logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

Le Chemin vers Steel

Paxton est la fille du shérif local. Connor est le chef du club de motards des Red Riders. Leurs vies se heurtent lorsque Paxton revient dans la petite ville où elle a grandi. Des étincelles vont-elles jaillir ou leur romance va-t-elle entraîner la ville entière dans une ruine ardente ?

Classe d’âge : 18+

 

Le Chemin vers Steel de Tinkerbelle Leonhardt est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance, Mystery, Thriller & Suspense.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Paxton est la fille du shérif local. Connor est le chef du club de motards des Red Riders. Leurs vies se heurtent lorsque Paxton revient dans la petite ville où elle a grandi. Des étincelles vont-elles jaillir ou leur romance va-t-elle entraîner la ville entière dans une ruine ardente ?

Classe d’âge : 18+

Auteur original : Tinkerbelle Leonhardt

PAXTON

Trois relations ratées, une fausse couche, une tentative de suicide ratée, la perte du travail de mes rêves, la perte de ma maison… ah ouais, et mon chat s'est enfui.

Dix ans et c'est tout ce que j'avais à dire pour ma défense.

Dix ans d'échecs, de malheurs et de conneries.

C'est là que j'avais fini, en rentrant chez papa et maman dans le comté de Gatwick, où se trouvent les plus grosses meules de foin, les plus petits esprits et les ménagères les plus religieuses de tout le Texas occidental.

Dix ans que je m'étais jurée de ne jamais revenir, et pourtant j'étais là.

Je venais d'avoir vingt-huit ans, et la vie ne ressemblait à rien.

Evan, le dernier gars que j'avais eu la malchance de croiser, avait réussi à mutiler émotionnellement ma vie.

Il faisait partie de la catégorie des relations ratées (numéro trois). Il avait l'air d'un gars sympa au début, bien plus sympa que ce que je recherchais habituellement, et nous nous étions même fiancés un an plus tard.

Mais finalement, les textos fréquents sont devenus possessifs, je ne pouvais pas quitter la maison sans son accord, et les disputes se sont transformées en coups qui m'ont finalement conduite à l'hôpital.

Je l'ai laissé me racheter la maison que nous avions achetée ensemble pour presque rien, juste pour pouvoir partir. Les médecins ont dit que tout le stress dans mon corps et mon esprit était à l'origine de la fausse couche, et alors j'ai avalé toute une bouteille d'analgésiques pour y passer.

Et bien sûr, j'ai échoué là aussi.

Ensuite, il y avait Nadia. Oh, Nadia la vindicative et folle à lier.

Non seulement elle avait choisi de détruire une amitié de dix ans, mais elle avait été ma patronne et m'avait virée après que je lui ai confié que son crétin de mari m'avait fait des avances.

Comme si ça ne suffisait pas, elle avait choisi de détruire ma carrière.

Et maintenant ? Aucune maison d'édition ne voulait avoir à faire avec moi, et je n'ai pas pu trouver un poste d'éditrice pour sauver ma vie.

Même le chat a réalisé que j'étais une ratée et il a foutu le camp.

Finalement, je suis arrivée à la maison de campagne de mes parents, à quelques kilomètres au sud de la ville.

« Mon bébé est là ! !! » a crié Christine Bradbury, ma mère, quand j'ai franchi la porte.

Elle était l'exemple même de la « campagnarde ».

Elle et mon père s'étaient mariés jeunes, directement après le lycée. Elle n'a jamais dit que c'était parce qu'elle était enceinte, mais après six mois et demi, je suis arrivée.

« Salut, maman », ai-je dit platement, loin d'être enthousiaste.

« Bébé, je peux entendre ce ton dans ta voix. Tu ferais mieux de changer cette attitude avant que ton père ne l'entende. » Je n'étais là que depuis cinq secondes et j'avais déjà des problèmes.

« Je viens de conduire pendant treize heures et tu es déjà sur mon dos ? »

J'aimais ma mère, vraiment, mais on avait toujours eu une relation un peu pauvre.

Mon père, en revanche, lui et moi on avait l'habitude d'être d'accord sur tout…

Mots clés : on avait.

Nous y reviendrons plus tard.

L'endroit n'avait pas changé. Les mêmes vieilles assiettes empilées sur leurs supports dans le vaisselier, le parquet et les somptueux meubles anciens. Personne n'entrait jamais dans le « salon » au titre ironique.

