Brûlante Détermination - Couverture du livre

Brûlante Détermination

E.L. Koslo

0
Views
2.3k
Chapter
15
Age Rating
18+

Summary

Hannah Daniels a toujours été un peu plus corpulente que les autres femmes, mais elle ne s'en est jamais souciée. Elle est bien dans sa peau. La plupart du temps du moins. Mais son médecin lui recommande de consulter un coach de fitness. En fait, elle a même déjà en tête l'homme idéal : Jordan Mathis, qui est déterminé à faire transpirer Hannah... à plus d'un titre.

Classification par âge : 18+

Afficher plus

Projet chocolat au beurre de cacahuète

Hannah

« Au vu des résultats de ces tests, nous devons commencer à parler de changements de style de vie. » Le Dr Isaacs s'est assise en face de moi et a soupiré en parcourant le contenu de mon dossier avant de lever les yeux vers moi.

« Je vais déjà à la salle de sport. » La plupart des gens supposaient que je n'y allais pas, en raison de ma taille, mais je marchais souvent sur les tapis de course ou j'utilisais les appareils de musculation. Ça ne semblait pas faire de différence, mais j'y allais quand même.

« Je sais que tu y vas, et c'est une bénédiction que tu essaies de rester active. Mais nous devons commencer à envisager une approche globale du corps. » La femme plus âgée a regardé par-dessus ses lunettes avec un regard calculateur.

« Dr. Isaacs, je comprends. Je suis en surpoids. J'ai toujours été en surpoids. J'ai déjà essayé de faire des régimes, et ça ne marche pas. »

D'aussi loin que je me souvienne, mon poids a toujours été un sujet de conversation avec tous les professionnels de santé et les membres de ma famille.

~« Han a un peu de poids en trop... » C'était toujours pareil.

Je n'étais pas énorme, mais je n'étais certainement pas maigre et je ne l'ai jamais été.

« Je pense que nous devons parler à un nutritionniste et te faire faire quelque chose d'un peu plus intense que de marcher sur le tapis de course plusieurs fois par semaine ».

Le mot « intense » m'a fait reculer, mais je savais que pour changer les choses, je devais essayer quelque chose de nouveau.

« Ça ne va pas faire de différence. Ça n'en fait jamais. Je l’ai accepté ». Dire que j'étais résignée à mon sort était un peu dramatique - j'en avais juste assez d'essayer de plaire à tout le monde.

« Tu l’as peut-être accepté, mais il sera beaucoup plus difficile de se remettre d'une crise cardiaque ou d'un accident vasculaire cérébral avant l'âge de quarante ans », a dit le Dr Isaacs en fronçant les sourcils.

Elle n’y allait pas de main morte aujourd'hui, mais je pensais qu'elle était un peu dramatique.

« Je ne vais pas avoir une crise cardiaque. » Ma voix était un peu tremblante, comme si j'essayais de me convaincre que les problèmes de santé n'étaient pas inévitables.

« Ton taux de cholestérol est élevé, tes tests d'effort indiquent que tu pourrais déjà développer un bloc cardiaque, et ton pourcentage de graisse corporelle est dans la fourchette de l'obésité morbide. »

Ok, peut-être que j'étais un peu trop près de la ligne malsaine.

« Je ne te dis pas de devenir un mannequin. Je te dis que tu dois prendre ta santé plus au sérieux. » Le Dr Isaacs avait l'air sincèrement préoccupée, mais étant seulement à la fin de ma vingtaine, j'avais du mal à prendre cette information au sérieux.

« Bien. Que dois-je faire ? » J'ai demandé alors qu'elle souriait à ma réponse.

« J'ai une liste de coachs sportifs qui, je pense, ont des programmes qui pourraient être adaptés à tes capacités », a-t-elle dit en tapant quelque chose dans l'ordinateur sur le bureau.

« Non. Je ne veux pas d'un coach sportif. Ils commencent toujours à me faire la morale sur le régime cétogène et le régime Atkins. »

Je ne voulais pas me retrouver dans une autre situation où un « professionnel du sport » me ferait la leçon sur mes choix de vie.

« Quelques-uns d'entre eux enseignent en groupe. On pourrait commencer par ça et voir si tu es à l'aise. » Le sourcil arqué qu'elle a dirigé dans ma direction indiquait qu'elle n'avait pas l'intention de laisser passer ça.

