logo
GALATEA
(30.7K)
FREE – on the App Store

La Princesse au Dragon

Summer est une princesse têtue et farouchement indépendante dans un monde dirigé par les hommes et dominé par les dragons. Soudain, elle se retrouve entre les griffes de seigneurs dragons jumeaux dominateurs et alléchants. Pourra-t-elle sauver son royaume et elle-même, ou tombera-t-elle sous le charme de leur sombre séduction ?

Classement : 18+

 

La Princesse au Dragon de C. Swallow est maintenant disponible à la lecture sur l’application Galatea ! Lisez les deux premiers chapitres ci-dessous, ou téléchargez Galatea pour en profiter pleinement.

 


 

L’application a été reconnue par la BBC, Forbes et The Guardian comme étant l’application la plus populaire pour les romans explosifs de nouveaux Romance, Science Fiction & Fantasy.
Ali Albazaz, Founder and CEO of Inkitt, on BBC The Five-Month-Old Storytelling App Galatea Is Already A Multimillion-Dollar Business Paulo Coelho tells readers: buy my book after you've read it – if you liked it

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

1

Résumé

Summer est une princesse têtue et farouchement indépendante dans un monde dirigé par les hommes et dominé par les dragons. Soudain, elle se retrouve entre les griffes de seigneurs dragons jumeaux dominateurs et alléchants. Pourra-t-elle sauver son royaume et elle-même, ou tombera-t-elle sous le charme de leur sombre séduction ?

Genre : Romance, Dragon, Fantasy

Classement : 18+

Auteur : C. Swallow

Scénariste : Will Buckingham, Brooke Cheney & Jon Altamirano

Son : Nicolas Baviere

SUMMER

11 ANS PLUS TÔT

Il faisait encore nuit quand papa vint dans ma chambre à coucher. Le soleil était encore endormi ainsi que tous les oiseaux.

Il partait à l’aventure, disait-il, et il pensait que j’aimerais venir.

Bien sûr, j’acceptai.

Je sautai de mon lit. Je mis mon manteau en peau de mouton. C’était l’été, mais les matins étaient encore frais.

J’attrapai le sac à aventures que papa m’avait offert pour mon dernier anniversaire, quand j’avais eu sept ans. Il l’avait rempli de choses utiles dont j’aurais besoin pour chasser les salamandres, construire des forts et traquer les Dragons.

La loupe, la fronde, les ciseaux pour les plantes et les branches fines, le livre pour les presser…

Quand j’avais mon sac avec moi, je me sentais comme une véritable aventurière. Je le prenais chaque fois que je quittais le château pour chercher des Dragons.

Les dragons étaient mes préférés.

“Summer”, me dit doucement mon père alors que nous descendions l’escalier principal, pour ne réveiller personne dans le château. Il me tenait la main.

“Notre mission est en effet passionnante. Un dragon solitaire a mangé les précieuses vaches du fermier Tivoli et s’est endormi dans son champ.”

J’écarquillai les yeux. Un dragon !

Papa me souleva pour me mettre dans la voiture qui attendait devant le château.

“Nous devons la réveiller,” dit papa, “et la convaincre de ne pas déranger les autres fermiers.”

Une Dragonne. C’était le plus beau jour de ma vie.

Notre voyage prit beaucoup de temps. Le soleil commençait à se lever et par la fenêtre de la voiture, les collines et les vallées vertes du Royaume de Patter étaient couvertes de rosée.

Je pouvais sentir le Dragon près de moi. Je savais que papa le sentait aussi, car il me serra la main.

Et puis le carrosse s’arrêta.

Un homme nous attendait. Il se présenta à papa comme étant le fermier Tivoli. Ils parlèrent pendant un moment, mais je n’écoutais pas.

J’étais penchée sur le barreau du milieu de la clôture. Fixant la Dragonne.

Au milieu du champ brumeux se trouvait une Dragonne violette. Ses écailles étaient iridescentes, reflétant le soleil tandis que son corps se soulevait et s’abaissait au rythme de sa respiration. Elle était aussi grande que la voiture, y compris les deux chevaux qui la conduisaient.

Elle était magnifique.

Je pouvais l’entendre ronfler. Elle remuait la queue, comme si elle faisait un beau rêve.

“Papa !” l’appelai-je. “On y va !”

Il gloussa, mais me rejoignit et me souleva en me prenant sous les bras pour me faire passer la clôture.

