logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

Guerriers Torians

La Terre est attaquée par une race d’extraterrestres monstrueux qui ne veulent rien d’autre que la destruction totale de l’humanité. Lilly et sa jeune soeur sont prises en plein milieu et risquent une mort certaine… jusqu’à ce que le magnifique roi guerrier Bor arrive d’une autre planète et les sauve. Sa mission est de protéger tous les humains, mais il n’a d’yeux que pour Lilly. Son devoir s’opposera-t-il à l’amour, ou sacrifiera-t-il tout pour elle ?

Classification par âge : 18+

 

Guerriers Torians de Natalie Le Roux est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance, Science Fiction & Fantasy.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Livre 1: Lilly's King

La Terre est attaquée par une race d'extraterrestres monstrueux qui ne veulent rien d'autre que la destruction totale de l'humanité. Lilly et sa jeune soeur sont prises en plein milieu et risquent une mort certaine… jusqu'à ce que le magnifique roi guerrier Bor arrive d'une autre planète et les sauve. Sa mission est de protéger tous les humains, mais il n'a d'yeux que pour Lilly. Son devoir s'opposera-t-il à l'amour, ou sacrifiera-t-il tout pour elle ?

Classification par âge : 18+

Auteur: Natalie Le Roux

Des alarmes retentirent dans le plus grand observatoire galactique de l’univers.

L’Œil surveillait des centaines de civilisations primitives à travers la vaste étendue, étudiant les progrès, l’évolution et la chute de centaines d’espèces au cours de centaines de milliers d’années.

En ce moment, les alarmes signalaient une attaque sur l’un des mondes primitifs, observé par les plus grands esprits de l’univers.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Kurmar du haut de son demi-cercle d’écrans holographiques flottants.

« Planète six-un-six-zéro-neuf, commandant Kurmar », dit l’une des femelles à quatre yeux depuis l’avant, ses longs doigts effleurant frénétiquement les commandes.

« Se sont-ils finalement détruits eux-mêmes ? » Sa voix était bien plus dure qu’il ne le souhaitait, mais la colère et la peur de voir l’un de ses mondes préférés se faire la guerre, une fois de plus, étaient trop grandes.

Kurmar avait observé ces espèces étranges pendant des années, appréciant la profondeur des émotions qu’elles montraient, tout en étant dégoûté et effrayé par les choses plus sombres dont elles étaient capables.

« Non, commandant, » ajouta Zunta, ses quatre yeux balayant tous les écrans autour d’elle. « Ils sont attaqués. »

La peur saisit Kurmar à la pensée des centaines de vies auxquelles il s’était attaché bien plus qu’il n’aurait dû. C’était l’une des pires choses qu’un observateur puisse faire.

S’attacher à certains habitants d’une race qu’ils observent et enregistrent finit toujours de la même façon. Il avait renvoyé de nombreux observateurs au cours de ses 300 ans en tant que commandant pour cette raison.

Mais sa fascination pour la race qu’il passait des heures à observer tard dans la nuit le poussait à se lever.

« Par qui ? » grogna-t-il, faisant tourner de nombreuses têtes dans sa direction.

Comme Zunta ne répondait pas, il marcha jusqu’à sa plate-forme, s’agrippant au dossier de son siège avec une poigne de fer. « Par qui ? » demanda-t-il encore.

Elle le regarda avec de la pitié dans ses grands yeux noirs. Zunta était la seule des milliers de gardiens à connaître son secret.

À sa grande surprise, elle l’avait gardé pendant plus de deux cents ans, sans jamais se demander pourquoi il voulait que les images du monde primitif soient envoyées à son observatoire privé.

« Ce sont les Fileurs, commandant. »

Une lance froide d’effroi transperça sa poitrine à ce nom. La peur le saisit pendant un moment alors que les visages des milliers d’êtres innocents défilaient dans son esprit.

Les Fileurs étaient les êtres les plus mortels de l’univers. Ils tuaient sans raison, détruisant tout ce qui vivait à leur contact.

Se régalant de la chair de tout ce qui avait un pouls, ils ravageaient la planète jusqu’à ce que toute vie soit morte, puis passaient au monde suivant.

Lorsqu’une main douce se posa sur son poing serré, il sortit des souvenirs vivaces de la dernière fois où ils avaient vu les Fileurs détruire un monde.