« S'il vous plaît, ne les laissez pas m'isoler. Je déteste être la seule grosse fille dans ces classes que tout le monde regarde. » Ma voix a vacillé alors que je prenais une profonde inspiration.

« Je vais te recommander des cours d'entraînement en intervalles à haute intensité pour commencer. Tu peux y aller à ton propre rythme, en douceur. »

Elle a fait en sorte que ça paraisse facile, mais je savais que c'était tout sauf ça. Ça ressemblait à de la torture. Tout ce qui est haute intensité ressemble à de la torture.

« C'est vraiment nécessaire ? » J'ai demandé, sachant qu'elle camperait probablement sur ses positions.

« Je vais être honnête, Hannah. Je crains que ton taux de graisse ne te crée de gros problèmes de santé à l'avenir. »

Eh bien, c'était de mauvais augure. Le Dr Isaacs a pratiquement donné le coup de grâce à mes protestations.

« Je vais demander à mon infirmière de te donner les coordonnées du studio de fitness que tu devrais aller voir. »

« Merci » J'ai soupiré. Cette femme essayait vraiment de faire son travail. Je le savais... mais je n'étais pas obligée d'aimer ça.

Un bruit de froissement a rempli la petite pièce alors que je me déplaçais sur le papier blanc inconfortable sous mes fesses nues. Mes fesses nues apparemment trop grandes.

« Je veux que tu prennes un rendez-vous de suivi pour dans trois mois. J'aimerais surveiller tes progrès. Notre objectif est de t’éviter de prendre des médicaments si nous le pouvons. »

Elle s'est levée et a hoché la tête avant de disparaître par la porte de la salle d'examen et de la refermer derrière elle.

J'ai remonté mes leggings et mon haut fluide - ils cachaient une multitude de péchés, et je ne ressentais pas le besoin de bien m'habiller pour aller chez le médecin.

« Toc, toc. » Une voix joyeuse a résonné de l'autre côté de la porte fermée.

« Vous pouvez entrer. » J'ai soupiré tandis que mes doigts jouaient avec le drap sur mes genoux.

« Hannah ? » Une grande brune élancée a passé la tête, une tablette à la main.

« C'est moi », ai-je répondu, en espérant que ma voix ne semblait pas trop amère. Bien sûr, l'infirmière ressemblait à un mannequin.

« Ok... alors je vais vous donner les coordonnées de quelques entraîneurs du studio de fitness qui, je pense, pourraient vous convenir. Personnellement, j'essaierais d'avoir une consultation avec Jordan. »

Elle m'a fait un clin d'œil et m'a tendu un paquet d'informations.

« Euh... il y a des coachs féminins sur cette liste ? » J'ai demandé en me mordant la lèvre. Les entraîneurs de fitness masculins m'intimidaient.

Je ne plaisantais pas... tous les entraîneurs de fitness m'intimidaient, mais un dieu en sueur, avec des tablettes de chocolat en guise d’abdos, qui me disait à quel point je n'étais pas en forme, ce n'était pas l'idée que je me faisais d'un bon moment.

L'infirmière Kellie a hoché la tête en désignant un nom au milieu de la liste.

« Il y en a. Mais Jordan est probablement le meilleur. Il a aidé mon mari lorsqu'il est sorti du centre de rééducation après une opération de l'épaule », m'a-t-elle dit, une petite inflexion d'admiration dans la voix.

Une raison de plus pour ne pas s'approcher de ce Jordan.

« Il comprend que les gens ont une vraie vie et essaie de les aider à développer un plan de remise en forme qui leur permette de rester engagés. »

« Mais je pourrais aller voir cette... euh… » J'ai parcouru la liste jusqu'à la première femme que j'ai vue. « Mallory ? »

L'infirmière a fait une grimace et a hoché la tête. « Vous pourriez... mais je doute qu'elle ait mangé un glucide au cours des dix dernières années, donc elle n'est peut-être pas votre style. »

« Puisque je n'ai mangé que des glucides. »

Elle m'a lancé un regard désapprobateur suivi de son habituel sourire sympathique. « Hey... tout le monde doit commencer quelque part. Je suis fière que vous ayez l'esprit ouvert sur ce sujet. »

Ce n'est pas ce que je ressentais, mais je savais que je devais essayer.

Être un peu ronde à l'adolescence s'était transformé en beaucoup de rondeurs à l'âge adulte. C'est arrivé si lentement que je n'ai pas reconnu que c'était un problème jusqu'à ce que ce soit apparemment un gros problème.