« Où est papa ? »

« Dans son bureau. Dépose ces sacs dans ta chambre avant de lui dire bonjour, d'accord ? »

Et sur ce, elle est retournée à la cuisine dans sa jolie robe blanche qui arrivait aux genoux et son tablier à fleurs.

J'ai marché jusqu'à l'étage, mon cœur battant la chamade.

La dernière fois que j'avais vu mon père, les mots « Je ne reviendrai jamais ici » avaient effleuré mes lèvres, et dix ans plus tard, regardez où j'étais.

En enlevant ma veste et en déposant mes sacs dans la chambre de mon enfance, j'ai observé les vestiges de mon ancien moi.

La pièce était exactement comme je l'avais laissée. Posters, vieux CD, et la couronne qu'on m'avait donnée au bal de promo semblaient me narguer.

« Admets-le, Paxton », a murmuré une petite voix dans ma tête. « Tu as battu ton record. »

Finalement, ayant trop mal au cœur pour rester dans cette pièce un moment de plus, j'ai frappé à la porte du bureau de mon père.

« Entre », a dit sa voix bourrue.

La pièce avait la même odeur. La fumée de cigare et la répression.

« Salut, papa », ai-je dit en passant la tête, espérant passer en coup de vent.

« J'ai dit entre, Paxton-Rose. »

J'ai roulé des yeux. Des yeux qui étaient exactement du même gris bleuté que les siens.

Il était assis dans un fauteuil en cuir devant son bureau en acajou, les mains croisées devant lui, sa barbe poivre et sel joliment taillée, et ses yeux (mes yeux) qui me fixaient, pleins de jugements.

Il a jeté un regard désapprobateur sur mes bras nus, couverts de tatouages de manches entières, et s'est penché en avant.

« Je me souviens très bien que la dernière fois que nous nous sommes vus, tu étais déterminée à ne plus jamais remettre les pieds dans cette ville. »

« Papa, je suis venue te rendre visite. C'est si mal ? »

J'ai laissé de côté la partie où ma vie s'effondrait sur elle-même, et alors ? Il n'avait pas besoin de savoir ça. Pas maintenant. Son expression s'est un peu adoucie, et ça m'a rappelé l'homme que j'aimais.

« Je suis désolé. C'est juste une surprise, c'est tout. »

« Sans blague », ai-je dit. « Quoi qu'il en soit, je te verrai plus tard. »

« Pas trop tard, d'accord ? »

« Oui, papa. » J'ai grimacé en entendant ces mots.

En descendant les escaliers, j'ai vu ma mère s'affairer, et tout ce que je pouvais me demander, c'était : comment pouvait-elle rester avec lui ? Après tout ce qu'il avait fait ? Elle était une idiote à l'époque et encore une idiote maintenant, ai-je supposé.

Je venais juste d'arriver là et je me sentais déjà claustrophobe. J'avais besoin de sortir de cette maison.

Sans y réfléchir, je suis retournée dehors, j'ai pris ma voiture et j'ai commencé à rouler. Nulle part en particulier, car dans une petite ville comme celle-ci, il n'y a pas vraiment d'endroit où aller.

Je suis passée sans but devant un petit bâtiment d'un étage qui était mon ancienne école primaire, où les classes de la maternelle au CM2 étaient réunies dans une seule salle.

Je suis passée devant le cimetière où ma mamie et mon papi étaient enterrés.

Et enfin, alors que j'attendais au seul feu rouge de la ville, j'ai vu les enseignes de bière au néon du Ollie's, un bar local.

C'était comme un phare qui m'appelait.

Oh que oui.

Après avoir attendu cinq minutes de plus que le feu passe au vert, je me suis garée et j'ai franchi la porte.

Ouaip, rien de tel qu'un verre pour faire passer le goût de dix années gâchées et d'une réunion malheureuse.

***

CONNOR

Ce n'était pas tous les jours qu'on voyait une fille aussi belle chez Ollie. J'étais assis avec mon MC numéro deux, Patch, et sa vieille copine Trixie, faisant une pause dans nos obligations de Red Riders. Peu importe que nous ayons de l’alcool parfaitement bon à la maison du club. Trixie voulait sortir.

Patch était le motard typique, cuir, tatouages, et un mec sacrément dur dans le groupe, mais quand il s'agissait de Trixie, c’était un chiot obéissant.

Mais à partir du moment où je l'ai vue retourner vers le bar pour un autre verre, j'étais content que Trixie nous ait traînés dehors.

