logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

L’Alpha du Millénaire

Eve possède de puissants pouvoirs au-dessus de la norme. Alors qu’elle est contrainte d’accepter un pacte, elle commence à se demander si elle est de taille à l’accomplir. Aux prises avec des vampires, des loups-garous renégats et des divinités maléfiques, la détermination d’Eve est mise à rude épreuve, et ce, avant même qu’elle ne retrouve l’être qui lui est cher…

Les loups du Millénaire

Age Rating : 18+

 

L’Alpha du Millénaire de Sapir Englard est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance, Science Fiction & Fantasy.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Eve possède de puissants pouvoirs au-dessus de la norme. Alors qu’elle est contrainte d’accepter un pacte, elle commence à se demander si elle est de taille à l'accomplir. Aux prises avec des vampires, des loups-garous renégats et des divinités maléfiques, la détermination d'Eve est mise à rude épreuve, et ce, avant même qu'elle ne retrouve l’être qui lui est cher…

Les loups du Millénaire

Age Rating : 18+

Auteur original : Sapir Englard

28 octobre 2017

New York

Eve

Je l’ai vu avant qu'il ne me remarque.

Il se tenait là, à quelques mètres seulement, mais j’ai su immédiatement que c'était lui. Je pouvais sentir son odeur.

Mes yeux ont parcouru sa peau bronzée, ses bras forts, ses abdominaux dessinés, puis sont remontés jusqu'à sa mâchoire masculine et carrée.

Peut-être était-ce audacieux de faire preuve d’autant d’effronterie. Je ne voulais pourtant pas qu'il m'attrape.

Il ne pouvait pas m'attraper. Ça aurait tout gâché.

De toute façon, j'étais cachée dans les arbres, les branches et les feuilles me servaient de camouflage.

Je savais que je n'avais pas à craindre d’être vue. Alors j'ai continué à observer.

Je l'ai regardé passer ses doigts sur l'écorce d'un vieil arbre.

Lui, scrutant autour de lui, comme essayant de trouver quelque chose. Ou quelqu'un ?

Mais non, il ne pouvait pas deviner ma présence.

J'étais suffisamment puissante, forte de suffisamment de pouvoirs maléfiques pour parvenir à bien me cacher.

Il s'est avancé vers un autre arbre et, cette fois, l’a tenu de ses deux mains.

Il a glissé ses deux mains vers le bas, et j'ai vu ses bras musclés se crisper contre la maille fine de son T-shirt.

Comme j’aurais aimé que ces doigts me suivent, qu'ils me tiennent…

Je ne sais pas ce qu'il y avait de si spécial avec lui.

C’était le seul homme, la seule créature vivante, qui pouvait me chambouler. Et je ne veux pas dire juste m'émoustiller. Je veux dire m’exciter physiquement. Entièrement.

Mes yeux étaient rivés sur lui, ses muscles, sa mâchoire, ses cheveux noirs en bataille.

Je sentais tout mon corps réagir. J'avais des picotements où je n'en avais encore jamais eu et l’envie de réduire cette distance entre nous.

Je le voulais tellement que je pouvais le sentir me toucher. Je pouvais sentir qu'il me donnait la satisfaction que j'attendais depuis si longtemps.

J'ai risqué un pas hors de ma cachette. C'était peut-être une mauvaise idée, mais peu m’importait.

C'était ce que je voulais… non… C'était ce dont j'avais besoin.

J'ai osé un pas de plus.

Je voulais qu'il me trouve presque autant que je craignais qu'il le fasse. Parce que je savais ce qui se passerait alors. Mais pour l'instant, peu m’importais.

Un autre pas.

Il a tourné la tête.

Un autre pas.

Et soudain, j'ai eu le souffle coupé.

Une dague, lancée de quelque part derrière moi, venait de passer au-dessus de mon épaule.

Elle traversa l'air à la vitesse de la lumière, et en un instant, le toucha. Elle l’empala. En plein cœur.

Du sang trempait son T-shirt.