Un problème que le Dr Isaacs attendait que j’en prenne le contrôle.

« Je suis prête à essayer. Mais le premier de ces « coachs » qui se moque de mes cuisses, parce qu'elles sont les meilleures amies du monde, m’entendra. »

J'ai essayé d'avoir l'air intimidante, mais je n’en étais pas convaincue et l'infirmière Kellie, encore moins. La première fois qu'un de ces coachs me dira quelque chose de méchant, je sais que ce sera la dernière fois que je mettrais les pieds dans un stupide studio de fitness.

« Je promets que Jordan ne le fera pas. Il vous fera peut-être travailler dur et vous fera faire des exercices que vous ne voulez vraiment pas faire, mais il ne vous embarrassera jamais à cause de votre poids. », a répondu Kellie en tapotant doucement ma main.

« Tenez... c'est un laissez-passer pour quatre cours. Allez juste essayer quelques cours d'abord. Ensuite, vous pourrez vous inquiéter de parler à Jordan plus tard. », a-t-elle conseillé en déposant un laissez-passer en papier dans ma main.

Je pouvais le faire. J'étais douée pour rester anonyme.

« J'ai hâte de voir où vous en êtes quand vous reviendrez dans quelques mois, », a-t-elle dit avec un sourire encourageant.

« Pas de pression, hein ? » J'ai souri en retour alors qu'elle se levait et se dirigeait vers la porte.

« Vous allez assurer. »

Je n'étais pas convaincue que ses mots étaient vrais, mais j'essayais.

« Merci, », ai-je répondu tout bas. Je pense. Je n'étais toujours pas sûre de tout ça. Mais je devais faire quelque chose si je voulais éviter de remplir mon armoire à pharmacie de flacons de médicaments.

Après avoir payé ma quote-part, j'ai pris l'ascenseur jusqu'à ma voiture. J'avais pris mon après-midi, j'avais donc quelques heures à tuer avant de devoir préparer le dîner.

Mon réfrigérateur était plutôt vide ; j'avais tendance à commander des plats à emporter ces derniers temps et je savais que je devais arrêter de compter sur les autres pour me faire à manger.

« Oh. Épicerie me voilà. » Je me sentais évidemment enthousiaste à propos de tout ce processus.

Je n'étais pas d'humeur à voir toutes les mamans en forme et dopées au granola, et les mecs costauds faire leurs courses dans l'épicerie « saine », alors je suis entrée dans celle qui était la plus proche de mon appartement et j'ai fait une petite prière pour moi-même.

« Tu peux le faire. C'est juste de la nourriture » J'ai pris un sac réutilisable sur la banquette arrière et je suis entrée.

Les produits frais me rendent toujours anxieuse, alors je me suis dirigée vers le rayon des surgelés et j'ai pris un paquet de haricots verts, ce qui était un bon début.

Puis je suis retournée au rayon viande et j'ai pris un paquet de blancs de poulet pré-assaisonnés. Je pourrais manger les surplus pour le déjeuner.

Ensuite, il y avait les œufs. Puis les yaourts - j'ai évité ceux qui étaient sucrés et ai choisi les yaourts grecs moins sucrés. Je pouvais le faire. Ce n'était pas si mal.

Si j'évitais simplement les allées où se trouvaient les choses que je voulais vraiment manger, tout irait bien. J'ai pris du lait, j'ai ajouté un paquet de bâtonnets de fromage et je me suis dirigée vers la caisse.

« Oh, sérieusement ? » Bien sûr qu'il y avait une promotion sur les barres chocolatées. Parce que l'allée des caisses était l'endroit où l'épicerie mettait toutes les choses pour tenter les gens.

Je sais que ma mère détestait nous emmener à l'épicerie quand nous étions petits, à cause de la redoutable file d'attente à la caisse.

Quel meilleur endroit pour qu'un petit enfant perde les pédales qu'une petite allée confinée, bordée de bonbons et de petits jouets.

Peut-être qu'il y avait une file où personne n'attendait. Ce serait plus facile de rester à l'écart de la redoutable promotion de barres chocolatées.

« Putain », ai-je marmonné dans mon souffle en regardant les gens qui regardaient dans le vide en attendant leur tour dans chaque putain de file.

Les caisses automatiques n'étaient pas mieux, et je me suis retrouvée à maudire toutes les personnes qui auraient normalement dû être au travail à 15 heures un mercredi.

Pourquoi tous ces gens étaient-ils ici ? N'avaient-ils pas un travail ?

