logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

Pas le Centre du Monde

Depuis son plus jeune âge, Maya Hamilton était une fêtarde sauvage qui aimait se laisser aller et faire ce qu’elle voulait par-dessus tout. Jace Parker était un garçon de fraternité irresponsable qui avait un faible pour les fêtardes : ils étaient parfaits l’un pour l’autre ! Jusqu’à ce que, sans prévenir, il la largue par SMS. Aujourd’hui, deux ans plus tard, ils se retrouvent en tant qu’étudiant et professeur, et Maya cache à Jace un secret qui va changer sa vie !

Age Rating: 18+

 

Pas le Centre du Monde de Delta Winters est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Par l'auteur de Back Into Darkness.

Depuis son plus jeune âge, Maya Hamilton était une fêtarde sauvage qui aimait se laisser aller et faire ce qu'elle voulait par-dessus tout. Jace Parker était un garçon de fraternité irresponsable qui avait un faible pour les fêtards ; ils étaient parfaits l'un pour l'autre – jusqu'à ce que, sans prévenir, il la largue par SMS. Aujourd'hui, deux ans plus tard, ils se retrouvent en tant qu'étudiant et professeur, et Maya cache à Jace un secret qui va changer sa vie !

Age Rating: 18+

Auteur original: Delta Winters

Maya Hamilton

“Liz, j'ai un travail, ok. Je n'ai vraiment pas besoin de ta charité”, je pleurniche au téléphone, comme d'habitude un lundi matin. En y réfléchissant je le fais aussi bien le lundi, que le mardi, mercredi, et pratiquement tous les autres matins.

Sans vouloir paraitre ingrate pour l'aide que ma cousine propose, elle a parfois tendance à être autoritaire.

Je préfère accepter son temps plutôt que son argent, non pas qu'elle en ait plus que la moyenne des femmes d'une vingtaine d'années de toute façon. “Je dois y aller.”

“Non, Maya-“

“Salut”, je l'interromps avant de raccrocher et de soupirer de soulagement en glissant mon téléphone dans mon sac de cours.

“Mel ?” Je crie.

La tête de ma vieille voisine surgit de la cuisine, des éclaboussures de nourriture sur sa chemise et un sourire éclatant illuminant son visage.

“Je m'en vais. Je te vois à quatre heures, d'accord ?”

Elle acquiesce rapidement avant de se réfugier dans la cuisine en entendant des petits bruits.

Je glousse un peu, récupère mon sac et de franchis la porte.

Je descends en trombe les escaliers du complexe, je récupère mon courrier dans la boîte, le mets dans mon sac et me précipite pour arriver en cours à l'heure.

En tant qu'étudiante visant à conserver ma bourse d'études, mon assiduité et ma concentration en cours doivent être irréprochables. Ce qui est un défi en soi.

Et le fait que je ne sois pas véhiculée, et que j’ai une réserve d'argent limitée, signifie que je dois quitter mon appartement assez tôt pour marcher. La plupart du temps, la marche rapide se transforme en jogging ou même en course.

Lorsque j'arrive aux portes déprimantes de la fac, je suis accueillie par une atmosphère tendue, un mélange d’angoisse et de sportifs hautains.

Comme le veulent les stéréotypes, les stars du football de l'école trainent ensemble, partagent des photos, se lancent le ballon et discutent avec les filles à côté de leur casier.

Les ricanements et les fortes voix masculines dérangent les pensées tranquilles des oubliés et des solitaires. Moi, bien sûr, je suis l'une d'entre eux.

Je n'ai pas le temps d'avoir une vie personnelle, en dehors de mon travail, de mes responsabilités et de mes études. Ainsi, je n’ai presque pas d’amis. Ou, même aucun pour être plus exact.

Il y a des types qui aiment m'embêter qui s'assoient près de moi dans mes cours. Je suis quelqu'un qui n'appartient pas à un groupe particulier.

Pour maintenir ma moyenne de 20, je passe mes déjeuners à faire mes devoirs et du travail supplémentaire à l'extérieur sur une table, seule. Et quelques personnes me harcèlent un peu.