Des talons noirs, un jean slim déchiré qui moulait son petit cul, un haut léger qui semblait pouvoir être arraché juste avec le petit doigt, et des douzaines de tatouages couvrant ses bras nus.

Elle a commandé et descendu des boissons comme si elle était en mission. En cinq minutes, elle en était déjà à son troisième verre.

Clairement quelqu'un avec du bagage.

Dire que j'étais excité serait un putain d’euphémisme.

« Eh bien, regardez qui voilà. Paxton-Rose Bradbury ! » a dit Ollie, le barman péquenaud, avec son accent de l'ouest du Texas qui était plus fort que la moyenne. Alors que la plupart semblaient trouver son accent attachant, je le trouvais ennuyeux à mourir.

Quoi qu'il en soit, la fille mystérieuse avait maintenant un nom.

« Salut, Ollie. » Elle a hoché la tête, désintéressée.

« Qu'est-ce qui amène la fille du shérif dans le comté de Gatwick ? »

La fille du shérif ? Ce serait bien le genre de ce connard d'avoir une fille super canon. Ce salaud surveillait tous mes faits et gestes depuis ma sortie de prison, dix mois plus tôt.

Oui, je savais que j'avais foutu ma vie en l'air, mais, hé, tout le monde mérite une chance de rédemption, non ?

Et quoi de mieux pour me garder sur le droit chemin qu'un joli morceau comme cette Paxton-Rose Bradbury ?

« Allez, Ollie, » dit-elle. « Une fille ne peut pas rendre visite à ses parents de temps en temps ? »

Elle a attrapé une bouteille derrière le bar et a rempli son verre à ras bord une quatrième fois. Ollie n'a pas protesté.

« Chérie », a dit Ollie, « une fille comme toi ne revient pas dans un endroit comme celui-ci à moins que les choses n'aient mal tourné. Alors. C’était qui ? »

Elle a levé un sourcil, surprise, et a descendu la boisson d'un trait.

« Disons juste… qu'il ne vaut pas la peine de gâcher ma jolie petite joie. »

Elle commençait à marmonner. Je n'arrivais pas à croire qu'un homme ait pu laisser partir ce beau petit cul. À quoi pensait cet abruti ?

Elle était bien sûre d’elle. Il fallait l'être pour se pointer ici et boire toute seule.

Et elle était bien vulnérable.

« Alors, qu'est-ce que tu fais ici au lieu d'être à la maison avec tes parents ? » a demandé Ollie.

Bonne question, Ollie. Dix points, fiston. Tu n'es pas aussi bête que tu en as l'air.

« Oh, tu sais, chaque famille doit avoir un alcoolique… je me suis dit que ça pourrait aussi bien être moi ! »

« C'est une non-réponse si j'en ai jamais entendu une. C'est quand la dernière fois que tu les as vus ? »

« Si les doigts étaient des années, je dirais ce nombre », dit-elle en levant les deux mains.

« Dix ans ? » a dit Ollie, surpris. « Waouh ! Non pas que ce soit mes affaires… »

Ça l’est pas.

« Mais tu ne devrais pas passer du temps avec eux ? Vu que tu ne les as pas vus depuis si longtemps ? »

Elle a haussé les épaules. « À quoi bon ? Je ne les connais même plus. Et je n'ai pas l'intention de rester ici assez longtemps pour les redécouvrir. » Sa voix a commencé à devenir plus forte alors qu'elle commençait à faire plus de gestes avec ses bras.

« Tout le monde pense que mon père est un homme merveilleux… » dit-elle en essayant de se tapoter le bout du nez deux fois, mais sans y parvenir. Elle était bien plus que pompette. « Mais si seulement ils connaissaient la vérité, sa putain de réputation immaculée serait réduite en miettes. »

Des problèmes de père. Je peux utiliser ça. me suis-je dit en éteignant mon cigare. La loi dit qu'on ne doit pas fumer en public, mais Ollie savait quand il fallait la fermer.

« Je déteste te dire ça, chérie, mais il n'y a pas un seul parent qui soit parfait », a répondu Ollie.

« Ouais. » Elle lui a fait un signe de la main. « Mais de toute façon, et toi ? À part le bar, qu'est-ce que tu as fait ? Une femme ? Des enfants ? Marié ? » Elle s'est resservie un cinquième verre.

Pourquoi diable il la laisse faire ?