« Nous ne pouvons pas les laisser recommencer, commandant, » chuchota Zunta, ses yeux noirs infinis le suppliant de faire ce qui est juste.

« Nous sommes des observateurs, Zunta », grogna-t-il. « Nous devons regarder et ne pas interférer. »

Elle se leva si vite que Kurmar dut faire un pas en arrière pour voir ses yeux furieux qui le dépassaient d’au moins un mètre.

« À quoi bon regarder si nous ne pouvons pas les aider ? » Sa voix aiguë hurla à travers l’observatoire massif, attirant les regards sur eux.

« Calme-toi, Zunta », ordonna Kurmar, qui ne voulait pas s’attirer les foudres de cette Orsinite.

Lorsqu’ils étaient en colère, les Orsinites pouvaient être mortels avec le ton fort et aigu de leur voix. Si elle le voulait, Zunta pourrait tuer tous les observateurs de la pièce en quelques secondes.

Elle le regarda fixement. « Nous devons faire quelque chose, commandant. Je ne resterai pas là à regarder une autre race se faire exterminer par une race qui ne devrait pas exister. »

Elle avait raison. Les bêtes monstrueuses faisaient un travail rapide sur les mondes qu’elles attaquaient.

Tous les efforts pour trouver et tuer le chef de la ruche avaient échoué, laissant toutes les planètes sous le regard attentif de l’Œil en danger.

Kurmar savait qu’il n’y avait qu’une seule chose qu’il pouvait faire. En tant que commandant de l’observatoire, il avait beaucoup de pouvoir et d’influence parmi les dirigeants du Décagone.

Un conseil de dix espèces qui régnait sur des milliers de planètes et des milliards d’êtres.

Il laissa échapper un long soupir, trouvant les yeux de Zunta. « Tu as raison, ma vieille amie. Nous ne pouvons pas permettre que cela continue. »

Zunta se détendit, sa peau blanche et pâle prenant la couleur plus rose qu’il lui connaissait. Elle s’assit sur son siège et prit une longue inspiration.

« Que vas-tu faire ? »

Il croisa à nouveau son regard et ne put manquer la peur qui s’y lisait. Il n’était pas le seul à s’être pris d’affection pour cette race.

« Je ne sais pas encore. Je vais parler avec le Décagone. »

Ses yeux brillaient à nouveau de colère, mais même Zunta savait qu’en tant qu’observateurs, ils ne pouvaient rien faire pour aider.

Ce n’était que si le Décagone acceptait d’envoyer de l’aide que quelque chose pourrait être fait pour aider la petite et fragile race qu’ils observaient depuis si longtemps.

« Envoie-moi tout ce que tu as sur les Fileurs. Je vais me rendre au Décagone maintenant. »

Elle acquiesça et, avant qu’elle ne puisse retourner à ses écrans, Kurmar disparut de sa forme corporelle, prenant son véritable état, et dériva dans l’espace en un clin d’œil.

Il se solidifia dans les salles des membres du conseil, les prenant clairement tous par surprise.

« Commandant Kurmar, que faites-vous ici ? »

Alors que la dernière partie de sa forme se solidifiait, un ping de sa communication interne retentit, lui indiquant que Zunta lui avait envoyé les informations dont il avait besoin.

« Membres du Conseil », commença-t-il, sans perdre de temps avec les civilités. « Il y a une situation qui nécessite une attention immédiate. »

Le membre du Conseil Ark'Mirakam se pencha en avant, sa longue langue tirée vers Kurmar. « Quelle situation ? »

Kurmar se tourna vers le Serpinamien. « Une attaque des Fileurs. »

« Où ? » demanda un autre membre du conseil en se levant.

« Une planète loin dans l’univers. C’est l’une des nombreuses que nous observons à l’Œil. »

« Est-ce une planète sous le Décagone ? »

Kurmar prit une longue inspiration, la relâchant lentement pour calmer ses nerfs.

« Non. C’est une planète primitive. »

Il voyait déjà la réponse qui se trouvait sur le bout de chacune de leurs lèvres.

Avant qu’ils ne puissent répondre, Kurmar dit : « Je n’ai jamais demandé l’aide du conseil auparavant. J’ai rendu service à beaucoup d’entre vous, à titre officiel ou privé.