Ayant eu très peu de contacts sociaux dans cette université que je fréquente depuis un an, certains sont intrigués par la fille solitaire. Mais j'ai d'autres choses en tête.

Et mon éducation est extrêmement importante pour moi.

Alors que je me dirige vers mon premier cours, l'histoire, prenant l'une nombreuses tables vides près des fenêtres s'ouvrant sur une journée morne, je prends un bloc-notes et plonge mon nez dans mon manuel d'histoire.

” Kof !” J’entends quelqu’un tousser devant moi. Je baisse le livre pour jeter un coup d'œil par-dessus et apercevoir quelques-uns des gars qui aiment me harceler et découvrir des choses sur ma vie.

Avec le peu qu’ils savent de moi, ils sont intrigués par le mystère autour de moi, et par les ragots que les étudiants entendent dans cette école. Et, eh bien, ils n'ont pas totalement tort.

“J'espère qu'ils disparaîtront comme des fantômes, ou que je disparaîtrai pour le moment et que je n'aurai plus à sociabiliser.

Si seulement je pouvais aller à l'université sans qu’il n’y ait personne d'autre que les professeurs. Je crois que j'apprendrais aussi beaucoup plus vite.

Bien sûr, il y a toujours les cours en ligne, mais j'aime les vraies bibliothèques et l'apprentissage interactif. Avant que le gars ne puisse parler, le professeur entre dans la classe, fermant la porte bruyamment pour attirer l'attention de la classe, et commence à dessiner sur le tableau noir avec confiance et domination.

Bien que je ne puisse voir que son dos, son large dos, je peux déjà dire qu'il est jeune, probablement tout droit sorti de l'université ou presque. Ses cheveux sont d'un blond sableux, très semblables à un type que j'ai connu, autrefois.

Un type qui date, ou ce qui semble être le cas. Ça fait presque deux ans. Et même si j'essaie d'aller de l'avant, mes souvenirs sont toujours là. Comment pourrait-il en être autrement ?

Il a été mon premier amour et a changé ma vie de façon radicale. D'une manière astronomique.

“Mon nom est M. Parker, votre nouveau professeur d'histoire”, déclare-t-il d'une voix incroyablement familière en se retournant et je reconnais la personne à qui elle appartient.

J'inspire en voyant son visage : le type que j'ai aimé, que j'aime encore, debout devant la classe, mon nouveau professeur.

Une légère barbe recouvre sa mâchoire et ses yeux bleu clair parcourent les visages de ses nouveaux, peut-être premiers, étudiants. Jusqu'à ce qu'il croise le mien. Et son corps entier se fige.

Et tout ce qui nous entoure semble s'arrêter.

Et ses yeux se remplissent d'émotions que je n’arrive pas à comprendre.

Ses yeux me regardent comme il le faisait avant, quand il me disait qu'il m'aimait. Nous ne sommes sortis ensemble que quatre mois au total, mais tout semblait si important et si intense à l'époque.

Ces quatre mois, alors que j'avais dix-huit ans, semblaient être la chose la plus importante qui soit jamais arrivée. Et peut-être que ça l'était, vu les conséquences avec lesquelles je vis maintenant. Non pas que je puisse le regretter.

Je le regarde détourner le regard pour ne pas attirer l'attention sur la familiarité entre nous.

Retrouvant le calme et l'assurance qu'il avait lorsqu'il a franchi la porte, il tousse un peu et commence la leçon.

Écouter à nouveau sa voix c’est presque comme une musique apaisante à mes oreilles, si je ne me souvenais pas de ce qu'il a fait, et de l'abruti qu'il est. Il a rompu avec moi par texto.

Et il a ensuite ignoré tous mes appels.

J'étais naïve à l'époque, bien que ce ne soit pas si lointain, j'ai l'impression que c'est une autre vie.

Son regard est constamment tourné vers moi, ce que je remarque du coin de l'œil en évitant le sien.

J'essaie de me concentrer, mais c'est incroyablement difficile de se concentrer sur une leçon quand mon ex-petit ami est le professeur.

Jace. Jason Parker. Un garçon de fraternité quand on s'est rencontré. Maintenant il est mon professeur, dans une chemise repassée et un jean pour rester décontracté. Son style très séduisant auquel je ne pense pas, ou du moins je tente de ne pas y penser.