J'étais pétrifiée, abasourdie. Ma bouche s'était ouverte puis refermée, mais rien n'en étais sorti.

Je me suis retournée pour regarder derrière moi. J'ai essayé de trouver d'où provenait le poignard, qui en était l’auteur. Mais je ne parvenais à discerner personne.

Il n'y avait que moi, lui et la forêt.

Mes yeux se sont retournés vers lui. Il s'affaissait sur le sol, ses mains couvrant la blessure, essayant de contenir le sang.

Cette fois, il a dû sentir mon regard posé sur lui, car ses yeux se sont levés.

Il me regardait droit dans les yeux.

Je ne pouvais pas courir. Je ne pouvais pas me cacher. Il m'avait vu.

Et je savais. Je savais qu'il pensait que j’étais celle qui avait lancé la dague.

Même si j'étais innocente, j’étais abattue, en proie aux remords.

Mais au fond de moi, je savais que je n'étais pas innocente. Pas si innocente du tout.

Il se tenait à quatre pattes maintenant, essayant de garder les yeux ouverts. Essayant de les garder fixés sur moi. Et mon cœur battait toujours la chamade. Après tout, c’était le seul homme pour lequel il pouvait battre.

Va vers lui, Eve.

Aide-le.

Touche-le.

Mais je suis restée pétrifiée, figée là où j'étais.

J'ai regardé la vie s'échapper de lui, ses yeux se fermer lentement, ses doigts cesser de trembler. Il fallait que je regarde. Je ne me laisserais pas détourner le regard.

Lorsqu'il a rendu son dernier souffle et qu'il s’est figé, paisible, un calme nouveau m'a envahi. J'ai laissé s’échapper le souffle que j'avais retenu.

C'était enfin terminé.

***

Bip. Bip. Bip. Bip.

Mes yeux se sont ouverts. Qu'est-ce que c'était ?

Bip. Bip. Bip. Bip.

Un putain de téléphone a sonné. Mon putain de téléphone.

J'ai regardé autour de moi. Je me trouvais dans un lit, un lit blanc. Tout était blanc.

C'est vrai, j'avais séjourné dans un hôtel de New York. Essayant d’ignorer le rêve que je venais de faire, j'ai attrapé le téléphone posé à côté de moi sous l'oreiller.

Je n'avais pas le temps d'y réfléchir pour l'instant. D'ailleurs, il ne fallait pas être un génie pour comprendre de quoi il retournait.

Ces muscles… ces cheveux… ce n'était pas la première fois que je rêvais de lui. Et ce ne serait pas la dernière.

D’autant plus à mesure que les jours passaient. A mesure que nous nous rapprochions de…

Bip.

Un texto.

J'ai regardé le téléphone. Deux appels manqués de Kilian. Et un… bip… et deux textos en suivant.

Deux semaines que je n'avais pas eu de ses nouvelles, il avait donc dû trouver quelque chose d'important. Il avait espionné pour moi, effectuant des recherches et des reconnaissances de terrain.

J'ai lu le texto.

Kilian
J'ai trouvé ce que tu m'as demandé
Kilian
Je suis de retour à Londres
Eve
Je peux être là demain soir.
Eve
18h. Notre endroit.
Kilian
À demain.

29 octobre 2017

Londres

Je marchais le long du trottoir, mes bottes de combat frappant le sol de bruits sourds.

Il ne pleuvait pas encore, mais l'air était chargé d’humidité. Je me sentais moite, telle une éponge posée sur le bord d'un évier.

On ne pouvait pas dire que Londres m'avait manqué.

Mais ce n'était pas non plus totalement exact.

J'avais passé de nombreuses bonnes années ici, avec Kilian lorsqu’il était plus jeune. J'ai contourné la vieille église et me suis retrouvée sur un parking désert et caché d’un quartier de banlieue.

Kilian et moi ne sommes jamais allés à l'église, mais nous avions parfois l'habitude de venir ici pour regarder le coucher du soleil. Mais c'était il y a bien longtemps.