« Je ne cacherai pas mon désir d’aider cette race, mais je demanderai à chacun de vous la faveur qu’il me doit. »

Il épingla chaque membre du conseil avec un regard ferme, rendant son point de vue clair. Il parlerait s’ils ne faisaient pas quelque chose.

« Que voulez-vous que nous fassions ? » demanda Ark'Mirakam en se calant sur son siège.

« Envoyez les Torians. »

Ces trois mots choquèrent tous les membres du conseil, qui écarquillèrent les yeux.

Ark'Mirakam reprit le premier. « Commandant Kurmar, savez-vous ce que vous demandez ? »

« Oui ! » grogna Kurmar, faisant un pas de plus. « Rien de moins ne fera l’affaire. »

« Je ne veux pas seulement la mort des Fileurs, membres du conseil, mais je veux que cette race soit sauvée. Ils sont sur le point de remplir les conditions pour rejoindre le Décagone. »

Il détestait mentir au conseil, mais il était prêt à faire n’importe quoi pour sauver la race qui s’était insinuée dans son cœur.

« Les Torians ne sont pas une force avec laquelle on peut jouer, Commandant. Une fois l’ordre donné, il n’y aura aucun moyen d’empêcher les guerriers de finir leur tâche… à tout prix. »

« Ils ne sont pas connus comme la force la plus brutale, mortelle et efficace de la galaxie sans raison. Êtes-vous sûr de vouloir envoyer une force aussi puissante sur ce monde primitif ? »

Kurmar n’hésita pas. « Oui. Envoyez-les maintenant, membres du conseil. Aucun retard ne sera toléré. »

Les yeux se rétrécirent sur lui pour cette demande, mais il savait que chacun d’entre eux avait des secrets qu’ils ne voulaient pas voir sortir. Des secrets qu’il connaissait et qu’il avait aidé à arranger pour eux.

Avec un lourd soupir, Ark'Mirakam s’assit, croisant les bras sur l’épaisse table en bois devant lui.

« Commandant Kurmar, êtes-vous prêt à utiliser l’influence que vous avez sur nous pour cela ? Une fois que nous aurons envoyé les Torians dans ce monde, vous n’aurez plus jamais d’emprise sur nous. »

« Je sais. Toutes les faveurs passées seront annulées une fois que cette race sera sauvée. Sauvée, membres du conseil. Rien de moins ne sera accepté. »

Il attendit, regardant chacun d’entre eux échanger un regard.

Finalement, ils le regardèrent tous et il retint son sourire.

« Très bien, commandant. Votre demande est acceptée. Les Torians seront envoyés sur ce monde primitif pour sauver ses habitants. »

« Donnez l’ordre maintenant, Conseil. Il n’y a pas de temps à perdre. »

Il regarda un écran apparaître devant l’un des autres membres du Conseil.

Il envoya mentalement toutes les informations dont les Torians auraient besoin pour cette mission et espéra qu’il ne venait pas de commettre une erreur fatale.

Les guerriers torians étaient la force la plus redoutée et la plus violente sur les milliers de planètes du Décagone. Impitoyables, mortels et dotés de compétences qui ébranlaient même les guerriers les plus expérimentés.

Les guerriers torians étaient le dernier recours, appelés pour les tâches les plus violentes et les plus dangereuses dont le Décagone avait besoin.

Un léger ping provenant de l’écran attira son attention et Kurmar tressaillit à la voix rude qui s’élevait.

« C’est Bor. » dit une voix froide et profonde.

« Seigneur Bor », dit l’une des femmes du conseil, sa voix contenant le tremblement qui accompagnait sa peur. « C’est Lucila du Conseil Décagone. »

Aucune réponse ne vint, mais la connexion était toujours là. Lucila déglutit. « Sur ordre du Décagone, vos services sont requis pour une mission top secrète de la plus haute importance et urgence. »

« Mon aide… ou celle des Torians ? »

« Des Torians », grogna Kurmar, ne voulant pas perdre plus de temps avec ce va-et-vient inutile.

Un gloussement surgit à travers la ligne, envoyant une vague de malaise à Kurmar. Il n’avait rien d’humoristique ou de joyeux, mais plutôt l’ardeur mortelle de quelqu’un qui attendait un combat avec impatience.

« Quelle est la mission, membres du Conseil ? »

Lucila fit signe à Kurmar de parler.