Il me tint la main pendant que nous marchions dans les hautes herbes. Nos jambes étaient mouillées par la rosée.

“Alors, ma chérie,” dit-il, “nous approchons toujours les Dragons endormis par devant. Et nous venons à eux le cœur empli de respect. Tout comme les chevaux peuvent sentir la peur, les Dragons peuvent sentir le respect.”

Nous étions proches d’elle. Mon cœur battait la chamade.

“Papa, qu’est-ce que ça veut dire 'solitaire' ?”

“Cela signifie qu’elle n’a pas de horde. Elle erre seule dans le monde.”

J’expirai. Nous étions immobiles, regardant la Dragonne.

Elle dormait paisiblement. Je craignais qu’elle n’aime pas être réveillée.

“Indigo”, appela papa.

Mes yeux s’écarquillèrent. Il connaissait son nom ?

Les yeux du dragon s’ouvrirent paresseusement. Ils étaient d’un vert électrique. Elle me regarda et je sentis un choc dans tout mon corps.

Elle garda sa tête massive posée sur ses pattes.

“Tu n’as plus faim”, dit papa. Il lâcha ma main et se dirigea lentement vers elle.

Le dragon leva la tête et souffla de la fumée par son nez.

Papa était proche maintenant et il se mit à genoux.

“Je suis le Roi de Patter. Je m’incline humblement devant toi.”

Le dragon leva la tête et le regarda de haut.

“Et je te demande une faveur. S’il te plaît, quitte le champ du fermier Tivoli et trouve une autre nourriture que les vaches de Patter.”

Le dragon se mit à râler. Pendant un moment, elle ne bougea pas et j’eus peur qu’elle décide de manger mon père plutôt que les vaches.

Mais elle se leva. Ses écailles murmuraient comme de la soie au gré de ses déplacements. Puis elle déploya ses ailes massives.

Et rapidement, silencieusement, elle s’élança dans le ciel.

Ses ailes créèrent un vent qui repoussa mes cheveux de mon visage.

Je l’observai jusqu’à ce qu’elle ne soit plus qu’une tache dans le ciel. Où allait-elle ? me demandai-je.

Quand je regardai enfin papa, il était toujours à genoux dans le champ. Mais il avait tourné la tête et il me regardait. Il souriait et quand il croisa mon regard, il me fit un clin d’œil.

ÉPOQUE ACTUELLE

ROYAUME DE PATTER

Je tins la main de Maddie en la conduisant à l’enclos des Dragons.

“C’est vrai que les dragons peuvent cracher du feu, Summer ?” demanda ma petite cousine.

“Oui. Ils crachent du feu et il est si chaud qu’il peut faire fondre la pierre.”

“Waouh”, soupira-t-elle.

Je regardai sa petite tête, ses boucles rousses rebondissant en sautillant.

“Nous y sommes.” Je m’arrêtai. “C’est ici que mon frère garde les Dragons.”

Je me mis à genoux à côté d’elle pour pouvoir la regarder dans les yeux.

“Nous sommes sur le point de voir des Dragons, Maddie. Ces créatures sont puissantes et dangereuses. Tu ne dois pas avoir peur des Dragons, mais tu dois les respecter. Et les respecter signifie ne pas les toucher. Jamais. Ok ?”

Je savais que je devais lui expliquer très clairement ce qu’il fallait faire. La petite fille de six ans hocha la tête. Elle ne semblait pas avoir peur.

Je levai les yeux vers l’enclos. C’était une structure hostile qui était autrefois une timonerie. Ross, mon frère et le Roi de Patter l’avaient fait transformer en un donjon où il pouvait garder les Dragons que son armée capturait.

Pour les droguer, les affamer et les entraîner jusqu’à ce qu’ils rejoignent l’armée de Ross.

J’ouvris la grande porte lentement. Je n’étais pas censée être ici et certainement pas avec Madeline.

Mais ma petite cousine n’arrêtait pas de demander et j’espérais secrètement que si la petite Maddie et moi harcelions Ross, il arrêterait enfin d’enfermer les Dragons.

Je jetai un coup d’œil dans la pièce sombre et caverneuse. Elle n’était éclairée que par quelques torches.

Trois Dragons étaient enfermés dans des box. Ils étaient couchés avec de lourdes chaînes autour de chaque jambe.