Il est indéniablement sexy, même si j’essaie de le nier, et il a toujours autant d’effet sur moi.

Avant, j'étais à peine en terminale au lycée et il était à l’université – je le croyais mûr – et il m'a montré un intérêt que j'ai absorbé comme une drogue.

Et il aimait l’emprise qu’il avait sur moi. J'étais immature, et il l'était aussi. Mais c'était comme s'il était Dieu, ce type infréquentable avec qui je sortais.

Et quand il m'a dit qu'il m'aimait, c'était comme si c'était les mots les plus sacrés de tous.

Quand on a rompu, et que j'ai pu enfin voir notre relation telle qu’elle était réellement, j'ai réalisé qu'il n'était pas cette créature céleste. Il était plus comparable au diable en toute honnêteté, mais il n'était pas ça non plus.

C'était juste un mec, c'est juste un mec. Notre relation était quand même bonne, du moins je le croyais. C'était……intense. Je passais tout mon temps avec lui ou à penser à lui.

Comme je me suis rendue compte que j'ai rêvassé pendant tout le cours, je continue à lire mes notes et à rattraper ce que Jace, je veux dire M. Parker, a dit. Une fois le cours terminé, ses yeux se posent à nouveau sur moi.

Je décide que je devrais avoir une conversation avec M. Parker sur les limites à ne pas dépasser, sur le fait de mettre les choses à plat entre nous et sur le changement de classe.

Une fois que tout le monde est sorti, il ferme soigneusement la porte et remarque que je suis appuyée contre son bureau, les bras serrant mes livres contre ma poitrine. Et ma poitrine devient exactement l'endroit où ses yeux se posent.

Je tousse pour attirer son attention et je me moque de lui en roulant des yeux. Il est toujours le même crétin excité, je vois.

Il s'assoit à son bureau de sorte que je regarde vers lui et il tente de toucher ma main, mais je la lui arrache sur la défensive.

Ce type, cet homme, mon ex-petit ami. Il est parti il y a presque deux ans avec un texto lâche.

Il pensait que j'appelais pour lui faire la morale, pour essayer de le persuader de ne pas me larguer ou quelque chose qui ressemblait à du désespoir. Mais j'avais quelque chose à lui dire.

Quelque chose que j'avais découvert la veille et que j'essayais de comprendre.

Le fait que j'étais enceinte de son enfant, sa fille.

Et maintenant il se tient devant moi, le père de mon bébé.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

Maya Hamilton

“Mr. Parker.” Comme je remarque la légère grimace sur son visage à la formalité de ma voix, je soupire et prends une profonde inspiration. “Jace. Cela fait un moment. Pourquoi enseignes-tu ici ?”

“Je n’ai pas le droit d’enseigner ici maintenant ?” demande-t-il un peu durement.

“Non”, je réponds sans détour et sur le même ton irrité.

Ses sourcils se froncent devant mon hostilité à son égard, alors qu’à l’époque j’aurais vénéré le sol sur lequel il marchait.

“C'est une incroyable coïncidence que tu enseignes ici, dans l'école où j'ai étudié après ton départ, ou cela a-t-il été planifié pour une raison quelconque ?

“Tu ne te rappelles surement pas, mais ma mère vit dans ce quartier, et j'ai pensé que je pourrais vivre et enseigner près d'elle puisque j'ai passé trop de temps avec mon père. Mais si tu penses que tout tourne autour de toi, Maya, très bien.”

Un sourire en coin se dessine sur son visage tandis qu'il se penche sur sa chaise un air prétentieux au visage. “J'aime voir que je t'affecte toujours autant, Maya. Après presque deux ans.”

“C'est vrai”, j'admets, ce qui le fait légèrement bondir. Il pensait que j'allais jouer au chat et à la souris, ses jeux de drague à la noix. Mais je suis différente. La maternité m'a changée. Il n'est plus le centre de mon monde.

Maisie l'est. Ma fille. Tout ce que je fais maintenant c’est pour elle, et ça ne changera pas, ça ne peut pas changer. Je l'aime et je tiens tellement à elle.

