logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

Esprits Tordus

Elaina Duval vivait une vie parfaitement heureuse et normale avec sa mère, jusqu’au jour où elle atteint dix-huit ans. En ce jour d’anniversaire, elle découvre qu’elle a été promise au cruel et sans cœur Valentino Acerbi, bientôt capo de la mafia italienne. N’ayant ni le choix, ni son mot à dire, elle est entraînée dans un monde tordu et forcée d’endurer des choses qu’aucun être humain ne devrait avoir à subir. Mais que se passera-t-il si elle commence à aimer ça ?

Age Requis : 18+ (Avertissement de contenu : violence, abus sexuel, viol, trafic d’êtres humains).

 

Esprits Tordus de Cassandra Rock est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Elaina Duval vivait une vie parfaitement heureuse et normale avec sa mère, jusqu'au jour où elle atteint dix-huit ans. En ce jour d’anniversaire, elle découvre qu'elle a été promise au cruel et sans cœur Valentino Acerbi, bientôt capo de la mafia italienne. N'ayant ni le choix, ni son mot à dire, elle est entraînée dans un monde tordu et forcée d'endurer des choses qu'aucun être humain ne devrait avoir à subir. Mais que se passera-t-il si elle commence à aimer ça ?

Age Requis : 18+ (Avertissement de contenu : violence, abus sexuel, viol, trafic d'êtres humains).

Auteur original : Cassandra Rock

Elaina

Es-tu heureuse ?

Je sais que c'est une question ridicule à poser, mais réfléchis-y vraiment une seconde. Es-tu heureuse ?

Si tu l'es, fais en sorte que cela continue aussi longtemps que tu le peux, parce que j'ai appris qu'avant tout, les choses heureuses dans la vie ne durent pas éternellement.

Même moi, une fille normale de l'Ohio, je ne pouvais pas être heureuse pour toujours après avoir vécu ce que je croyais être une vie normale.

En dehors du fait que je n'avais pas de père, ma mère et moi avions toujours été proches.

Mais ce n'est pas parce que je n'avais pas de père que ma vie n'était pas normale. Beaucoup de gens n'ont qu'un seul parent dans leur vie, et ils s'en sortent bien. Moi aussi.

Toute ma vie, ça a été ma mère et moi, la femme de tête et sa fille unique.

Ma mère est propriétaire d'une pâtisserie, les gâteaux Duval, et après avoir obtenu mon diplôme d'études secondaires, j'ai passé l'été à l'aider.

J'ai ajouté du glaçage sur les bords d'un gâteau de fin d'études commandé par quelqu'un, et juste au moment où j'allais ajouter les touches finales, les lumières de la pâtisserie se sont éteintes.

“Maman ?” J'ai demandé, en levant la tête et en essayant d'avoir une vue claire, mais tout était trop sombre.

La porte de la salle du personnel s'est ouverte en grinçant et le visage de ma mère, ainsi que celui de ma meilleure amie, Kira, étaient éclairés par la lumière des bougies.

Elles ont commencé à chanter “Joyeux anniversaire” alors qu'elle sortait de la salle du personnel et se dirigeait vers moi. Cela m'a fait rire et j’ai mis du glaçage partout sur la table.

“Fais un vœu, Elaina”, m'a dit Kira.

Aujourd'hui, c'est mon dix-huitième anniversaire, le jour où je suis censée devenir une adulte, et ce devrait être le plus beau jour de ma vie.

Je n'y avais pas beaucoup pensé. Je me concentrais sur le travail à la boutique, mais la présence de Kira et de ma mère m'a donné envie de faire la fête.

J'ai fermé les yeux et pensé à un souhait avant de souffler les bougies. Je n'ai rien souhaité, car à ce moment-là, je n'avais besoin de rien. J'avais déjà tout ce que je voulais.

J'avais construit ma vie comme je le voulais et aucun de mes souhaits ne pouvait changer cela, ce sont les actions qui le faisaient.

En ouvrant les yeux, j'ai souri à ma mère et à Kira. “On coupe le gâteau ?”

Nous nous sommes assises ensemble à une petite table dans la pâtisserie qui était près de la fenêtre. Le magasin était fermé à cette heure tardive. Nous avions toute la place pour nous, et l'intimité était agréable.