J'ai entendu le vrombissement d'une moto derrière moi et j'ai souri en regardant ma montre.

17 h 59. Il était pile à l'heure.

La moto s’est engouffrée à grande vitesse dans le parking et a stoppé net devant moi, freinant si fortement que de la vapeur s'est dissipée dans l'air.

J'ai regardé Kilian descendre de la moto, la stabiliser et retirer son casque noir teinté.

Ses longues mèches dorées ont volées au vent et il a passé une main gantée à travers elles.

Ses yeux dorés emplis de malice m'ont fixée, son visage ne pouvant masquer le sourire qui lui tiraillait les lèvres.

“Alors, tu essaies de m'impressionner maintenant ?” Je lui ai demandé, en désignant la moto.

“Je réussis plutôt bien. Admets-le”, répondit-il.

Il ouvrit une sacoche en cuir et en sortit un dossier qu'il me tendit.

Je le saisis. “Si tout est bien là-dedans…”

“Tout, et plus encore. Toute la lignée”, m'assura-t-il.

Je ne pouvais m'empêcher de me sentir fière. A la vue de ses joues à fossettes, maintenant recouvertes de poils, c'était comme s'il était devenu un homme. Un homme plein de talent et de grande utilité.

“C'est donc vrai alors ?” a-t-il demandé, en désignant le dossier d'un signe de la tête. “Tu penses que les Morgan sont en difficulté ?”

“Tu n'obtiendras pas une histoire à sensation de moi, Kil.”

“Allez,” il a insisté.

“Tu sais, tout le monde connaît les Morgans. Ce sont les humains les plus respectés d'Amérique, et grâce à l'accord qu'ils ont passé avec la meute de la côte ouest, il y a de cela des années, ils ont vécu en intouchables sur leur territoire.

“Elena Morgan était une vraie reine. Sa fortune a permis à la meute de la côte ouest de demeurer si forte pendant si longtemps. Elle était leur plus grand mécène. Mais elle a légué sa fortune à ses filles. Son compagnon, lui, n'a aucun droit légal dessus.”

“Et donc ?”

“Donc, légalement, ses filles sont trop jeunes pour la réclamer. L'aînée n’a que dix-sept ans.”

Kilian me regarda. “Tu penses que la famille est en danger parce que quelqu'un va s'en prendre à leur fortune ?” Puis secouant la tête. “Tout le monde connaît les Morgan, Eve. Ils sont comme des membres de la royauté. Personne n'essaierait de faire du mal à la royauté.”

“Quoi ? Ils ne vous enseignent pas l'histoire du monde à l'Académie ?” J'ai demandé, un sourire en coin.

Il a eu l’air surpris. “La fortune ne peut être réclamée que par les filles d'Elena quand elles auront 18 ans.”

“Et donc quoi, tu vas protéger les filles jusqu'à ce qu'elles aient l'âge de la réclamer ?”

J'ai haussé les épaules. “Quelqu'un doit s’en charger. Parce que si on les élimine avant, la fortune sera à saisir. Ça va susciter un tas de convoitise.”

Je me suis retournée pour partir, mais Kilian a attrapé mon épaule. “Tu sais autre chose. À propos des gens qui essaient de leur faire du mal.”

Je l'ai repoussé. “Ne t'inquiète pas pour ça, Kil…”

“Je ne peux pas aider si je ne sais pas des choses”, a-t-il dit en croisant les bras.

“Bien. De quoi veux-tu que je te parle ? De la mafia ? La mafia sait pour la fortune, et ils préparent leur prochain coup. Ensuite, il y a ces escrocs de loups-garous. Ils cherchent toujours à s’assurer davantage de gains. Et n'oublions pas les vampires.”

Le visage de Kilian se décomposa. Il a toujours eu un faible pour les personnes vulnérables.

Je lui ai tapé sur l'épaule. “Ils vont s'en sortir, Kilian. Je suis plutôt douée dans ce que je fais”, ai-je dit en lui lançant un sourire en coin. Il a hoché la tête.