Ollie a laissé échapper un rire. « Non, chérie. J'attendais que tu reviennes en ville, et regarde ça, ma patience a été récompensée. Toi et moi, on peut commencer cette relation que j'ai toujours voulue. »

Ce connard en avait après ma femme. Ok, je savais qu'elle n'était pas ma femme, mais elle allait le devenir. Et ce connard devait rester à l'écart.

« Connor… tu t'occupes de cette tournée ? » Patch a interrompu ma mission de reconnaissance.

« Ouais, dans une minute. » J'ai continué à les observer tous les deux.

« Ollie, aussi flatteur que ce soit » (Paxton s'est levée et a légèrement vacillé) « Je devrais rentrer avant de boire tout ce qu’il y a dans ton bistrot. »

« D'accord, je te laisse partir pour cette fois. » Ollie a souri. « Mais sache que j’essaierai jusqu'à ce que tu me donnes une chance. »

« Bonne nuit, Oleander MacDermot », a dit Paxton en balançant son petit corps pour sortir.

Mais pas seule.

Non, je devais m'assurer qu'elle rentrerait chez elle saine et sauve. Elle n’était pas du tout en état de conduire.

« Patch, prenez les motos et suivez-moi », ai-je ordonné. « Tu montes sur la mienne. Trixie, prends celle de Patch. »

Je me suis approché de la fille qu'ils appelaient Paxton-Rose Bradbury alors qu'elle essayait d'ouvrir la portière de sa voiture.

« Hé, chérie », ai-je dit. « Pourquoi tu ne me donnes pas les clés et je te ramène chez toi ? »

Elle s'est retournée et m'a regardé. Et pour la première fois, j'ai vu ses yeux de près.

Gris, bleus, putain, je ne savais pas ce que c’était. Tout ce que je savais, c'est qu'ils étaient captivants.

Elle m'a considéré, puis mes deux amis, et a froncé les sourcils.

« Je ne vous connais même pas, les gars », a-t-elle bafouillé.

« Eh bien, réparons cela », ai-je dit en souriant. « Je m'appelle Connor, Connor Steel. Et vous êtes ? »

Je connaissais son nom, bien sûr, mais je voulais lui donner l’occasion de se présenter. Au lieu de cela, elle a juste souri avec ses lèvres roses et s'est rapprochée de moi.

« Connor Steel », a-t-elle dit. Le son de mon nom sur sa bouche était suffisant pour rendre n'importe quel homme fou. Mais elle était ivre, et je ne voulais pas en profiter.

« Je m’appelle Paxton, Connor Steel. Et je peux vous assurer que je suis tout à fête… fait, je veux dire, en état de conduire. »

Fête et faite, j’étais d'accord, mais je lui ai arraché les clés des mains.

« Vous me remercierez plus tard. Venez. Je vous ramène chez vous. »

Et avec ça, je me suis dirigé vers le côté conducteur. Paxton m'a jeté un regard curieux à ce moment-là.

« Qui êtes-vous, Connor Steel ? »

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

Maman
Paxton, bébé. Où es-tu ?
Maman
On est très inquiets !
Maman
Tu ne te souviens pas de ce que ton père t’a dit ?
Maman
Pas trop tard !
Paxton
Mammaan stopp. Jariv
Maman
Tu quoi ?
Maman
Paxton-Rose. Tu es ivre ?
Paxton
Paxton
Maman
Qu'est-ce que ça veut dire ?
Paxton
Maman
Dépêche-toi de rentrer ! S'il te plaît !
PAXTON

J'ai reniflé en fermant mon téléphone. Torturer maman était l'un de mes passe-temps favoris. Ce qui n'a pas empêché que je sois complètement bourrée.

Je me suis retournée pour regarder mon mystérieux sauveur… ce Connor Steel. Ses bras sculptés, couverts de tatouages, conduisant ma voiture. Ses yeux noirs à moitié fermés, reflétant les lumières de la route. Sa mâchoire, serrée avec sévérité.

Je savais que nous venions de nous rencontrer, et peut-être que c'était l'alcool qui parlait…

Mais, Seigneur, j'avais envie de mieux le connaître. À plus d'un titre.

« Alors, Connor Steel », ai-je dit. « Tu n'as pas répondu à ma question. »

« Qui je suis ? Cette question-là tu veux dire ? »

« Ex…exactement », ai-je hoqueté.