Pendant que nous savourons le gâteau à la crème que ma mère avait préparé pour moi, maman et Kira m'ont également donné leurs cadeaux d'anniversaire.

Ma meilleure amie m’a offert un bracelet à breloques et ma mère m'a donné une édition limitée de “Gatsby le magnifique”, qui se trouve être mon roman préféré.

“J'essaie aussi de nous avoir des billets pour le concert de Pitbull”, m'a expliqué Kira, qui semblait déçue. “Ils sont tous vendus, mais j'arriverai peut-être à en avoir pour le spectacle à New York.”

J’étais folle d'excitation. “C'est une blague ? Kira !”

Ma mère a simplement secoué la tête. “Non. Je suis désolée, tu ne quittes pas l'Ohio, Elaina.”

“Quoi ?” J'ai demandé.

“J'ai dit, tu ne quittes pas l'Ohio. Tu peux aller à tous les concerts que tu veux, mais seulement si c'est dans cet État…” Elle s'est éclaircie la gorge. “Je, euh… Je ne suis pas à l'aise avec le fait que tu quittes l'état.”

Elle ne devrait pas avoir l'impression d'avoir ce genre de contrôle sur ma vie, surtout maintenant que je suis majeure.

“Maman, j'ai 18 ans maintenant. Je suis une adulte”, lui ai-je expliqué aussi poliment que possible. “Je vais m'en sortir. Kira n'est même pas encore sûre.”

Le regard de ma mère a rencontré celui de Kira. “Je dis gentiment à Kira de ne pas gaspiller son argent parce que tu ne quitteras pas l'État. Jamais.”

Je n'avais pas l'intention de rester dans l'Ohio pour toujours. J'avais prévu de faire mes études ailleurs et de fuir cette ville.

Mais la façon dont ma mère a déclaré cela m'a fait me sentir piégée, et je ne pouvais que m'interroger sur le sens de ses paroles.

Le manque de contrôle qu'elle avait sur moi maintenant que j'avais dix-huit ans semblait l'effrayer. Bien qu'elle ne l'admette pas, je pouvais le voir dans ses yeux.

Kira s'est raclée la gorge, mal à l'aise. “Je devrais rentrer chez moi. J'ai ce… truc demain.”

Elle s'échappait. Voilà quelque chose que j'aurais aimé pouvoir faire. Je ne savais pas pourquoi ma mère était si catégorique à ce sujet, mais je savais qu'il ne s'agissait pas seulement de me surprotéger.

***

Je me suis assise sur mon lit le lendemain, essayant toujours de comprendre le raisonnement de ma mère. Elle voulait tellement contrôler tous mes actes, c’était étouffant. Quand j'y pensais, elle avait toujours été comme ça.

En seconde, ma classe a fait un voyage au Canada pour explorer les chutes du Niagara, mais je n'avais pas eu le droit d'y aller.

Pour le seizième anniversaire de Kira, ses parents ont emmené ses trois plus proches amies passer Mardi Gras à la Nouvelle-Orléans, mais ma mère a refusé de me laisser y aller.

C'était un cycle sans fin, et maintenant que j'avais dix-huit ans, elle ne pouvait pas m'empêcher de vivre les choses que je voulais dans la vie.

Mon téléphone a sonné quand Kira m’a envoyé un texto.

Kira
Dis-moi que tu viens à ta fête d'anniversaire.

Je me suis souri intérieurement. Elle organisait une fête d'anniversaire pour moi qui, par chance, se trouvait dans le même État, ce qui me permettait d'y assister sans que ma mère soit furieuse et m'interdise d'y aller.

Bien sûr que j'irais, la fête était en mon honneur, même si au fond de moi je n’avais plus trop envie de m’amuser. Maintenant que je ressentais tout le stress de ma mère, l’envie me manquait.

Mes paroles de la veille l’ont blessée, néanmoins, son attitude m’a également blessée. Elle ne pouvait pas continuer de m’empêcher de faire ce que font tous les adolescents de mon âge. Surtout que ce sont des choses sur lesquelles, légalement, elle n'a plus son mot à dire.

Quoi qu'il en soit, c'était ma mère, et je respecte son opinion, donc je ne serai pas nécessairement aller contre elle de toute façon.