J'ai rejoint la file d'attente et j'ai essayé d'éviter le contact visuel avec les Snickers. Ils ne feraient que m'attirer avec leurs délices chocolatés.

Mon téléphone est devenu ma distraction après avoir déchargé mes courses. Je pouvais le faire, j’allais bien.

« Merde. Je suis désolée » Ma tête s'est levée à la voix de la femme fatiguée en face de moi. Elle avait un enfant en bas âge à l'avant de son chariot qui semblait assez fier de lui pour avoir attrapé deux poignées de bonbons.

« Oh... c'est bon. Tenez... donnez-les moi, je vais les ranger pour vous », lui ai-je dit en tendant la main vers elle, en essayant de ne pas croiser le regard de la redoutable tentation du chocolat.

« Merci beaucoup. C'est un peu une terreur et il adore le chocolat. » Sa voix était tendue, et je savais qu'elle avait plus de mal que moi dans l'allée des tentations.

« N’est-ce pas notre cas à tous ? »J'ai ri en regardant le petit garçon plisser les yeux en me voyant emporter ses biens mal acquis.

« C'est tellement vrai. Merci. Je vais essayer de garder ses vilaines petites mains ici. » Elle a froncé les sourcils en lançant à son enfant un regard destiné à l'intimider.

Le petit garçon a gloussé quand sa mère l'a poussé hors de la zone de danger et a dépassé la caissière vers le bout du tapis.

J'ai fait un pas en arrière et j'ai essayé de trouver les espaces où les bonbons avaient été attrapés, replaçant doucement les bonbons maléfiques à leur place.

J'essayais de ne pas regarder de trop près les étiquettes ou d'imaginer le goût qu'ils auraient en les rangeant rapidement.

« Merde... » J'ai marmonné en me penchant pour essayer de ramasser le paquet de chocolats au beurre de cacahuètes qui était tombé sur le sol.

Une paire de grosses tennis grises bien usées est apparue dans ma périphérie, et j'ai voulu éviter d'empiéter sur l'espace personnel de la personne derrière moi alors que je tendais la main vers le paquet.

« Attendez... laissez-moi vous aider. » Une voix grave a résonné près de mon oreille alors que l'homme se penchait et saisissait le paquet que j'avais du mal à atteindre et le plaçait délicatement dans mes doigts. « Je crois que ceci vous appartient. »

« Euh... » Je me suis redressée et j'ai senti mon visage rougir lorsque le paquet s'est froissé entre mes doigts. Putain. Bien sûr que c'était ce bel homme qui allait prendre le paquet de chocolats au beurre de cacahuète auquel j'avais essayé de résister.

Il était grand, avec une taille fine, des biceps massifs qui dépassaient des manches de son t-shirt de compression bleu marine, un short de sport foncé qui laissait apparaître des mollets bien dessinés aux poils épars, et bien sûr les tennis grises de tout à l'heure.

Ses cheveux brun-roux étaient un peu emmêlés ; on aurait dit qu'il revenait de la salle de sport ou de la course à pied. Il aimait probablement courir.

Des grappes de taches de rousseur couvraient l'arête de son nez et ses joues ; il en avait aussi sur ses avant-bras joliment musclés.

« Merci. » Mon corps était hyper conscient du parfait spécimen qui avait placé un pot de poudre protéinée, un paquet d'épinards et un paquet de steaks sur le tapis derrière moi.

Des yeux verts fascinants ont quitté son téléphone pour entrer en contact avec les miens, et il m'a souri doucement avant de reprendre ses textos.

Le visage en feu, je me suis retournée et j'ai demandé à la caissière d'aller plus vite. Je n'aimais pas trop les situations comme celle-ci.

Ce type ne se retournerait pas sur moi si je le rencontrais ailleurs. Personne ne se dit que la fille potelée est attirante.

« Vous les voulez ? » La jeune caissière a désigné d'un geste le paquet de chocolats au beurre de cacahuète que j'avais dans la main, et je les ai jetés sur le tapis comme s'ils étaient en feu.

« Non... » Un regard vers le petit sourire sur le visage du bel homme derrière moi l'a confirmé.

Que le projet chocolat au beurre de cacahuète commence.

J'y allais à fond.

Chapitre suivant
Noté 4.4 de 5 sur l'App Store
82.5K Ratings
Galatea logo

Lecture illimitée, expériences immersives.

Facebook de GalateaInstagram de GalateaTikTok de Galatea