Même dans la nuit qui approchait, je pouvais distinguer le sang noir du Dragon qui coulait dans la stalle du dernier Dragon. Ce Dragon était nouveau. Et énorme. C’était clairement un mâle.

Ses écailles dorées étaient magnifiques. La couleur semblait d’un autre monde. Je ne pouvais pas détourner le regard de la créature.

Soudain, ses yeux s’ouvrirent. Ses yeux dorés se fixèrent sur les miens et pendant un instant, le reste du monde disparut.

J’oubliai de respirer et mon cœur s’emballa. Que se passait-il ?

Je sentis Maddie tirer sur ma robe.

“Summer, laisse-moi VOIR !” Elle essaya de me pousser sur le côté.

J’en profitai pour briser le regard du Dragon, en ouvrant plus largement la porte.

Mais comme une impulsion, comme si le Dragon était un aimant, je regardai en arrière. Et nos yeux se rencontrèrent à nouveau.

Ça me faisait mal de voir le Dragon souffrir comme ça.

“Waouh”, soupira Maddie. “Pourquoi les Dragons sont-ils attachés ?” chuchota-t-elle.

“Parce que mon frère veut les garder pour lui tout seul. Il ne veut pas les laisser libres. Ce n’est pas juste, n’est-ce pas ?”

Je serrai sa petite main. “J’ai le sentiment qu’on peut changer ça. Mais maintenant, c’est l’heure de se coucher.”

“Noooon…” pleurnicha Maddie. Mais je la pris dans mes bras et laissai la porte se refermer derrière moi. J’étais reconnaissante d’être à l’abri du regard du Dragon.

C’était très intense et je ne savais pas pourquoi.

Je déposai Maddie sur le chemin principal.

“Cours jusqu’au château, d’accord, petit singe ? Nell va te mettre au lit. Je serai bientôt à la maison.” Je l’embrassai sur le front et elle se mit à courir.

Je soupirai.

J’avais besoin de me vider la tête. C’était le bon moment pour aller dans la forêt.

Dès que je fus sous le couvert des arbres, ma respiration devint lente et régulière. je trouvai mon rythme en me déplaçant, en touchant l’écorce et en tenant des feuilles entre mes doigts.

En tant que guérisseuse, j’étais davantage en contact avec le monde naturel. Le fait d’être seule dans la nature renforçait non seulement mes capacités de guérison, mais semblait aussi me guérir, rendant mes pensées plus claires et plus calmes.

Je me déplaçais facilement dans la forêt, même si je ne voyais pas bien dans l’obscurité.

Je pensais au Dragon d’or et à Jordan Culling, le beau roi qui séjournait à Patter pour me faire la cour.

Je me dis qu’il était étrange que je pense à eux deux en même temps, mais je laissai vite tomber.

Culling était charmant et intelligent et il voulait faire de moi sa reine. Il avait été très clair à ce sujet. L’offre était tentante, mais il était trop tôt pour le savoir. Je venais tout juste d’avoir dix-huit ans.

Je m’arrêtai et respirai par le nez. J’essayai de distinguer l’odeur âcre de l’aconit tue-dragon.

Ross avait installé d’innombrables pièges dans les forêts autour de Patter, attirant les Dragons avec des appâts. Lorsque le piège était déclenché, les dragons étaient endormis par des fléchettes d’aconit tue-dragon, un poison utilisé pour les affaiblir, voire les tuer.

Ross avait déjà capturé de nombreux Dragons, mais je ne voulais pas rester les bras croisés et laisser ces créatures innocentes se faire prendre sans autre raison que l’arrogance de mon stupide frère, le roi.

Ce soir, je désamorcerais ses pièges.

Enfin, autant que je le pourrais.

DANE

Elle était là.

Aneurin avait raison. Elle était belle.

Et c’était la bonne. Je pouvais le sentir.

Je me faufilai dans la forêt sous ma forme de Dragon. Mes écailles étaient noires, presque invisibles dans la nuit. Je me déplaçai silencieusement.

Vers elle.

Aneurin
Rien de trop irréfléchi, mon frère.

La voix d’Aneurin passait dans ma tête. Pendant qu’il était enfermé dans le donjon du roi, il était encore plus présent dans ma tête que d’habitude. Surtout après avoir posé les yeux sur la fille.

Il avait raison.

Elle était exactement celle que nous recherchions.

Dane
Je vais y aller doucement.