En me levant de mon lit, j'ai décidé de descendre voir comment elle allait et lui dire que j'irai à ma fête d'anniversaire ce soir.

J'espérais que nous pourrions dépasser cette négativité aujourd'hui, pour mon anniversaire et discuter de tout le reste plus tard.

J'ai dévalé les marches qui menaient au foyer de notre petite maison. “Maman ? Kira organise une fête d'anniversaire pour moi. Je vais …”

Je me suis arrêtée en remarquant ma mère dans le salon avec trois hommes que je n'avais jamais vus auparavant, d’aussi loin que je me souvienne. Elle ne semblait pas heureuse de les voir, et ils étaient habillés de façon très formelle.

Peut-être s'agissait-il d'une commande de gâteau, mais nous n'étions pas à la boutique, alors les visites à domicile semblaient un peu trop personnelles.

“Maman ?” J'ai demandé en faisant le dernier pas, atteignant l'étage et regardant les traits nerveux de ma mère.

“Elaina, monte à l'étage”, m’a-t-elle répondu rapidement juste avant qu'un des hommes ne la coupe.

“Non, non. Ce n'est pas nécessaire, Fiona. Laisse Elaina rester. Je suis sûr qu'elle est très curieuse.” L'homme parlait avec un accent épais qui semblait slave.

Alors que les deux autres hommes restaient silencieux, le premier, qui semblait diriger le spectacle continua. “Ah, douce Elaina. Tu n'as pas d’idée, n'est-ce pas ?”

Il a fait un pas de plus dans ma direction, et j'ai fait un pas en arrière en hésitant, regardant ma mère qui a rapidement fait un pas en avant pour l'empêcher de s'approcher de moi.

“Vadim…”

“Ne m'interromps pas, Fiona. Pas quand je parle à ma fille.” L'homme, Vadim, m'a adressé un sourire noir. “C'est vrai, ma chérie. Je suis ton père.”

Mon père ? Les yeux mortifiés j’ai regardé ma mère. Elle avait l'air dévasté, mais n'a rien nié. Au contraire, elle avait l'air choquée que je l'aie découvert de cette façon.

“Maman ! Il ment… ?” J'ai dit, et comme elle n'a rien dit, j'ai encore élevé la voix. “Maman !”

“Ah, quel feu follet. Tu tiens ça de moi”, dit Vadim d'un ton amusé. “Rattrapons-nous, ma chérie.”

“Pas question”, lui ai-je lancé. “Sortez de chez moi !”

Je me suis retournée pour courir vers les escaliers, n'ayant pas le temps de comprendre quoi que ce soit avant de sentir un bras saisir mon poignet et me tirer en arrière.

“Ne me parle pas comme ça”, m'a grondé Vadim d'un ton extrêmement sévère pendant que ses yeux glacés me fixaient comme s'il avait une sorte d'autorité sur moi.

Je l'ai juste fixé, ma mère n'a pas dit un mot, les deux autres hommes sont restés silencieux tandis que mon père, soudainement présent, est sorti de nulle part.

“Pourquoi êtes-vous là ?” Je lui ai demandé doucement. “Pourquoi maintenant ?”

Il a froncé les sourcils comme si je venais de lui poser la question la plus ridicule du monde. “Ta mère savait que je viendrai. Ça a toujours été le plan, Elaina. Tu as dix-huit ans maintenant.”

“Qu'est-ce que mes dix-huit ans ont à voir avec ça ? Hier encore, j'avais dix-sept ans. Un jour ne fait pas de différence.” J'ai essayé de prouver mon point de vue, mais ça semblait impossible.

“Ça en fait une, en fait.”

“Vadim, s'il te plaît, laisse-moi lui parler d'abord”, a supplié ma mère, et je l'ai regardée, confuse. Pourquoi se laissait-elle faire par ce mec dégoûtant ? Il semblait horrible.

Il a simplement levé la main pour la faire taire avant de continuer. “Tu as eu dix-huit ans pour lui parler, Fiona. Elle est à moi maintenant.”

“À moi !” J'ai écarquillé les yeux d’effroi avant que Vadim ne se mette à parler dans une langue que je supposais être du russe. Il semblait russe d'après son accent, et il avait beaucoup de traits similaires.