“Je te ferai signe”, j'ai dit, tournant les talons pour entamer mon long voyage de retour outre-mer. Direction la meute de la côte ouest.

“Pas d'au revoir”, il m'a hélé.

J'ai souri. “Pas d'au revoir”, j'ai crié en retour.

“Ne me fais pas attendre trop longtemps”, a-t-il crié. “Je m'ennuie vite.”

***

30 octobre, 2017

Lumen

Le taxi a filé à l'orée de la forêt, sur la route à peine pavée, tout ce que je voyais à perte de vue, c’étaient des millions et des millions d'arbres de chaque côté.

Quand j'ai été assez enfoncée dans la forêt, plus de pavés en vue, je lui ai dit de s'arrêter.

“Voilà, c'est bien.” Je suis sortie de la voiture.

Il a pris l'argent que je lui ai tendu et est reparti dans la même direction que nous étions venus, ne cherchant manifestement pas à passer une seconde de plus ici que nécessaire.

A moins qu'ils aient été autorisés à y résider, les humains comme lui n'étaient pas vraiment les bienvenus sur le territoire de la meute de la côte ouest,. Ou à moins d'être un Morgan.

Et cette forêt, la forêt nationale Deschutes de l'Oregon était vraiment le territoire de la meute de la côte ouest.

Mais il n'y avait pas que les humains non annoncés qui n'étaient pas les bienvenus. Il s’agissait aussi toute l’espèce des non-loups-garous. Et cela m'incluait.

Mais bon, j'étais ici pour une raison. Et je ne laisserai pas une potentielle crainte de me faire attraper par un garde loup-garou, ou un Alpha, m'arrêter.

Après tout, j'ai fait face à bien pire avant.

J'ai concentré toute mon attention sur mon corps. L'intense concentration a fonctionné, et j'ai senti mes cellules se séparer, diminuant le remplissage opaque de ma peau.

Je n'étais pas exactement invisible, mais je n'étais pas non plus complètement visible.

J'étais comme une version atténuée de moi-même que l’on ne pouvait discerner qu’en plissant fort les yeux.

Satisfaite, je me suis tournée vers les arbres. Canalisant mon pouvoir, je l'ai utilisé pour m'élever dans les airs.

Je me suis alors balancée d’arbres en arbres, sautant de l'un à l'autre.

Après environ une cinquantaine de kilomètres, j'ai commencé à ralentir. Puis, utilisant les feuilles d’un arbre pour me protéger, on n’est jamais trop prudent, j'ai atterri dans l’arbre. Car là, devant moi, à environ un kilomètre, se trouvait la ville de Lumen.

Lumen, aussi connu sous le nom de Wolf City, abritait l'une des plus fortes meutes d'Amérique, voire du monde, la meute de la Côte Ouest.

J'ai pris une profonde inspiration, sachant que le dernier kilomètre serait le plus difficile.

Chaque ville de la meute avait érigé des paramètres de sécurité autour d'elle, avec des gardes hautement qualifiés qui en assuraient la surveillance.

Et le souci avec les gardes loups-garous c’est que leur odorat est leur meilleure arme.

Même sous forme humaine, ils peuvent sentir un intrus à des kilomètres à la ronde. Ce qui signifie que, s'ils ne m'avaient pas déjà senti, ils n’allaient pas tarder à humer ma bonne odeur.

Mais ça n'avait pas d'importance.

J'avais une tâche à accomplir.

D’un bond, j'ai décollé, atterrissant dans un autre arbre, puis j'ai sauté dans le suivant. Je me balançais entre les branches, m'abaissant plus bas que la cime des arbres pour me fondre plus facilement dans les branchages.

C'est alors que je l'ai vu. A environ 60 mètres.

Un garde loup-garou.

Mais pas n'importe quel garde loup-garou. J'ai concentré ma vue et j'ai pu distinguer le badge sur son gilet de sécurité, indiquant qu'il faisait partie de l'équipe de sécurité personnelle de l'Alpha.

Génial.