La princesse avait de longs cheveux bruns bouclés. Ses yeux brillaient même dans l’obscurité et sa robe encadrait parfaitement sa silhouette élégante. Elle frotta une feuille entre ses doigts avant de s’accroupir et de poser ses mains sur la terre.

On aurait dit qu’elle désactivait un des pièges du roi fou.

Intéressant.

Je la regardai se mettre au travail, démontant lentement et méticuleusement l’engin.

Sa présence était comme un baume pour moi. Elle apaisait la rage qui habitait constamment mon esprit, ma répulsion naturelle pour les humains s’estompa.

Elle m’excitait aussi, mais j’ignorais cela pour l’instant.

Je voulais me montrer à elle, mais je ne voulais pas l’effrayer et faire tressaillir son si joli minois

Une brindille craqua sous mon orteil. Elle se tourna dans ma direction. Il y eut de la curiosité dans ses yeux, puis de la peur.

Elle savait ce que j’étais. Alors je réduisis la distance entre nous, me déplaçant furtivement vers elle sur mes quatre pattes.

De près, son odeur me rendait fou.

Ses yeux étaient écarquillés et terrifiés. Elle ne respirait pas.

Je décidai de calmer ses craintes. Mon corps se refroidit alors que je me dissolvais en une fine brume noire pour prendre ma forme humaine.

Maintenant, elle avait les yeux écarquillés, mais pas vraiment de peur. J’étais nu, après tout.

“Summer”, dis-je. “J’ai tellement entendu parler de toi.” Je sortis de l’ombre des arbres, laissant la lumière de la lune se poser sur moi. Je l’entendis haleter, le son envoya une bouffée de désir parcourir mon corps.

Oh, comme ce serait doux de la faire haleter…

“Mon nom est Dane.”

Summer s’arrêta un moment, puis elle partit en courant dans les bois.

Je gloussai pour moi-même.

“Je ne mords pas, petite fille”, lui criai-je. Je savais qu’elle pouvait m’entendre.

Enfin, pas encore…

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

2

SUMMER

J’étais assise devant le miroir pendant que Nell me préparait pour le festin, mon esprit était ailleurs.

Il était dans la forêt, la nuit dernière, pour être exact.

À un moment, j’étais seule et l’instant, un dragon me regardait. L’excitation et la peur avaient parcouru mes veines. Je l’avais regardé s’approcher de moi, sa forme élégante dégoulinant de beauté et de puissance.

Puis, dans un tourbillon de brume, il s’était transformé en l’homme le plus beau que j’eus jamais vu.

Des cheveux noirs, un sourire diabolique et des yeux bleu-vert qui brillaient comme des étoiles dans la nuit.

Et il était nu.

Je me sentis rougir en me rappelant son corps parfaitement ciselé, ses abdominaux sculptés alors que mes yeux se promenaient sous sa taille…

Il connaissait mon nom et il m’avait dit le sien.

Dane…

Je fus ramenée au présent alors que Nell passait le peigne dans un nœud particulièrement tenace de mes cheveux. Elle était ma suivante principale depuis que nous étions petites et connaissait mes longues mèches mieux que quiconque. À bien des égards, elle me connaissait mieux que quiconque.

“Tu dois vraiment prendre plus soin de toi.” Nell fronça les sourcils en me regardant dans le miroir. “Tu es une princesse, après tout.”

“Mhm”, marmonnai-je sans conviction. Je n’aimais pas le faste des bals. Les nobles, les aristocrates, tous à la recherche d’attention. Je préférais la solitude de la nature à n’importe quelle fête. En particulier la Fête de la pleine lune.

Surtout parce que maman et papa étaient partis…

“Alors ?” me demanda Nell. Son ton changea et je vis le sourire complice sur son visage. Elle remua les sourcils en me regardant. “Où en es-tu avec le Roi Culling ?”

“Nell !” la réprimandai-je, me sentant rougir.

Jordan Culling était le roi du royaume voisin de Marbledon et était actuellement en visite chez nous. Il était l’un des nombreux prétendants qui cherchaient à m’épouser.

Mais contrairement aux autres, il était…

“Quoi ?” demanda-t-elle innocemment. “Il est beau, intelligent et ô combien charmant. Sans parler du fait qu’il est roi.” Elle soupira. “Je ne blâmerai pas si tu avais été… vilaine.”