« Eh bien, Paxton Bradbury, je possède le garage en bas de Govern Drive. Ce qui veut dire que je suis le seul gars en ville qui peut réparer ta voiture. »

« Mécanicien, hein ? »

J'ai remarqué que deux motos roulaient derrière nous.

Me souvenant de ses deux amis, j'ai demandé : « Et pourquoi est-ce que ces, euh, motos nous suivent ? »

Les mots ont glissé de ma bouche. Est-ce que ça devenait plus difficile de parler, ou est-ce que c'était juste moi ? Non pas que ça ait de l'importance.

Ce n'était pas comme si Connor Steel me traitait différemment. J'ai apprécié cela. Rien n'est pire que quelqu'un qui vous prend de haut quand vous êtes bourrée.

Ça m'a toujours fait perdre les pédales.

Mais Connor était patient, il a hoché la tête dans le rétroviseur.

« Ce sont mes amis. Ils vont nous suivre jusqu'à ce qu'on te dépose en toute sécurité. Ensuite, je rentrerai à la maison sur ma moto. »

J'ai souri en levant un sourcil. Un motard. Rien de tel qu'un peu de danger.

« Tu fais de la moto ? »

« Rouler ou mourir. Rien de plus vrai. »

Il m’a fait un clin d'œil, et j'ai pratiquement fondu sur place.

Bon sang, c'était le whisky ? Ou cet homme était-il vraiment aussi sexy qu'il en avait l'air ?

Mais quand j'ai regardé la route… tout semblait plus sombre. Peut-être qu'il n'y avait pas autant de lumières ici à la campagne. Ou peut-être que j'étais… juste… fatiguée. Tellement fatiguée.

Si je pouvais reposer ma tête… juste une seconde…

CONNOR

« Tu es toujours avec moi ? »

J'ai secoué doucement son épaule pour vérifier, et elle s'est affaissée sur le côté. Ouais, elle était dans les vapes. Bon, c'était pas grave. J'allais m'assurer qu'elle rentrerait chez elle saine et sauve. Pas de problème.

J'ai rigolé un peu, en imaginant comment son père allait réagir.

Le shérif.

Cet homme me détestait déjà. Mais ça ?

Se montrer sur le pas de sa porte avec sa fille ivre morte dans les bras ?

Ça allait vraiment faire de moi l'ennemi public numéro un, putain.

Alors qu'un lampadaire illuminait Paxton, je n'ai pas pu m'empêcher de la regarder. D'un côté, elle avait l'air si innocente pendant qu'elle dormait.

Mais d'un autre côté… ce corps. Ces longues jambes pulpeuses qui pendaient contre la fenêtre ouverte. Cette poitrine qui montait et descendait à chaque respiration.

Ça me donnait faim. Quel dommage qu'elle avait autant bu. On aurait pu passer une nuit sympa.

Peut-être une prochaine fois.

Finalement, on s'est arrêtés dans l'allée de la vieille maison de campagne, et bien sûr, il était là, cet abruti prétentieux, à attendre. Je n'avais jamais vu le shérif sur son propre terrain.

Il portait son arme de poing et un pyjama à motifs d'éléphants.

Il dort vraiment dans ce putain de truc ?

Quand il a vu les deux motos derrière la voiture de Paxton, j'ai vu son expression passer de la surprise à la rage bouillante. Cet homme détestait les motards plus que les catholiques. Et c’était pas rien.

« Arrêtez cette voiture ! » a-t-il aboyé en sortant son Glock.

« Je poserais cette foutue chose si j'étais vous », ai-je répondu. « Cargaison précieuse, compris ? »

J'ai vu que le message était clair, et il a rengainé son arme, le regard toujours aussi meurtrier. Je me suis garé, je suis sorti de la voiture, et j'ai sorti sa fille du siège passager. Elle était dans le coma dans mes bras, la tête en arrière, le corps tout mou.

« Qu'as-tu fait à ma fille, Steel ? » a soufflé le shérif Bradbury.

« Je lui ai sauvé la vie, voilà ce que j'ai fait. »

En la serrant fort, je me suis approché de la porte d'entrée.

« J'ai peut-être été enfermé, shérif, mais je ne suis pas un connard. Elle était trop ivre pour conduire. Elle aurait pu tuer quelqu'un ou se tuer elle-même. »

Je lui ai tendu la main, et j'ai vu ses yeux s'écarquiller. Il ne voulait pas le dire, mais il aurait été con de ne pas le faire.