« Les Fileurs ont attaqué un monde primitif. Vous devez vous rendre sur ce monde, tuer tous les Fileurs et sauver les habitants de la planète. »

« Qui êtes-vous ? »

« Je suis le commandant Kurmar, le chef des observateurs de l’Oeil. »

« Et vous pensez pouvoir nous donner des ordres. »

« Le Décagone vous a donné un ordre, Bor ! Vos ordres sont clairs, Roi Guerrier. Allez sur cette planète, tuez les Fileurs, et sauvez autant d’habitants que vous et vos guerriers pouvez. »

« Et si nous ne le faisons pas ? »

Kurmar serra les dents, jetant un coup d’œil aux membres du Conseil.

Ark'Mirakam se pencha en avant. « Tous les fonds pour votre division proviennent de ce Conseil, Seigneur Bor. Comme convenu, nous financerons votre division, étant entendu que si nécessaire, vous et vos guerriers assisteront le Décagone. »

Après un moment de silence, Bor reprit la parole. « Quel monde sauvons-nous aujourd’hui ? »

Kurmar ne manqua pas le sarcasme dans la voix de l’homme. Pendant un instant, cela lui rappela la race qu’il avait observée pendant si longtemps.

« Toutes les informations nécessaires vous ont été envoyées, Seigneur Bor. Rassemblez vos guerriers. La Terre attend votre arrivée. »

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

Un ricanement profond remplit l’espace alors que la connexion avec le Conseil Décagone se terminait.

Bor leva les yeux de l’écran, rencontrant les yeux bruns profonds et sombres de son second.

« Ça t’amuse, Korom ? » demanda Bor, sentant la tension fondre de ses épaules.

Korom secoua la tête. « C’est drôle, tu ne trouves pas ? Il y a quelques instants, tu disais que nous avions tous besoin d’un bon combat pour apaiser la tension qui monte chez les guerriers. Et maintenant, cet appel arrive. »

Bor gloussa en voyant son second et ami de toujours. Si quelqu’un savait voir l’humour dans une situation où beaucoup de guerriers allaient sans doute mourir, c’était bien Korom.

Secouant la tête en direction du mâle vautré sur le siège devant son bureau, Bor se leva et se dirigea vers le porte-boissons derrière lui.

« Tirez les informations sur la planète appelée Terre. Le conseil a demandé que nous sauvions les habitants de ce monde. Je veux savoir à quoi nous avons affaire. »

Korom n’hésita pas à répondre à l’ordre. C’était une chose que Bor appréciait chez son second. Il pouvait faire rire Bor mais restait l’un des guerriers les plus mortels de toute son armée.

Même Bor devait apprécier la ténacité du mâle à tuer. Il n’était pas seulement doué dans l’art de prendre une vie. Korom était un maître en la matière. Aucun autre ne pouvait prendre une vie comme Korom le faisait.

Mais autant le mâle dégageait un danger mortel, autant il était l’un des mâles les plus loyaux et honorables que Bor ait jamais rencontré.

Bor tendit un verre à son ami en se rasseyant à son bureau. Cela faisait un moment que le Conseil de Décagone n’avait pas demandé l’aide des guerriers torians.

Mais comme la femme effrayée du conseil l’avait mentionné, avec tous les fonds que les guerriers torians recevaient pour assurer la sécurité non seulement de leur monde, mais aussi de toutes les planètes sous l’autorité du Décagone, il serait très imprudent de ne pas faire ce qu’ils demandaient.

« Il semble que cette Terre soit habitée par une petite race d’êtres masculins et féminins. Ils ne sont pas très différents de nous, mon frère », déclara Korom en portant son verre à ses lèvres.

Bor sirota le liquide ambré foncé, regardant les informations défiler sur les écrans.

Humains. C’est ainsi que cette race s’appelait elle-même. Petits, frêles et faibles. Il grogna tout bas, son agacement d’aider une autre race faible s’intensifiant.

« Ils ne font pas partie de la règle du Conseil Décagone. Pourquoi le conseil s’impliquerait-il sur une planète aussi primitive ? » demanda Korom en regardant Bor avec un sourcil levé.

