s'est-il passé ? » J'ai demandé, la curiosité grandissante.

Il a pris une expression embarrassée. « Je me suis battu avec quelqu’un, avec qui je n'aurais pas dû. Mais vous devriez voir l'autre type. »

« Bien sûr », ai-je dit avec sarcasme. « Quand cette expression va-t-elle disparaître ? »

« J'espère qu'elle disparaîtra avec tous les hommes stupides qui se battent », a-t-il dit en m’adressant un sourire. Je me suis rendu compte que c'était le premier qu'il me faisait.

« Que puis-je faire pour vous ? » J'ai demandé, reprenant mon rôle familier de serveur pour arrêter de penser à son sourire.

Et à son sang.

Il a cligné des yeux, pris au dépourvu par mon brusque changement de sujet.

« Un café à emporter, je suppose. »

Heureux d'avoir une excuse pour m'éloigner de son arôme, je me suis cachée derrière le comptoir et j'ai versé du café dans une tasse en polystyrène.

Je l'ai posé en face de lui, mais il ne l'a pas pris.

A la place, il s'est raclé la gorge. « Scarlett. »

« Oui ? » J’ai gigoté dans mes chaussures, m’attendant au pire.

« Je suis aussi venu ici pour une raison différente », a-t-il commencé lentement. « Peut-être que ce n'est pas le meilleur moment, avec… tout ça. »

Il fit un geste vers son visage défiguré, puis vers le restaurant bondé.

« Mais je me demandais si tu aimerais dîner avec moi un jour. »

« Oh », ai-je dit, sincèrement surprise.

Il m'invite à… un rendez-vous ?

Je ne l'ai pas vu venir.

Mon esprit cherchait des réponses, ne sachant pas comment réagir.

Peut-être qu'il n'était vraiment qu'un étudiant de l'université qui avait le béguin pour moi. Serait-ce si mal de passer une soirée à mieux le connaître ?

Bien sûr que c'est mal.

Et puis, j'avais vécu assez longtemps pour savoir que la vérité se cache souvent dans l'obscurité. Donc il était probablement en train de me piéger, de m'attirer dans une sorte de piège de sa propre conception.

Si c'est le cas, pourquoi ?

Pour qui travaille-t-il ?

Qui veut ma mort ?

Je devais le découvrir.

« Je suis désolé », dit-il, interrompant la spirale de mes pensées, « Je ne voulais pas vous mettre dans l'embarras. Je vais y aller. »

Il s'est tourné pour partir, mais je l'ai appelé.

« Nick, attends », ai-je lâché. « J'aimerais beaucoup qu'on se retrouve pour dîner. »

« Oooooooh, » un de mes clients bourrés a crié. « Notre serveuse a un rendez-vous ! »

J'ai secoué la tête.

« Maintenant sors d'ici », j'ai dit à Nick. « Tu fais une scène. »

Sans un mot de plus, il s'est dirigé vers la porte. Et alors que je le regardais partir, je me demandais si j'avais pris la bonne décision.

Tu sais ce qu'on dit…

Garde tes amis près de toi.

Et sors avec tes ennemis ?

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.