Je ris, en secouant la tête. “Même si tu ne me blâmais pas, tout le monde le ferait. Je suis censée garder ma vertu jusqu’à ce que je sois mariée, puisque je suis une princesse et tout ça.”

“Ah, les ornements de la royauté. Si seulement tu étais une paysanne comme moi, tu serais libre de t’amuser comme bon vous semble.”

“Oh, arrête ça, tu veux bien ?” Je lui lançai un regard moqueur. Pourtant, je ne pouvais pas dire que je n’y avais jamais pensé. Jordan Culling était très beau, et la façon dont il me regardait avec ses yeux perçants…

Le visage de Dane apparut dans mon esprit, baigné par le clair de lune.

Je clignai des yeux, secouant la tête pour faire le vide dans mon esprit.

Pourquoi je n’arrive pas à le faire sortir de ma tête?

Nell finit de me coiffer, me faisant signe de me lever pour qu’elle puisse lisser les volants de ma robe. Je me sentais piégée dans cet accoutrement, la taille serrant ma peau bien trop fort pour être confortable.

“Tu es…”

“Ridicule ?” terminai-je.

“Magnifique”, corrigea Nell, en souriant. “Le roi Culling ne pourra pas s’empêcher de te regarder.”

Je levai les yeux au ciel, mais ses mots me firent frissonner d’excitation. Je me demandais ce qu’il allait penser.

“Eh bien, qu’attends-tu, princesse ?” demanda Nell, en me poussant vers la porte. “La Fête de la pleine lune t’attend.”

***

Je descendis le grand escalier du château pour trouver Culling qui m’attendait en bas. Je m’arrêtai devant lui, son regard laissa une trace de chair de poule sur ma peau.

“Vous êtes éblouissante.” Il me sourit en me proposant son bras.

Je le pris, lui offrant un sourire en retour.

Il était vêtu d’une tenue militaire formelle, une élégante cape bleu nuit épinglée à son épaule par un laurier façonné en or. Le roi guerrier, Jordan Culling, qui chevauchait un dragon au combat. Ses cheveux bruns étaient gominés et ses larges épaules étaient inclinées avec assurance.

“Vous êtes élégant également”, dis-je.

C’était l’euphémisme de l’année.

Il rit, me montrant une rangée de dents parfaites.

“Nous ferons une belle paire, n’est-ce pas ?” Il me conduisit vers la cour principale où la fête aurait lieu, sous la lumière de la pleine lune.

Des lanternes légèrement incandescentes baignaient l’espace d’une douce lumière, l’odeur des mets riches et des pâtisseries se mêlait dans l’air aux sons de la musique et des rires.

C’était comme si tout le Royaume de Patter se trouvait entre ces murs.

Des gens de tous horizons se mêlaient et riaient, des simples et honnêtes gens qui travaillaient dans les champs aux aristocrates bien nés des royaumes voisins. La Fête de la pleine lune était une célébration de la vie, d’un autre cycle vécu des fruits de la terre, dépourvue de préoccupation comme le rang ou la position.

C’était la fête préférée de maman et papa.

Mes parents s’étaient montrés gentils et doux dans leur règne. Le roi et la reine bien-aimés de Patter. Le roi qui avaient travaillé aux côtés des fermiers dans les champs, la reine qui avait été la sage-femme de tant de paysans.

Leur compassion sans limite ne s’était pas non plus limitée à nos frontières. Ils avaient souvent envoyé des provisions et de l’aide aux villes voisines. Ils n’avaient jamais refusé les réfugiés désespérés venant de pays ravagés par la guerre et la famine.

La Fête de la pleine lune était la parfaite représentation de ce qu’ils étaient.

Mais ils étaient morts dans leur sommeil l’année dernière.

Le royaume entier les avait pleurés. Le peuple avait crié au régicide, mais nous n’avions pu trouver aucune preuve d’acte criminel. Juste un cruel coup du sort, des âmes brillantes perdues bien trop tôt.

Et ils étaient encore si jeunes…

Cette fête serait la première sans son roi et sa reine et le peuple de Patter était déterminé à s’amuser en leur honneur.

Je n’étais pas aussi enthousiaste.

“Summer, Summer !”

Je baissai les yeux pour trouver Maddie qui me regardait fixement, un sourire accroché à ses lèvres. Elle était adorable dans sa robe blanche, une couronne de fleurs sauvages dans les cheveux.