“Ecoute, Jace, c'est la dernière conversation que nous aurons tous les deux comme… autre chose qu'un professeur et une élève”.

“Nous aurions dû avoir cette conversation il y a longtemps, quand tu m'as envoyé un texto pour rompre au lieu du coup de fil que je pensais avoir mérité.”

Il déglutit à mon ton détaché.

“Ecoute, Maya…”

“Honnêtement, je pense que le texto résumait ce que tu ressentais et pourquoi tu as rompu avec moi de manière assez… rapide. Je comprends que tu aies senti que ça ne marcherait pas entre nous, avec la différence d'âge.

“Mais… j'ai eu l'impression que tu pensais que notre relation ne signifiait rien, que la fin ne méritait qu’un texto.”

“Tu sais que ça signifiait plus…”

“Non je ne le savais pas”, je l'interromps, le regardant dans les yeux avec confiance et sincérité. “Je ne le savais pas parce que tu n’as même pas eu la décence de m'appeler. C’est incroyable – tu avais un téléphone qui fonctionnait pourtant.

“Écoute, je ne veux pas discuter davantage à propos du texto, parce que je pense qu’on sait tous les deux pourquoi tu as rompu avec de cette manière. Nous devons nous comporter comme des adultes.

“Tu es maintenant mon professeur et je suis maintenant ton élève, jusqu'à ce que ma demande de transfert soit acceptée…”

“Transférer ?” demande-t-il, soudainement alarmé, en se redressant.

“J'ai été distraite par toi en un seul cours. Et tu m’atteints toujours autant. Et j'ai toujours des sentiments pour toi. C'est juste un amour différent. J'ai aimé ce que nous étions avant.

“Mais j'ai grandi, et peut-être que toi aussi, et nous sommes des personnes différentes maintenant. Et notre relation est différente.”

Il cligne des yeux en silence, fixant mon visage, cherchant quelque chose.

Je lève les sourcils en signe d'interrogation, mais il continue à me regarder comme s'il ne me reverrait jamais.

“Je te donnerai le formulaire de transfert d'ici la fin de la journée pour que tu puisses le signer et me le donner demain matin”, dis-je après que le silence assourdissant ait commencé à m'inquiéter.

Lui envoyant un petit sourire triste, j'ajuste le sac sur mon épaule et je me dirige vers la sortie, seulement pour qu'il attrape ma main à la porte et me retourne vers lui.

“Maya…”, murmure-t-il, sa prise se resserrant autour de mon poignet alors qu'il me regarde dans les yeux.

J'aimais qu'il soit beaucoup plus grand que moi, ça le faisait paraître plus vieux, plus fort et plus incroyable. Mais maintenant, avec lui qui me regarde avec ces yeux familiers, je me sens toute petite comme autrefois.

Mais ma vie ne tourne plus autour de lui, elle tourne autour de Maisie. Et il est son père, techniquement.

“Lâche-moi si tu n'as rien à dire”, murmure-je en relevant le menton pour pouvoir croiser son regard. “Lâche-moi.”

Son visage se rapproche du mien et, même si j'ai envie de m'enfuir, je ne peux pas. Mes pieds sont fixés au sol. Ma respiration est bloquée dans mes poumons. Mes yeux ne peuvent regarder nulle part ailleurs que vers lui. Et puis ses lèvres se pressent contre les miennes.

Je fonds. Je me laisse aller. Je n'en ai pas envie. Mais je ne peux pas m'en empêcher.

C'est la seule relation que je n’ai jamais eue. J'ai eu quelques baisers avant de le rencontrer, avec lui c’était différent. Il était différent. Et pourtant, il est parti. Et je dois penser à Maisie.

Et mes décisions doivent maintenant être ce qu'il y a de mieux pour elle. Avoir Jace dans sa vie pourrait être une mauvaise idée, comme je l'ai décidé il y a des années. Mais est-ce que c'est à moi de prendre cette décision ?

Mieux encore, est-ce toujours la décision que je dois prendre après tout ce temps ?

Je recule immédiatement, me cognant la tête contre la porte derrière moi, mais reprenant mes esprits au moins.