« Ce n’est pas le conseil qui a demandé notre aide. C’est l’Observateur, le commandant Kurmar. »

« Les observateurs ? Ce ne sont que des rumeurs… non ? »

Bor secoua la tête. Ils avaient eu cette conversation de nombreuses fois dans le passé. Les histoires des observateurs et de l’observatoire appelé l’Œil s’étaient répandues dans l’univers pendant des centaines d’années.

Mais entendre le mâle de la communication prononcer les mots apportait une vérité aux histoires qui dérangeait Bor plus que de raison.

« Plus maintenant. Le commandant Kurmar est le chef des observateurs. Le seul endroit où j’ai entendu ce titre être utilisé est quand on parle de l’Oeil. »

Un grognement profond et dangereux émana de Korom, faisant sursauter Bor pour regarder son ami.

Le brouillard lourd et sombre qui vibrait autour de son corps massif témoignait de la rage à peine contrôlée que le mâle ressentait pour ceux qui observaient la souffrance et la mort sans rien faire.

« C’est en train de changer, mon ami, » dit Bor d’une voix douce. « Les observateurs s’impliquent dans ce monde. C’est peut-être un signe de ce qui est à venir dans le futur. »

« Je ne comprends pas la nécessité de surveiller des mondes non développés. Pour quoi faire ? La connaissance ? Combien ces Kisak peuvent-ils apprendre en observant simplement une race de si loin ? »

Bor savait d’où venait la rage du mâle. Sa planète avait également subi la force implacable des Fileurs de nombreuses années plus tôt.

Seuls les observateurs et le Conseil Décagone ne les pensaient pas prêts à rejoindre les autres planètes avant de nombreuses années. Ce n’était que par le destin que son ami était assis devant lui maintenant.

Abandonné sur un vaisseau cargo pour mourir seul dans l’obscurité, Korom avait été sauvé par le père de Bor lors d’une mission visant à retrouver les pirates qui avaient attaqué et pillé le vaisseau, tuant tous ceux qui étaient à bord.

La mère de Korom avait caché l’enfant dans les grilles du plancher, lui sauvant ainsi la vie.

Ce n’était qu’après que le vaisseau ait dérivé vers le territoire de Décagone que les Torians avaient été envoyés pour enquêter.

« Remettre en question les raisons de l’Œil et le comportement déshonorant des observateurs n’est pas dans le meilleur intérêt de notre peuple, mon ami. »

« Notre monde est enfin en train de prospérer à nouveau. Si nous nous permettons de ressasser le passé, il ne nous libérera jamais de son emprise exaspérante. »

« Je t’ai donné ma parole il y a des années, Korom, et je la tiens toujours. Nous trouverons ceux qui ont tué ta famille, et tu auras ta vengeance. Pour l’instant, nous avons une nouvelle mission. »

***

Lilly resta aussi immobile que possible sous l’énorme camion garé au bord du champ. Elle essayait de garder sa respiration aussi silencieuse que possible, ne voulant pas faire le moindre bruit.

Un petit groupe des affreux extraterrestres qui avaient attaqué la Terre il y a trois semaines se dirigeait dans sa direction. Le croisement entre un lézard et une araignée était tout droit sorti d’un cauchemar.

Mais, comme Lilly l’avait appris au cours des dernières semaines, ils avaient un petit désavantage. Ils étaient complètement aveugles. Tant qu’elle ne faisait pas de bruit, ils devaient passer devant elle.

Du moins, elle l’espérait. Si elle avait un espoir de retrouver ses sœurs, elle devait s’échapper de ce champ et retourner à la petite ville de Sikes, en Louisiane.

Ce n’était qu’une halte pour eux, ils avaient voyagé depuis Monroe au fil des semaines.

Son souffle se bloqua dans sa poitrine lorsque le bruit des griffes se rapprocha.

Inclinant la tête sur le côté, Lilly retint sa respiration en regardant l’essaim passer devant elle, se dirigeant dans la direction d’où elle venait.

Elle n’avait aucune idée de la raison pour laquelle ils étaient si nombreux par ici. De ce qu’elle avait vu des monstres aliens, ils aimaient manger tout ce qui bougeait ou avait un pouls.

Il n’y avait pas grand-chose de ce genre dans la campagne de Louisiane, donc le nombre massif de ces créatures la déroutait.

Des centaines de jambes déchiraient l’asphalte en passant devant le camion, faisant trembler et gémir la lourde machinerie sous la force de leurs corps presque impénétrables qui la frappaient au passage.