« Merci », a-t-il réussi à lâcher à travers ses dents serrées.

« Quand vous voulez, shérif. Je suis peut-être responsable de l'échec de ma propre vie, mais si je peux sauver quelqu'un, vous pouvez être sûr que je le ferai. »

Il a hoché la tête, sur le point de rentrer, et une idée géniale m'a traversé l'esprit.

« Ah oui, et, shérif ? » ai-je demandé.

« Quoi ? »

« Quand elle se réveillera, dites-lui… une prochaine fois. »

Sur ce, j'ai tourné les talons et je suis retourné vers ma moto. Patch est descendu et a rejoint Trixie.

Je pouvais sentir les yeux du shérif me transpercer le dos. Je savais que ça le rendrait dingue, à se demander ce que voulait dire « une prochaine fois. »

Bien sûr, j'étais un bâtard cruel. Mais après la façon dont ce fils de pute religieux m'avait traité, il le méritait.

On a enfourché nos motos et quitté la propriété.

Et je me suis demandé si la fille… si Paxton-Rose Bradbury se souviendrait de moi…

Paxton

Ma gorge.

Elle était si sèche qu'on aurait dit que quelqu'un avait versé du sable dans ma gorge pendant que je dormais. Non, je pouvais remercier l'alcool pour ça.

J'ai gémi, ouvert les yeux, me demandant ce que j'avais bien pu faire la veille au soir. La dernière chose dont je me souvienne, c'est d'avoir bu verre après verre chez Ollie. Et puis…

Mais avant que je puisse continuer à sonder ma mémoire troublée, une odeur forte et très distincte du paradis a dérivé devant mon nez…

Du café. Merci, putain.

J'ai traîné mes pieds jusqu'à la commode et j'ai mis des lunettes de soleil.

Mon Dieu, les matins c’est le pire…

En descendant les escaliers vers la cuisine de mes parents, j'aurais juré d’avoir l'impression que des taureaux tournaient en rond dans ma tête.

C'était la gueule de bois du siècle.

« Tiens, bébé. » Maman m'a tendu des médicaments contre la douleur et de l'eau.

« Merci », ai-je marmonné. J'ai avalé l'eau et les pilules, puis je suis allée me chercher une tasse de café à la cafetière. C'est alors que j'ai entendu une voix moins agréable venant du seuil de la porte.

« Tu étais ivre morte dans les bras d'un criminel ! » mon père a claqué la porte.

« On est obligé de faire ça maintenant ? » ai-je gémi. « Je ne me sens pas très bien en ce moment. »

« C'est un ex-détenu, Paxton-Rose. Un ex-détenu chez moi. Comment connais-tu Connor Steel ? »

« Qui ? »

« Et que signifie 'une prochaine fois' ? C'était son message pour toi. »

« De quoi tu parles ? »

« Ne fais pas l'idiote avec moi. Lui et ses copains motards t'ont ramenée à la maison alors que tu étais inconsciente… Tu as amené un criminel condamné sur ma propriété ! »

« Attention, papa, il ne faut pas que le public t'entende t'énerver. »

« J'en ai assez de ton attitude. Tu ne peux pas débarquer ici après toutes ces années et attendre qu'on se plie en quatre pour toi. »

« Tu ne t’es pas plié en quatre pour moi, mais tu étais plus qu'heureux de plier cette salope en quatre et de la fourrer avec ta bite ! »

J'ai crié ça avant de pouvoir m'en empêcher. Puis je suis montée à l'étage en claquant la porte.

Je le détestais.

Je le détestais pour avoir tout gâché.

Je détestais être celle qui était entrée pendant qu'il jouissait en elle. Je ne pourrais jamais effacer cette image de ma tête.

Je détestais lui reprocher d'avoir détruit ma confiance en tous les hommes, d'être la raison pour laquelle j'avais choisi des mauvais hommes jusqu'à ce jour.

Soudain, j'ai senti une boule aigre dans ma gorge, sans équivoque.

J'allais vomir mes tripes.

J'ai couru dans la salle de bain et j'ai tout lâché dans les toilettes. L'odeur du vomi et du whisky a imprégné l'air, et elle a empiré jusqu'à ce que je n’aie plus que des spasmes.

J'ai passé le reste de la journée dans ma chambre d'enfant, la porte fermée à clé.