Avant que je puisse entreprendre quoi que ce soit, les yeux du garde s’étaient tournés vers moi.

Il pouvait assurément me sentir, sentir mon regard sur lui. Et je n'avais aucune envie d'attendre qu'il appelle des renforts.

J'ai donc pris une grande bouffée d'air et j'ai bondi droit devant, en espérant que mon corps mi-transparent me rendrait difficile à percevoir. Mais peu importait que je sois à peine visible, le garde parvenait à me suivre à l’odorat.

Alors que je bondissait à travers les arbres, me rapprochant de l'entrée de la ville, j'ai entendu le garde qui avançait et j'ai compris que j'étais en difficulté. C'est une chose de distancer un loup-garou sous forme humaine. S’en est une autre de distancer un loup !

J'ai continué à avancer, à courir, risquant un regard par-dessus mon épaule.

Le loup de garde était juste là. Grognant, toutes dents dehors. Pas à plus de deux pas derrière moi.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

30 octobre 2017

Lumen

Eve

Le loup de garde était juste derrière moi.

Je sais que je suis rapide. Ma composition génétique particulière, et les pouvoirs que j'ai gagnée au fil des siècles où j'ai vécu, font de moi l'une des plus rapides du monde.

Mais un loup-garou sous sa forme de loup n'est pas aisé à battre. Et celui-là en particulier était plus athlétique qu'un loup normal.

J'avais vu son badge. Il faisait partie de l'équipe de sécurité personnelle de l'Alpha de la meute de la côte ouest.

Ça ne faisait pas de sens.

Que faisait le personnel de sécurité de l'Alpha à surveiller le périmètre ?

Les meilleurs gardes de sécurité de la meute étaient habituellement postés dans la maison de la meute, pas en forêt profonde.

La seule explication était que la meute attendait quelqu'un. Quelqu'un d'extrêmement important ou d'extrêmement dangereux.

Et Gabriel, l'Alpha de la Côte Ouest, avait justement désigné l’un de ses gardes pour guetter leur arrivée.

J'ai entendu un grognement. Il était juste derrière moi.

Une griffe s'est tendue et a touché mon épaule. Des griffes acérées ont déchiré ma veste en cuir.

Je me suis forcée à avancer plus vite que je ne l'avais jamais fait auparavant, un pied devant l'autre, mes jambes bougeant si vite que le mouvement ressemblait à un flou chaotique.

J'ai levé les yeux un assez long moment pour réaliser que nous étions maintenant à Lumen.

On avait dû passer les portes de la ville en courant sans s'arrêter. J'ai risqué un regard derrière moi.

L'agent de sécurité était plus loin derrière moi maintenant, visiblement épuisé.

C'était la bonne nouvelle.

La mauvaise nouvelle ?

Quatre autres loups couraient désormais à ses côtés.

Je n'ai pas détaillé assez longuement pour voir s'ils portaient eux-mêmes des badges du personnel Alpha. Ça n'avait pas d'importance.

Je savais que je ne pouvais pas continuer à courir éternellement, il me fallait trouver une meilleure solution.

J'ai pris un virage et je me suis enfoncée dans une ruelle. Les pavés rendaient la vitesse difficile à maintenir, mais alors je l'ai aperçu.

La grille d'égout.

Sans réfléchir, je l'ai soulevée et j'ai sauté à l'intérieur, tombant d'au moins quinze pieds dans l'obscurité. J'ai atterri avec un bruit sourd sous mes pieds.

J'ai senti l'odeur immédiatement.

Mes bottes étaient lourdes d'une épaisse boue, mais j'ai remercié ma bonne étoile d'avoir atterri sur mes deux pieds.

L'idée de tomber sur les mains ou sur les genoux m'a fait frissonner.

Je pouvais toujours courir, et je pouvais me battre. Mais la boue d'égout limitait mon action.

J'ai marché dans le tunnel en direction du nord. Je n'allais pas rester dans un coin à vérifier si le garde-loup avait trouvé où je m’étais engouffrée.