Je grimace légèrement à l'impact, mais lorsque mes yeux croisent à nouveau ceux de Jace, j'ai l'impression que la douleur s'évanouit comme si elle n'avait jamais été là.

Mais je me force à fermer les yeux, à fermer les yeux sur tout ça. C'est mon professeur maintenant, et c'est tout ce qu'il est.

J'attrape la poignée de la porte, mais il m'appelle encore par mon nom. Je dois l'ignorer, je dois partir.

Je m'enfuis de la salle de classe avant que quelque chose d'autre ne se produise et je cours vers les toilettes pour sécher les larmes qui ont déjà coulé dans cette salle.

Avant que je puisse y arriver, des voix devant moi me bloquent le passage.

“Tu pleures ? ” s'écrie une fille populaire, sur un ton plus moqueur que compatissant, même si elle affiche une expression amusée au visage.

Je sèche complètement mes joues avec les manches de mon pull ample et regarde le groupe devant moi.

“Tu sors tout juste de la classe de Parker ? Qu'est-ce que voulait ce canon qui t'a fait pleurer ? ” demande une autre fille à côté d'elle, accrochée à l'un des gars qui me tournaient autour plus tôt dans la classe.

Je sais, étant ici depuis un an déjà, que ne pas faire l'effort de connaître les noms de ces personnes est pratiquement un crime dans le monde la politesse, mais je dois me concentrer sur Maisie, et sur l'école.

“Maya, c'est ça ?”

Le type qui a toussé tout à l'heure prend la parole et m'envoie un sourire charmeur en s'appuyant contre les casiers. Il ressemble aux sourires et aux rictus que Jace avait l'habitude de me donner lorsqu'il flirtait avec moi, son charme m'éblouissant en un instant.

De façon assez pathétique, il n'avait même pas besoin de flirter avec moi pour que je fasse ce qu'il voulait. Pourtant, il n'était pas un de ces types qui maltraitent leurs petites amies. Oui, on se disputait parfois, comme dans n'importe quel couple.

Oui, il y a eu un temps où ses manières de player prenaient le dessus et où il flirtait avec d'autres filles. C'était un garçon de fraternité après tout.

Mais heureusement, je ne pense pas qu’il m’ait un jour trompé, ni même embrassé une autre fille lorsque nous étions ensemble. Tous ses amis ont été stupéfaits de ça.

“Ouais”, réponds-je nonchalamment, un peu irritée par les gens qui me dérangent constamment ici. Ou peut-être que c'est parce que je suis particulièrement irritée de revoir Jace, je veux dire M. Parker, à nouveau.

“Je dois aller à mon prochain cours, excusez-moi”, déclare-je précipitamment et je me faufile avant qu'ils n'aient le temps de comprendre.

Honnêtement, je ne sais pas pourquoi ils m’embêtent. Depuis que je suis devenue maman, je me suis… je prends beaucoup moins soin de moi.

Bien sûr, je me lave, je me brosse les dents, je mange à l'occasion et j'achète l'essentiel, mais je porte toujours mes vêtements de grossesse, qui consistent en des pulls amples et des jeans, et je ne me maquille pas.

Je ne dors presque pas avec mes deux emplois, la fac et Maisie.

Le matin, j'attache mes cheveux bruns banals en queue de cheval ou en chignon bas pour qu’ils ne me gênent pas et pour ne pas avoir à les brosser.

Je ne sais pas ce que j'ai de si spécial pour qu'ils continuent à me harceler.

C'est peut-être parce que je les ignore comme s'ils n'étaient pas les personnes les plus populaires de l'école et que les autres élèves tueraient pour leur parler et les fréquenter.

Mais je traînais avec des gens comme ça dans mon ancienne école, ce qui m'a amené à assister à une fête de fraternité, et à être sous l'influence de Liz qui allait à l'université de Jace, ce qui m'a amené à fréquenter Jace.

Mais j'aime Maisie, et je ne changerais rien. Elle est la lumière de ma vie, tout ce pour quoi je vis.

Jace est son père. Et maintenant qu'il est de retour, et que je peux le contacter cette fois pour lui dire, devrais-je lui dire ?

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.