“Cette fête est tellement ennuyeuse”, dit-elle en faisant la moue. “Tu m’emmèneras encore voir les Dragons ?”

“Chut !” dis-je paniquée, regardant autour de moi les gardes. Aucun d’entre eux ne semblait avoir entendu. Culling, cependant, me regarda en haussant un sourcil. Je me penchai pour me retrouver face à face avec ma petite cousine.

“C’était censé être un secret, tu te souviens ?”

“Je sais, mais j’ai vraiment envie de les revoir. Nous sommes à peine restées la dernière fois !”

Culling se pencha à côté de moi pour faire face à Maddie aussi. Il était si proche et l’odeur de son eau de Cologne me donnait envie de me pencher plus près…

“Qu’est-ce que tu dis de ça : si tu te comportes bien, je t’emmènerai voir mon dragon plus tard ?” lui demanda Culling.

“Tu as un dragon ?” Les yeux de Maddie brillèrent.

“J’en ai un”, acquiesça Culling. “Et si tu es très gentille, je te laisserai même le caresser.”

Maddie cria de surprise, ses mains recouvrant sa bouche.

“Oh, s’il te plaît, s’il te plaît, s’il te plaît !” Elle sautilla de joie.

Culling rit et posa une main sur sa tête. Il lui fit un clin d'œil.

“Eh bien, file maintenant. Je viendrai te chercher plus tard.”

Maddie hocha la tête avec enthousiasme et m’adressa un dernier sourire avant de se diriger vers la table des desserts.

Je regardai furtivement Culling du coin de l’œil. Il regarda Maddie partir, un petit sourire sur les lèvres.

Alors, il est doué avec les enfants aussi…

Il tourna soudainement le regard vers moi et mon cœur fit un bond. Je détournai le regard, mais c’était trop tard.

Il m’avait assurément remarquée.

Il se leva, me tendit la main et m’offrit un sourire éclatant.

“Et si nous y allions ?”

Je soupirai en prenant sa main.

Peut-être que les festivals n’étaient pas si mal après tout.

CULLING

Donc, elle s’était faufilée dans l’enclos des Dragons. Une autre sympathisante des Dragons.

J’arrangerais ça.

La princesse Summer était belle. Ses longs cheveux bruns tombaient en vagues sur ses épaules, ses yeux brillants et intelligents brillaient à la lueur des lanternes. Elle était aussi farouchement indépendante, avec une langue acérée et un esprit vif.

J’avais appris qu’elle n’avait pas peur de dire ce qu’elle pensait, peu importe qui l’entendait ou les conséquences.

Mais je pouvais arranger ça aussi.

Elle allait bientôt porter mes enfants et il faudrait qu’elle soit plus docile.

Je l’observai alors qu’elle fronçait les sourcils de façon désapprobatrice en regardant son frère. Le roi Ross était assis à sa table, une fille perchée sur chaque jambe et un gobelet serré dans chaque main. Il riait bruyamment, les femmes le nourrissaient de fromage et de viandes. Il était encore jeune, à peine un homme. À peine seize ans.

Il pourrait s’avérer être un allié utile.

Impressionnable. Facile à manipuler.

“Surveille tes manières, Ross”, siffla Summer. “Tu es notre roi. Agis comme tel.”

“Et en tant que roi…” bredouilla Ross, renversant un peu de son vin sur une des filles installées ses genoux. Elle continua à sourire, faisant semblant de ne pas remarquer. La pauvre. “Je peux faire ce que je veux.”

“Si maman et papa pouvaient te voir maintenant…” commença Summer.

“Laissez-le s’amuser un peu”, l’interrompis-je. “Être roi est stressant, après tout. À quoi sert une fête si on ne peut pas en profiter ?”

Ross me sourit en levant un de ses gobelets, renversant encore du vin.

Je souris en retour.

Bouffon.

“Il n’y a aucune raison pour qu’il ne soit pas un peu plus civilisé”, murmura Summer.

Je regardai George Wilkins s’approcher de nous, en réprimant un soupir. Je me penchai pour murmurer à l’oreille de Summer, pour qu’elle seule puisse entendre.

“Attention, princesse. Un autre prétendant approche. Dois-je aller chercher mon Dragon pour qu’on nous emmène loin ?”

Elle rit et je sentis sa main serrer mon bras.

“Je vous répondrai un peu plus tard”, chuchota-t-elle, les yeux pétillants de malice.

Hum.