Je ne suis pas du genre à faire des stéréotypes, mais la langue n'était pas évidente.

“Si c'est mon père biologique, alors j'ai du sang russe.”

Après sa diatribe dans sa langue, l'un des hommes s'est dirigé vers moi et m'a tenue fermement pour que je ne puisse pas bouger pendant que l'autre empêchait ma mère de faire quoi que ce soit.

Ce n'était pas réel. Rien de cela ne pouvait l’être. Ce devait être une blague.

“Tu vois, Elaina, ta mère savait qu’elle ne pourrait profiter de toi que jusqu’à tes dix-huit ans…” m'a expliqué Vadim.

“J'ai subvenu à vos besoins à toutes les deux à la condition que tu viennes avec moi à tes dix-huit ans.”

Mais pourquoi voulait-il de moi maintenant, et pourquoi ma mère était-elle d'accord ? Pendant toute ma vie, ma mère a su qu'elle perdait du temps avec moi, et elle n'a même pas essayé de me le faire savoir.

J'ai regardé fixement ma mère qui avait des larmes qui coulaient sur ses joues en marmonnant les mots “Je suis désolée”.

Je suis désolée ? Elle est sérieuse. “Je suis désolée” ne suffit pas.

“Je ne veux pas y venir. Alors je rejette gentiment votre offre qui ne m’intéresse pas.” Ai-je répondu à Vadim, me débattant dans la poigne de l'autre homme.

“Elaina, tu dois l'écouter”, m'a dit ma mère, mais j'en avais fini d'écouter ce qu'elle disait.

Elle m'a piégée. J'aurais pu courir ou essayer de me cacher de cet homme qui était censé être mon père, mais maintenant, j'étais piégée pour Dieu sait combien de temps.

Vadim a soulevé mon menton et m'a fait un sourire glacial. “Chérie, tu ne sais pas à qui tu parles, n'est-ce pas ?”

“Pas à mon père”, ai-je craché en détournant le regard, mais mon menton a été rapidement remis à sa place, ce qui m'a prise au dépourvu.

Il m'a regardée fixement. Le silence remplissait la pièce pendant un temps mortellement long. C'était un moment terrifiant pendant lequel je n'avais aucune idée de ce à quoi m'attendre.

“Je suis Vadim Vasiliev, chef de la mafia russe, ma chère. Ce qui fait de toi, mon unique enfant, Elaina Vasiliev.”

Noir. C'était ça, tout est devenu noir. Mais ce n'est pas ce que vous pensez. Je ne me suis pas évanouie. Je n'ai pas été choquée au point de m'écrouler sur le sol, complètement désemparé.

Alors que ma vision devenait noire, j'ai senti une piqûre sur le côté, une sensation similaire à celle que l'on ressent quand on fait une prise de sang ou qu'on se fait vacciner.

Après avoir entendu que l'homme en face de moi prétendait faire partie de la mafia russe, on m'a injecté quelque chose qui m'a fait perdre connaissance instantanément, et c'est tout.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

Elaina

“Dépêche-toi, chérie. On doit partir.” Ma mère me pressait, mais je ne savais pas pourquoi. Tout allait bien quand je suis allée me coucher. Tout allait toujours bien.

J'ai regardé de mon lit ma mère mettre quelques vêtements dans une valise, et tout ce que j'ai pu dire, c'est “On part, maman ?”.

Elle m'a regardé et son expression m'a effrayée. Elle avait l'air effrayé. Si maman avait peur, je devais l'avoir aussi. C'est elle qui était censée me protéger.

“Juste pour un petit moment.”

“Mais pourquoi ? Je ne veux pas partir.”

J'ai rapidement attrapé le lapin en peluche sur mon lit, le tenant fermement dans mes bras. Si je devais quitter la maison, en tant qu'enfant de 4 ans, j'avais besoin de mon lapin en peluche.

Je te promets que tout aura un sens un jour ou l'autre”, m'a dit ma mère avant de me prendre la main et de me conduire en bas des escaliers dans mon pyjama.

Il y avait déjà une valise qui attendait. Ça doit être celle de maman. Bien qu'elle ait dit que ça aurait un sens, pour l'instant, tout était si confus.