En marchant, j'ai fermé les yeux, essayant de me souvenir du plan de la ville.

Cela lui avait pris un certain temps, mais Kilian avait trouvé l'adresse dont j'avais besoin.

L'adresse de la maison dans laquelle les Morgans venaient d’emménager. C'était dans le quartier connu sous le nom de Woodsmoke.

***

Une heure plus tard, je sortais d'une bouche d'égout à Woodsmoke.

Le soleil était sur le point de se coucher et les rues étaient calmes. Le quartier de Woodsmoke était un quartier huppé, empli de boutiques de créateurs et de familles bien vêtues.

Génial. Mes bottes de cuir de combat sont parfaitement adaptées.

J'ai commencé à marcher, fermant à nouveau les yeux pour me souvenir du plan du quartier que Kilian m'avait donné.

Je pouvais distinguer le quadrillage des rues et je savais que je devais aller au 49 Jayden Street. Une ligne rouge est apparue dans la grille, m'indiquant le chemin le plus rapide pour y arriver.

J'ai rouvert les yeux et je suis partie en direction de la maison. Pendant tout le reste du trajet, j'ai gardé les yeux ouverts.

Je savais que ce n'était pas parce que j'avais échappé aux gardes-loups à l'entrée de la ville qu'ils avaient cessé de me chercher.

Ils savaient que je n'étais pas un loup-garou. Ils pouvaient me sentir.

Non pas qu'ils aient été capables de dire ce que j'étais rien qu'à l'odeur. Personne ne le pourrait.

Mais ils seraient capables de comprendre que je n'étais pas l'un d'entre eux, et cela seul signifiait que je représentais une menace.

Il fallait donc me méfier de toute compagnie indésirable et rester à l'écart des rues autant que possible.

Un moment plus tard, j’étais arrivée au 49 Jayden Street.

Il s’agissait d’une maison de bonne taille, d'allure traditionnelle surmontée de piliers blancs à l'avant et entourée d’une pelouse fraîchement entretenue.

Je savais que Gabriel avait installé la famille ici, qu'ils s'étaient mis d'accord sur une nouvelle résidence.

Après tout, les humains n'étaient normalement pas autorisés à Lumen City. Mais les Morgan n'étaient pas des humains ordinaires.

Avant que la meute de la côte ouest ne s'empare ici de leur territoire, les Morgans y régnaient en maître.

L'histoire de leur lignée est imprégnée de pouvoir et de richesse.

Si les Morgans n'avaient pas conclu un accord avec la meute leur permettant de s’étendre sur le territoire, voire de soutenir leur développement, la meute ne serait pas devenue aussi prospère.

C'est une chose que la meute de la côte ouest n'avait pas oubliée.

Même sans Elena ici, ils veilleraient sur les Morgan – et une fois les filles Morgan en âge d'accéder à leur fortune, la meute espérait qu'elles décideraient de continuer l’accord.

J'ai grimpé les marches et frappé à la nouvelle porte d'entrée des Morgan. J'ai patienté quelques instants… rien.

J'avais enduré trop de choses aujourd'hui pour avoir encore la patience d’attendre, alors j'ai frappé de nouveau. Plus fort.

La porte s'est ouverte et j'ai alors vu une adolescente, de quinze ans peut-être, qui me regardait en retour.

Elle était belle, pour sûr. Avec ses cheveux blonds pâles et ses grands yeux bleus, elle ressemblait à une poupée Barbie grandeur nature.

“Euh, bonjour ?” a-t-elle demandé en fronçant les sourcils.

J'étais sur le point de dire quelque chose à sa réaction à la vue d'une femme vétue de cuir, quand j'ai senti mon odeur que ramenait une brise de vent. Je me suis alors souvenue que je venais de passer une bonne partie du temps dans un tunnel d'égout.

Les sourcils froncés n'avaient donc rien à voir avec la tenue en cuir.

“Ton père est rentré ?” J'ai demandé.

“Papa !” a-t-elle crié, en retournant dans la maison. Quelques secondes plus tard, Martin Morgan est apparu, traversant le foyer.