Maman a essayé de me parler, mais en aucun cas je ne l'ai laissée entrer. Je me glissais dans la salle de bains pour boire de l'eau au robinet seulement lorsque j'étais sûre qu'elle était en bas.

Alors que ma gueule de bois disparaissait par intermittence le long de la journée, un personnage particulier est revenu dans ma mémoire, un bel inconnu que je présumais être l'insaisissable Connor Steel contre lequel mon père était si remonté.

Je me souviens d’avoir prononcé son nom pour le mémoriser.

Connor Steel. Je me demande ce que tu fais maintenant, M. le criminel bon à rien ?

Connor
Target, salut
Target
Quoi de neuf, patron ?
Connor
Je veux tout ce que tu peux trouver sur une fille nommée Paxton-Rose Bradbury.
Target
Vérification des antécédents ?
Target
J’peux le faire
Connor
merci mec

J'ai fermé mon téléphone, regardant par la fenêtre notre grande propriété en bordure de la ville. L'endroit était un motel avant. Et maintenant ? C'était la maison de club officielle du club des motards Red Riders.

Je savais ce que les gens pensaient. Voyous. Criminels. Comment le shérif Bradbury nous appelait tout le temps ? C'était ça.

Des ordures.

Bien sûr, on s'adonnait à des trucs illégaux de temps en temps, mais la plupart de nos profits provenaient d'affaires légitimes.

Maintenant, en particulier, je sentais que je devais être prudent. Je n'allais pas retourner en prison. Ça n'a pas empêché le shérif d'essayer de me mettre de la merde sur le dos, cependant.

Comment tout cela avait-il commencé ? C'était une longue histoire. Disons juste qu'on avait un comptable qui nous mentait et truquait les comptes. De toutes les choses pour lesquelles on pouvait se faire arrêter ?

Une putain d'évasion fiscale.

Inutile de dire que ce comptable n'a pas tenu jusqu'à son prochain anniversaire.

Oui, j'avais l'air effrayant avec ma carrure et mes tatouages. J'étais intimidant, et j'en étais reconnaissant. Sinon, j'aurais fini par être la chienne de quelqu'un en prison.

Mais c'était mes cheveux noirs et mes yeux noirs comme la nuit qui faisaient pisser les hommes dans leurs pantalons et qui faisaient mouiller les filles.

Mais à ce moment-là, je savais quelle était la seule fille que j'avais envie de faire jouir.

Depuis dix mois que j’étais sorti de prison, sans compter les sept ans que j'y avais passés, je n'avais pas baisé. Ce n'est pas que je n'en avais pas eu l'occasion, mais honnêtement, je le sentais pas.

L'ancien moi baisait tout ce qui bougeait avec une jupe courte et un petit cul, mais depuis que j’étais sorti, je voulais quelque chose d’autre. J'en avais fini avec les coups d'un soir.

Pendant tout le temps où j'étais derrière les barreaux, pas une seule de ces salopes d'avant n'était venue me voir.

Ça m'a fait réaliser que je voulais quelque chose de plus sérieux. Une vraie relation avec quelqu'un qui se soucierait de moi autant que je me soucierais d'elle.

J'ai enlevé mes vêtements et je suis entré dans la douche. Je suis resté là nu, l'eau tombant en cascade sur mon corps, serrant mon corps musclé, imaginant que ma main était la sienne. Imaginant qu'elle était sous la douche avec moi à ce moment.

Priant pour ça.

Paxton.

Je pouvais presque entendre sa voix à ce moment.

« Je te veux en moi, Connor Steel. »

J'ai commencé à caresser ma bite dure de haut en bas avec ma main, le pouce glissant sur l’extrémité, imaginant que je prenais Paxton par derrière.

Ce cul doux mais ferme qui claquait quand je rentrais et sortais d'elle.

Serrée.

Gémissante.

Trempée.

J'ai secoué plus fort, l'imaginant hurler maintenant. Me plongeant en elle. Mon extase montait.

Même la Paxton imaginaire me poussait à bout.

Je pouvais la voir gémir de plaisir incontrôlé, sur le point d'atteindre l'apogée à ce moment précis.

« Ooooohhhhhh », ai-je gémi.

Une douce libération.

Mon sperme a giclé sur le sol de la douche.

Quel gâchis. Quand je pense que j'aurais pu faire ça en vrai, à l'intérieur d'elle. Putain, j’aurais fait n'importe quoi pour la prendre à ce moment.

Je me suis juré que j’allais tout faire pour que ça arrive.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.