Je vais mettre nos sacs dans la voiture. Tu attends ici, d'accord ?” m'a-t-elle dit, et j'ai répondu par un simple signe de tête.

Je regarde ma mère prendre sa valise et déverrouiller la porte.

Ce n'est que lorsqu'elle a ouvert la porte d'entrée que nous avons réalisé qu'un homme de grande taille attendait. Sa seule présence l'a terrifiée, elle a crié et a reculé.

“Qu'est-ce que j'ai dit, Fiona ? Tu ne pars pas. J'aurai toujours une longueur d'avance”, a gloussé l'homme effrayant avant de me regarder. “Retourne te coucher, Elaina. Toi et ta mère n'allez nulle part.”

J'ai ouvert les yeux à la vue d'une pièce inconnue. Elle était grande et bien trop spacieuse. Je n'avais pas besoin de la moitié de l'espace, mais c'était le dernier de mes soucis.

Je n'étais pas chez moi, et je n'avais aucune idée d'où j'étais.

Glissant prudemment du lit, je me suis levée avec précaution et j'ai marché vers la porte. Quelqu'un pouvait être de l'autre côté. Vadim pourrait être de l'autre côté.

Mais la porte semblait être le choix le plus évident à ce stade.

J'ai essayé de l'ouvrir, mais elle était fermée de l'extérieur. Même après avoir tiré sur la poignée, elle ne bougeait pas, alors j'ai commencé à frapper furieusement sur cette maudite porte.

C'était insensé. Ma vie était complètement chamboulée pour des raisons que je ne comprenais pas.

Soudain, la porte a été poussée, ce qui m'a fait tomber sur le sol.

J'ai levé les yeux pour voir l'un des hommes qui étaient chez moi avant que je ne m'évanouisse. Il était toujours habillé d'un costume, et il ne souriait toujours pas.

“Ton père veut te voir.”

“Ce n'est pas mon père”, ai-je répondu sans vraiment penser aux conséquences possibles.

Il n'a pas répondu autrement que par un geste de la tête pour que je me lève. “Debout.”

Tu n'as pas à l'écouter, c'est ce que j'ai continué à me dire, sachant que je n’avais pas vraiment le choix. Alors, bien sûr que je l'ai écouté. Si ces gens sont ceux que Vadim a dit qu'ils étaient, je pourrais être en grand danger.

Je n'avais aucune idée de la façon dont j'avais réussi à me mettre dans cette situation, tout comme je n'avais aucune idée de la façon dont j'allais m'en sortir.

Je me suis levée du sol et j'ai suivi l'homme qui me conduisait dans le couloir. Le couloir était long, légèrement sombre, et pas très accueillant à mon avis.

Les sols étaient recouverts de moquette rouge, et j'ai toujours considéré la moquette rouge comme un type de décor chic ou supérieur. Mais ce n'est que mon avis.

Le hall était couvert de portes diverses, ce qui m'a fait me demander combien de personnes vivaient ici et où se trouvait exactement cette maison. Elle semblait gigantesque. Personne dans l'Ohio n'avait une maison aussi grande.

L'homme s'est arrêté devant une porte assez grande que les autres et a frappé. “Monsieur, c'est Viktor.”

J'ai entendu Vadim répondre, “Entre, Viktor.”

Viktor a ouvert la porte, et Vadim était assis derrière un grand bureau couleur cerise, écrivant des choses comme s'il était un véritable homme d'affaires.

Mais ce qui a fait chuter mon cœur, c'est le pistolet que j'ai remarqué posé négligemment sur le dessus de son bureau.

“Charmant, n'est-ce pas ?”

J'ai levé les yeux après avoir réalisé que j'avais fixé l'arme. “Je…”

“Je parie que tu te demandes : “A-t-il tué des gens avec cette arme ?” ou “A-t-il vraiment dit la vérité ?””.

“Eh bien, ma chère, la réponse à ces deux questions est oui”, a déclaré Vadim avec un sourire fier sur son visage avant de poser son stylo. “Laisse-nous un moment, veux-tu, Viktor ?”

Viktor a hoché la tête et a quitté la pièce. Maintenant, il n'y avait plus que Vadim et moi, ainsi que ce terrifiant pistolet en argent que je ne pouvais m'empêcher de fixer.