“Bonjour ? Je peux vous aider ?” m'a-t-il demandé en plissant les yeux.

“Non, Martin. Mais je suis ici pour vous aider. Votre famille est en danger.”

Je voyais bien qu'il était confus, mais il s'est contenté de tapoter l'épaule de sa fille. “Va dans ta chambre, Anya”, lui a-t-il dit.

“Mais de quoi parle-t-elle ?” a-t-elle demandé, en me regardant droit dans les yeux.

“Va”, a-t-il dit, plus fermement cette fois. D’un roulement d'yeux, elle a obtempéré.

J'ai commencé à parler. “Je suis ici pour protéger votre famille. Pour ce faire, j'ai besoin de certaines choses de votre part…”

“Attendez juste une minute”, a-t-il ordonné. “Qui avez-vous dit que vous étiez ?”

“Je ne vous l'ai pas dit. Je suis Eve”, ai-je dit en lui tendant la main pour qu'il la serre. Il l'a regardée sans bouger.

“Vous êtes Eve.”

“C'est exact.”

“Je ne connais pas d'Eve.”

“On ne s'est jamais rencontrés, Martin.”

“Vous n'êtes pas un loup-garou”, a-t-il dit, en me regardant dans les yeux. “Gabriel a donné un ordre à la meute que tout le monde nous laisse tranquilles. Mais vous, vous savez qui nous sommes. Vous connaissez mon nom. Et vous ne nous laissez pas tranquilles. Aucun loup ne désobéit à l'Alpha ainsi.”

“Vous avez raison. Je ne suis pas un loup-garou.”

“Alors vous ne devriez pas être ici. Lumen est la ville des loups.”

“Je suis ici pour protéger votre famille”, j'ai répété. Maintenant, ma patience était à bout. “Je peux entrer ?”

“Quoi ? Non-” Mais il a réagi trop tard.

Avant qu'il ait pu cligner des yeux, je l'avais contourné et j'avais fermé la porte.

La colère l'envahissant, il s'est retourné pour me faire face. “Je ne laisserai pas une… une femme étrange s'introduire chez moi et nous attirer des ennuis, à moi et à ma famille ! Et quelle est cette… odeur ?”

“Martin, j'ai dit calmement, en ignorant la dernière partie, je sais tout de votre famille. Je sais ce que vous avez traversé. Je comprends que vous hésitez à faire confiance à quelqu'un que vous ne connaissez pas. Mais en ce moment, votre famille est déjà en difficulté. Vos filles sont menacées.”

“Je ne vous crois pas ! Et je veux que vous sortiez de ma maison tout de suite…”

C'est tout. Je n'avais pas le temps pour ça.

Je lui ai coupé la parole et j'ai ouvert mon esprit, débloquant un canal télépathique pour laisser entrer ses pensées.

Le processus était facile car c’était un humain, ce qui signifie qu'il ne m'a fallu que quelques secondes pour commencer à lire dans ses pensées.

C'est un stratagème. La mafia l'a envoyée. Elle va s'infiltrer dans la maison, et quoi, me séduire ?

Elle a l'air d'une séductrice. Regarde le cuir. Sois-fort. Mets-la dehors, maintenant ! Protège tes filles.

J'ai levé les yeux sur lui, je savais qu'ils n'étaient pas bienveillants vu la façon dont il a réagi.

Le pauvre homme était terrifié. “Allons, Martin. Vous croyez que je suis une sorte de travailleur du sexe ?”

“Quoi ?”

“Vous pensez vraiment que je suis aussi basse ? Que je laisserais la mafia me contrôler ?”

“Comment savez-vous que je pensais cela ?”

“La mafia est le dernier de mes soucis. Connaissez-vous les loups renégats ? Les vampires ?” J'ai demandé. “Si vous voulez que vos filles vivent jusqu'à leurs dix-huit ans, jusqu'à ce qu'elles soient en âge de réclamer la fortune, alors vous accepterez mon aide. Je vivrai dans cette maison avec vous, et je les protégerai.”