Lilly ferma les yeux, prenant des respirations lentes et silencieuses, et pensa à ses sœurs qui attendaient dans la vieille ferme qu’elles avaient trouvée la nuit précédente.

Son cœur se serra au souvenir de la maladie de Violet.

Sa forte toux sifflante avait failli les faire tuer il y a quelques jours, mais grâce à la rapidité d’esprit de Tulip, elles avaient réussi à sortir vivantes de la petite station-service.

La seule des quatre sœurs qui ne supportait pas trop bien cette histoire de fin du monde était Rose.

Non pas qu’elles s’en réjouissaient, mais la jeune femme gâtée était habituée à un style de vie plus luxueux.

Lilly grimaça au souvenir de sa sœur qui avait dû se soulager dans les buissons pour la première fois.

La série de jurons créatifs qui sortaient de ses lèvres rouges parfaitement peintes avait de quoi rendre fier n’importe quel marin.

Une fois la horde passée, Lilly resta allongée quelques instants de plus, le sac à dos qu’elle avait utilisé pour collecter les médicaments serré dans sa main.

Son esprit se battait pour penser à tous les médicaments qu’elle avait trouvés dans la petite pharmacie en bordure de la ville.

En tant qu’étudiante en médecine, elle devrait savoir de quoi il s’agissait, mais son domaine n’impliquait pas de produits pharmaceutiques. Elle était interne en chirurgie et n’avait plus qu’un an d’internat à faire.

Puis la planète était devenue merdique, et elle et ses sœurs s’étaient enfuies.

La seule chose dont elle serait éternellement reconnaissante, c’était d’être rentrée chez elle pour rendre visite à leur père pour son soixante-dixième anniversaire.

Toutes les filles étaient rentrées chez elles pour passer le week-end avec leur père. C’était alors que la première boule de terreur noire était tombée du ciel.

Personne n’aurait pu s’attendre à ce que les météores se transforment en d’horribles créatures qui dévoraient tout sur leur passage.

Avec un dernier regard autour d’elle, Lilly se déplaça aussi silencieusement que possible sur le sol dur et humide.

Elle sortit en traînant les pieds de sous le camion, scrutant la zone à la recherche du moindre mouvement, avant de se lever.

Au loin, elle pouvait voir l’essaim sombre des créatures se précipiter vers la ville qu’elle venait de nettoyer de toutes les provisions qu’elle pouvait trouver.

Avec une rage silencieuse de défi, Lilly leva son majeur vers la masse en partance, le tenant en l’air pendant quelques secondes, puis laissa tomber sa main sur le côté.

Après avoir pris une longue inspiration pour calmer ses nerfs, Lilly se retourna et se dirigea rapidement vers la ferme située à seulement un kilomètre.

Elle devait rejoindre Violet et les autres. Sa petite sœur avait désespérément besoin de médicaments, et aucun d’entre eux n’avait mangé depuis plus de deux jours.

Avec tous les morts qui les entouraient, Lilly s’attendait à trouver une abondance de nourriture dans chaque maison.

Mais, comme le destin ou une autre force malade le voulait, les créatures avaient mangé tout ce qui n’était pas dans une boîte de conserve ou l’avaient simplement recouvert de la bave dégoûtante qui s’écoulait de leurs bouches.

Alors qu’elle courait vers la maison, les yeux scrutant les champs autour d’elle, Lilly ne put s’empêcher de sourire. Elle avait réussi.

Elle poussa la porte sans dire un mot, alors qu’elle se dirigeait vers la pièce du fond. Rose l’attendait à la porte de ce qui était autrefois un joli salon de campagne.

« Tu as trouvé quelque chose ? » chuchota Rose, les yeux pleins d’espoir.

Lilly hocha la tête avec un large sourire, faisant glisser le sac sur son dos.

Tulip s’approcha d’elle et la serra très fort dans ses bras, et Lilly ne manqua pas la lueur de larmes dans les yeux de sa jeune sœur.

« Qu’est-ce qui t’a pris si longtemps ? » demanda Tulip d’une voix calme, sa petite taille frissonnant.