“Prends un siège, Elaina. Nous avons beaucoup de choses à nous dire.” Il a fait signe au siège en face de lui. Lorsqu'il a ramassé l'arme, j'ai instantanément fait un pas en arrière, ce qui a provoqué un gloussement qui s'est échappé de ses lèvres diaboliques.

“Tu ne peux pas sérieusement penser que je t'ai fait venir jusqu'ici pour te tuer ? Prends un siège, Elaina. Je ne te le demanderai pas à nouveau.”

Tout ce chemin ? À quelle distance étions-nous ?

J'ai lentement pris place sur une chaise qui était positionnée devant son bureau, en posant mes mains sur mes genoux. “Où… où sommes-nous ?”

“Pendant que tu faisais la sieste, je t'ai ramené à Chicago”, a-t-il répondu, ce qui a fait écarquiller les yeux.

Mon cœur a commencé à s'emballer alors que les choses devenaient claires. C'était un enlèvement. Je n'étais même plus dans le même état.

“Où est ma mère ?”

“Ne t'inquiète pas pour elle. Elle va bien… pour l'instant. Tant que tu suivras mes instructions, ta mère ne sera pas blessée”, m'a assuré Vadim, mais ne pas savoir quelles instructions je devais suivre m'inquiétait.

“Quelles instructions ?”

Il s'est levé de son bureau et l'a contourné pour arriver de mon côté. “Le truc dans notre entreprise familiale, c'est la confiance, Elaina. Ça, et les liens.

“Nous devons avoir des relations étroites avec le plus de gens possible, des gens forts, pour notre propre bénéfice, tu comprends ?”

Il parlait de cette histoire de mafia comme d'une affaire de famille, comme si c'était quelque chose dont on pouvait être fier. C'était criminel et personne ne les arrêtait.

Si c'est la mafia, où est la police ?

“Nous créons des liens avec les Italiens. C'est une opportunité fantastique et un grand coup de force”, poursuit-il, mais je ne savais pas en quoi cela me concernait.

“Le chef de la mafia italienne est Marco Acerbi. Tu sais ce que signifie “Acerbi”, Elaina ?”

J'ai simplement secoué la tête.

Ça veut dire “dur”. Ce sont des gens forts, ils sont à la hauteur de leur nom. Nous avons besoin de leur union.” Vadim a soulevé mon menton pour que je le regarde avant de déclarer ” Pour cela, nos familles doivent s'unir.

“Tu vas épouser le fils de Marco, Valentino.”

Pardon ???

Ma bouche s'est ouverte, et je l'ai regardé avec désarroi. J’étais choquée mais j’ai réussi à lui répondre d'un ton catégorique, “Non.”

Avant que je puisse réaliser à quel point j'étais stupide d'avoir répondu à cet étranger qui avait prouvé qu'il était un danger, le dos de sa main a rencontré mon visage. Je me suis accrochée aux côtés de la chaise pour me retenir et ne pas tomber.

“Ne me parle pas comme ça. Tu vas me respecter, et quand les Acerbi viendront ce soir, tu les respecteras aussi.” Il me regardait fixement et parlait entre ses dents.

Mon visage était brûlant, et je savais que j’aurai une marque au vu de la douleur que je ressentais. Jamais de ma vie, je n'avais été frappée. Ni par ma mère, ni même par un enfant à l'école. C'était une première.

Ils venaient ici. Les Italiens. J'étais coincée dans une maison pleine de mafieux qui m'utilisaient comme un pion dans leurs affaires personnelles.

Vadim les qualifiait de durs, ce qui ne rendait pas leur rencontre plus facile.

Il allait me forcer à épouser un étranger, un criminel de surcroît, tout cela pour créer des liens dans une affaire illégale.

Ma vie d'adulte n'a pas commencé le jour de mes 18 ans. Elle avait pris fin.

***

Vadim a envoyé une robe dans la chambre où je m'étais réveillée plus tôt, le même jour afin que je puisse me préparer pour le dîner avec les Acerbi.

Il était pratiquement en train de m'emballer comme un cadeau et de me mettre un nœud par-dessus juste pour eux. On aurait dit une sorte de commerce sexuel.

Penser que d'une certaine manière, dans ce monde malade et tordu, il était biologiquement mon père me dégoûtait encore plus.