Elle avait un don pour les problèmes aussi, clairement.

J’arrangerais ça, aussi.

SUMMER

Je plaquai un sourire sur mon visage lorsque le Maître des Dragons de mon frère s’approcha de moi. George Wilkins était un homme horrible. Ses méthodes brutales pour briser les Dragons consistaient en un mélange de violence et de privation de nourriture.

Je me souvins du sang noir qui coulait sur le sol de l’enclos des Dragons et la bile monta dans ma gorge.

Pire encore, l’homme semblait m’apprécier.

“Princesse Summer”, me dit-il en s’inclinant.

“Wilkins.”

“Comment trouvez-vous la Fête de la pleine lune de cette année ?” demanda-t-il.

“Bien.”

Il hocha la tête, imperturbable devant mon manque de courtoisie. Nous restâmes silencieux pendant un moment, la gêne s’insinuant jusque dans mes os.

Comprends l’allusion.

Je regardai Culling et il semblait retenir un sourire.

Aidez-moi, l’implorai-je du regard…

Il me répondit par un clin d'œil.

“Alors, dites-moi, George”, commença Culling, “comment vont les harnais que vous avez développés ?”

“Harnais ?” Je haussai les sourcils.

“Ah, oui, les harnais.” Le visage de George s’éclaira. Je détestais que cet homme puisse être si excité par la cruauté envers d’autres créatures. Ça me rendait malade. “J’ai fait une découverte capitale. Ils sont terminés.”

“Oh ? Dites-m’en plus”, dit Culling. Je le regardai et il avait un air d’autosatisfaction.

Qu’est-ce qu’il fabriquait ?

“Grâce à mes recherches, j’ai découvert que les Dragons ont une certaine zone sur leurs ailes qui est incroyablement réceptive à la douleur. En attachant la pointe du harnais à cet endroit, un cavalier peut le contrôler sans effort. Juste une légère traction peut mettre au pas même le plus puissant des Dragons.”

“Recherches ?” bafouillai-je. Je ne pouvais pas croire ce que j’entendais. “Vous voulez dire tortures. Comment avez-vous pu faire ça aux Dragons ?”

“Ce sont des animaux, princesse.” George me regarda comme si c’était moi qui étais folle. “Pensez à eux comme à des bêtes de somme. Comme un bœuf. Ou un cheval.”

“Vous ne vous montreriez pas aussi cruel envers un cheval”, tonnai-je.

“C’est parce que les chevaux sont dociles”, dit Wilkins. “C’est parce que les chevaux ne sont pas capables de couper un homme en armure en deux ou de faire fondre les murs d’un château. Nous ne pouvons nous permettre d’être… gentils… avec eux qu’une fois qu’ils sont apprivoisés.”

“Les dragons n’ont pas besoin d’être apprivoisés.” Je m’éloignai de Culling pour faire face à Wilkins. Je sentis mes mains se serrer en poings. “Les dragons ont besoin d’être respectés. On doit tisser des liens d’amitié avec eux, pas les enfermer et les maltraiter pour notre confort.”

“Oh, princesse”, gloussa Wilkins. “Je ne m’attends pas à ce que vous compreniez. Vous n’êtes qu’une femme, après tout. Laissez ces choses aux…”

Il ne put jamais finir sa phrase.

Ma main vola vers son visage, le son de la claque résonnant dans l’air de la nuit.

Tout le monde à proximité s’arrêta pour regarder. Wilkins me fixait, trop choqué pour être en colère. Du moins pour le moment.

Je râlai en silence, ma main piquait à cause de la gifle.

Comment ose-t-il ?

Du coin de l’œil, je vis des gardes se rapprocher, prêts à mettre fin au grabuge. Ross gloussa, manquant de s’étouffer avec un morceau de fromage, qu’il fit descendre avec un gobelet de vin.

Le visage de Culling était impassible, indéchiffrable.

Et je vis un autre homme qui se distinguait du reste de la foule.

Il était vêtu de soies simples, mais élégantes, noires comme la poix. Il était grand et beau, avec des cheveux noirs, un sourire diabolique et des yeux bleu-vert qui brillaient comme les étoiles dans la nuit.

Et il me fixait droit dans les yeux.

Je me figeai, mon cœur essayant de se frayer un chemin hors de ma gorge.

Dane.