Comme s'il essayait de tout assimiler, Martin s'est affaissé sur le canapé, mais avec difficulté.

“Comment savez-vous qui ils sont…”, a-t-il demandé.

“Chassés ? J'ai mes sources.”

“Pourquoi ? Pourquoi protégeriez-vous une famille que vous ne connaissez pas ?”

La vérité me traversait l'esprit, mais je savais que je lui avais déjà donné beaucoup d’informations à assimiler. Il n'était pas en état de supporter la vérité.

“Je ne suis pas un loup-garou, Martin, mais je suis très puissante. Et j'aime utiliser ce pouvoir pour le bien. Ce qui arrive à votre famille n'est pas juste.”

“Et si je disais non ? Si je refusais votre aide ?”

J'ai pris un siège qui se trouvait à côté de lui. Je l'ai regardé droit dans les yeux et j'ai vu le cœur d'un homme qui venait de perdre sa femme, qui faisait tout ce qu'il pouvait pour protéger ses filles.

“Je le ferais de toute façon”, ai-je dit en haussant les épaules.

Après un moment, résigné, il a hoché la tête. “D'accord”, a-t-il dit. “Ok.”

“J'ai besoin d'une chambre. Et j'aurai besoin d'être informée de votre emploi du temps et de celui des filles, de vos amis. Avez-vous rencontré quelqu'un de nouveau depuis que vous avez emménagé ?”

Martin a secoué la tête. “Nous sommes arrivés hier. Les filles ont juste déballé leurs affaires.”

“Bien. Elles commencent l'école la semaine prochaine, je suppose ?”

Il a hoché la tête. “Le lycée à côté.”

“Avez-vous déjà eu votre rendez-vous d'inscription à la Maison de la Meute ?”

“C'est demain à la première heure.”

“Je vous y rejoindrai.”

“Papa ?” Nous nous sommes tous les deux retournés.

Là, au bord du salon, se trouvait la fille aînée de Martin, Reyna. Elle avait des cheveux brun foncé tirés derrière ses épaules et une peau pâle qui brillait dans la pièce faiblement éclairée.

Elle avait un air royal. Ce qui était logique, vu qu'elle était née pour être la reine de la fortune Morgan.

Je me suis levée. “Salut, Reyna. Je suis Eve”, me suis-je présentée. “Je vais vivre avec toi.”

Elle m'a regardée puis s’en est retournée vers Martin. “Papa ?”, a-t-elle encore demandé.

“Nous sommes en danger, chérie”, a-t-il dit. “Eve est là pour nous protéger.”

“Quel genre de danger ?”

“On est chassés”, a dit une voix derrière un fauteuil. C'est alors que la tête d'Anya a surgi sur le côté.

“Tu étais censée être dans ta chambre !” a grondé Martin.

“Tu étais censé nous dire la vérité”, a-t-elle répliqué.

“Famille Morgans !” Je les ai fait taire, en me levant.

“Vous voulez la vérité ? Oui, vous êtes chassés. Ce que ta mère a laissé derrière elle est très précieux, et des gens dangereux sont à sa recherche. Mais avec moi ici, qui veille sur toi, tu seras en sécurité.”

Reyna a pouffé. “Tu fais à peine plus d'un mètre cinquante.”

J'ai soupiré. Mes yeux se sont fixés sur une lampe posée sur la table derrière elle.

La lampe s'est lentement soulevée de la table, lévitant pendant un moment. Puis je l'ai déplacée vers l'avant, la faisant tourner autour du torse de Reyna jusqu'à ce qu'elle flotte juste devant ses mains.

Anya a crié. Martin a retenu son souffle. Reyna a ouvert grands les yeux. Elle a ouvert les mains et a attrapé la lampe, alors que je la réduisais en poussière.

Tout le monde a regardé la poussière tomber en tas sur le tapis.

“Alors…” Ai-je dit, en regardant leurs bouches grandes ouvertes. “On est d'accord ?”

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.