Il n'y avait pas un os paternel dans son corps. Il n'était que pouvoir, mais là encore, c'est ce que la mafia est censée être pour autant que je sache.

Jusqu'à maintenant, je ne savais même pas que la Mafia existait encore. J'ai toujours pensé qu'ils avaient disparu dans les années 70 ou 80.

Je me tenais devant un miroir sur pied, placé dans la pièce, regardant la robe. J’étais profondément étonnée par le fait qu'elle m'allait parfaitement. Elle n'était ni trop petite, ni trop grande. C'était la taille parfaite.

Le tissu noir épousait mon corps et tombait juste au-dessus de mon genou, laissant apparaître un léger décolleté.

Le noir n'est pas exactement la couleur que j'aurais choisie pour l'occasion. J'avais l'impression d'aller à un enterrement, mais là encore, ça pourrait être mon enterrement.

On a frappé à la porte et j'y ai jeté un coup d'œil nerveux. “Oui ?”

Alors que la porte s'ouvrait légèrement, Viktor a fait un geste vers l'arrière. “Dépêchez-vous. Les Acerbi sont arrivés.”

“Euh… on a du maquillage ?” C'était une question ridicule, j'en étais bien consciente, mais le gros bleu sur mon visage dû à la gifle que Vadim m'avait donnée était assez visible.

Si seulement j'avais du fond de teint pour le dissimuler ou quelque chose comme ça.

Viktor a levé les yeux. “Écoute, princesse, ton père ne t'a pas amenée ici pour te gâter. Tu as deux minutes.”

C'était quelque chose dont j'étais déjà bien consciente. Il n'était pas un père, c'était un homme d'affaires. Je ne voulais pas me marier, mais je voulais aussi que ma mère soit en sécurité.

Donc maintenant, je devais descendre et dîner avec un groupe de maniaques qui avaient des fusils attachés à leurs hanches.

Il n'y avait aucun confort dans cette situation, mais c'était quelque chose avec lequel je devais vivre jusqu'à ce que je trouve un moyen de m'en sortir. Et je comptais bien trouver un moyen de m'en sortir.

J'ai ajusté mes longs cheveux bruns, en les gardant basiques et lâchés. Ce n'était pas comme si j'avais quelque chose pour me préparer, et je n'avais aucune intention d'impressionner qui que ce soit. J’étais la misère dans toute sa splendeur.

Quand j'ai ouvert la porte, Viktor m'attendait impatiemment et a commencé à me conduire en bas sans un mot.

Il était assez intimidant, c'est le moins qu'on puisse dire. Il ne montrait jamais aucune émotion et ne parlait presque jamais. Il ne faisait que suivre les ordres et tout le reste.

Je n'avais pas encore eu l'occasion de regarder autour de moi, mais je n'étais pas sûr d'y être autorisé. J'avais été enfermée dans cette pièce toute la journée, un peu comme Raiponce, mais mes cheveux ne pouvaient pas me sauver de cette situation.

Nous sommes arrivés au rez-de-chaussée, et Viktor a ouvert les grandes portes qui menaient à la salle à manger. En face de Vadim, deux hommes étaient assis, portant également des costumes à l'allure onéreuse.

J'aurais juré qu'ils m'avaient entendu déglutir, car ils semblaient tous regarder dans ma direction en même temps que moi.

“La voilà”, annonce Vadim avant de faire signe au siège à côté de lui. “Assieds-toi, Elaina.”

J'ai glissé une mèche de mes cheveux bruns derrière mon oreille et j'ai marché lentement vers la table. Je sentais mon corps trembler, et je savais que c'était visible.

J'étais terrifiée. Je ne pouvais pas le cacher. Surtout maintenant que plusieurs personnes semblaient tenir une conversation sur ma vie et je n'avais plus aucun contrôle sur elle.

Lentement, je me suis assise sur la chaise à côté de Vadim et j'ai fixé l'assiette vide. Vide comme mon cœur.

“Elaina, ne sois pas impolie. Permets-moi de te présenter”, m'a grondé Vadim, ce qui m'a fait lever la tête docilement. La dernière chose que je voulais était une autre claque.