« J’ai dû attendre qu’une horde de ces choses passe. Je ne sais pas ce qui les a énervés, mais ils étaient sacrément pressés d’aller quelque part. »

Les yeux de Rose se rétrécirent, et Lilly pouvait déjà voir les mots se former chez sa sœur en la regardant dans les yeux. Elle l’arrêta avant qu’elle ne puisse parler.

« Je n’avais pas le choix, Rose. Je vais bien. J’ai trouvé des médicaments pour Violet et de la nourriture pour nous tous. »

Cela arrêta la réprimande qu’elle voyait monter en elle. Avec un clin d’œil, Lilly se pencha et sortit de son sac les quatre boîtes de ragoût de bœuf qu’elle avait trouvées, ainsi qu’un petit sac de riz.

C’était suffisant pour les nourrir pendant au moins trois jours si elles faisaient attention aux portions. Elle sortit les trois boîtes de médicaments et se leva.

« Je dois les apporter à Violet. Rose, toi et Tulip préparez le dîner. Nous allons rester ici une nuit de plus, mais nous devons bouger. Ces choses allaient quelque part et il y en avait beaucoup.

« Je n’aime pas ça. Il pourrait y en avoir plus, et je n’ai vraiment pas envie de rester ici pour le découvrir. »

Rose hocha la tête, prenant les canettes de Lilly, et fit signe à Tulip de l’accompagner.

Lilly entra dans la pièce, où Violet était allongée sur un canapé. Elle était si pâle, sa peau d’un gris maladif, et la fine couche de sueur sur sa peau inquiétait Lilly.

Elle s’agenouilla près du bébé de la fratrie et posa une main sur son front. Elle brûlait. Un élan de panique envahit Lilly à l’idée que, même en tant que médecin, elle ne pourrait pas aider sa petite sœur.

Le problème était que Violet avait cueilli une pomme sur un arbre en sortant de Monroe. Une pomme qui était recouverte de la bave des créatures.

Elle avait séché sous le soleil de Louisiane de la mi-août, mais cela ne l’avait pas empêchée d’être violemment malade et faible.

Des larmes lui brûlaient les yeux en réalisant qu’elle n’avait aucune idée de ce à quoi elle avait affaire ici. Pour autant qu’elle le sache, aucun des médicaments qu’elle a trouvés ne pouvait aider la douce et aimante jeune fille de seize ans.

Secouant la peur de perdre un autre membre de sa famille, Lilly sortit les médicaments et scruta les étiquettes. Une boîte d’antibiotiques, une boîte d’analgésiques et une boîte de contraceptifs. Super.

Dans sa hâte de sortir de la pharmacie, elle n’avait pas pris le temps de lire les étiquettes.

Elle avait fourré les deux boîtes dans son sac, quittant presque la pharmacie, jusqu’à ce qu’elle se baisse pour se cacher d’une créature et repère les antibiotiques sous l’étagère.

Les yeux de Violet s’ouvrirent, ses yeux bleus profonds regardant aveuglément le plafond. Toutes les sœurs avaient le même patrimoine génétique. Elles étaient toutes brunes, avec des yeux bleus frappants.

Ce dont leur père avait été extrêmement fier toute leur vie.

« Hé », chuchota Lilly en caressant la joue de Violet, « J’ai des médicaments pour toi. Tu peux t’asseoir ? »

Violet lui fit un faible signe de tête, mais elle s’étouffa et se mit à tousser dès qu’elle essaya de bouger. La panique s’empara de Lilly au son fort qui remplissait la maison silencieuse.

Violet enfonça son visage dans l’oreiller, étouffant le bruit du mieux qu’elle pouvait, tandis que son corps était secoué par la toux.

Au bout de quelques minutes, Violet se détendit, ses yeux se refermèrent et Lilly retira ses larmes à la vue du sang sur l’oreiller à côté de la tête de Violet.

« Oh, mon Dieu, non », marmonna Lilly, en éloignant les cheveux de sa petite sœur de son visage. »

« Je ne te laisserai pas mourir, Vi. Je te jure, je ferai tout ce qu’il faut, mais tu ne vas pas mourir. Tu m’entends ? »

Violet gémit, ses yeux restant fermés. Lilly laissa couler une larme, un sentiment d’impuissance et de défaite s’insinuant dans son corps. Il n’y avait plus aucun endroit où fuir.

Nulle part où se cacher des créatures, et son corps et son esprit commençaient lentement à abandonner le combat qui restait à mener.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.