 

Lisez l’intégralité des livres non censurés sur l’application Galatea

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

L’Alpha Briseur de Ménage

Brooke abandonne tout pour emmener sa famille sur la route et aider son mari à réaliser ses rêves. Elle est loin de se douter que son bonheur en fait partie. Ce qui est regrettable, car un certain alpha est sur le point de changer leur vie à jamais. Slate est un loup-garou qui a été maudit pour avoir une compagne humaine, mais quand il voit Brooke, il ne peut voir en elle autre chose qu’une bénédiction. Dommage qu’elle soit mariée…non ?

Classification par âge : 18+

Brûlante Détermination

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s’en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l’homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah… à plus d’un titre.

Classification par âge : 18+

Liés par les Flammes

Lorsque Lydia découvre le jour de son dix-huitième anniversaire qu’elle est destinée à épouser le roi Gabriel d’Imarnia, sa vie entière est bouleversée. Grâce à ses pouvoirs de feu uniques et à des années d’entraînement, Lydia tente de résister au destin à chaque instant.

Mais le roi Gabriel a d’autres plans…

Age Rating : 18+

La Disparition

Cela fait deux ans que Lily a perdu son petit ami dans une fusillade au hasard. Lorsqu’une prestigieuse université lui propose une offre d’emploi, elle a la chance de mettre ses tristes pensées de côté et de repartir à zéro, du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre l’irrésistible président de l’école. Lily peut-elle confier son amour à un nouvel homme ou les sombres secrets de ce dernier ne feront-ils que lui causer plus de chagrin?

Tranche d’âge: 18+

Unclassic Hero (français)

Par l’auteur de Behind the Masque et Enforce My Heart.

Sydney a toujours suivi les règles… jusqu’à ce que sa meilleure amie Desiree décide qu’elle doit s’amuser un peu. Elles achètent de fausses cartes d’identité et entrent dans une boîte de nuit, où Sydney s’attache à un musicien sexy… pour découvrir qu’il est aussi son nouveau professeur d’anglais !

Classification par âge : 18+

Bottes de Cowboy et Bottes de Combat

Lorsque Lincoln, vétéran de l’Afghanistan, rencontre Lexi, conseillère en bien-être, il sait qu’il a trouvé la bonne personne, mais les fantômes de son passé peuvent l’empêcher de se construire un avenir brillant.

Age Rating : 18+

Étoile Brillante

Pour Andra, se lier à un dragon semble être un rêve impossible. Mais lorsqu’elle croise le chemin d’un beau Cavalier du Ciel, Andra découvre un tout nouveau monde de possibilités. Avec un peu de magie, elle pourrait même se retrouver à s’envoler dans le ciel… .

Age: 15+

Moon River (français)

Maeve n’est pas rentrée à la maison depuis que son père est mort et qu’elle a été envoyée en pensionnat, mais maintenant elle est revenue pour vendre la maison et enfin passer à autre chose. Elle n’est pas de retour depuis longtemps quand elle rencontre de vieux amis qui la convainquent d’aller au Bal des Potes – un nom étrange, mais qui semble plutôt amusant. Cependant, lorsqu’un homme étrange mais enivrant l’aborde au bal et déclare qu’elle est “A MOI”, un changement commence à se produire en elle… un changement qui révèle un sombre secret sur la ville et sa famille….

Age: 18+ ( ⚠️ Avertissement sur le contenu : Extrême violence, enlèvement, violence sexuelle, viol, fausse couche ⚠️ )

La Survie de la Rose

Après la mort de son père, le roi, Deanna se retrouve dans une situation dangereuse. Elle est une princesse bâtarde, et sa belle-mère, la reine Rosaline, et son demi-frère, le prince Lamont, ne reculeront devant rien pour qu’elle soit écartée de la cour. Seule et sans personne pour la protéger, Deanna commence à craindre pour sa vie. Mais lorsque des prétendants commencent à arriver pour faire la cour à la reine Rosaline, Deanna rencontre un bel étranger venu d’un pays lointain qui pourrait lui offrir le salut qu’elle recherche…

Age Rating : 18+

Tous les yeux sur nous

Laney fait l’amour avec la rockstar la plus célèbre du monde, Ace Flanagan, au mariage de sa sœur, sans jamais s’attendre à le revoir. Mais lorsque Laney découvre qu’elle est enceinte, sa vie et celle d’Ace vont changer à jamais…

Age Rating : 18+

Unlimited books, immersive experiences. Download now and start reading for free.