Il a fait signe à l'homme plus âgé, aux cheveux noirs traversés d'un léger gris. “Voici Marco Acerbi.”

“Bonjour”, j'ai parlé doucement, mais c'est sorti comme un grincement. Il était exactement comme Vadim l'avait décrit. Il avait un regard dur, presque sévère, et il n'y avait pas la moindre douceur sur son visage.

Il n'a même pas répondu à mon bonjour.

Vadim s'est ensuite tourné vers l’homme plus jeune, un sourire apparaissant sur son visage, et je savais déjà exactement de qui il s'agissait. “Voici Valentino Acerbi. Il est le prochain en lice pour devenir capo des Italiens.”

“Capo ?” J'ai demandé. Je me souvenais avoir entendu Vadim le dire plus tôt, mais je n'y avais pas prêté attention.

“Chef”, m'a dit Vadim.

J'ai jeté un coup d'œil à Valentino. Ses yeux étaient marron foncé et sans émotion. Il avait des cheveux noirs qui ne semblaient pas le moins du monde décoiffés et une barbe épaisse sur son visage.

Ce n'était pas un adolescent, j'en étais sûr. Il tenait aussi son apparence sévère de son père.

Ses lèvres se pressaient en une ligne fine et personne ne se souciait de mentionner le fait qu'un mariage nous était imposé.

“Je suis impressionné, Vadim”, a finalement dit Marco. “Dix-huit ans à garder ta fille dans la clandestinité pour la mettre en sécurité. Bien joué.”

“C'est un métier dangereux”, a-t-il répondu sèchement, “et je m'attends à ce que Valentino prenne autant de précautions quand Elaina deviendra une Acerbi”.

Valentino n'a pas eu l'occasion de parler pour lui-même, son père a parlé pour lui. “Nous accordons beaucoup d'importance à la famille.”

“Le nom des Acerbi est important, et dès qu'elle fera partie de la famille, vous pourrez la considérer comme intouchable.”

J'ai remarqué que le sourire sur le visage de Vadim s'est élargi. “Je suppose que nous avons un mariage à organiser.”

Nous. Comme dans “ils” ont un mariage à organiser. Je suis vendue à un homme qui ne peut ni sourire ni dire bonjour. Pour ce que j'en sais, je vais vivre dans le garage pendant qu'il vivra sa vie dans la maison actuelle.

Je voulais vraiment refuser, mais la dernière fois que je l'ai fait, il m'a giflée.

“Le plus tôt sera le mieux”, a sèchement répondu Marco. “Valentino ne rajeunit pas, et comme tu le sais, Vadim, les unions sont très importantes.”

“Bien sûr.”

Vadim a claqué des doigts, et en quelques secondes, les servantes lui ont tendu trois cigares. Il en passe un à Marco, qui l'accepte gracieusement, et en tend un autre à Valentino.

“Les cigares ne sont pas de mon goût”, a-t-il répondu.

“C'est une célébration, mon fils. Une union de deux familles puissantes. C'est une grande opportunité”, a insisté Vadim, incitant Valentino à prendre le cigare.

J'ai remarqué que les yeux de Valentino étaient devenus sombres et qu'il fixait Vadim. “Non. Non mi prova.”

Traduction : Ne me teste pas.

J'ai fixé mes jambes, mal à l'aise. Je sentais que l'atmosphère se transformait complètement. C'était une chose que Vadim me gifle, mais si j'avais raison, il ne pouvait pas gifler Valentino.

“Calma, figlio”, dit Marco à Valentino avant de se concentrer à nouveau sur Vadim. “Où en est le repas, Vadim ? On attend depuis un bon moment.”

Traduction : Calme-toi, mon fils.

La conversation a rapidement changé, et pendant la majeure partie de la soirée, elle est restée en français, ce qui n'avait pas d'importance pour moi, car je n'étais pas impliquée dans la conversation.

Les hommes ont parlé, surtout Vadim et Marco, tandis que je suis restée assise en silence pendant tout le dîner. J'étais une statue terrifiée. J’étais terrifiée et je n’osais ni respirer,ni bouger.

Ma mère était sûrement à ma recherche en ce moment même, et à la première occasion, je m'enfuirais. Il n'y avait pas moyen que je passe ma vie impliquée dans cette histoire. C'était ridicule.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.